Pages

mardi 20 septembre 2022

UNE FAUSSE BONNE IDEE !

Alors que les assertions sur l'inutilité du char se répètent "ad nauseam" depuis le début du conflit en Ukraine, une tribune de Pierre Haroche, spécialiste de sécurité européenne et chercheur à l'Institut de Recherche Stratégique de l’École Militaire, évoque  " un geste fort [que] pourrait être de livrer une cinquantaine de Leclerc" assortie d'une offre de formation pour les équipages concernés. Cette proposition qui échappe à toute rationalité et dont l'origine demeure inconnue a néanmoins suscité de nombreuses réactions (particulièrement au sein de la blindosphère).  Blablachars a donc tenté d'analyser les conséquences potentielles de ce "geste fort" en écartant toute considération politique ou diplomatique pour se concentrer sur les aspects militaires de cette initiative. Si le terme de symbole semble convenir pour caractériser cette proposition (selon son auteur) il apparait que les conséquences de ce "geste fort" seront loin d'être symboliques dans de nombreux domaines. Ce qui constitue à nos yeux une fausse bonne idée est effectivement porteuse de lourdes menaces pour l'armée de terre et la Cavalerie Blindée, au moment où celles-ci doivent faire face à un possible retour des conflits de haute intensité dans lesquels le char occupe une place essentielle. Après quelques précisions relatives au nombre de chars en service dans l'armée de terre, Blablachars se propose donc de souligner quelques points qui font de ce "geste fort" une initiative hors sol, éloignée de la réalité des forces et potentiellement génératrice de conséquences sérieuses.  

Avant de développer notre argumentaire, il apparait nécessaire de repréciser quelques chiffres relatifs au parc de chars Leclerc en service dans l'armée de terre Bien que ne participant pas à la démonstration de la dangerosité du "geste fort", ce court paragraphe permettra de dissiper tous les malentendus et autres légendes autour de l'existence de stocks cachés, sous bâche, et pouvant être revalorisés. Le fascicule "Les Chiffres clés de la Défense" dans son édition 2021 mentionne la présence de 222 chars Leclerc dans l'armée de terre.  D'autres documents évoquent le nombre de 200 chars, retenu par de nombreux observateurs. D'après nos informations (de source sure et soigneusement vérifiées) ces engins sont aujourd'hui répartis au sein des différents parcs mis en place par la Politique de Gestion et d'Emploi des Parcs (PEGP) créée en 2006. 
126 chars sont positionnés au sein du Parc de Soutien Permanent (PSP) que se partagent les cinq régiments suivants : 501ème Régiment de Chars de Combat à Mourmelon, 12ème Régiment de Cuirassiers à Olivet, 1er Régiment de Chasseurs à Thierville sur Meuse, 5ème Régiment de Dragons à Mailly le Camp et 5ème Régiment de Cuirassiers à Abu Dhabi. Les organismes de formation, la Section Technique de l'Armée de terre (STAT) ainsi que la 12ème Base de Soutien du Matériel (BSMAT) se partageant les chars restant. 
78 chars sont utilisés au sein des Parcs d'Entrainement (PE), implantés à proximité immédiate des espaces de manœuvre et de tir , le PE Champagne à Mourmelon et le PE Provence à Canjuers. 
5 chars sont affectés au Parc Dynamique (PDYN) qui regroupe les matériels disponibles non affectables, prévus pour les éventuelles relèves OPEX (en remplacement d'un matériel indisponible).
Enfin 6 chars sont identifiés au sein du Parc en Immobilisation Technique (PIT) qui regroupe les matériels indisponibles en cours de soutien industriel étatique ou privé. Les engins prévus pour être revalorisés dans le cadre du programme Scorpion devraient rejoindre ce parc le temps de leur passage chez l'industriel. 
Le total des chars identifiés dans les différents parcs atteint donc 215 chars, chiffre médian entre les différentes données, qui confirme l'absence de stocks cachés d'un volume permettant d'envisager la livraison de 50 Leclerc. La ressource majoritairement utilisée est donc constituée par les Leclerc se trouvant dans le PSP des régiments et organismes et par les engins des deux PE utilisés par les unités pour l'entrainement à la manœuvre et au tir. Les engins restant constituant un maigre volant (PDYN) ne représentant que 10% du "geste fort" ou sont indisponibles pour les raisons évoquées plus haut.  Le prélèvement de 50 Leclerc envisagé par Pierre Haroche serait donc effectué sur les 204 Leclerc du PSP et des deux PE, qui réduirait le nombre d'engins disponibles à 154 chars soit une diminution d'un quart (24,5%) des chars en service  au sein de ces deux parcs, attrition légèrement supérieure (23,6%) à celle supportée par l'Artillerie avec le don de 18 canons de 155mm Caesar sur 76 pièces en service. Il ne faut pas oublier que ce geste fort ( à environ 8 millions d'euros l'unité) aurait également des conséquences sur le programme Scorpion, les 50 chars livrés n'entrant plus dans le programme de rénovation.
 
Outre son aspect quantitatif, cette réduction du parc aurait également de graves répercussions sur la formation et l'entrainement des équipages français. Après une réduction de 7000 heures entre 2019 et 2020, le nombre d'heures allouées à ces activités est passé de 20000 à 13000 heures dans la plus totale indifférence. Ce volume d'heures restreint, combiné à une DTO oscillant entre 84 et 87% impose aux donc responsables une optimisation extrême des moyens disponibles pour permettre aux équipages de suivre les différentes phases de formation et d'entrainement. Sur ce dernier point, le Leclerc char de 3ème génération requiert une formation spécifique dans les domaines de la manœuvre et du tir, pour permettre aux équipages des pelotons et des escadrons de devenir et de se maintenir opérationnels. Dans le domaine du tir, après la formation initiale du tireur concrétisée par le tir de huit obus, l'équipage a rendez vous tous les deux ans pour effectuer des tirs aux différentes armes de bord dans des cadres tactiques différents (Équipage, Peloton, Sous-Groupement Interarmes) lui permettant de tirer sur quatre ans un peu moins d'une centaine d'obus de 120mm. Ces phases sont bien sur complétées par des séances de simulateur réalisées en régiments ou au sein des écoles ainsi que de formation à la manœuvre du char et à sa maintenance. L'offre de formation qui accompagne "le geste fort" reviendrait certainement à divertir ces ressources déjà comptées pour former les 150 membres d'équipage supposés servir ces 50 engins. La mobilisation des ressources nécessaires (potentiel char et simulateur, obus, ressources humaines) probablement ponctionnées sur celles de l'armée de terre reviendrait à compromettre de façon importante les capacités d'entrainement des formations blindées et auraient pour effet de diminuer à terme l'efficacité opérationnelle des unités Leclerc. Le retour vers la haute intensité ne peut pas s'accommoder de telles réductions, à moins de mettre en place des moyens spécifiques et dédiés à la formation des équipages concernés par le "geste fort". Il faudrait rajouter à ce volet technique, la formation tactique pour permettre de tirer le meilleur parti de l'engin et exploiter au mieux sa mobilité et sa puissance de feu. 

Dans le domaine de la maintenance, la formation est également au coeur des préoccupations avec des formations techniques d'une durée allant de deux (mécanicien militaire du rang) à cinq mois (sous-officier chef de groupe mécanicien véhicules) complétées en régiment par un apprentissage quasi continu auprès du personnel plus expérimenté. En termes de cout, le dernier contrat de Maintien en Condition Opérationnelle signé entre Nexter et le MINARM s’élève à un milliard d'euros sur 10 ans. Ce "marché forfaitaire avec engagement de résultat" comprend la gestion et la livraison des pièces de rechange, la documentation, la maitrise et l'assistance technique des régiments. Il avait pour but au moment de sa signature de faire progresser la DT0, qui est passée de 60% à plus de 80% au cours des dernières années. Le contrat prévoit également " le recours possible à des prestations de maintenance et le soutien complet des chars Leclerc des PE de Canjuers et de Mourmelon". La question du soutien de la "cinquantaine de chars Leclerc" livrés à l'Ukraine demeure quasiment sans réponse, à moins que l'armée de terre ou l'industriel ne déploient des équipes de maintenance auprès des chars, objets du "geste fort". 
 
Sur le plan tactique, comment envisager de transférer des années de savoir faire sur un char aussi spécifique et performant que le Leclerc ? Cet engin est un des seuls à posséder une réelle capacité de tir en marche, qui augmente de façon significative ses capacités d'agression et de destruction. Très éloigné dans sa conception et son fonctionnement des engins d'origine russo-soviétique mis en oeuvre par les équipages ukrainiens, l'utilisation tactique du char Leclerc requiert une formation particulière que les membres d'équipages (sous-officiers et officiers) suivent au cours de stages effectués majoritairement au sein de l’École de Cavalerie. La réussite de ces formations leur permet de commander un ou plusieurs chars au sein d'un dispositif tactique interarmes. Ce dernier aspect restant évidemment le coeur de la manœuvre blindée car il conditionne l'efficacité et la survie du char. En dépit de l'indéniable expérience acquise par les tankistes ukrainiens, il est donc très difficile d'envisager la livraison d'une cinquantaine de chars Leclerc sans une formation adéquate, à moins de réduire leur utilisation et leurs capacités. Ce "geste fort" demande donc sur le plan tactique une véritable formation, également consommatrice d'heures, de ressources et de moyens pour permettre aux équipages concernés de maitriser les savoir-faire indispensables à la mise en oeuvre du char. 
 
Enfin avant de conclure, il serait bon de rappeler aux généreux donateurs que les Emirats Arabes Unis constituent le plus parfait exemple de formation réussie sur le char Leclerc. Depuis l'acquisition de leur char au milieu des années 90, les "Land Forces" émiraties ont mis en  oeuvre une politique volontariste dans le domaine de la formation et de l'entrainement. Grâce à cette volonté, les militaires émiriens tirent depuis plusieurs années le meilleur profit de la formation dispensée par des instructeurs français, puis émiriens. La projection au Yémen a démontré que la maitrise de l'engin ( de surcroit dans un milieu difficile) était le résultat d'un travail de longue haleine nécessitant de la constance et de l'engagement. 
 
Considérant les aspects brièvement évoqués dans les lignes précédentes, la proposition de Pierre Haroche apparait totalement illusoire et déconnectée des réalités de l'armée française. Comme tout geste, "le geste fort" évoqué dans la tribune du Monde reviendrait à priver l'armée de terre d'une partie importante de ses moyens blindés et de sa capacité à s'entrainer. Il serait donc très dommageable pour l'ensemble de l'armée de terre de voir une telle initiative se concrétiser, mais il est d'ores et déjà regrettable que cette fausse bonne idée aie pu voir le jour !

94 commentaires:

  1. Pour avoir un budget, il faut être utile au politique et même si c'est un lourd sacrifice. Sinon notre aide servira a acheté du matériel étranger et donc a marginaliser notre industrie.

    Cela dit, on gagnerai plus à mettre du matériel plus proche de la production comme un VBCI. Parceque ça aiderai à la vente et qu'on peut aussi plus facilement le remplacer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Donner des chars Leclerc qui coutent si chers à l'entretien, si peu simples à entretenir, si "complexes" à utiliser, dont les moteurs ne sont plus produits, avec des munitions que les Ukrainiens n'utilisent pas jusqu'ici, où est l'avantage pour eux ?

      Supprimer
  2. C'est bien le problème, déjà souligné, c'est que nous n'avons pas grand chose d'utile a proposer aux ukrainiens. Dans son plaidoyer Pierre Haroche rappelle que le montant du soutien de la France à l'Ukraine est estimé à 233 M d'euros, quand celui de l Allemagne, tant critiqué, serait de 1,2 milliards, celui de la Pologne de 1,8 milliards et celui de la GB de 4 Milliards. Quand nous voulons nous ériger comme le fer de lance de la défense européenne et de son industrie, ça fait tâche. L'écart entre la parole et les actes est souvent reprochée a la France. Notre position dans le conflit russo-ukrainien ne fait rien pour démentir ce sentiment. Alors certes la fourniture de chars Leclerc aux ukrainiens apparaît irréaliste, mais elle souligne en creux notre dénuement et la prétention de certaines de nos exigences.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La plus belle fille ne peut donner que ce qu'elle a...
      https://www.bfmtv.com/economie/entreprises/defense/armement-qu-envoie-la-france-a-l-ukraine-par-rapport-aux-autres-pays_AN-202209230343.html

      Supprimer
    2. On a vu, on en est à fournir des canons TRF1...
      https://www.lopinion.fr/la-france-va-fournir-de-nouveaux-canons-a-lukraine

      Ils ont fait l'opération "Daguet" en 1991.

      Supprimer
    3. Pour la production de munitions en France, nos faibles capacités ont encore baissées suite à l'accident de Bergerac cet été...
      https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/dordogne/bergerac/explosions-a-bergerac-il-y-a-eu-trois-explosions-et-un-incendie-selon-eurenco-2593832.html

      Supprimer
    4. Les volumes fournis par la Fr2ont l'air tenables...
      https://www.forcesoperations.com/derriere-les-caesar-du-mco-des-munitions-des-formations-et-du-carburant-pour-lukraine/

      Supprimer
    5. Pour livrer des CAESAR en plus à l'Ukraine, il faut taper dans ceux des danois:
      https://www.lemonde.fr/international/article/2022/10/01/la-france-prepare-la-livraison-de-nouveaux-canons-caesar-a-l-ukraine_6143991_3210.html

      Supprimer
    6. C'est dommage car la République tchèque veut en recommander de ces excellents CAESAR...
      https://www.forcesoperations.com/la-republique-tcheque-pourrait-reprendre-du-caesar/

      Supprimer
  3. Si je voulais verser dans provocation, je proposerais d'acheter des K2 aux coréens , puis de les offrir ( revendre?) Aux ukrainiens....

    RépondreSupprimer
  4. je partage votre point de vue, je rappel juste, que, il y a quelques années de cela, la France avait proposer un lot de Leclerc ( je ne me souviens plus du nombre exacte) à la Colombie, qui, in fine, a finalement refusé l'offre . Mais cela démontre que la France était déjà, prête à se passer de certains chars Leclerc, alors 50 char, qui ,comme dit plus haut, sont justement faient pour le théâtre européen, tel que le champ de bataille en Ukraine, donc, je trouve que cela serait parfait, de plus , un moyen de faire une publicité de l'armement Français et toujours bonne à prendre .
    Sinon, pourquoi pas discuter avec les EAU ? peut-être serait-il plus enclin à se passer d'un certains nombre de char Leclerc ? associer à une formation en France , tout le monde serait gagnant , non ?

    RépondreSupprimer
  5. Merci à Blablachar pur cette analyse. la concluion est limpide: "déconnecté de la réalité". Pierre Haroche est un spécialiste des plateaux télés, notamment de C'est dans l'air à 18h. Le titre de la thèse de Pierre Haroche est symptomatique:
    Théorie réaliste de l’intégration européenne : les conditions de la transformation d'un système international en système interne.

    RépondreSupprimer
  6. C'est le même Pierre Haroche qui annonçait que les Etats-Unis quittait l'OTAN: https://www.lopinion.fr/international/pierre-haroche-guillaume-lasconjarias-vendredi-13-les-etats-unis-se-retirent-de-lotan

    RépondreSupprimer
  7. (Blindax: La compassion du pauvre)
    Les EAE ont reversé 70 à 80 Leclerc à la Jordanie.
    Le parc de gestion a fondu comme neige au soleil...😎Étonnant en temps de paix.
    La disponibilité de la bête n'est pas totale (de 60 à 80%), le MCO coûtant un bras (le premier budget des Terriens avec le Tigre).
    Utiliser le Leclerc par "procuration" en Ukraine ne serait pas gratuit. Sans connaître la durée du conflit, il faudrait forcément les soutenir et les remplacer avec l'attrition
    y compris pour nous-mêmes.
    "Des sous!"... il faut avoir les moyens de sa générosité.😂
    Toutefois, Il y a ce qui se voit avec grand bruit et le reste. La guerre n'est pas faite que de canons et de chars...
    En faisant des économies sur les retraites, ont pourrait, éventuellement, payer des M1 ou k2 aux Ukrainiens et partir la conscience tranquille au boulot.🙃
    Un char qui "rouille" sous un hangar est un bon signe, nous devrions nous en réjouir, "pourvu que ça dure ma bonne dame"!
    L'Europe de la Défense est un programme politique global, pas une idée de puissance nationaliste et industriel. Pour cela il y a les USA, même si l'Allemagne tape du pied.😁

    Il reste "l'énigme" Poutine qui, tant que son régime tiendra, ne voudra pas perdre politiquement et géopolitiquement... et j'ai bien peur qu'il en sera de même pour son successeur, à moins que...?

    RépondreSupprimer
  8. L'armée française préfère conserver la totalité de son parc de Leclerc, afin de pouvoir s'entrainer aux conflicts de haute intensité. Mais quel conflict de haute intensité ?
    Le conflict de haute intensité se déroule là, en ce moment, en Ukraine. Si on envoie des armes la-bas, c'est pour protéger notre monde libre.
    Alors les militaires français rassurez-vous, on ne va pas vous enlever des mains vos jouets et vous empêcher de faire joujou dans votre bac à sable national, alors que la vraie guerre se déroule en Ukraine.

    RépondreSupprimer
  9. la France à une chaine de production de canons et de munitions mais n'a plus de chaine de production de char donc donner des chars que nous ne pourrons pas remplacer ces ballots.
    nous pourrions produire des VBCI avec une nouvelle tourelle....
    la Slovénie avait modifier ses T55: nouveaux moteurs nouvelles conduites de tir canon de 105mm Otan, ils vont être transférés en Ukraine; si nous avons des AMX 30 en stock nous pourrions faire de même

    RépondreSupprimer
  10. les AMX 10 canon peuvent être rendues exportables

    RépondreSupprimer
  11. Moi, je suis d'accord avec Pierre Haroche, sinon à quoi sert notre souveraineté industrielle. Ensuite nous déconnecter de l'image diplomatique allemande et accélérée notre MGCS national.

    Même si les revendre trois fois le prix à la Russie serait intéressant.

    RépondreSupprimer
  12. À boire et à manger...:

    http://www.opex360.com/2022/09/20/bientot-des-chars-americains-pour-larmee-ukrainienne/

    Le monde libre, de qui et de quoi, ou le retour de la bipolarité.

    Les pays possesseurs de l'arme nucléaire ne peuvent pas s'agresser directement, sinon cela se saurait...
    Là, il sagit d'une puissance nucléaire qui agresse un pays possédant des forces classiques. La routine-poutine...
    Par contre un pays non nucléaire qui
    agresse une puissance nucléaire est moins courant. Il y a un "effet de seuil" qui est plus haut dans ce cas, une division blindée est plus visible et lisible qu'un escadron de char ou un SGTIA de Paras pour celui qui oserait (il y en a...).
    Dans ce cadre, les "200" constituent une base minimale et crédible, tout comme une Force d'Action Navale et les alliances et Accords passés.
    Bien entendu, c'est le pays possesseur de "La bombe" à qui il appartient de définir le seuil et de laisser planer le doute: Osera, osera pas?
    Poutine, se posant en victime,
    voudrait être dans ce cas... :((



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'un côté, on dit que les chars et la chenille sont indispensables pour un engagement militaire majeur et de l'autre on dit qu'il ne faut pas les envoyer pour préserver les maigres réserves pour une éventuelle dissuasion conventionnelle contre qui les Leclercs sont prévus. Bref, il en faut pour faire la guerre mais il ne faut pas les utiliser...il y en a mais pas assez pour dissuader...on ne veut pas se bouger en somme. Les chars sur les Champs Élysées ont de beaux jours et la parade aussi.

      Supprimer
    2. Vous avez tout compris... c'est "faire la guerre à la guerre". Mais l'absolu est de "gagner une guerre sans la faire" (Zun Tsu).
      La parade du 14 juilet sert de décorum pour la Nation et participe aussi à la dissuasion médiatisée.

      Maintenant, si vous voulez vraiment la faire, vous avez la liberté de vous engager dans les forces Ukrainiennes (Gloire à eux!). Il doit bien rester un VAB dans nos stocks. :)

      Supprimer
    3. Les ukrainiens font la guerre à notre place et la citation du chinois prend son sens. Mais il faut du matériel, des Leclerc.

      Après, si vous voulez rester planquer comme des pleutres, libres à vous, mais envoyer des Leclercs. Les patriotes en carton ne sont pas les bienvenus. :)

      Supprimer
    4. " les Ukrainiens font la guerre a notre place " ils font LEUR guerre à un ENVAHISSEURS .

      Supprimer
  13. Donner des AMX 10RCR?
    Déjà attendons le renouvellement par son successeur pour en avoir un nombre significatif. Ils sont rincés et devraient être mis à niveau pour correspondre aux normes et équipements Ukrainiens... son emploi particulier demanderait une solide formation des utilisateurs pour l'intégrer dans les tactiques de ce conflit (?).
    Inutile de préciser que son MCO et ses munitions sont particuliers.
    La question à poser est: en veulent-ils et pourons-nous assumer son support?
    J'en doute.
    Idem pour des VBCI, nous n'avons pas le budget pour les adapter et les remplacer ou les produire gratuitement.
    Une loi prêt-bail Française serait un comble... ou alors, pour l'appliquer à nous-mêmes. lol ! :))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si on ne peut pas les soutenir 3 mois au front, pas la peine de les garder.

      Faites attention, vous donnez ici plus d'arguments aux antis plus qu'au pro blindés.

      Supprimer
    2. Un soutien est toujours possible, mais à quel prix?
      Effectivement, je ne vois pas le 10 RCR rester très longtemps en "réserve" après la dotation complète de Jaguar. Pour Autant, il aura bien servi la France, l'industrie des blindés et l'AT.
      Je ne suis ni "pro", ni "anti... le "blindé" et son usage doivent être analysés et critiqués. Le dogme c'est la sclérose. :)

      Supprimer
    3. @ Kamelot
      C'est vrai, mais une société vieillissante est peu encline à débattre plutôt que d'attendre le prêt à penser.
      https://www.bir-hacheim.com/chars-dassaut-un-siecle-dimposture-jean-claude-delhez/

      Supprimer
    4. Vu la lenteur des livraisons des véhicules blindés légers Scorpion, par exemple le Jaguar, on va les garder nos AMX 10 RC!
      https://www.forcesoperations.com/top-depart-pour-linfovalorisation-des-vbci-et-amx-10-rc/

      Supprimer
  14. En pratique ce sont une fois de plus les US qui vont donner le feu vert(ou pas) avec la fourniture de M1 dont les Marines veulent se débarrasser et dont l US Army dispose en stock significatif (+ de 3000?) A défaut les strykers feront l'affaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (Blindax : Mais que fait l'UE?!)

      Et les Polonais vont faire dans le léger "européen"...! 😅
      Les Allemands vont baver, le "Gross nombril de l'Europe de la Défense" se déplace, ya!.🤣

      https://air-cosmos.com/article/montee-en-puissance-des-forces-armees-polonaises-500-himars-600-obusiers-k9-96-apache-partie-2-58282?utm_source=Sociallymap&utm_medium=Sociallymap&utm_campaign=Sociallymap

      Supprimer
    2. Avec les sud-coréen qui viennent, outre de signer avec la Roumanie, d'atterrir férocement en Pologne, le continent européen va voir filer ses devises à vitesse grand V...

      Supprimer
  15. Question a Kamelot : les VBCI ne peuvent ils pas être livrés aux ukrainiens en l'état ? Ils semblent être, malgré leur calibre particulier et faiblard, la seule possibilité pour la France de livrer des véhicules rugueux, sans mettre à mal ses stocks?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le VBCI devra recevoir des équipements radio ukrainiens et autres systèmes à leurs normes. Il est nécessaire de le renforcer par des éléments statistiques ou réactifs en fonction de l'utilisation.
      Le 25 x 137 mm a des effets proches du 30 mm, en moins coûteux, d'où son choix.
      Un VBCI est plus résistant que le Styker sans le considérer comme un VCI du type M2 Bradley.

      La France n'a pas une armée suffisamment volumineuse pour donner, sans se démunir, des matériels en nombre. Quid des stocks "bon état"? Une opportunité pour monter le 40 CTA sur une version VBCI-2 sans passer par la case RMV?
      La question est éminemment politique et passerait par Bercy. Ces donnations auront des répercussions sur les lignes budgétaires de La LPM.

      Il y a d'autres matériels comme Le VBL, PFM, Véhicules Log, FS, etc... Et, peut-être, quelques M270 poussiéreux... (?)
      La "régénération" pour les rendre opérationnels n'est pas anodine.

      Supprimer
    2. je reste dans l'interrogation s'agissant de l'excellent VBCI. La dotation de l'AT est de l'ordre de 628 VBCI (chiffre 2018).Moyennant les adaptations évoquées par Kamelot, qui ne semblent pas rédhibitoires, en termes de cout et de délais, la livraison à l'Ukraine d'un partie d'entre eux, n'affecterait pas significativement, les capacités de défense la France...qui n'est pas en guerre. La possibilité étant ouverte, sous réserve de disponibilités budgétaires, à l'image de ce qui a été décidé pour les CAESAR, de recompléter notre dotation par la commande de VBCI Mk 2 avec tourelle CTA 40. Plus cyniquement, cela permettrait à notre BITD de se positionner pour les marchés export.

      Supprimer
    3. Le marché me semble un peu encombré en ce moment, chacun veut sa BITD et le 8x8 n'est plus à la mode...

      Supprimer
    4. Tout le marché a roues est encombré ( je ne suis pas Ronin🙂).

      Supprimer
    5. Pas en France, avec moult déclinaisons de véhicules blindés légers à roues pour des motifs peu militaires...
      https://blablachars.blogspot.com/2020/03/ca-roule-pour-larmee-de-terre.html

      Enfin, on en a déjà parlé.
      https://blablachars.blogspot.com/2020/05/et-pourquoi-pas-le-vbci.html

      Supprimer
    6. De plus, il faut aussi modifier les remorques vu le poids de ces gros bébés...
      http://www.opex360.com/2022/10/21/pour-transporter-ses-griffon-larmee-de-terre-remplace-ses-porte-engins-blindes-par-des-pebs/

      Supprimer
    7. Avec Scorpion, les wagons sur-baissés, ce serait bien aussi...
      https://www.forcesoperations.com/le-renouvellement-de-la-logistique-ferroviaire-dans-le-viseur-de-la-dga/

      Supprimer
  16. Est-ce qu'on ne pourrait pas remplacer les Leclerc donnés par une commande d'EMBT?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'EMBT est un concept-char, pas une réalité militaire ni industrielle.
      Il faudrait du temps et des finances...

      Supprimer
  17. J'entends bien les arguments de Blablachar 1) J'ai un peu d'expérience industrielle - certes dans d'autres domaines, et je serai surpris qu'avec un peu de bonne volonté et de primes diverses on ne puisse pas faire autant de formation / entraînement avec 25% du parc en moins. 2) Ces chars ne seront pas utilisés en "expéditionnaire" et il n'y a aucun risque d'attaque russe sur l'Otan pendant au moins 3-5 ans, donc autant les "donner" aux ukrainiens, et cela peut faire des Retex intéressants. 3) On pourrait utilement associer à ce régiment de char 2 régiments VBCI et 1 Caesar pour avoir une brigade homogène. 4) Il y a peu de chances de récupérer nos machines en bon état, mais on a 3-5 ans pour relancer la fabrication et/ou les remplacer par des achats à l'étranger. Effectivement c'est une prise de risque à calculer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (Blindax: Crédit revolving)

      Effectivement on pourrait céder une Brigade Blindée complète et commander, en leasing, des matériels "de pointe" aux USA et à la Corée du Sud... Nous, on est has-been.
      Dans l'attente, le Luxembourg (compatibe SCORPION) assurera notre défense dans le Nord et Monaco le Sud.
      À l'Est pas de souci, il y a l'Allemagne.😁
      A l'ouest

      Supprimer
    2. (Blindax: suite)

      À l'Ouest, l'interdit banquaire n'est pas loin. 😭

      Supprimer
    3. (Blindax: Cinique et pingre)
      Des faiblesses le Leclerc? Oui, comme tous les autres. Un coup de 152 mm ou de Smerch, et hop, KC...!
      C'est pourquoi l'Allemagne, indépendamment des raisons économiques, ils ont les moyens, rechigne à envoyer, prêter, donner (?) le Léopard 2... (version à définir). La vision d'un Léo 2 décapsulé, ou pire, capturé ferait désordre (Deutch kalitat ?). À contrario, le même brave Léo victorieux écrasant les barbares russes (Gloire à l'Ukraine! 🇺🇦) crisperait un tantinet le Poutine et lui rappelerait de mauvais souvenirs historiques. Bref, ce n'est pas bon pour l'image commerciale.
      L'Allemagne n'a ni ami, ni ennemi, mais des clients...
      Donc, il est urgent de ne rien faire, en attendant que le sens du vent soit favorable et stable.
      Pour en revenir au Leclerc (En XLR, de préférence) ce ne sont pas 50 chars qui feront la différence mais la façon de s'en servir, sauf pour notre budget... 😅
      Dans ce contexte, le M1 est trèèès bien et le K2 parfait.😁

      Supprimer
    4. (Blindax l'Otanien Européen)

      Et en plus, le directeur de l'OTAN (Pathé Marconi), ni les Tic et Tac représentants de l'UE, ne nous ont rien demandé, sauf de fournir des équipements chauds pour l'hivers. Les stocks vont vite être épuisés...😪
      Il faudra importer de la laine de la Nouvelle-Zélande, en plus du pétrole.🤔

      Supprimer
    5. Et du gaz...
      http://www.opex360.com/2022/09/27/la-piste-dun-sabotage-nest-pas-exclue-pour-expliquer-les-fuites-apparues-sur-les-gazoducs-nordstream-1-et-2/

      Beaucoup de GNL américain.
      https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/comment-la-guerre-en-ukraine-faconne-une-nouvelle-geopolitique-de-l-energie-924647.html

      Nous sommes bon élève.
      https://www.journalmarinemarchande.eu/filinfo/la-france-premiere-destination-du-gnl-americain-depuis-cinq-mois

      Les fameuses "molecules de la liberté", ça sonne mieux que "gaz de schiste".

      Supprimer
  18. "la menace est réelle et conventionnelle". Contre qui, la France? Non désolé, nous ne sommes pas en guerre contre la Russie.
    "La guerre sera longue" ça tombe bien ce n'est pas la nôtre.
    "Le conflit ukrainien est fait pour le Leclerc". Non, il est pour les Ukrainiens

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça, c'est dit...
      http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2022/11/04/ukraine-cette-guerre-n-est-pas-la-notre-selon-pierre-de-vill-23432.html

      Supprimer
  19. Et au nord le roi Charles veille sur nous.

    RépondreSupprimer
  20. (Blindax: Royal)

    God save the king...! 🇬🇧
    Et que la Révolution nous préserve de sa guillotine. 😅😁

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Renseignez-vous, ce sont messieurs les anglais qui ont décapité leur roi en premier...
      Shocking ?

      Supprimer
  21. J'adore le en faisant des économies sur les retraites. L'argent des retraites est une cotisation. Un prélévement sur salaire en échange d'une compensation la retraite.
    En faire un ajout au budget de l'état revidendrait de fait à créer un impôt suplémentaire payé par les seuls cotisants.
    Ca porte un nom pas du tout technique: Le vol.

    RépondreSupprimer
  22. Et si la question était: Pourquoi aider l'ukraine?
    Ce pays agresse sa population depuis 2014, je suis à titre personnel content que les russes fassent enfin ce que la faillite aurait du faire.
    NON a donner des armes à ces gens.

    RépondreSupprimer
  23. Sans vouloir insister lourdement:

    L'Ukraine et la Russie auraient plus besoin de retrouver la raison que de chercher ou produire des chars...

    Même si la Russie de l'Ex-URSS a historiquement une propension certaine et une grande expertise pour éliminer ses journalistes, opposants, oligarques et ,in fine, museler sa population: l'antagonisme des peuples est factuel (il est parfois créer), dans ces zones grises ou imbriquées.
    Une "victoire", même à la Pyrrhus, demanderait un vote d'autodétermination démocratique et sécurisé par l'ONU pour définir une majorité politique des présents et survivants; l'épuration ethnique, idéologique ou la "rééducation" ayant eu ses effets (!?)... Ainsi, le ou les territoires revendiqués auraient une "identité". Il resterait aux "minoritaires" de se soumettre ou de partir librement.

    C'est triste mais salutaire pour tous, à défaut de trouver la raison ou de vouloir soumettre et éradiquer pour conquérir des territoires "propres".

    Il ne resterait plus qu'à bâtir un mur et/ou une zone démilitarisée... en attendant des jours meilleurs.

    La haine, la rancune et la revanche ont jalonné notre histoire, l'humiliation n'est pas une solution durable...

    Alors, tout ça pour ça? Nous en sommes encore loin, très loin... et le char aura toujours une actualité, pour ne pas dire utilité, tant qu'il y aura des hommes pour s'en servir activement.

    Je sais, je n'ai pas évoqué volontairement les aspects hégémoniques ou impérialistes de ceux qui veulent réécrire l'histoire par nostalgie idéologique ou traumatique afin de s'en inspirer.
    Le malheur des peuples a des origines nombreuses et complexes. :((

    Gloire à l'Ukaine pour une paix juste et durable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas le sujet de l'article. Mais là vous êtes du bon côté, alors ça va...

      Supprimer
    2. Ne vous en faites pas, certains vont profiter du supermarché à ciel ouvert de l'armement quest l'Ukraine.
      https://www.lefigaro.fr/international/la-guerre-en-ukraine-un-signe-divin-pour-l-etat-islamique-20220317

      Nous en aurons des nouvelles bien assez tôt!

      Supprimer
  24. 16H32... c'est moi, j'ai oublié de m'identifier. L'émotion sûrement.

    RépondreSupprimer
  25. Ce qui est fascinant et bien entendu effroyable dans ce conflit, est qu'il prend sa source en grande partie dans la folie d'un seul homme.L' histoire se répète, elle est guidée par les fantasmes, les frustrations de quels esprits malades qui ont su organisé leur domination sur une masse passive et crédule. Le plus jamais ça, que 'nos sociétés pacifistes croyaient ancre dans notre contemporalite a été balayé par le vent de l'histoire
    C'est reparti pour un tour.
    Pour revenir à des considérations moins théoriques, le surarmement de la Pologne m'inquiète parce qu'il risque également d'alimenter la paranoia russe




    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n’est pas la folie d’un seul homme.
      C’est lui, toute la clique autour de lui, tout le système russe administratif et militaire qui accepte et toute la population qui va de l’enthousiasme à la résignation.
      Si demain Macron décide d’envahir la Belgique et la suisse pour y « libérer » les minorités francophones il aura un problème…
      Si seulement 5% des russes décident d’aller dans la rue ça fait 8 millions de personnes…
      On a les dirigeants qu’on mérite.

      Supprimer
    2. Selon le rédac en chef de ce blog j'ai cru comprendre que vous étiez HS ?
      En psychanalyse freudienne , on appelle cela " faire une projection " de..... vos émotions.
      Le thème est doit envoyer oui ou non des chars Leclerc en Ukraine malgré la faible quantité en état opérationnel , que possède la France ?

      Pour conclure : je dirais que la France s'engage de plus en plus dans ce conflit qui nous concerne pas , et qui risque de devenir la 3è GM. Mais ceci est une autre histoire.

      Supprimer
    3. @Anonyme : "ce conflit qui nous concerne pas , et qui risque de devenir la 3è GM" ! Belle proposition auto-contradictoire.

      Nous sommes de facto alliés de l'Ukraine, nous lui avons livré et nous continuerons à lui livrer des armes, nous protégeons la zone OTAN en patrouillant à ses frontière, nous sommes donc très concernés, a fortiori si tout ça dégénère en 3ème guerre mondiale.

      Parlant de l'OTAN : il ne faut pas oublier qu'une attaque contre la France déboucherait immanquablement sur une intervention globale de l'OTAN. Il faut cesser de raisonner comme si nous étions seuls face un conflit potentiel de haute intensité.

      Supprimer
    4. Idem : Ce n'est pas le sujet de l'article...

      Supprimer
  26. Lorsque les cotisations ne compensent pas les versements, à ton avis cher Rémi qui vient combler le trou ?
    Appelles tu aussi cela du vol ? Le vol des fonctionnaires, car c’est leurs régimes qui sont tout le temps déficitaires, sur les citoyens imposés.
    Les économies c’est celles d’arrêter d’utiliser l’argent du contribuable pour combler les trous des régimes spéciaux ainsi que des fonctionnaires. On peut rajouter le trou de la sécu. Et les recapitalisations périodiques de nos mammouth, SNCF, RATP, EDF, AIR France…. Ainsi que les doublons / triplets de notre administration territoriale qui au lieu de se décentraliser s’est mille-feuilliser.

    RépondreSupprimer
  27. (Blindax: Tous en Pologne à chenilles !)

    La Pologne est un cas à part, ils sont dans l"UE pour avoir accès au marché européen et ses bienfaits ainsi que dans L'O.T.A.N pour la sécurité.
    Ils sont opportunistes et pragmatiques.🤑
    Sa situation géographique et son histoire expliquent bien des choses. C'est un couloir de métro aux heures de pointe pour les barbares... et demeure à la croisée de l'accès à la Baltique et des chemins d'invasion avec une Biélorussie aux ordres du Kremlin...
    il y a de quoi être traumatisé, ils ont déjà "donné" aux uns et aux autres. Je les comprends aisément. 😅
    Avec 3% de son PIB elle va se constituer une belle muraille défensive et dissuasive. On est jamais mieux défendu que par soi-même...
    De plus, cela fait un point d'ancrage supplémentaire pour les USA et il permet de contrer les idéaux centro-nombrilistes de l'Allemagne en Europe.
    Trump est passé par là, Biden récupère avec brio l'affaire: Le panier de crabes est sous contrôle.😁
    Un pronostique: la Roumanie devrait profiter, à terme, des bonnes intentions de Washington...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec la guerre en Ukraine, ils est certain que les ventes du complexe militaro-industriel américain crèvent les plafonds...
      https://meta-defense.fr/2022/11/08/apres-la-slovaquie-la-bulgarie-et-la-roumanie-se-tournent-elles-aussi-vers-le-f-16/

      Supprimer
  28. MAIS OÙ SONT PASSÉS LES 406 LECLERC
    Je suis un aviateur et je lis votre blog avec bcp d intérêt. Vs êtes nombre d entre vous spécialistes de la cavalerie et de l arme blindée française professionnelle en exercice etc, alors j ai une question tte simple qu est il advenu du reliquat des Leclerc non en service ds les unités ? La France a produit 406 Leclerc pour son AdT, aujourd’hui on parle de 215 / 222 Leclerc en unités, 200 XLR demain quid des autres, quel sort ? Ça fait qq temps que je cherche à savoir et je ne trouve rien de précis.
    Merci d avance pr celles et ceux qui me prendront le temps de me répondre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. les Emirats ont acheté des Leclerc

      Supprimer
    2. Ah, retour au sujet !

      Supprimer
    3. Effectivement, moi aussi j'ai un doute: il y a un trou. Il y a quelques années (?) Il était possible d'en vendre une cinquantaine, à partir des stocks, pour un pays d'Amérique Latine.
      J'avoue, il est plus facile de suivre le nombre de Rafale en dotation que celui du Leclerc.

      Supprimer
    4. Cannibalisation ?
      http://www.opex360.com/2020/10/27/scorpion-la-renovation-des-chars-leclerc-risque-detre-beaucoup-plus-couteuse-que-prevue/

      Supprimer
    5. Le déploiement actuel de 12 Leclerc en Estonie doit bien tirer niveau contraintes:
      https://lemamouth.blogspot.com/2021/06/esn-la-boite-outils-du-soutien-de-lynx.html

      Un peu de provocation, mais il y a toujours un fond de vérité quant on fait de l'humour, "lorsque les amateurs parlent stratégie et les professionnels parlent logistique".

      Le diable se cachant souvent dans "les détails".
      https://www.meta-defense.fr/2021/02/03/5-programmes-pour-renforcer-les-capacites-haute-intensite-des-armees-francaises/


      Les Leclerc qu'on voulait vendre a2 l'époque servent de réserve de pièces détachées introuvables aujourd'hui, encore plus qu'hier...

      Supprimer
    6. À l'époque où GIAT a été impacté très fortement par la chute du Mur de Berlin, puis celle de l'URSS ett donc "les dividendes de la paix", les EAU ont fait figure d'acheteur providentiel:
      https://www.monde-diplomatique.fr/2021/03/THIEBAUD/62840

      On en a pas trouver d'autres...

      Dernièrement, les émiratis ont fait un don à la Jordanie:
      https://blablachars.blogspot.com/2020/09/des-leclercs-emiriens-pour-la-jordanie.html

      Vu que la ligne de production a été arrêté il y a longtemps, les pièces de rechange se trouvent forcément sur un autre Leclerc...

      Supprimer
  29. j'ai beau lire je ne comprends pas pourquoi on ne pourrait pas leur filer 50 leclerc. L'occident fait bloc, faut livrer des armes puissantes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On les prendrait où? Ceux qui sont en stock ne doivent pas être très beaux à voir, cannibalisés qu'ils ont dû être... et notre armée n'en possède pas énormément non plus (certes on a bien lâché 18 Caesars et on en possède encore moins que les Leclerc!). Mais il faut former les équipages, ce qui ne se fait pas en deux semaines, et il faut surtout mettre en place la chaîne logistique...et là cela devient très compliqué puisque le char n'est plus fabriqué et que beaucoup de pièces de rechange viennent justement de ceux gardés en stock...

      Supprimer
    2. Les 8 CAESAR donnés à l'Ukraine, ça a fait un trou dans l'ordre de bataille français!
      https://www.lopinion.fr/international/ukraine-en-livrant-18-canons-caesar-larmee-francaise-perd-le-quart-de-son-equipement

      Supprimer
    3. Les 18 CAESAR donnés à l'Ukraine, ndlr...

      Supprimer
    4. Les ukrainiens ne manquent pas de matériels lourds, dont l'apprentissage est plus simple:
      https://www.watson.ch/fr/!212086321

      Supprimer
  30. La question n'est pas de savoir si on peut le faire et où on les prendrait : on peut envoyer 50 Leclerc en Ukraine si on veut le faire, de même qu'on a pu envoyer 18 Caesar (formation incluse). La seule question est de savoir si le rapport gains / coûts est intéressant. Et c'est là qu'est la faiblesse de ce post de blablachar : seuls les coûts sont évoqués, sans aucune mention des gains. Sans être exhaustif, on peut mentionner une aide significative à un pays allié (nous sommes alliés à l'Ukraine non ?), la publicité faite à un matériel militaire français qui a été insuffisamment exporté, l'évaluation réelle de ce matériel en situation de guerre qui permettrait de l'améliorer (lui ou son successeur), etc.

    RépondreSupprimer
  31. Cf les arguments de Nicolas. Ce n'est pas un problème de coût mais davantage un problème de faisabilité pour les ukrainiens. Un Leclerc c'est toute un chaîne de MCO , d'autant plus compliquée, que le char n'est plus fabriqué.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Ulysse
      Le mur de la réalité sera fracassé par la puissance de l'idéologie... Vous parlez à des gens qui ne veulent pas voir ce qui les dérangent.
      https://twitter.com/JosephHenrotin/status/1574029709352091648

      Heureusement qu'il y a Blablachars pour discuter un peu posément...

      Supprimer
    2. Même avec une inflation qui pourrait être à 2 chiffres, la marche des 3 milliards d'euros de la LPM a été actée...
      http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2022/09/27/budget-des-armees-un-budget-en-hausse-comme-prevu-par-la-lpm-23344.html

      Personnellement, je nny croyais pas...

      Supprimer
  32. (Blindax, addict au loto)

    Euh, pour les gains il faut beacoup de chance ou être le maître du jeu... à condition de jouer, bien sûr.😁
    Je ne prends pas un grand risque en affirmant que n'avons pas grand-chose à gagner dans cette "affaire". Le "monopoly" Ukrainien se joue à deux " avec des dès pipés: les USA et accessoirement l'Allemagne pour ne pas crier au monopole...😅

    Pour le retour d'expérience, nous l'avons avec le Yemen pour le Leclerc et la Syrie-Yemen pour la concurrence... Sans être la bataille de koursk, c'est édifiant:
    Mauvais MCO = Garage.
    Mauvaise conception = décapsulage!
    Mauvaise utilisation = décapsulage!
    "La plus grosse" = décapsulage!
    Pour un char protégé tous azimuts et élévations, il faut envisager les 100 tonnes par cathédrale ou inventer un ou des nouveaux engins, de nouvelles techniques et tactiques dans un combat collaboratif.🤔
    Bien entendu les fondamentaux demeureront:
    Mobilité, protection, feu et connectivité. 😃

    RépondreSupprimer
  33. Il n'y a pas de M1 malgré le buzz:
    http://www.opex360.com/2022/09/20/bientot-des-chars-americains-pour-larmee-ukrainienne/

    Ni de Léopard:
    https://blablachars.blogspot.com/2022/09/pas-de-leopard-en-ukraine-pour-le-moment.html

    RépondreSupprimer
  34. Non, la décision serait éminemment politique de la part des USA et il faudrait le temps nécessaire pour former les équipages tout en assurant une chaîne logistique conséquente.
    L'Allemagne ne va pas se précipiter la première

    Nous en sommes au stade des supputations aléatoires... :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Kamelot
      Votre expression " nous en sommes au stade des supputations aleatoires " cela s'appelle faire des hypothèses en bon français

      Supprimer
  35. Nous avons environ 36 Leclerc opérationnels, dont 12 en Estonie dans l'opération Lynx.
    https://www.lexpress.fr/actualites/1/monde/en-estonie-les-allies-de-l-otan-affrontent-le-grand-froid_2167545.html

    La sonnette d'alarme a été tirée il y a quelques années déjà:
    https://atlantico.fr/article/decryptage/defense-francaise--nos-guerriers-sont-prives-d-armement-yvan-stefanovitch

    Pas de bras, pas de chocolat.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si on met 6 Leclerc à la place des AMX 10 RC en Roumanie, on aura la moitié du parc des Leclerc en état opérationnel en OPEX.

      Ça promet des 14 juillet sans chars sur plusieurs années...
      https://blablachars.blogspot.com/2021/07/14-juillet-ou-sont-passes-les-blindes.html

      Supprimer
    2. Ce serait un peloton de chars Leclerc en Roumanie et des Griffon pour l'Estonie, probable pays pour le déploiement d'un GTIA Scorpion en 2023...
      http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2022/10/11/lafrance-renforce-encore-son-dispositif-a-l-est-de-l-europe-23382.html

      Supprimer
    3. Vu la lourdeur de la chaîne logistique, impossible de déployer des Leclerc "en même temps" en Etsonie et en Roumanie:
      https://lemamouth.blogspot.com/2021/06/esn-la-boite-outils-du-soutien-de-lynx.html

      Voire notre 14 juillet...
      https://blablachars.blogspot.com/2021/07/14-juillet-ou-sont-passes-les-blindes.html

      Concernant la prospective concernant la logistique, l'horizon est... vers 2050:
      https://www.ifri.org/fr/publications/briefings-de-lifri/redecouverte-defi-logistique-militaire

      Supprimer
  36. La Russie aura perdu un grand nombre de matériels lourds, cela pose tout de même question...
    https://www.lesechos.fr/monde/enjeux-internationaux/la-russie-a-perdu-une-grande-partie-de-ses-armes-lourdes-1866725

    Vous allez bien voir qu'au final ce sera une raison de baisser encore plus le nombre de militaires d'active pour se payer du matériel très sophistiqué en très faible nombre...

    RépondreSupprimer
  37. Tout le monde aura compris que le débat sur le format futur de l’armée française, une fois les considérations prospectives, stratégiques, géopolitiques et technologiques prises en compte (et elles sont déjà connues, pour la plupart), n’aura vraiment lieu que lorsqu’il débouchera sur la question des finances.

    Or les marges de manœuvre dans le domaine de la défense sont très réduites. L’armée française reste de fait une des plus efficaces et une des plus ‘guerrières’ au monde, malgré le nombre très important de restructurations menées en son sein.

    Mais cet effort a une limite : l’armée française est maintenant ‘au taquet’ de son propre ratio efficacité / coût, les marges de manœuvre ‘endogènes’ sont quasi-inexistantes sauf à réduire l’efficacité.

    Toute modification du format de la défense française doit maintenant faire appel à des marges de manœuvre ‘exogènes’ à l’armée elle-même, c’est-à-dire notamment des marges de manœuvre additionnelles du budget lui-même et des finances publiques.

    Et la France n’a pas, ou très très peu, de marge de manœuvre budgétaire. La seule option disponible actuelle c’est emprunter de l’argent.

    Le vrai enjeu de fond est donc là : retrouver des marges de manœuvre budgétaires, c’est-à-dire des capacités d’investissement dans des délais compatibles avec les enjeux internationaux.
    Au passage, c’est ce qui énerve passablement les autres pays d’Europe : ils savent tous que la France est le meilleur élève d’Europe en matière de défense.

    Et ce n’est pas que la crédibilité de sa dissuasion nucléaire autonome qui est appréciée ou enviée mais également ses capacités conventionnelles de combat. Néanmoins, recevoir des leçons et des exhortations sur davantage de défense européenne de la part d’un pays qui a les poches trouées, alors que précisément ce sujet demande des efforts d’investissements conséquents, est une posture qui agace.

    Ne pas chercher ailleurs les raisons profondes du dédain allemand vis-à-vis de la France notamment sur les questions de défense européenne et sur les grands programmes industriels de défense.

    En substance les allemands nous disent : « on veut bien filer du pognon, mais pas pour financer indirectement la dette sociale française. Ou alors, si c’est ça et si vous ne changez pas, le maitre d’œuvre industriel c’est nous. »
    Position politique qui se comprend.

    Et l’Allemagne prend grand soin de ne pas le dire explicitement mais juste de le suggérer implicitement.

    La question budgétaire devient maintenant sociétale en France : à force de dérive, on ne peut plus échapper à une réforme sérieuse des finances publiques, qui n’induise pas en même temps une actualisation de notre ‘façon sociale de vivre’.

    Depuis des décennies, tous les gouvernements sans exception y compris l’actuel ont soigneusement éludé cette question.
    Manque de courage, peur des grèves et de la rue, générosité sociale sans contrepartie, clientélisme électoral, laxisme, impopularité du sujet, etc etc : les raisons de la dérive installée sont multiples et anciennes.

    Ce sont peut-être les enjeux de défense, devenus cruciaux maintenant, qui vont lui remettre ce sujet devant le nez.
    https://www.lepoint.fr/societe/macron-a-toulon-ce-qu-il-faut-retenir-de-la-nouvelle-strategie-de-defense-09-11-2022-2497132_23.php

    Et donc devant le nez de tous.

    RépondreSupprimer