Pages

samedi 25 septembre 2021

LE CHAR DU FUTUR SELON ASELSAN

Toujours à la recherche d'un moteur pour son char Altay, l'industrie turque poursuit ses efforts de recherche tous azimuts dans le domaine des engins de combat terrestre. Profitant du salon des technologies Teknofest qui se tient en ce moment à Istanbul, la firme turque Aselsan a dévoilé sa vision d'un futur char sans équipage. L'engin représenté en images de synthèse présente une silhouette classique avec une tourelle plate installée sur la partie arrière du châssis ; celui-ci reçoit un certain nombre de capteurs comme des laser lidar, un radar frontal et des senseurs à ultrasons placés sur les flancs de l'engin. La tourelle armée d'un canon de calibre indéfini accueille un système de chargement automatique ainsi qu'un système de protection active dont les principaux éléments sont présentés dans la vidéo. Une des particularités de l'engin est le recours à des drones pour éclairer sa progression à la fois en terrain ouvert mais également à l'approche d'une zone urbanisée. L'engin est également doté de capacités d'acquisition et d'identification des objectifs dont il peut transmettre les coordonnées à d'autres systèmes déployés sur le champ de bataille.  Images futuristes issues d'une vidéo plus longue mentionnant à plusieurs reprises les difficultés de l'Altay et les réussites d'Aselsan dans le domaine des blindés lourds. A travers ces images, Aselsan veut démontrer sa capacité à entreprendre la conception d'un char qui pourrait suppléer aux défaillances du char Altay. Les ingénieurs et techniciens de BMC, héritiers des travaux de la firme Otokar  sont désormais condamnés à réussir le développement du char turc devenu objet politique autant que char de bataille.

L'INDE COMMANDE (ENFIN) 118 CHARS ARJUN MK1A

Attendue depuis la fin de l'année dernière, la commande de 118 chars Arjun Mk1A a finalement été officialisée hier. Cette notification met fin au processus entamé en décembre dernier et ouvre la voie à la production en série du char indien dans l'usine d'état de production de véhicules lourds située à Chennai. Le char Arjun Mk1A intègre plus de 70 éléments nouveaux et de nombreux composants "Made in India" conformément aux orientations définies par le Premier Ministre, Narendra Modi. Celui-ci avait symboliquement remis le premier char de ce type à l'armée indienne au cours d'une cérémonie en février dernier. L'Arjun Mk1A a connu un développement chaotique ayant entrainé de nombreux retards de ce programme de modernisation de son prédécesseur, l'Arjun aux performances souvent critiquées. Au delà du symbole politique, l'Arjun Mk1A doit également permettre à l'armée indienne de disposer d'un char moderne capable de se mesurer à ses homologues chinois.

PREMIERE VUE DE L'AICS ITALIEN

Après avoir posé les bases financières du remplacement du Dardo et alors que beaucoup (dont Blablachars) prêtaient à l'Italie l'intention d'acquérir des Lynx allemands, une image diffusée sur les réseaux sociaux a quelque peu ébranlé les certitudes.  C'est sous la forme d'une image de synthèse que l'on découvre ce à quoi pourrait ressembler le futur AICS (Armored Infantry Combat System) dont la conception serait confié au consortium CIO formé par Iveco et Oto Melara. on découvre sur cet image un engin doté d'un train de roulement à 7 galets (le Lynx en a 6). La forme générale ne montre aucune particularité avec un glacis avant assez prononcé et une silhouette générale correspondant aux standards actuels. La tourelle dont la forme générale semble s'inspirer de la HitFist de Leonardo avec une boule (optique ?) sur le toit de tourelle. Il est évidemment impossible de déterminer les caractéristiques du futur engin, cette image montre cependant le travail réalisé par les industriels italiens qui pourraient ainsi concevoir et produire l'engin nécessaire à l'armée italienne. La publication de cette image est peut-être destinée à faire "monter les enchères" et à suggérer à Rheinmetall que l'industrie italienne peut réaliser les 679 VCI prévus de façon quasi autonome. A nous Français, cette image doit nous rappeler que l'armée italienne comme la majorité de ses homologues européennes a choisi de conserver une capacité blindée mécanisée dotée d'engins chenillés à côté d'engins à roues. La position dogmatique de l'armée de terre sur ce sujet conduit à un isolement qui devient chaque jour un peu plus visible en Europe mais aussi dans le monde, ou de nombreuses armées se préparent également aux opérations de haute intensité. 

vendredi 24 septembre 2021

COMMANDOS BLINDES !

Le blog Opex 360 relate aujourd'hui la formation pour expérimentation d'une nouvelle unité de "commandos", destinée à faciliter la manœuvre des chars Leclerc, selon les termes du mandat confié par le CFT (Commandement des Forces Terrestres) à la 7ème Brigade Blindée. Les Centaures ont expérimenté ce concept au cours de l'exercice Carspach qui s'est déroulé au mois de juin dernier. Après le GCP (Groupement de Commandos Parachutistes), le Groupement de commandos de montage et le GAE-A (Groupement d’Aide à l’Engagement Amphibie, c'est au tour du GAE-B (Groupement d'Aide à l'Engagement Blindé) de voir le jour. Cette entité aurait pour vocation d'agir en avant des lignes amies pour faciliter la manœuvre des Leclerc. 

DES MUNITIONS ISRAELIENNES POUR LES LEOPARDS ESPAGNOLS

L'armée espagnole vient de conclure un contrat avec la société israélienne IMI Systems pour la fourniture de munitions de 120mm de type HE-T (High Explosive- Tracer) destinées aux chars Leopards 2E. Ce marché d'un montant de 3,6 millions d'euros prévoit la livraison avant le 15 décembre prochain d'un lot de 636 obus, conclut un appel d'offres auquel ont participé outre la société israélienne, la société espagnole FMG (Fabrica de Municiones de Granada) et la filiale munitions de Rheinmetall. Cette dernière a été exclue dès la première phase de l'appel d'offres tandis que les munitions espagnoles ont été jugées non conformes au cahier des charges.

lundi 20 septembre 2021

RMMV ENTRE EN PISTE POUR LE FUTUR MARCHE DE RENOUVELLEMENT DES CAMIONS FRANCAIS

Alors que les plus grandes incertitudes pèsent encore sur le calendrier de remplacement des camions de l'armée de terre, plusieurs constructeurs ont déjà manifesté leur volonté de prendre part à ce futur marché. Pour ce faire, Arquus a présenté en septembre 2020 la déclinaison 6x6 de son camion Armis existant déjà en version 8x8, tandis que Scania menait une opération séduction en recevant en début d'année la ministre des Armées pour une visite plutôt symbolique. Comme évoqué à plusieurs reprises, c'est au tour de RMMV (Rheinmetall Man Military Vehicles) de se positionner en vue du futur marché français. La firme allemande associée à un certain nombre d'industriels et d'équipementiers français présentera demain les camions composant sa gamme militaire, parmi lesquels on devrait retrouver la série HX, TGA, TG Mil ou encore l'ALHS ( Automated Load Handling System). Cette présentation constitue une première française pour le constructeur allemand et marque l'arrivée d'un concurrent de poids pour le futur marché de renouvellement des camions de l'armée française, dont l'urgence commence à se faire sentir pour quelques uns des véhicules en service. 

LE COUSIN CHINOIS DU TYPHOON VDV.

La famille Typhoon développée par la firme Kamaz semble compter depuis peu un nouveau membre de l'autre côté de la frontière chinoise. Un cliché récent a en effet montré un véhicule de type Mengshi équipé d'un module de combat assez similaire à celui qui équipe le Typhoon VDV K-4386 que l'on a pu voir au cours du défilé à Moscou en mai dernier. Le véhicule russe est armé d'un canon de 2A42 de 30mm installé dans un module de combat téléopéré basé sur le module Epoch. Les troupes aéroportées russes ont été les premières à recevoir cette nouvelle version du véhicule Typhoon. Le véhicule chinois semble recevoir un module assez similaire également organisé autour d'un canon de moyen calibre et plusieurs systèmes optiques, visibles sur le cliché. On ignore la destination de ce véhicule, mais il confirme la polyvalence de la plateforme conçue par Dong Feng que l'on retrouve désormais dans de nombreuses combinaisons récemment mises en service au sein l'APL.