Pages

vendredi 28 janvier 2022

DEBUT DES EVALUATIONS NORVEGIENNES

Les choses sérieuses ont débuté ce jeudi pour les deux concurrents de l'appel d'offres norvégien pour le remplacement des Leopards 2A4 et A6. Le camp de Rena où se dérouleront les essais des deux chars a accueilli hier de nombreux médias et autorités pour la journée de lancement officiel de la campagne d'essais, prévue durer quatre semaines. Cette journée a été l'occasion de voir pour la première fois les deux challengers côte à côte et de recueillir quelques informations sur le déroulement des essais et la vision norvégienne de ce programme d'acquisition.

Après s'être entretenu avec le CEO de Hyundai Rotem, le ministre norvégien de la Défense Odd Roger Enoksen a successivement embarqué à bord du Leopard 2A7NO et du K2NO pour découvrir les capacités des deux engins. Pour le déroulement des tests qui se dérouleront à huis clos, les deux firmes ont dépêché en Norvège une équipe de soutien d'une trentaine de personnes, techniciens civils et utilisateurs militaires qui seront chargés de piloter les chars durant les phases d'essais mais aussi de dialoguer entre opérationnels avec les militaires norvégiens. Les tests porteront sur la mobilité des chars en conditions hivernales et leur puissance de feu, qui sera évaluée au cours de tirs prévus se dérouler au milieu de la période d'essais. Les images des deux chars en déplacement ont permis de constater l'agilité du K2NO et l'efficacité de sa stabilisation, face au Leopard 2N0 qui semblait moins à l'aise et moins véloce. Les responsables norvégiens interrogés sur la compétition ont rappelé la volonté de la Norvège de disposer d'un char capable "d'affronter les chars russes et de survivre à un coup de ceux-ci" tout en adoptant le char nécessitant le moins de développement supplémentaire. Pour tenter de convaincre leurs interlocuteurs norvégiens, les sud-Coréens ont souligné l'aspect technologique du K2NO tandis que les Allemands ont mis en exergue l'appartenance à un vaste club Leopard européen, comptant parmi ses membres tous les voisins de la Norvège, à l'exception de la Russie ! Les caractéristiques des deux chars illustrent la différence de génération entre les deux engins puisque le K2NO servi par un équipage de trois hommes affiche un poids de 56 tonnes alors que le Leopard 2A7N0 avec son équipage de quatre hommes affiche 64 tonnes sur la balance. Pour tenter de justifier cet écart KMW affirme que 90% des neuf tonnes séparant le Leopard 2A7NO du Leopard 2A4 sont dédiés à la protection du char. Les chars sont tous deux armés d'un canon lisse de 120 mm d'une longueur de 55 calibres, le K2NO doté d'un chargement automatique emporte 40 obus tandis que le Leopard 2A7NO en embarque 37. La coopération industrielle occupera une place importante dans le choix du futur char qui sera doté de plusieurs équipements produits par des firmes norvégiennes dont Kongsberg qui fournira le système C4I et la RWS.
Cette période d'essais est la première étape d'un processus de sélection qui permettra de vérifier les performances des deux chars et leur degré de maturité technologique, de déterminer les axes de coopération industrielle et d'examiner les offres de KMW et de Rheinmetall. On attend avec impatience les prochaines images et infos en attendant la décision finale prévue en fin d'année pour des premières livraisons programmées dès 2025. 

13 commentaires:

  1. Avantages, opérationnels, tactiques, et stratégique, au K2, plus léger ; pour un niveau de blindage supposé équivalent à priori.

    RépondreSupprimer
  2. Quelle ironie quand on sait que le K2 est une copie de Leclerc...on ferait mieux de se lancer dans le MGCS avec la Corée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les coréens s'inspiraient du Leclerc pour faire le K2, pendant que dans le même temps, délire du tout-roue oblige, nous l'abandonnions et nous renoncions à le faire évoluer.
      A pleurer de rire en effet.
      Et du coup aujourd'hui ils concurrencent le Léopoard2 allemand, jusqu'en Europe...

      Supprimer
  3. " 90% des neuf tonnes séparant le Leopard 2A7NO du Leopard 2A4 sont dédiés à la protection du char" Bel enfumage.
    Plus un char est volumineux, plus il faut ajouter des tonnes pour une protection équivalente. La tourelle Leclerc n'est d'ailleurs pas proposée sur l'euro MBT pour rien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La tourelle du Leclerc, sur le Leclerc2.

      Supprimer
    2. Oui une approchez incrementale serait tellement plus efficiente que le fameux et hypothétique MGS.Premiere étape, un nouveau châssis bénéficiant d'un blindage moderne avec une tourelle équipée du 120mm existant, des nouvelles munitions Nexter et de l'optronique dérivée du Jaguar. Moteur hybride diesel électrique. Deuxième étape a échéance plus lointaine, ntégration du 140 m Nexter et d'un laser d'autodéfense.motorisation par une turbine safran hybride avec des moteurs électriques.

      Supprimer
    3. Tout à fait d'accord. Ce qui pourrait donner à nouveau naissance, et même donner lieu à une véritable renaissance, d'une grande famille de blindés modernes actuels, taillés pour la haute intensité (chars, automoteurs d'artillerie à grande capacité, antiaériens, génie, VCI, et autres.) :
      De quoi, pour la France, revenir enfin dans la course ; après vingt ans de sortie de route en matière d'équipements terrestres...

      Supprimer
  4. une idée sur comment les blindages vont être comparés?

    RépondreSupprimer
  5. Leclerc et K2 les seuls chars modernes, les Léo et M1 des améliorations de vieux char, sur le K2 et le Leclerc la différence de poids ne justifie pas une moindre protection, car ces chars moins volumineux (3 hommes au lieu de 4), disposent d'une masse de blindage plus concentrée, et de possibilités d'évolution que ces deux monstres que sont les Léo et M1 qui n'ont plus de réserve d'évolution, et je ne parle même pas des performances de tir du Leclerc, quand un Leclerc fait but à plus de 40 km/h sur une cible à plus de 3000 m, les deux autres font but à 1500 m en roulant à 20 km/h sur une piste gravillonnée et plate.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout ce que vous dites est exact ; les équipements aux dimensions réduites, plus difficile à toucher également, étant une des grandes grandes traditions et spécificité des équipements des armées françaises, d'autrefois.
      La différence avec le K2 étant que ce dernier, char de dernière génération, plus récent, est équipé de blindage de dernière génération. Ce qui fait, outre ses dimensions réduites, que le k2 avec ses 55-56 tonnes est très probablement aussi blindé et protégé, voire plus, que les dernières versions des Léopard2A7 et des M1, et leur 66-68 tonnes :
      En 25 ans la techniques, de blindage mais aussi des munitions, ont bien évoluée, et le Leclerc n'ayant, contrairement aux autres chars que vous citez, jamais été revalorisé malheureusement.

      Supprimer
  6. Romin, erreur le blindage du Leclerc a largement évolué au niveau de celui des K2, évolution que je ne peut vous dévoiler.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faux, à part quelques plaques rapportées contre les missiles dits antichars et les charges creuses, il n'y a eut, et ils n'est d’ailleurs aucunement prévu (à part quelques blindages cage !!!!!), de blindage supplémentaire ; sinon le poids aurait augmenté, comme sur les Léopard2 et les M1 qui sont passés justement de 55 tonnes d'origine aux 66-68 tonnes actuelles.
      C'est la différence avec des chars conçus d'emblée avec les dernières générations et évolutions des blindages (plus efficace à poids égal, ou plus léger à efficacité égale ; ou les deux !!), ou prévus et anticipé comme évolutifs, et ceux ayant à composer avec des blindages, rapportés.
      ...
      C'est pour cela qu'aujourd'hui on devrait passer directement au L2, leclerc2, s'inspirant du Leclerc, mais remis à jour notamment avec les blindages actuels, pas ceux d'il y a un quart de siècle (encore une fois les diverses techniques, courantes, ont bien évoluées depuis.). De quoi rééquiper les armées françaises, en priorité, et de concurrencer à la fois le Léopard2A7, le M1A2, et le K2, en Europe (Norvège, Pologne, etc...), et partout ailleurs (Moyen-orient, Inde, etc... Voir jusqu'en Australie...).

      Supprimer
    2. Il faut espérer que la DGA et l'industriel ne sont pas restés inactifs et certaines informations confirment vos propos relatifs à une évolution de la protection du char. Cependant on ne peut s'empêcher de souligner la frilosité de la rénovation Leclerc !

      Supprimer