Pages

lundi 23 mai 2022

LA NUIT EN ALGERIE

L'armée algérienne a mené ces derniers jours un exercice nocturne de grande ampleur dans lequel plusieurs unités ont été impliquées. C'est la 1ère brigade blindée appuyée par des détachements de la 11ème Division mécanisée qui a fourni l'essentiel des participants à l'exercice Radaa 2022 dont le thème principal était la réalisation d'une offensive terrestre rapide dans un environnement de guerre électronique et sous couverture aérienne. Les images ci-dessous permettent de voir que les principaux matériels en service dans l'ANP (Armée Nationale Populaire) ont été engagés dans cet exercice parmi lesquels des T-90SA, des BMP Berezhok, des canons 2S3, des engins de défense anti-aérienne ZSU23-4 Shilka ainsi que des hélicoptères MI-28. Cet exercice s'est déroulé dans la Vème Région Militaire, sur le terrain de manœuvres d'Amdukal situé à proximité de la ville de Batna dans le nord-est du pays, non loin de la frontière algéro-tunisienne.  

DES LAV III POUR LA COLOMBIE.

Le ministère colombien de la Défense a approuvé la semaine dernière l'acquisition de 50 véhicules LAV III DVH (Double V Hull) produits par GDLS (General Dynamics Land Systems). Cette transaction dont le montant n'a pas été révélé a été conclue par entente directe entente directe entre la firme américaine et l'armée colombienne qui financera cette acquisition. La procédure d'achat à travers le mécanisme des FMS (Foreign Military Sales) n'a pas été retenue pour la réalisation de cette opération, car jugée désavantageuse pour la Colombie. Ces 50 exemplaires supplémentaires vont rejoindre les 32 déjà en service dans les forces armées colombiennes aux côtés des véhicules Textron M1117 en attendant la possible arrivée de chars M1A2 pour lequel Bogotá a récemment exprimé son intérêt

NOUVELLE POLEMIQUE EN ALLEMAGNE

Le quotidien allemand Bild a publié aujourd'hui des informations selon lesquelles le gouvernement allemand bloquerait toujours le transfert d'une centaine de VCI Marder vers l'Ukraine. Les demandes d'exportation formulées par Rheinmetall auprès du Conseil Fédéral de Sécurité (BSR) n'ont toujours pas été approuvées un mois après leur dépôt. Ce conseil aurait statué en une journée sur la réexportation vers l'Ukraine de 56 engins blindés ex-NVA détenus par la République Tchèque. Selon le quotidien, ce blocage serait à l'origine du retard de six semaines pris dans l'acheminement des Marder. Un document interne au Ministère de la Défense consulté par le journal allemand précise que 32 Marder sont actuellement disponibles pour une éventuelle remise à niveau avant leur expédition en Ukraine. Cette version contredit les propos des autorités fédérales selon lesquelles aucun Marder n'est actuellement disponible dans la Bundeswehr pour un éventuel transfert vers l'Ukraine. Le quotidien allemand attaque ce qu'il nomme la "doctrine Scholz" qui consiste à ne pas fournir d'armes lourdes à l'armée ukrainienne. Cette ligne est sévèrement critiquée par la CSU pour laquelle l'attitude du gouvernement n'est "objectivement plus explicable". Un responsable du parti de centre-droit a déclaré que l'Allemagne aurait " ...pu soutenir l'Ukraine beaucoup plus efficacement dans sa lutte[...] le gouvernement fédéral freine constamment" avant d'exiger "la livraison des Marder et des Leopard" objets des demandes d'exportation formulées par Rheinmetall.

vendredi 20 mai 2022

MODIFICATIONS UKRAINIENNES

Après les premiers Bushmaster donnés par l'Australie à l'Ukraine, c'est au tour des T-72M1 polonais de faire leur apparition dans le conflit qui oppose la Russie à l'Ukraine depuis le 24 février. A la différence de leurs "cousins" à roues australiens, les chars donnés par Varsovie ont subi quelques transformations avant leur déploiement. De récents clichés montre que les T-71 polonais sont désormais équipés de briquettes de blindage réactif de type Kontakt-1 et semblent avoir équipés d'une caméra thermique KLW-1 Asteria, produite la firme polonaise PGZ. cet équipement disponible au poste tireur permet d'accroitre les capacités de tir et d'observation de ces engins. Les chars en provenance de Tchéquie auraient également reçu des briquettes Kontakt-1, dont les éléments explosifs 4S20 sont produits par la société tchèque STV. Les chars donnés par la Pologne et la Tchéquie ont vraisemblablement été engagés dans la contre-offensive ukrainienne dans la région de Kharkiv, comme le montre les images d'un convoi de T-72 M1 et M1R fournies par la télévision ukrainienne. 

NOUVEAUX CONTRATS DE PRODUCTION POUR LE JAVELIN

La firme américaine Lockeed Martin a annoncé sur son site l'attribution de deux contrats de production pour le missile antichar FGM-148 Javelin. Notifiés à la JV (Joint Venture) formée par Lockeed Martin et Raytheon, ces deux contrats d'une valeur de 309 millions de dollars incluent les 1300 missiles Javelin fournis à l'Ukraine dans le cadre du Supplemental Appropriations Act ainsi que des commandes de pays étrangers parmi lesquels la Norvège, la Thaïlande, l'Albanie et la Lettonie. Selon le vice président de la JV, les deux sociétés font face à une demande en forte augmentation à laquelle elles s’efforcent de répondre dans les meilleures conditions. Lockeed Martin qui a déjà produit plus de 50000 missiles depuis la mise en service du Javelin envisage de porter la production annuelle à plus de 2100 exemplaires (niveau actuel) grâce à des investissements importants. De son côté Raytheon qui a livré plus de 12000 CLU (Command Launch Unit) réutilisables investit également pour augmenter la production de ces modules CLU.

DES LEOPARD 2A4 POUR LA TCHEQUIE, EN ATTENDANT MIEUX ?

La République Tchèque a confirmé hier qu'elle recevra 15 Leopard 2A4 de l'Allemagne des matériels donnés à l'Ukraine. Selon le ministère tchèque de la Défense, cette opération fait déjà l'objet d'un accord en attendant la signature des contrats officiels qui devrait intervenir dès cet été. Parallèlement à ce transfert, les deux pays devraient entamer prochainement des négociations portant sur l'achat de 50 Leopard 2A7 dans les années à venir. Les Leopard 2A4 fournis à la République Tchèque (dont un en version dépannage) devraient permettre à l'armée tchèque de créer une brigade lourde, conformément aux recommandations de l'Otan et d'améliorer son interopérabilité avec les pays voisins (Hongrie, Pologne) également utilisateurs du char allemand. La fourniture des 15 Leopard 2A4 s'inscrit dans le concept "Ringtausch" qui prévoit le soutien aux pays transférant à l'Ukraine leurs matériels d'origine soviétique par la fourniture de matériels plus modernes en service. Cependant, pour permettre à l'armée allemande de conserver son potentiel, seuls des matériels plus anciens et nécessitant des rétrofits seront inclus dans ces futurs transferts. Parallèlement au concept de Ringtausch, Berlin continue de développer les dons directs d'armement à l'Ukraine, avec la fourniture d'obusiers PzH2000 et de véhicules de défense anti-aérienne Gepard.

jeudi 19 mai 2022

COMBINAISON ALLEMANDE.

Le lieutenant-général Alfons MAIS, inspecteur général de la Bundeswehr a donné hier aux médias allemands quelques indications sur le remplacement des Marder encore en service dans l'armée allemande. Selon ses propos, ces engins pourraient être remplacés par une combinaison de véhicules à base de Puma et de Boxer. L'armée allemande ne commanderait que 100 VCI chenillés au titre de la seconde tranche du programme, au lieu des 210 engins initialement prévus. Cette réduction de volume permettrait de dégager des marges budgétaires par rapport aux 3,96 milliards d'euros budgétisés pour l'acquisition d'une seconde tranche de 229  Puma, comme initialement prévu. Une commande complémentaire de 129 Boxer permettrait de remplacer la totalité des 229 Marder. Cette solution combinée permettrait d’accélérer le retrait des Marder du service actif afin de les rendre disponibles pour de futurs marchés export comme la Grèce, ou des dons supplémentaires à l'Ukraine. Concernant le Boxer, l'intérêt de la Bundeswehr pour cet engin n'est pas nouveau et s'inscrit dans la volonté de doter l'armée allemande de forces intermédiaires même si le choix de son armement n'est pas encore arrêté. Deux solutions sont actuellement envisagées, la première consisterait à doter le Boxer de la tourelle Lance 2.0 tandis que la seconde envisagerait le montage sur le blindé allemand de la tourelle téléopérée du Puma. Les deux solutions présentent de nombreux avantages en termes de formation, maintenance ou cout de possession et d'utilisation rendant complexe le choix de la solution définitive. Quelque soit le choix de la Bundeswehr, celle-ci disposera à terme de VCI chenillés et à roues armés d'un canon de 30mm avec capacité ABM. Un atout à ne pas négliger dans l'avenir !

lundi 16 mai 2022

DES BMP-T TERMINATOR EN UKRAINE

Les BMP-T Terminator dont on avait déjà aperçus quelques exemplaires sur des trains stationnés à proximité de la frontière russo-ukrainienne sont désormais probablement déployés au sein des forces russes agissant en Ukraine. Une vidéo postée cette après midi par un internaute ukrainien permet de voir une colonne composée de sept de ces engins progresser sur une route. Selon cet internaute, les images ont été filmées à proximité de la ville de Sievierodonestk, à moins de 100km à l'ouest de la frontière orientale de l'Ukraine et à 80 km au nord ouest de la ville de Louhansk. Le déploiement de ces engins particulièrement efficaces pour les opérations en zone urbaine confirmerait l'importance des villes de la région dans la stratégie russe. Bien que doté de quatre missiles antichars, le BMP-T Terminator peut se révéler plus particulièrement efficace dans des missions d'appui à l'infanterie grâce à ses deux canons de 30mm. Comme la majorité des matériels russes déployés en Ukraine, la confirmation de la présence de ces engins sera peut-être fournie dans les prochains jours par les images de leur destruction. 

LE DON AUSTRALIEN EST BIEN ARRIVE

Les Bushmaster donnés à l'Ukraine par l'Australie semblent être arrivés à bon port et déjà à l’œuvre au sein de l'armée ukrainienne. L'envoi de ces vingt véhicules décidé et approuvé par le Parlement australien au début du mois d'avril permet de répondre à une demande personnelle du président ukrainien au cours d'une intervention auprès des parlementaires de Canberra. Parmi les vingt véhicules donnés par l'Australie, deux sont déclinés en version en ambulance, 14 équipés d'une RWS (Remote Weapon Station) EOS R400-Mk2 qui peut être armée d'une mitrailleuse de 7,62 ou 12,7mm ou d'un lance grenades automatique Mark 19 de 40mm et est équipée d'un viseur jour / nuit thermique. L'engin visible sur la photo ci-dessous a été vu dans la partie est de l'Ukraine, confirmant leur déploiement dans la zone des combats. L'envoi de ces engins constitue une des dernières décisions du gouvernement dirigé par Scott Morrison avant les élections fédérales de samedi prochain, dont le résultat devrait permettre de désigner le vainqueur de la phase 3 du programme Land 400. 

UN NOUVEAU CONSORTIUM DANS LE DOMAINE DE L'ANTICHAR

Le groupe d'armement polonais PGZ (Polska Grupa Zbrojeniowa) a annoncé aujourd'hui la création d'un consortium avec la firme turque Otokar pour le développement et la production de véhicules chasseurs de chars destinés à être intégrés au catalogue de la firme polonaise. Avant cela, le futur engin sera proposé aux forces armées polonaises qui ont exprimé à plusieurs reprises leur intérêt pour ce type de véhicule. Ce programme prévoit l'intégration de missiles antichars de dernière génération sur une plateforme moderne ainsi que le développement des véhicules de soutien et de commandement. Outre les deux sociétés citées, le consortium nouvellement créé regroupe des sociétés polonaises telles HSW SA déjà en charge de la production du Borsuk, Mesko SA spécialisée dans la fourniture de munitions et WZE SA, produisant des composants électroniques embarqués. La firme turque spécialisée dans la réalisation de plateformes devrait amener au consortium son expertise acquise dans le développement de l'Arma, du Tulpar et des tourelles Mizrak.

dimanche 15 mai 2022

UNE OFFRE SURPRENANTE ?

La fourniture à l'Ukraine de systèmes d'armes anciens détenus  par plusieurs pays d'Europe centrale pouvait être compensée par la livraison d'équipements plus récents susceptibles de remplacer les matériels transférés. La Slovaquie a indiqué la semaine dernière que son pays était prêt à se séparer de 30 T-72M4 CZ si ceux-ci étaient remplacés par des Leopard 2. Les propos tenus par la ministre tchèque de la Défense indiquant que son pays était en négociation avec l'Allemagne pour le remplacement des chars T-72 par des Leopard 1 ou 2 ont suscité une très vive inquiétude dans les milieux de la Défense et provoqué de nombreuses réactions de . Ainsi l'ancien chef d'état major général tchèque, au cours d'un entretien à la télévision a souligné le caractère dépassé du Leopard 1 et que cela serait "stupide" et ferait revenir "aux années 60". Les réactions à une possible offre de Leopard 1 par l'Allemagne dont aucune des parties impliquées n'a formellement confirmé ou infirmé l'existence, visent peut être à créer une pression supplémentaire sur les autorités politique tchèques pour tenter d'obtenir des chars d'un niveau satisfaisant. L'ancien CEMA a ainsi estimé que la fourniture de Leopard 2A4 constituerait une solution acceptable permettant d'envisager ensuite leur modernisation. Celle-ci pourrait être similaire à celle des Leopard 2 polonais, dont 142 exemplaires doivent être portés au standard 2PL. Ce nouvel épisode dans le feuilleton du soutien à l'Ukraine illustre les profonds changements que la crise ukrainienne a déjà provoqué sur le marché de l'armement terrestre en Europe, appelé à évoluer dans les mois à venir. Le salon Eurosatory sera certainement le lieu de nombreuses discussions autour de ces transformations et des enjeux qui y sont liés.

RHEINMETALL ENTRE TEASING ET VUE D'ARTISTE POUR PREPARER EUROSATORY

A moins d'un mois du salon Eurosatory, les industriels privés de l'édition précédente pour cause de pandémie, attendent cet événement avec enthousiasme, décuplé par les événements se déroulant en Ukraine. C'est dans ce cadre que de nombreux exposants ont commencé à diffuser sur les différents réseaux sociaux des teasing et des annonces. La firme allemande Rheinmetall Defence a illustré sa page internet consacrée à Eurosatory par une vision d'artiste du char Leopard doté d'une tourelle et d'un châssis inconnu. La tourelle n'est pas sans rappeler celle équipant la nouvelle version du Lynx présentée le mois dernier, tandis que le châssis représenté semble équipé du système de protection active ADS. Cette vue artistique du char allemand pourrait annoncer la présentation à Eurosatory d'une nouvelle version du Leopard (A8X) intégrant de nombreuses évolutions et susceptible d'intéresser les pays européens souhaitant moderniser leurs chars, comme la Grèce. Le second teasing de la firme allemande est une courte vidéo de 33 secondes nous annonçant la présentation d'un nouvel animal à Eurosatory. La firme allemande n'en serait pas à son coup d'essai à Villepinte, puisqu'elle avait déjà profité de l'édition 2018 du salon français pour dévoiler le Lynx KF41. Vivement le 13 juin donc !

LA BELGIQUE RECOIT SES PREMIERS CRV TAURUS

La Belgique a reçu ses premiers camions de dépannage Taurus, dont le marché avait été attribué à SOFRAME. Les 15 CRV (Combat Recovery Vehicle) prévus dans le contrat développés par la firme française sur la base d'un châssis Mercedes Actros sont équipés de différents systèmes de remorquage et de levage permettant de tracter un véhicule d'un poids maximum de 39 tonnes, soit la majorité des engins en service au sein de la Composante Terre. Ces systèmes sont complétés par un kit BDR (Battle Damage Repair), de connections électriques et pneumatiques ainsi que de nombreux outils. Le châssis Mercedes est motorisé par un moteur diesel de 6 cylindres en ligne développant 476 ch, avec un couple maximum de 2300 Nm à 1100 tours / minute. Cette motorisation est associée à une boite automatique G 330-12 disposant de 12 rapports avant et de quatre vitesses arrière. La cabine blindée du Taurus est équipée d'une protection balistique et contre les mines similaire à celle du Dingo II. Pour compléter sa protection, le Taurus embarque une RCWS DeFNder (Fabriquée par la firme belge FN Herstal) armée d'une mitrailleuse de 7,62mm, ainsi que le système Rosy (Rapid Obscuring SYstem) permettant de déployer un écran efficace contre les systèmes de guidage TV, EO, IR, laser et SACLOS (Semi Automatic Line of Sight). SOFRAME, filiale du groupe Lohr produit déjà de nombreux équipements à l'étranger et pour l'armée française et a été choisie par la Gendarmerie Nationale en octobre dernier pour fournir le remplaçant du VBRG.

vendredi 13 mai 2022

LE JLTV DANS TOUS SES ETATS

L'arrivée prochaine des premiers JLTV commandés par la Belgique permet à la firme liégeoise John Cockerill Defense de présenter une version originale du véhicule produit par Oshkosh Defense. C'est à l'occasion du Modern Marine Day Expo 2022 qui s'est tenu du 10 au 12 mai à Washington que les visiteurs ont pu découvrir le JLTV équipé d'une tourelle CPWS (Cockerill Protected Weapon Station) Gen 2. Cet équipement qui peut recevoir une grande variété d'armement était doté d'un canon M242 Bushmaster de 25x137mm et deux lanceurs missiles sur le côté de la tourelle. Ce montage n'est pas sans rappeler celui effectué sur le Sherpa 2 pour les marchés export. L'exposition de Washington a également permis de voir le véhicule américain dans une version antichar dont les premiers exemplaires ont été récemment livrés au commandement américain des opérations spéciales (US Special Operations Command). Cette déclinaison du JLTV reçoit lanceur téléopéré pouvant être adapté en moins de 20 minutes sans aucune modification sur n'importe quel JLTV grâce à une interface simplifiée et un système de palettisation de la plateforme. 

LA MODERNISATION DU CASCAVEL EN BONNE VOIE

Le projet brésilien de modernisation des EE9-Cascavel initié en novembre dernier a franchi une nouvelle étape avec la désignation du Consorcio Força Terrestre. Ce dernier composé des sociétés locales Akaer, Universal Engenharia et Opto Space Defense sera en charge de la modernisation d'un nombre encore déterminé d'engins (entre 98 et 201) pour un budget de 14,5 millions de dollars. Le calendrier du programme prévoit la réalisation de deux prototypes, qui devrait précéder la fabrication d'un premier lot de sept engins. Au sein du consortium, Akaer assurera la maitrise d’œuvre du projet et sera en charge de l'intégration des véhicules, Universal devrait se voir confier l'intégration systèmes et la responsabilité de la fabrication, et Opto s'occupera des capteurs et de l'électronique embarquée. Les opérations de modernisation du Cascavel prévoit la mise en place d'une conduite de tir et d'optiques de nouvelle génération ainsi que d'un système de commandement et de contrôle modernisé. La tourelle motorisée électriquement devrait conserver son canon de Engesa EC-90 de 90mm ainsi qu'un lanceur permettant le tir de quatre missiles antichars. Cet équipement prévu pour être intégré sur un tiers des engins modernisés, sera réalisé localement et devra être capable de recevoir des missiles antichars déjà en service ou devant équiper l'armée brésilienne, comme le Spike israélien commandé à plus de 100 exemplaires en décembre dernier.

PREMIERS TESTS REUSSIS POUR LE MOTEUR SUD COREEN SUR L'ALTAY

Le président des industries de défense turques a annoncé hier le début des tests du char Altay équipé du moteur sud-coréen Doosan Infracore DV27K. Selon Ismail Demir, les très bons résultats obtenus lors de l'intégration et des premiers essais du groupe motopropulseur à bord de l'engin permettent d'envisager une production en série du char et de sa motorisation. Les premiers moteurs en provenance de Corée du Sud ont été réceptionné au mois de mars, permettant d'envisager le début des tests en mai. I. Demir a précisé que les essais effectués s'étaient déroulés avec une transmission allemande (Renk) en attendant l'arrivée prochaine de la boite de vitesses sud-coréenne dont l'intégration devrait prolonger les essais, avant d'envisager un démarrage de la production en série du char dans les deux prochaines années. Parallèlement à l'adoption de la solution sud-coréenne,  BMC poursuit le développement du moteur Batu et d'une boite de vitesses nationale, pour laquelle la firme turque qui ne possède pas toutes les technologies requises pourrait faire appel au groupe Fiat / Iveco. Le moteur Doosan Infracore DV27K est 12 cylindres diesel en V qui développe 1500 ch et devrait permettre à l'Altay d'atteindre la vitesse de 65 km/h et une autonomie de 450 km.

mardi 10 mai 2022

FIN DE FORMATION INITIALE POUR LES EQUIPAGES POLONAIS

La formation initiale des premiers équipages polonais de  au sein de la 1ère Division d'Infanterie (Fighting First) américaine s'est achevée la semaine dernière. Prévus pour servir sur les premiers exemplaires des 250 M1A2 SEPV3 acquis par la Pologne, ces équipages vont désormais entamer leur transformation sur cette version du char qui intègre de nombreuses modifications par rapport aux versions précédentes. Les équipages polonais appartiennent à la la 1 Warszawska Brygada Pancerna qui devrait recevoir les premiers exemplaires des chars américains dès l'été prochain. Cette unité est intégrée à la 18ème division d'infanterie mécanisée stationnée dans l'est du pays.

LE VCR DRAGON ENTRE RETARD ET PENALITES

Les cinq premiers démonstrateurs du VCR 8x8 Dragon seront livrés le 30 juin prochain au Ministère de la Défense espagnol, confirmant le retard pris par le programme dont les principaux jalons ont déjà subi quatre décalages. Le dernier d'entre eux a été formalisé en décembre dernier par les autorités espagnoles et les firmes impliquées dans ce programme, ces dernières étant dans l'impossibilité de respecter les jalons contractuels prévus. Ce nouveau report de livraison s'accompagne de pénalités pour les entreprises concernées (Santa Barbara Sistemas, Indra et Sapa Placencia) et entraine le rééchelonnement du paiement unique de 92 millions d'euros. L'accord de décembre dernier précise en outre que les tests de réception en usine et sur site devront être effectués avant le 30 juin, date limite de réception des cinq premiers engins. Les tests de résistance aux mines et de balistique devront être réalisés avant mars 2023 avec les démonstrateurs D4 et D5 dont la destruction est prévue dans cette phase du programme. Le calendrier initial du contrat signé en décembre 2015 prévoyait la livraison des cinq premiers engins en novembre 2018, avant que celle-i ne soit décalée à juillet 2019, puis à mai 2020, avant d'être reportée à décembre de la même année, avant un ultime décalage à octobre 2021, amenant le contrat à la date limite de la dernière prolongation en décembre 2021. Depuis mi-2019, les entreprises concernées seraient sous le coup d'une astreinte journalière de 10 000 euros, dont le cumul pourrait avoisiner les 10 millions d'euros. Ces décalages successifs de la livraison des premiers démonstrateurs a entrainé le report en aout 2020 (avant la fin des essais des prototypes) de la signature du contrat de livraison des 348 premiers véhicules de série, dont les sept premiers exemplaires pourraient arriver en fin d'année selon le calendrier actuel du programme. Les difficultés de choix d'une tourelle et le retard pris dans le développement de a Guardian pourraient figurer parmi les causes potentielles de ces multiples retards,sur lesquelles aucune des parties impliquées dans le projet n'a souhaité communiquer. 

SOUTIEN SLOVAQUE SOUS CONDITION

Le ministre slovaque de la Défense, Jaroslav Nad a indiqué vendredi dernier que son pays disposait encore de matériels susceptibles d'être transférés à l'Ukraine. Selon le ministre, ce transfert repose sur le remplacement des équipements concernés parmi lesquels figurent des BMP-1 et des T-72. A l'issue de sa rencontre avec son homologue allemand Christine Lambrecht, Jaroslav Nad a déclaré que son pays était prêt à transférer en Ukraine 30 char T-72 si ces engins étaient remplacés par des Leopards 2. La Slovaquie étudie également le transfert d'obusiers de 155mm Zuzana, dont on ne sait si le remplacement par du matériel allemand est également demandé. La demande slovaque pourrait rencontrer un écho favorable en Allemagne où la question d'un soutien direct à l'Ukraine continue de diviser la classe politique. Le remplacement de chars transférés à Kiev par des pays tiers, permettrait de démontrer le soutien de Berlin et de faire entrer un nouveau pays dans le club Leopard ! Par ailleurs, la firme slovaque Konstrukta Defense a signé ces derniers jours un contrat portant sur la remise en condition de matériels ukrainiens endommagés, dont le premier lot est constitué d'une douzaine de véhicules BRDM-2.

NOUVELLE COMMANDE DE VEHICULES SCORPION

Une nouvelle commande de véhicules du programme Scorpion a été notifiée aujourd'hui au GME ( Groupement Momentané d'Entreprises) composé de Nexter, Arquus et Thales. Notifiée par la DGA, cette commande porte sur la TC4 (Tranche Conditionnelle 4) du programme et prévoit la livraison de 88 Jaguar et de 302 Griffon. Intervenant quelques jours après la réception des premiers Serval et la commande de 54 Griffon MEPAC (Mortier Embarqué Pour l'Appui au Contact), cette nouvelle notification permet à l'armée de terre de poursuivre le renouvellement de ses véhicules blindés médians. Cet quatrième tranche permet de confirmer les objectifs fixés par la LPM 2019-2025 et porte le total d'engins commandés à 150 Jaguar et 909 Griffon. Conformément aux déclarations du Général Bukhard alors CEMAT, seuls 681 exemplaires de ce dernier engin seront équipés d'un tourelleau Hornet, soit 75% du parc avant que ce taux ne tombe à 50% au-delà de cette date.

QUI SE SOUVENT DU QBD ?

Le retour des blindés en Europe et les grands exercices de l'Otan qui l'accompagne fournissent l'occasion de (re)découvrir des matériels et des savoir faire que certaines armées ont conservés. L'acheminement par voie ferrée de matériels lourds américains comme le M1 Abrams ou le M88 Hercules pour l'exercice Europe Defender 2022 a permis aux équipages de renouer avec des opérations et des équipements utilisés avec ce mode de transport. Parmi ces derniers, le QBD ou Quai en Bout Démontable appartenant à l'armée polonaise et utilisé pour le débarquement des M1 Abrams et des M88 Hercules. Permettant de s'affranchir des infrastructures ferroviaires le QBD a été mis en oeuvre pendant de longues années par les unités blindées françaises au cours d'exercices impliquant un transport des matériels par voie ferrée. 

samedi 7 mai 2022

RHEINMETALL ENTRE RESULTATS ET PERSPECTIVES

La présentation des résultats trimestriels de Rheinmetall le 6 mai a permis à la firme allemande de dévoiler plusieurs prospects et potentialités de marché pour les engins blindés. Sur le plan domestique et sans surprise, l'Allemagne reste le principal accélérateur de croissance pour le groupe, portée par les conséquences de la guerre en Ukraine dont les impacts financiers sont clairement représentés. Les 100 milliards d'euros d'investissement dans la Bundeswehr décidés par le Chancelier au lendemain de l'offensive russe en Ukraine et votés en mai dernier devraient produire leurs effets sur le carnet de commandes de la firme allemande, dès le mois de juillet. A l'export les principaux marchés évoqués sont sans surprise l'Australie avec la Phase 3 du Programme Land 400, la Slovaquie et les USA avec le programme OMFV (Optionally Manned Fighting Vehicle) actuellement dans sa seconde phase. La Slovénie le mois dernier, la Lituanie et le Royaume-Uni qui devraient également acquérir des Boxer supplémentaires, pourraient être rejoints par la Grèce et l'Italie. Si pour ce dernier pays aucune précision n'est apportée sur les engins concernés, pour la Grèce, les ambitions allemandes sont centrées autour du Leopard pour une éventuelle modernisation et du Lynx confirmant ainsi les informations données par Blablachars au début du mois d'avril. A noter l'absence de la Norvège dans cette évocation, qui pourrait confirmer le choix d'Oslo en faveur du K2 sud-coréen. Le bilan présenté par le groupe allemand reste cependant plombé par les difficultés d'approvisionnement en provenance de Chine, remettant au premier la nécessité d'une véritable autonomie stratégique dans le domaine. 

jeudi 5 mai 2022

ENCORE UN NOUVEAU VENU RUSSE EN UKRAINE

Après le premier T-90M (qui aurait connu quelques déboires depuis) aperçu à la fin du mois d'avril, c'est au tour des VCI d'accueillir un nouveau venu sur le théâtre ukrainien avec le déploiement des premiers BMP-2M Berezhok. Les engins qui appartiendraient à un détachement baptisé les "Cosaques du Don" en référence à la territoire historique de cette cavalerie d'élite. Le BMP-2M Berezhok est une version modernisée du BMP2 armée d'un canon 2A42 de 30mm et de deux lanceurs doubles permettant le tir de quatre missiles antichars 9M133 Kornet. Ces armes ainsi qu'une mitrailleuse PKT de 7,62mm et un lance-grenades automatique de 30mm AGS-17 sont installés dans le module de combat téléopéré Berezhok. Le BMP-2M bénéficie également d'un viseur thermique Sozh, d'une conduite de tir modernisée et d'un moteur six cylindres de 360 ch, lui procurant un rapport poids puissance de 22,5 ch/t. 

L'INDONESIE EVALUE LE KIRPI II ET LE VURAN

Forts de ses récents succès aux Philippines et en Indonésie, les industriels de défens turcs renforcent leur position sur les marchés du sud-est asiatique. C'est dans ce dernier pays avec lequel Ankara entretient des coopérations industrielles et co-produit le char léger Kaplan / Harrimau qu'est actuellement évalué le MRAP (Mine Resistant Ambush Protected) Kirpi II. Cette évaluation devrait déboucher sur l'acquisition par Jakarta d'un nombre important de ces engins ainsi que de Vuran. Ces deux véhicules sont développés et produits par la firme turque BMC, également en charge du programme Altay. Le Kirpi II est un 4x4 d'un poids de vingt tonnes qui peut transporter jusqu'à 13 combattants et être décliné en plusieurs versions, pouvant être équipées de différents systèmes et armements. Le Vuran, également 4x4 affiche un poids de 16 tonnes et peut transporter jusqu'à 9 combattants, un mortier sous casemate ou un système de lance-roquettes multiples. Ces deux véhicules ont été déployés en Libye par les forces armées turques. 

FEU VERT ISRAELIEN

Le gouvernement israélien a autorisé hier les pays de l'Otan à fournir des armes d'origine israélienne à l'Ukraine. Parmi les équipements concernés par cette autorisation figure le missile antichar Spike, en service dans de nombreux pays de l'Otan. Adopté par 39 pays, ce missile antichar développé  par Rafael Industries a été produit à 30.000 exemplaires depuis sa mise en service à la fin des années 2000. Décliné en multiples versions, le Spike peut être tiré depuis différents porteurs et à terre à des portées variant comprises entre 800mpour le Spike SR et 25 km pour le Spike NLOS (Non Line Of Sight). Outre ses performances, la polyvalence du Spike pourrait lui permettre de remplacer plusieurs armes antichars de nature différente. L'arrivée prochaine du missile israélien sur le théâtre ukrainien pourrait voler la vedette au missile américain FGM-148 Javelin popularisé par son emploi massif dans ce conflit.

LIVRAISON DES PREMIERS SERVAL A L'ARMEE DE TERRE

Les premiers exemplaires des véhicules Serval ont été livrés par à l'armée de terre par Nexter et Texelis . Le marché notifié en 2018 par la DGA au GME (Groupement Momentané d'Entreprises) prévoit la livraison en 2022 de 70 véhicules sur une cible totale de 364 Serval commandés. Les trois versions principales de l'engin (Patrouille, reconnaissance et renseignement et relais de communication) seront déclinées en plusieurs variantes permettant de répondre aux besoins des unités d'infanterie légère et d'intervention d'urgence. Comme ses cousins Jaguar et Griffon, le Serval a été pensé pour la projection avec la possibilité d'embarquer deux véhicules à bord d'un A 400M.

mercredi 4 mai 2022

L'INDE MUSCLE SA DEFENSE ANTIAERIENNE

Selon plusieurs médias locaux, le ministère indien de la Défense a entamé les démarches en vue de l'acquisition de 220 systèmes de défense antiaérienne de nouvelle génération NGADG (Next Generation Air Defense Gun) Skyshield. La date de soumission des offres pour ce marché a été repoussé en juin par les autorités indiennes pour permettre à une entreprise publique du secteur de la défense de finaliser une joint-venture avec Rheinmetall. La firme allemande en négociation depuis 2020 pour la fourniture de son système, a positionné son offre dans le cadre de l'initiative Make in India en proposant  à la société BHEL (Bharat Heavy Electrical Limited) de coopérer pour la fabrication sous licence de ce système et la production de tubes d'artillerie et de chars. Le Skyshield est composé de deux modules canon, armés chacun d'un canon de 35mm Oerlikon capable de tirer 1000 coups par minute, d'un module de détection et d'un module de commandement. Il peut également intégrer des missiles sol-air à courte portée pour augmenter son efficacité. Une première tranche devrait acquise rapidement pour répondre aux besoins immédiats de l'armée indienne avant une éventuelle fabrication sous licence des tranches suivantes.

VISITE NORVEGIENNE EN COREE DU SUD

Une délégation norvégienne est actuellement en Corée du Sud dans le cadre du 9ème Comité conjoint de défense, de l'industrie et de la logistique. Cette visite  pourrait permettre d'effectuer les derniers ajustements avant la décision norvégienne pour une éventuelle adoption du char K2. La réunion sera coprésidée par Kim Saeng, directeur de la coopération internationale de la DAPA (Defense and Acquisition Program Administration) et Tim Miller directeur général au ministère norvégien de la Défense. La Norvège a déjà demandé à ses entreprises nationales, telles que Kongsberg de se rapprocher de leurs homologues sud-coréennes pour entamer le développement de projets conjoints. Après les évaluations débutées en janvier dernier qui ont permis aux autorités norvégiennes de comparer les performances en conditions hivernales du K2NO et du Leopard 2A7N, le projet devrait franchir une nouvelle étape dans les prochains mois. Celle-ci sera le choix par la Norvège d'une des deux sociétés en lice (Rheinmetall et Hyundai Rotem) comme négociateur privilégié pour la tenue de discussions autour des aspects techniques et financiers du projet avant la signature du contrat prévue en fin d'année. La signature d'un accord commercial entre les deux pays devrait renforcer leur coopération déjà très active dans le domaine de la défense et augmenter les chances du K2 de s'imposer face au Leopard 2A7N.

mardi 3 mai 2022

DON SUD COREEN

Annoncé dès 2019 par la Corée du Sud, le transferts de lance-roquettes multiples sud-coréens à destination de l'armée et des Marines philippins a été confirmé hier par l'agence de presse Philippine News Agency. Les dispositions logistiques ainsi que le budget nécessaire au déroulement de cette opération permettent d'envisager l'arrivée des premiers véhicules en juin prochain. Selon les informations disponibles, 22 lance-roquettes K-136 "Kooryong" seraient prévus pour être transférés aux Philippines. Développé par Daewoo Heavy Industries au début des années 1980, le K-136 est un lance-roquettes multiples de 130mm constitué de 36 tubes montés sur un camion 6x6. Il peut tirer des roquettes (développées par Hanwha) de 130mm et 131mm pouvant contenir diverses charges militaires (explosives, pré fragmentées). La portée du K-136 est comprise entre 48 et 80km.

LE CORPS DES MARINES EN EBULITION

De façon exceptionnelle et quasi inédite dans l'histoire du Corps des Marines, plusieurs officiers généraux à la retraite ont exprimé publiquement leur désaccord avec les dispositions contenues dans le Plan Force Design 2030, conçu et mis en oeuvre par le Général Berger, actuel commandant du Corps des Marines. C'est dans une tribune publiée par le Washington Post que les Généraux Krulak (Ancien commandant du Corps de 1995 à 1999), Sheehan (SACLANT de 1994 à 1997) et Zini (CENTCOM de 1997 à 2000) ont joint leurs plumes à celles de James Webb ancien secrétaire d'état à la Marine et sénateur de Virginie, se faisant l'écho de nombreuses critiques formulées par d'autres officiers du Corps des Marines. Ces officiers soulignent que l’hyperspécialisation des unités de Marines dégradera à terme leur capacité de déploiement rapide sur n'importe quel point du globe. Par ailleurs, les auteurs de la tribune estiment que les matériels mis au rebut (dont les chars) seraient extrêmement utiles en cas d'une confrontation inattendue de type Ukraine. A ces reproches, les généraux ajoutent le manque de coordination dans la mise en  oeuvre du plan entre les différents commandements opérationnels impliqués et les états-majors censés fournir les capacités manquantes dans le Corps (Artillerie, chars,..). Selon de nombreux officiers le plan du Général Berger va à l'encontre de la culture historique du Corps développée autour des notions de polyvalence et de rapidité d'intervention pour privilégier une hyperspécialisation et la prise en compte du seul ennemi chinois. Les modalités de mise en oeuvre de la réforme sont également l'objet de vives critiques, portant sur la perte de capacités provoquée par le retrait brutal d'équipements et l'application intégrale des dispositions du plan sans qu'aucune phase de transition ne soit prévue. Pour leur défense, les partisans du Général Berger rappellent l'utilité pour le Corps des Marines de ce virage doctrinal et matériel et soulignent que le conflit ukrainien démontre l'obsolescence du char, qui n'a plus sa place sur les champs de bataille futurs et dans le Corps des Marines.

lundi 2 mai 2022

INTERET COLOMBIEN POUR LE M1A2

La Colombie s'intéresse au M1A2 selon des informations données par le vice ministre de la Défense pour la planification et la stratégie. Ce dernier assisté d'un officier supérieur de l'état major colombien aurait pris des contacts aux États-Unis pour connaitre les conditions d'une éventuelle négociation. Une éventuelle acquisition du char américain permettrait à la Colombie de rajeunir sa flotte d'engins blindés et de disposer d'un ensemble d'engins d'origine américaine, ce dernier point permettant d'envisager l'adoption des doctrines et procédures américaines. Les M1A2 pourraient remplacer les EE-9 Cascavel aujourd'hui âgés de 40 ans pour être utilisés aux côtés des 145 Textron M1117 acquis récemment et des 32 LAV III achetés au début des années 2010. Les États-Unis pourraient répondre favorablement aux demandes colombiennes pour leur permettre de contrer les ambitions régionales du Venezuela soutenu par la Russie. La prochaine désignation par les États-Unis de la Colombie comme allié privilégié de l'Otan pourrait permettre de renforcer la coopération sécuritaire entre les deux pays et poser les conditions favorables à l'ouverture de négociations autour du projet colombien.

dimanche 1 mai 2022

NOUVELLE LIVRAISON DE M1117 A LA GRECE

La Grèce a reçu aujourd'hui dans le port de Thessalonique un nouveau lot de 130 véhicules M1117. Comme les 44 exemplaires reçus en décembre dernier, ces engins sont fournis dans le cadre du Surplus Defense Material Program mis en place par les États-Unis pour la fourniture de matériels de défense en surplus ou EDA (Excess Defense Articles). Ces engins visiblement équipés comme les précédents devraient être employés dans des missions de surveillance et de reconnaissance. Une éventuelle revalorisation de ces engins pourrait permettre de les équiper d'une tourelle téléopérée moderne comme la CPWS Gen 2 de John Cockerill Defense ou l'ARX25 de Nexter. Le programme américain prévoit la fourniture à la Grèce de 1200 ASV (Armored Security Vehicles) d'ici la fin de l'année 2022. 

UNE NOUVELLE RWS CHINOISE

Un récent exercice mené dans la région du Xinjiang a permis de découvrir un nouvel équipement installé pour l'occasion sur des véhicules blindés ZBL-08. Cet engin qui sert de base aux nombreuses versions composant la famille de blindés de Type 08 a été équipé d'une RWS (Remote Weapon Station) inédite vraisemblablement destinée à équiper la version transport de troupes (ZSL-08) de l'engin. Ce dernier exporté sous le nom de VN-1 était jusqu'à présent doté d'une tourelle habitée ouverte pouvant recevoir une mitrailleuse de moyen calibre (12,7mm ou 14,5mm). La mise en service de ce nouvel équipement armée d'une mitrailleuse moyen calibre sur ce véhicule pourrait également permettre à NORINCO de renforcer les chances du VN-1 dans l'appel d'offres argentin pour lequel la firme chinoise a remis une offre en janvier 2021.

LE ZAHA DE FNSS FABRIQUE SOUS LICENCE EN INDONESIE

Le MOU (Memorandum Of Understanding) signé le 20 avril dernier entre la Turquie et l'Indonésie permettra à cette dernière de fabriquer sous licence le véhicule amphibie turc ZAHA. Le véhicule choisi par la marine indonésienne a été développé à l'origine par FNSS pour l'équipement des unités d'infanterie de marine turque. La fabrication sous licence du ZAHA permet à la marine indonésienne de se doter d'un véhicule d'assaut amphibie moderne et de réduire la dépendance de l'Indonésie aux importations d'armement. Servi par un équipage de trois hommes (pilote, tireur et chef), le ZAHA peut transporter 18 combattants et peut être armé d'une mitrailleuse de 12,7mm ou d'un lance-grenades automatique de 40mm, installés dans une tourelle téléopérée CAKA également produite par FNSS.

PREMIER TIR D'UN JAVELIN DEPUIS UN STRYKER

Le 2ème SBCT (Stryker Brigade Combat Team) appartenant à la 4ème Division d'Infanterie est devenue la semaine dernière la première unité de l'armée américaine à tirer un missile antichar FGM-148 Javelin depuis une CROWS-J (Common Remote Weapon Station-Javelin) de Kongsberg. Monté sur un Stryker, cet équipement intègre dans un ensemble stabilisé les différents éléments permettant le tir du missile et sa programmation. Outre le missile Javelin, la CROWS-J est armée d'une mitrailleuse M2 de 12,7mm, d'une mitrailleuse M240 de 7,62mm ou d'un lance-grenades automatique MK-19 de 40mm. Cette adaptation confère aux SBCT de l'armée américaine des capacités accrues dans le domaine de la lutte anti blindés, leur permettant de pouvoir être engagées face à une grande variété d'adversaires. Le montage d'un missile antichar sur une RWS de nouvelle génération permet d'accroitre de façon significative les performances d'engins dotés à l'origine d'armement plus léger et inefficace contre des objectifs blindés.