Pages

mardi 12 janvier 2021

REFLEXIONS AUTOUR DE LA BRAVOURE D'UN TURCO

Après la mort de cinq soldats en une semaine, l'opération Barkhane a connu il y a quelques jours un nouvel événement dont les conséquences auraient pu alourdir un bilan déjà lourd. Fort heureusement, la lucidité, la rapidité et l'audace d'un soldat ont permis d'atténuer les conséquences potentielles de cette attaque qui n'a fait "que" six blessés. Cette action de combat nous a inspiré quelques réflexions que nous vous livrons ci-dessous.

Le premier des éléments ayant empêché l'attaque ennemie d'atteindre son objectif est bien sur le facteur humain. Au delà de l'entrainement et de la maitrise affichée par le soldat ayant décidé de placer son engin entre l'assaillant et les soldats, il faut saluer sa lucidité, sa rapidité de décision et d'exécution ainsi que le courage des différents protagonistes de cette situation.

En premier lieu nous pouvons nous demander si ce geste aurait été possible avec un engin téléopéré ? Un opérateur situé à distance du lieu de l'action aurait-il eu la même vision globale et rapide de la situation et les images recueillies par les différents capteurs auraient elles été suffisantes pour provoquer une réaction ? Dans l'affirmative on peut se demander si l'engin sollicité aurait alors réagi avec la même promptitude pour s'interposer et se déplacer pour adapter si besoin sa position aux évolutions de la menace ? Aucune intelligence artificielle n'aurait analysé aussi vite et aussi efficacement la situation que l'homme qui a pris la décision et la mise en œuvre. Dans des conflits comme celui-ci, l'humain ne peut pas être remplacé, il doit être au coeur de l'action avec une vision directe du terrain lui permettant d'appréhender une situation donnée dans sa globalité. Au moment ou l'armée de terre s'apprête à déployer à titre expérimental des mules autonomes, cette action doit nous inciter à rester prudent dans l'usage des engins téléopérés dans des situations complexes, même si ceux ci sont présentés par leurs concepteurs comme des équipiers loyaux et fidèles. 

La seconde réflexion que nous souhaitons vous livrer porte sur la nature de la menace et la parade adoptée. Dans le cas du Mali, il semble que l'assaillant était de type Suicide Vehicle Born Improved Explosive Device ou SVBIED selon la terminologie en vigueur. Il a été possible de l'arrêter en plaçant de façon délibérée entre lui et les soldats un engin pesant entre 28 et 32 tonnes selon les versions et doté d'un blindage résistant à ce type d’agression. Il y a eu dans cette action une réelle adéquation entre la menace et la parade avec l'interposition de ce VBCI. Cette adéquation serait impossible face à une roquette ou un missile antichar car nos engins sont dépourvus de moyens automatisés de détection, d'alerte et de riposte face à ce type de menaces. Nous sommes aujourd'hui confrontés à un ennemi doté de moyens et d'armement assez rudimentaires. Si demain de nouvelles armes devaient faire leur apparition sur le théâtre serions nous en mesure de nous en protéger ? Alors que notre première réflexion écartait le recours abusif à l'intelligence artificielle dans une situation similaire, la seconde promeut son usage pour le développement de solutions de protection, car un jour le courage d'un turco pourrait ne plus suffire à éviter le pire. 

Les VBCI retirés du théâtre en 2014, ont fait leur retour en 2017 dans la bande sahélo saharienne pour renforcer le dispositif français. L'action menée a prouvé qu'un bon engin blindé servi par un équipage entrainé était une des clés de la réussite du combat blindé. Ceci ne doit pas faire oublier que la protection de ces engins reste faible face à certaines menaces auxquelles ils pourraient être très vite confrontés. Il est urgent d'agir pour remédier à des lacunes qu'aucun courage ne pourra masquer longtemps.

14 commentaires:

  1. Vous parlez de ceci:
    https://blablachars.blogspot.com/2020/12/vers-un-aps-francais.html

    Il y a du délai...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le remplaçant du VBL n'est pas près d'arriver:
      https://www.forcesoperations.com/vers-une-solution-europeenne-pour-remplacer-le-vbl/

      Supprimer
  2. Pas d'APS, des chars qui se comptent sur les doigts d'une main, des VCI sous armées sans chenille, une force médiane qui sacrifie sa puissance de feu, une protection anti-aérienne si ridicule que le simple fait de l'évoquer provoque l'hilarité, une armée échantillonnaire dont l'effectif total des force opérationnelle n'équivaut qu'a une force expéditionnaire (77 000 hommes)...

    Je suis sincèrement très inquiet de l'état de notre armée, toute guerre conventionnelle de haute intensité pourrait se solder par une véritable catastrophe, j'en viens même à douter de notre capacité à vaincre l'armée Turc.

    La situation est tel que toute comparaison avec Mai 1940 serait malhonnête : en effet, malgré le retard doctrinal de nos officiers, le matériel Français de l'époque n'avait certainement pas à rougir de sa contrepartie allemande.

    Nos haut officiers sont-ils à ce point aveugle ou est-ce moi qui suis à coté de mes pompes?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non je crois que vous n'êtes pas à côté de vos pompes et votre parallele avec mai 40 est intéressant car nous avions à l'époque un excellent matériel mais mal employé même si là aussi la bravoure fut au rendez vous !

      Supprimer
    2. Nous sommes en effet dans un conflit très atypique, de très très basse intensité (pas ou très peu de RPG (anti blindé) ou du moindre "manpad" (missile antiaérien portable)). Ce très grand confort opérationnel (nos flux logistiques sont en effet également très peu entravés et le terrain désertique ou semi désertique nous est technologiquement très avantageux.) risque très vite désormais de devenir une exception. L'avenir, proche, étant au conflits de techno-guérilla, du type Esbollah-2006, ou pire encore en zone urbaine, le grand terrain d’affrontement de d'après demain. Ceci même en Afrique sub saharienne.

      Petit rappel informatif : https://www.lopinion.fr/blog/secret-defense/vbci-est-il-adapte-mali-suite-144620

      Ronin.

      Supprimer
    3. Absolument d'accord avec votre analyse ! La relative faiblesse des adversaires de nos dernières opérations majeures (Afghanistan et BSS) ne doit pas nous faire oublier le monde qui nous entoure et la physionomie des autres affrontements !

      Supprimer
    4. La guerre est en Europe depuis 2013, mais chacun détourne la tête:
      https://youtu.be/QpNkMeN6EGM

      Pourtant c'est ce qu'il se rapproche le plus de la "haute intensité".

      Supprimer
  3. Question naïve (je ne connais pas le contexte) : d'après Wassim Nasr le SVBIED serait un tricycle. Pourquoi le VBCI s'est interposé physiquement au lieu d'engager le tir avec son arme principale ? Manque de temps, angle de tir ou peur de violer les règles d'engagement, ou autre raison ? Concernant l'angle de tir : est-il possible au VBCI d'atteindre un véhicule bas, repéré à courte distance ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne question ! Les infos divergent que la nature du SVBIED certains parlent de tricycles et d'autres de moto ! Je ne connais pas les règles d'engagement de cette mission mais on peut imaginer quil soit difficile d'ouvrir le feu à priori surtout si l'assaillant cache ses intentions jusqu'au dernier moment. Oui le VBCI peut ouvrir le feu à courte voire très courte distance, canon et mitrailleuse sont la pour ça !

      Supprimer
    2. En Afghanistan, il y a même eu le cas d'animaux piégés: ane, vache....
      Ce qui a inspiré un épisode aux "têtes à claques":
      https://youtu.be/oPV1g9iEa58

      Avec un petit clin d'oeil à Pulp Fiction:
      https://youtu.be/sQbac1cs5I0

      Supprimer
  4. Al-qaïda a 30 camps d'entraînement au Moyen-Orient et une vingtaine dans huit pays d'Afrique:
    https://mobile.twitter.com/Adv_WSM_GC_OEM/status/1283429005769822208

    Du coup, le VBIED est utilisé comme anti-véhicules:
    https://www.ege.fr/infoguerre/les-transferts-de-savoir-faire-dans-le-domaine-terroriste

    RépondreSupprimer
  5. Dans l'hypothèse où un véhicule du type Jaguar équipé de MMP soit dans le coin, le SVIED n'a pas un profil de T72.

    Il faut vraiment prendre conscience de l'intérêt d'un équipage bien entraîné dans un environnement bourré d'écrans.
    https://blablachars.blogspot.com/2021/01/une-intelligence-artificielle-pour.html

    En tout cas, quel cran!

    RépondreSupprimer
  6. On a des petites nouvelles:
    https://www.francetvinfo.fr/monde/terrorisme-djihadistes/operation-barkhane/document-franceinfo-on-a-fait-notre-job-on-a-sauve-des-vies-le-temoignage-d-un-soldat-francais-blesse-dans-une-attaque-terroriste-au-mali_4259509.html

    RépondreSupprimer
  7. À l'heure où tous les états-majors feignent de parler de "haute intensité", toujours aucun véritable VCI pour les soldats français:
    https://blablachars.blogspot.com/2020/08/un-concentre-de-technologies.html

    RépondreSupprimer