Pages

dimanche 6 mars 2022

LE ROI EST NU

Si le déclenchement des opérations russes en Ukraine provoque un certain nombre de réactions et d'analyses politiques et / ou géostratégiques plus ou moins étayés, l'action de l'armée russe en Ukraine permet aussi de constater (de façon dramatique) qu'aujourd'hui "le roi est nu" car la France ne dispose que de peu de moyens pour agir sur le théâtre européen dans des opérations dominées par l'emploi de moyens blindés mécanisés. Depuis de longues années, La France a fait le choix de se doter de capacités médianes tournées vers la projection. Confortée dans ses choix par des observateurs "avisés" l'armée de terre a (volontairement ?) ignoré le théâtre européen (simple champ de betteraves pour certains) en n'adoptant pas les moyens nécessaires au combat dans cette région, en minimisant ses déploiements et réduisant l'entrainement de ses unités blindées. Les conséquences de ces choix se traduisent aujourd'hui par l'envoi en Roumanie d'un groupement tactique interarmes (GTIA) à dominante "infanterie motorisée" équipé de VBL, de VAB et d'AMX 10RC, dont la pudeur interdit d'évoquer l'âge. 

Depuis sa création Blablachars s'est fait l'écho des efforts de nombreux pays pour se doter d'une composante blindée mécanisée capable de s'engager dans des opérations de haute intensité face à un ennemi équivalent. Ces différentes évocations soulignaient chaque jour un peu plus l’incongruité des choix français en matière d'équipement qui ont installé l'armée de terre dans une situation presque unique en Europe et dans le monde, caractérisée par l'utilisation quasi exclusive de véhicules à roues. Les antiennes bien connues de la lourdeur de l'empreinte logistique des engins chenillés, de leur inaptitude à la projection ou encore de leur manque d'adaptation aux conflits en cours ont conforté les décideurs dans leurs choix. Le corollaire de cette option du "tout roues" a été l'abandon des capacités blindées mécanisées capables d'agir dans l'environnement du char comme le Génie qui conserve précieusement ses EBG encore en service, l'artillerie qui garde quelques exemplaires de l'AuF1 ou encore le train qui continue de mettre en oeuvre des porte engins blindés vieux de trente ans. Bien sur quelques décisions cosmétiques (je ne parle pas de la récente remise en peinture des engins) sont venus adoucir les aigreurs de ceux qui étaient alors considérés comme des nostalgiques d'une forme d'engagement appartenant au passé. La (re)revalorisation de l'EBG devenu Vulcain (Dieu romain du feu ou la (trop) timide revalorisation du Leclerc axée sur sa scorpionisation. Les choix de véhicules effectués dans le cadre du programme Scorpion ne laissent qu'une place marginale et isolée au char de bataille, qui se retrouve dépourvu de tout environnement adapté. Il est désormais condamné à n'être qu'un élément de dissuasion dont l'engagement au combat relevait du pur fantasme pour de nombreux observateurs. Symbole de la survivance du passé, le char n'a plus sa place dans une armée bâtie sur une logique de corps expéditionnaire capable de se projeter à l'autre bout du monde en dépit d'un nombre limité de vecteurs aux capacités d'emport limitées. L'utilisation de moyens terrestres (rail, route) pour un déploiement en Europe restant en dehors des hypothèses envisagées, comme le montre la projection par des avions gros porteurs ukrainiens des premiers véhicules français en Roumanie.

L'observation des conflits les plus récents semble s'être limitée au conflit du Haut Karabagh qui avait fourni à nombre d'observateurs une occasion quasi-inespérée de signaler la mort du char et de son environnement blindé face à la menace représentée par les drones et autres munitions rôdeuses dont l'efficacité avait été soulignée par de nombreuses images. Dès 2008 pourtant, la Russie engageait en Géorgie plus de 15000 hommes appartenant à la 58ème Armée appuyés par de nombreux blindés dont les piètres performances en matière de blindage avaient provoqué le lancement d'un vaste programme de modernisation devant s'étaler sur plusieurs années. Depuis 2014, les affrontements dans l'est de l'Ukraine font la part belle aux blindés, que l'Ukraine continue de développer et d'acquérir pour en compter à la veille du conflit actuel plus de 2500 de différents modèles. Au Moyen orient le conflit qui embrase la Syrie en 2011 et les opérations au Yémen à partir de 2015 consacrent l'emploi du char dans des opérations asymétriques. Les T-90 livrés par la Russie à l'armée syrienne à partir de 2015 participent au sein de la 4ème Division blindée aux opérations dans la ville d'Alep. Ces différents engagements auraient pu être considérés comme des signaux faibles de l'intérêt porté au char et au combat blindé mécanisé par certains pays. Le développement des versions successives du M1 par les États-Unis ou la mise en service du char léger Type 15 au sein des unités chinoises déployées sur la frontière sino-indienne traduisent la volonté de puissances militaires de premier rang de disposer au sein de leurs forces terrestres d'un ensemble de moyens tels que des véhicules à roues et des véhicules chenillés. Tous ces événements sont occultés et en 2020, le conflit du haut Karabagh fournit une nouvelle occasion à de nombreux observateurs d'affirmer la fin du char sur le champ de bataille. L'ennemi du char n'est plus le char, n'est plus l'arme antichar mais le drone ou la munition rôdeuse contre lesquels les monstres d'acier n'ont aucune chance. Ce conflit d'une durée de 44 jours met effectivement en lumière le rôle de ces nouvelles armes, fournies pour l'occasion par des pays tiers aux capacités industrielles importantes comme la Turquie et Israël. Ces capacités permettent aux belligérants de disposer de façon quasi continue des engins en nombre et en qualité pour mener de très nombreuses frappes, y compris sur des objectifs isolés ou ayant peu de valeur. Le rapport du Sénat souligne cependant que ce conflit " nous fournit tout d’abord des enseignements sur les matériels à disposition d’armées héritières du pacte de Varsovie, disposant de toute la gamme de l’artillerie et d’une défense sol-air très dense. Face à ce type de conflit, une armée doit être capable de délivrer tout le spectre capacitaire [...] Cette guerre a vu le retour de la manœuvre, avec une armée de l’Azerbaïdjan à l’offensive, menant des assauts répétés, qui a rompu le statu quo par une offensive alternant des actions de fixation et de contournement." 

L'engagement de la France dans les différentes structures d'alerte et de protection de l'Otan s'effectue dans le domaine blindé sur le bout des chenilles. En 2017, quatre chars Leclerc rejoignent les pays baltes au sein d'un bataillon multinational sous commandement britannique avant qu'un cinquième char ne renforce le dispositif français en 2019. Il faut attendre 2021 pour voir la projection en Estonie de 12 chars Leclerc accompagnés d'un ensemble cohérent d'engins, comme des DCL (Dépanneur Char Leclerc), des EBG et des VBCI. Cet effort n'est pas renouvelé à l'occasion de la prise de commandement par la France de la VJTF (Very high Readiness Joint Task Force) à compter du 1er janvier 2022, au sein de laquelle l'armée de terre n'engage aucun moyen lourd à l'exception des AMX 10RC que de nombreux journalistes continuent de qualifier de chars. 

Le conflit ukrainien au delà de ses implications politiques met aux prises des forces blindées mécanisées dans un scénario très éloigné des hypothèses formulées par les différentes agences et officines chargées de deviner les contours des futurs conflits. Même si comme de nombreux observateurs, Blablachars n'avait pas prévu ni deviné le déclenchement des opérations par l'armée russe sur le territoire ukrainien, le blog s'est fait l'écho à de nombreuses reprises de l'abandon par l'armée de terre de ses capacités de manoeuvre blindée mécanisée. On ne peut qu’espérer que le conflit ukrainien qui remet le char au centre du champ de bataille serve de base à une véritable prise de conscience et à une réflexion sur les moyens blindés dont la France doit disposer pour être capable d'affronter un ennemi de ce type. En dépit des livraisons massives d'armes antichars à l'Ukraine, le char reste encore le meilleur ennemi du char, il serait donc opportun de reconsidérer le contenu de la revalorisation du Leclerc. Il sera peut être nécessaire de nouer des coopérations industrielles avec des pays pour l'acquisition sur étagère d'équipements déjà en service afin de donner au char de bataille un environnement capable de combattre avec lui et à son rythme. A la différence signaux faibles envoyés par les précédents conflits, les combats en Ukraine constituent un signal fort qu'il nous est impossible de ne pas voir, d'analyser pour en tirer toutes les conséquences.

44 commentaires:

  1. D'un point de vue technique avec beaucoup de photos de matériels des deux camps, voici un site Twitter qui les agrège: 🇺🇦 Ukraine Weapons Tracker (@UAWeapons) / Twitter
    https://mobile.twitter.com/uaweapons
    A noter les cages slate amour anti-javelin des T72.

    RépondreSupprimer
  2. 3 observations peuvent à mon sens,être présentées, même s'il est encore trop tôt pour des retex étayées : 1 / l'importance des grandes unités de chars de combat opérant dans le cadre d'un environnement cohérent et homogène, comme le souligne blablachars (artillerie chenillée, défense AA de proximité, génie,infanterie d'accompagnement....)
    2/ la rupture technologique constituée par les munitions rodeuses, notamment dans une guerre défensive, dans le cas d'une utilisation massive;
    3/ l intérêt que représenteraient des unités anti chars modulaires ( cf "la non bataille" du capitaine Brossolette) formées d'une myriade de groupes anti chars dotées de missiles antichars et/ou munitions rodeuses sur véhicules légers extrêmement mobiles (style Sherpa).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le déni d'accès aérien en Ukraine peut donner des sueurs froides aux doctrines occidentales...
      https://lerubicon.org/publication/dans-le-deni-sur-le-deni-pourquoi-le-succes-aerien-de-lukraine-doit-inquieter-loccident/

      Supprimer
  3. L'AU-F1 ne protège de rien, juste de la Kalash. Le risque pour un AU-F1 sont la contre batterie, les drones suicides, les IED, les armes anti-char...Le surpoids dû au blindage ralenti l'engin et ne le protège pas. Le seul avantage par rapport au CAESAR est le mécanisme de chargement qui permet de ne pas avoir de canonniers dehors.
    L'idéal serait un CAESAR "dronisé" actionné depuis l'EPT.

    RépondreSupprimer
  4. Au vu du conflit en Ukraine, il faut que l'armée de Terre investisse dans du SHORAD qui puisse accompagner les véhicules! Les canons de 20 et les mistrals sont hautement insuffisants. Ils faut des systèmes de hardkill sur les blindés pour se protéger des ATGM.

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour,
    A court termes ce qu'il serait envisageable serait que la France complète sa défense aérienne au travers une commande de système MAMBA supplémentaire pour porter par exemple à 12 systèmes disponibles (actuellement la France dispose de 9 systèmes sauf erreur de ma part) le tout complété par des lanceurs MICA VL par exemple. Mais cela ne doit pas être une fin en soit, il convient de compléter le maillage en remplaçant rapidement les derniers bitubes de 20mm en dotation par des dispositifs canons [CTA40 airburst] /missiles [Mistral 3] le tout compléter à terme par un SHORAD.
    En parallèle, étudier la revalorisation des Leclerc existants au travers d'un nouveau programme (ajout Hardkill, ...) ainsi qu'une étude (chiffrage) d'une revalorisation des stocks de Leclerc (si applicable) pour améliorer soif la dotation opérationnelle soit la résilience en cas de recours à nos blindés.
    Enfin, sur la base des châssis en stock, dérivés une version VCI sur la base du CTA40 (voir projet Nexter).
    LE tout en attendant un Leclerc 2.0 soit à base d'un 140mm (terminator) ou d'un 120mm Ascalon car plus le temps passe moins je crois aux programmes MGCS/CIFS.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @EM. Porter le nombre de systèmes Mamba à 12 permettrait de couvrir tout l'hexagone, ce qui n'est pas le cas actuellement.Les compléter par des MICA nous doterait d'une défense AA projetable,pour nos OPEX ou la protection conjoncturelle de nos COM ou de nos bases extérieures, ce que la lourdeur du système MAMBA rend très difficile. A noter notre dépendance totale en matière de transport aérien lourd. Pour le reste votre programme correspond a ce qui nécessiterait d'être fait a minima pour donner a l'AT un peu plus de consistance. J'ajouterais, l équipement en missiles rôdeurs et drones dont sont dramatiquement dépourvus nos forces.

      Supprimer
    2. @Ulysse. C'est exactement çà, un programme à minima à mener en parallèle de programme plus vaste pour l'Armée Française :
      - renouvellement des moyens de combat lourds,
      - dotation d'un VCI allez VC90 MkV en partenariat avec les suédois,
      - le remplacement de nos vénérables AuF1,
      - remplacement des moyens de soutien AMX30 EDG, AMX30 EBG, AMX30 DT,
      - renouveau d'un équivalent aux AMX30 Roland pour accompagner l'ABC avec une capacité de tir en mouvement pour réellement accompagner
      - renouvellement de nos pauvres 13 derniers LRU, …)

      J'oserais même a envisager le retour d'un successeur à l'AMX30 Pluton ou Hadès basé sur une version plus puissante du MdCN en attendant une version extrapolé de l'explorateur V-MAX à venir dans notre arsenal, afin de réintroduire le troisième vecteur pour la dissuasion nucléaire française.

      A cela il convient de relancer sérieusement le renouvellement de notre logistique va le renouvellement de 4x4, 6x6 voir 8X8 et même l'introduction au besoin de 10X10 (aucunes allusion aux modèles proposés par nos voisins Allemands). La Logistique est à l'honneur du fait du conflit Russo-Ukrainien.

      Oups j'oubliais les moyens de franchissement à renouveler, améliorer et développer. La CNIM avec son évolution PFM NG ne pouvant pas être en fin en soit.

      Sinon avez-vous vu l’i-X de John Cockerill Defense qui se rapproche du Scarabée et du CRAB ? N'attendons pas 2040 pour lancer un programme ou deux partenaires présentent autant de similitudes dans le concept et une urgence opérationnelle de devoir remplacer nos VBL et VB2L lesquels méritent comme nos VAB une retraite bien méritée et nos soldats une bien meilleure protection.

      Supprimer
    3. Une commande de PFM NG auprès de la CNIM apporterait une bouffée d'oxygène à plus d'un titre à l'industriel en grande difficulté financière ainsi qu'au Génie.

      Au même titre, qu'étudier le renouveau de la composante terrestre de notre dissuasion quelle soit nucléaire (M51.3 terrestre) ou conventionnelle (MdCN, ...) basée sur le châssis SPRAT ou une évolution de celui-ci ne serait pas dénué d'intérêt.

      Supprimer
  6. Rien ne prouve qu'en Ukraine, le char ukrainien soit le meilleur ennemi du char russe. Il semble plutôt que ce soit à la fois l'action de groupes hunter killers très mobiles équipés d'armes AC faciles à servir et protégés de la menace hélico par des SATCP eux aussi mobiles et celle d'une artillerie bien renseignée (fusion drones, GE...) et qui sait échapper à la contre batterie.
    Compte tenu du niveau de pertes ( destruction , pb maintenance), l'efficacité des chars et des hélicoptères armés me semble sujette à caution. Mais je peux me tromper...

    RépondreSupprimer
  7. @narvik. Oui,du point de vue défensif. Les groupes mobiles hunter killer seraient encore plus efficaces avec des missiles modernes type MMP, les Ukrainiens sont essentiellement dotés de LR et de quelques JAVELIN, qui ne représentent pas le nec plus ultra en la matière. Ils sont en revanche dépourvus de munitions rodeuses, les occidentaux ayant fait l impasse, même si les US Marine veulent rattraper leur retard, en se fournissant notamment chez les Israéliens de U Vision.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les US semblent déjà sur le pont sur ce sujet.
      Switchblade 300 déjà dans les forces
      "75 Switchblades were supplied to U.S. soldiers in Afghanistan in late 2012. It was awaiting final approvals for use by late October, but several successful employments had occurred by January 2013"
      Switchblade 600 commandées
      https://www.airrecognition.com/index.php/news/defense-aviation-news/2021/april/7253-aerovironment-awarded-26-million-switchblade-600-tactical-missile-systems-contract-by-us-special-operation-command.html

      Supprimer
  8. la seule force de l'armée Russe est son stock infinie de matériels, le véhicule blindé, le char est détruit, tombe en panne, ou perdue sur la mauvaise route, il y a de la réserve et c'est ce qui manque à notre armée.

    RépondreSupprimer
  9. Le pot de miel va être un peu indigeste pour Vladimir.
    https://www.bfmtv.com/economie/international/guerre-en-ukraine-en-6-jours-les-etats-unis-et-l-otan-ont-envoye-17-000-missiles-antichars_AN-202203070227.html

    RépondreSupprimer
  10. On remarque aussi des deux côtés beaucoup de chars T détourellés à l'impact. Est-ce dû aux carrousels d'alimentation des 125mm qui explosent?

    RépondreSupprimer
  11. Les habits neufs de l'empereur...
    https://www.publicsenat.fr/article/politique/munitions-drones-rafale-en-cas-de-guerre-la-france-pourrait-manquer-de-moyens-au

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vers 2040, la France sera prête pour le conflit prévu vers 2030...
      https://www.lopinion.fr/international/une-armee-de-terre-francaise-en-retard-sur-les-guerres-daujourdhui


      Des lions menés par des ânes, une tradition...

      Supprimer
  12. Je ne vois pas en quoi ce conflit conforte le char. Au contraire comme le souligne Ulysse, se sont les unités anti char légères et mobiles qui brillent. Imaginons ce conflit où l'Ukraine possède une aviation, plus de drones... La guerre n'aurait pas dépassée une semaine. Comme dit DKNH, une faiblesse de l'AT est le manque de CAESAR. Pas besoin de discuter du pb de shorad, on est tous d'accord dessus.
    Les engins chenillés restent tous sur les routes ou s'embourbent: quel est leur avantage?? Ouvrez les yeux ! Peut être que qu'un char léger de 30-40t passerait mais dans ce cas peut-on parler d'un char ?? Si des monstre de 70t se font ouvrir par n'importe quel rpg, les engins légers ne vont pas faire long feu. Hard kill + légèreté/mobilité/fiabilité/consomation, voilà la bonne formule. Il n'y aura jamais de combat de char en France, il y aura eu pluie de M51 bien avant. Donc autant renforcer notre aviation qui couvrira les troupes au sol des pays concernés, Pologne , pays baltes etc...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tous les véhicules russes restent collés à la route et nombreux sont ceux qui s'embourbent dès qu'ils la quittent. Le problème vient peut-être davantage du choix de la saison pour attaquer. En 1939, les Russes ont attaqué la Finlande en hiver et ont eu le même problème: les véhicules collés à la route (peu de routes en Finlande à cette époque, toutes entourées de forêts + épaisse couche de neige). Les zones où les blindés pouvaient se déployer pour attaquer avec l'infanterie étaient limitées. En Ukraine c'est un peu la même chose à cause de la boue et du fait que l'essentiel des combats se déroule en milieu urbain... bref, c'est compliqué. De plus, le matériel engagé par les Russes n'est pas de première jeunesse et est dépourvu de système hardkill (à part les T-90A). Le problème n'est peut-être pas tant le char que la façon dont il est employé.

      Supprimer
  13. Attention à ne pas se leurrer trop vite.
    Il ne suffit pas de voir des chars dans un conflit pour dire qu'ils sont nécessaires àet indispensables à ce conflit. On fait la guerre avec ce qu'on a en inventaire, c'est à la fin de ces conflits qu'on en tire le retour d'expérience et qu'on voit si les acteurs investissent dans le char.

    On a souvent vanté les mérites du char pour ses capacités de franchissement, on le voit en Ukraine, que ce soit la chenille et la roue, ça s'embourbe et toute l'action de mobilité tactique dépend de l'infrastructure routière. Nous ne sommes plus en 1940, les routes il y en a partout maintenant et les combats ne se font pas pour et dans un champ de patates, ils se font dans et autour des zones urbaines.

    Le chenillé quand il a une panne, c'est autrement plus compliqué à dépanner ou réparer. Un chenillé consomme bien plus de carburant et on voit en Ukraine le résultat de ces convois bloqués, de ces engins abandonnés et on n'est même pas loin de la frontière.
    Le fait d'avoir tant d'unités sur chenilles ou dépendants du rythme de déplacement de ces dernières a je pense largement handicapé la blitekrieg espérée. Ce n'est pas juste une question de résistance ukrainienne, les russes se sont bloqués dans des zones sans résistances, en raison d'un dispositif trop lourd, trop lent, trop vieux, mal entretenu, d'une logistique inadaptée et d'une tactique très médiocre.

    De plus, quand on voit l'armée russe, on peut se demander ou sont ses formidables blindés qu'on devait craindre et contre lesquels on ne ferait pas le poids? On a l'impression de revoir l'armée soviétique et qu'on ne me parle pas des protections actives qui equiperaient massivement l'armée russe et contre lesquels tout missiles ou roquettes seraient impuissants. L'armée russe se traite aujourd'hui très largement à la simple roquette et qu'il n'y a pas besoin d'un char pour affronter un char.
    Alors c'est compliqué ici pour les passionnés de chars de l'admettre, mais les faits sont les faits, le char est devenu un élément complémentaire utile à une armée, mais il n'est plus essentiels, il ne fait pas tout et ne permet pas de savoir qui à la plus grosse pour déterminer le vainqueur.
    Le conflit en Ukraine va continuer à nous montrer que des unités à pieds, équipés de moyens AC ont un avantage sérieux sur des unités mécanisées, en particulier en zone urbaine. Si cette supériorité ne serait pas un fait, il suffirait alors aux russes d'entrer dans les villes pour écraser cette infanterie par la force mécanisée. Sauf qu'elle ne suffit pas et ils finiront alors par devoir pilonner et bombarder ces zones.

    Le char comme tous les autres blindés, s'il n'est pas accompagné d'un très grand nombre de fantassins il n'a pas ou plus d'intérêts. Si au début des blindés, ils pouvaient avancer tranquillement face à une infanterie sans moyens AC, ce n'est plus le cas depuis bien longtemps.

    Les russes font une énorme erreur en Ukraine en s'étant surestimé, en ayant sous-estimé les ukrainiens. Ils ont foncés en se reposant sur une offensive à grande échelle avec des forces blindés qui manquent cruellement de cette masse en infanterie. Je ne dis pas qu'il n'y en a pas, mais elle est trop faible. Les russes se sont et vont trop se dissiminer avec leurs unités et finiront par manquer de forces pour être efficaces. On va assister à un éclatement tactique qui va mettre l'armée russe à niveau de petits groupes ukrainiens.
    On en reparlera très bientôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Réponse d'un anonyme à un autre anonyme:
      Il ne faut pas prendre en exemple l'armée russe actuelle en Ukraine pour juger de la valeur des chars en opération de guerre.
      Soyons clairs et c'est une surprise pour tous, l'armée russe fait preuve d'un niveau tactique et d'une compréhension du champ de bataille particulièrement mauvais.
      Les manœuvres des chars et blindés russes manquent cruellement d'organisation et de sens tactique. Les chars russes avancent à vitesse réduite par petits groupes, sans chercher à se diluer (les véhicules se suivent les uns derrière les autres) sur des routes nationales étroites, sans support d'infanterie, sans support aérien, et avec des préparations d'artillerie hasardeuses. A cela s'ajoute un manque de carburant et de nourriture pour les équipages, auxquels il faut ajouter des communications via GSM car les radios russes semblent non fonctionnelles, brouillées ou absentes... Lorsqu'on souhaite obtenir d'une formation de chars un effet décisionnel sur le terrain, on réalise des raids blindés avec au moins une dizaine de chars qui chargent à vitesse élevée bénéficiant d'une effet de masse dévastateur pour bousculer l'infanterie. Tout le contraire de ce qui est observé en Ukraine. Nombreuses sont les vidéos sur les réseaux sociaux où sont observés de petits groupes de chars russes (1 à 3 chars) isolés, évoluant à allure réduite ou à l'arrêt, sans infanterie sur un équivalent de route départementale locale, pris à partie par quelques soldats ukrainiens avec leur ATGM. Evidemment cela finit mal pour les Russes. Il ne peut pas en être autrement dans ces conditions. Un peu comme si on utilisait une Formule 1 dans des ruelles avec des pavés défoncés, la Formule 1 serait inutile et ne brillerait pas, c'est une certitude.
      Enfin dernier élément, les chars et blindés russes sont largement embourbés au sens premier du terme en Ukraine en raison de températures pas assez froides, facilitant la formation de boue. C'est une donnée stratégique et dont la Russie a été au cours de la seconde guerre mondiale déjà victime lors de la campagne de Finlande, mais V.Poutine semble avoir oublié les leçons du passé pensant que l'armée ukrainienne allait s'effondrer en deux jours sous un effet de sidération.

      Supprimer
  14. En phase, toutefois si on peut parler en ces termes de l'Armée Française (l'un si ce n'est le meilleur corps expéditionnaire au monde). Maintenant que le programme Scorpion permet de moderniser au travers des VBMR Griffon, EBRC Jaguar, VBMR Léger Serval, Caesar [Caesar NG] prochainement VBAE et je l'espère de tout cœur la dotation d'un système d'armes basé sur l'i-X belge et le Scarabée / crab français reste de mon point de vue à développer un HIMARS à la française (pour l'histoire le concept de l'HIMARS Américain est français à l'origine).

    Ne conviendrait-il pas maintenant de s'occuper à pouvoir soutenir un effort de guerre dans la durée au travers d'une composante blindé revalorisée et modernisé également !?!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La France se contente d'aligner sur le papier le plus de matériels possibles.
      Il faut compter 60% du matériel réellement disponible pour le plus récent (CAESAR,VBCI), autour de 50% pour les antiquités avec lesquels on fait nos expéditions africaines (VAB, VBL, camions divers) et autour de 30% pour les chars Leclercs et nos hélicoptères, pour ces derniers les vieilleries ont un meilleur taux de disponibilité que les derniers bijoux d'Airbus Helicopter (Caïman pour la marine nationale, NH 90 pour les autres)...


      On tomberait en rade de munitions avant même tous les problèmes d'attrition dus à un véritable conflit et à l'absence totale de résilience de notre société hédoniste actuelle!
      https://www.ifri.org/fr/publications/briefings-de-lifri/filiere-munitions-francaise-face-haute-intensite-equilibres

      Sans compter le médical:
      https://theatrum-belli.com/le-soutien-medical-dun-engagement-de-haute-intensite-dossier-n26-du-g2s/


      Ou les autres domaines:
      https://theatrum-belli.com/vers-un-retour-du-combat-de-haute-intensite-dossier-du-g2s-n26/

      Supprimer
  15. L'i-X de cockerill Defense qui n'est pas sans me rappeler le Scarabée de Nexter : https://www.forcesoperations.com/wds-2022-li-x-de-john-cockerill-defense-du-rallye-raid-a-l-intercepteur-terrestre/

    De mon point de vue, un rapprochement des deux développement exploratoire serait un bon moyen de lier un partenariat Franco-belge au travers de CAMO dans le temps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Scarabée, même pas sélectionner pour l'armée française va être un four à l'export: ses concurrents ont un coût unitaire bien moindre vu les volumes produits!
      https://blablachars.blogspot.com/2022/05/le-jltv-dans-tous-ses-etats.html

      Supprimer
    2. Même l'achat sur étagère du concurrent HAWKEI pour équiper nos soldats au Sahel m'aurait plus convaincu qu'un éventuel VBAE "européen" disponible vers 2030 au mieux...
      https://blablachars.blogspot.com/2021/06/et-pourquoi-pas-le-hawkei.html

      Supprimer
  16. Je vais probablement enfoncer une porte ouverte... Je trouve que ce conflit Russie-Ukraine ramène aux fondamentaux, que la technologie hard kill, soft Kill, ...etc c'est beau sur le papier mais dans la réalité c'est plus pareil. Que constate t'on: Qu'une colonne de 20 blindées, ça consomme 40 000 litres au 100Km, qu'il faut un convoi ininterrompu de camion de munitions. Alors, les véhicules à roues, je trouve ça utile et très complémentaire des tanks.
    On disait... ha ha !!! les drones ça marchera pas contre une armée moderne comme les Russes... en bien si, on ne peux pas protéger tous les convois.
    Retour aux fondamentaux, un peu moins de blabla sur les théories de la technologies et plus de véhicules / Tank robuste sans pour autan ce ruiner dans la technologie avant-gardiste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un char Leclerc c'est un jour et demi d'autonomie en combat.... après ravitaillement....a noter que les chars russes sont dépourvus de défense hard kill anti missiles ou anti roquettes. Ça manque...voir les performances obtenues par les Israéliens en conflit urbain. Une nouvelle fois les missiles rôdeurs et drones low cost changent la donne. Les Ukrainiens les utilisent largement contre la logistique russe.

      Supprimer
    2. @ Ulysse
      Encore faudrait-il que nous commencions à prendre en compte l'importance de la logistique et à commander des camions neufs...
      https://blablachars.blogspot.com/2022/06/cadeau-de-bienvenue.html

      Pourtant la France paye Renault Trucks pour des camions... mais à destination de l'Ukraine:
      https://www.forcesoperations.com/des-camions-renault-trucks-pour-lukraine/

      Supprimer
  17. @Anomnyme
    Le blindé en soit n'est pas un tout je suis d'accord en cela. Toutefois seul le blindé offre à ce jour une protection significative en opération sauf a être comme l'ARAVIS ou les solutions de la société SOFRAME un engin lourdement blindé mais à roue (MPCV).
    Néanmoins, seul le blindé peut résister à des calibres supérieur au 20mm alors ne parlons pas du 40 voir 50mm.
    Donc il faut un juste équilibre entre la roue et la chenille. Pourtant je suis un partisan de la mobilité donc des véhicules à roues. Mais chaque matériel répond à un besoin, avec ses limitations et ses contraintes.
    Et une armée comme la notre, aujourd'hui se doit d'avoir les deux pour pouvoir intervenir quelques soit le contexte et le théâtre d'opération.
    Par contre, le concept d'un char de combat lourd à 70t voir plus je n'y suis pas favorable du fait de son empreinte logistique auquel un tel équipement peut nous conduire (ex M1A2 SEP3) que son poids empêche d'utiliser certaines infrastructures sous peine de la dégrader et de fait les rendre impraticable à la logistique dont il dépend. En cela le Leclerc est un pour moi le bonne exemple entre puissance, mobilité et ergonomie. Reste à la remettre aux standards du moment.

    RépondreSupprimer
  18. @Anomnyme
    Le blindé en soit n'est pas un tout je suis d'accord en cela. Toutefois seul le blindé offre à ce jour une protection significative en opération sauf a être comme l'ARAVIS ou autres solutions de la société SOFRAME un engin lourdement blindé mais à roues (MPCV).
    Néanmoins, seul le blindé peut apporter une protection efficace aux calibres supérieur au 20mm alors ne parlons pas du 40 voir 50mm.
    Donc il faut un juste équilibre entre la roue et la chenille. Pourtant je suis un partisan de la mobilité donc des véhicules à roues. Mais chaque matériel répond à un besoin, avec ses limitations et ses contraintes.
    Et une armée comme la notre, aujourd'hui se doit d'avoir les deux pour pouvoir intervenir quelques soit le contexte et le théâtre d'opération.
    Par contre, le concept d'un char de combat lourd à 70t voir plus je n'y suis pas favorable du fait de son empreinte logistique auquel un tel équipement peut nous conduire (ex M1A2 SEP3). Que son poids empêche d'utiliser certaines infrastructures sous peine de la dégrader et de fait les rendre impraticable à la logistique dont il dépend. En cela le Leclerc est un pour moi le bon exemple entre puissance, mobilité et ergonomie. Reste à la remettre aux standards du moment.

    RépondreSupprimer

  19. Très bon article de Blablachars et très bonne analyse comme d'habitude. Le roi est nu (et ce n'est pas faute de le dire...).
    Et vivement le Leclerc-2, avec tout son environnement en effet, y compris surtout ses VCI lourds...
    Peut être que les derniers événements d'Ukraine auront au moins le mérite de nous faire revenir enfin, de la sortie de route de notre armée de terre et de son "hors sol" depuis vingt ans en effet encore. Espérons le.


    |PS : Tiens quand on parle d'imbécilités, "l'anonyme" du 8 mars 2022 à 13:08, en tient manifestement une couche... (désolé il y a des choses qu'on ne peut décemment pas laisser passer.)]

    RépondreSupprimer
  20. En Estonie, avant que cela ne commence en Ukraine, on a pu apercevoir des véhicules à roues batifolant dans la neige...
    https://twitter.com/CompteRenduMili/status/1490399232058089479

    Les paléontologues militaires ont même découvert une P4 "haute intensité" en excellent état de conservation:
    https://twitter.com/CompteRenduMili/status/1490283430151700481


    Depuis on a envoyé des "chars d'assaut" AMX 10 RC pour intimider Poupou...
    https://www.hauteprovenceinfo.com/article-36521-un-char-d-assaut-en-panne-dans-cruis.html


    Des véhicules chenillés ne seraient pas de trop, on ne sait plus qui est "l'armée roumaine"!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour faire sauter Poupou à la corde, les anglo-saxons ont préparé une tambouille pas chère et indigeste à base de viande d'ukrainiens:
      https://www.bfmtv.com/economie/international/guerre-en-ukraine-en-6-jours-les-etats-unis-et-l-otan-ont-envoye-17-000-missiles-antichars_AN-202203070227.html


      Les US auraient fourni 5 hélicoptères Mi-17, 2600 missiles Stinger et 600 Javelins à l’Ukraine selon la Maison Blanche (AFP).

      Pas étonnant que l'activité aérienne russe soit au service minimum!
      http://www.opex360.com/2022/03/02/en-ukraine-laviation-de-combat-russe-se-fait-pour-le-moment-tres-discrete/


      Faire mijoter avec la puissance de la guerre informationnelle:
      https://www.ege.fr/infoguerre/2020/10/recentrage-puissances-anglosaxonnes-enjeux-strategiques-de-guerre-de-linformation


      Bientôt servi tiède: une guérilla à la syrienne en pleine Europe.

      Supprimer
    2. Et ça continue encore et gore...
      http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2022/03/16/biden-a-autorise-un-envoi-massif-d-assistance-militaire-a-l-22898.html

      Supprimer
    3. On est sur la corde raide.
      https://theatrum-belli.com/des-livraisons-darmes-americaines-pour-une-offensive-a-venir/

      Vraiment raide...
      http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2022/08/22/eutm-ukraine-l-ue-parle-d-une-mission-de-formation-de-l-arme-23267.html

      Supprimer
  21. Le théâtre européen, ça change de la chasse au barbu à motobylette chinoise...
    https://actu.fr/societe/carte-guerre-en-ukraine-ou-intervient-l-armee-francaise-en-europe_49700696.html

    Des lions menés par des ânes, comme nos pères avant nous et les pères de nos pères...
    https://www.lopinion.fr/secret-defense/patrice-huiban-le-syndrome-du-second-empire-plane-sur-nos-armees

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'armée française est incapable de faire de la "haute intensité".

      À présent, c'est dit:
      https://www.lefigaro.fr/international/defense-les-chefs-d-etat-major-reserves-sur-la-capacite-de-l-armee-francaise-a-mener-une-guerre-de-haute-intensite-20220814

      Que fait-on ?

      Supprimer
  22. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  23. Les destructions en Ukraine auront permis un franc parler sur le véritable état des armées françaises...
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2022/03/29/francois-cornut-gentille-notre-modele-d-armee-soi-disant-complet-est-surtout-obsolete_6119599_3232.html

    Nu que c'est aussi ce que dit le CEMA, on ne se fera pas traiter de défaitiste ou de petit télégraphiste à la solde de Moscou ou de Pékin.
    https://youtu.be/hOVxjiY17ck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qu'importe le véhicule blindé, pourvu qu'il COMMUNIQUE...
      https://www.forcesoperations.com/eurosatory-2022-une-nouvelle-version-du-sics-bientot-livree-a-larmee-de-terre/

      >Concernant la vie courante, sans même parler de "haute intensité", c'est pour les camions de l'armée française qu'il va falloir s'armer... de patience!
      https://www.lalettrea.fr/entreprises_defense-et-aeronautique/2022/06/21/sur-le-depart-joel-barre-reporte-la-mega-commande-de-la-dga,109793703-bre

      Ne parlons pas des VBAE, au mieux prévu pour une première livraison vers 2030, pour la chasse au barbu d'élevage en madrassa, se comportant comme un sauvage, c'est dans sa doctrine.

      Supprimer
    2. Le VBAE, 19 industriels de 9 pays pour faire une bagnole blindée, prototype pas avant 2030...
      https://www.forcesoperations.com/amp/vbae-1-me-de-la-belgique-pour-realiser-letude-de-faisabilite/

      L'Europe aime se flageller avec des saucisses molles en passant des années à en discuter la courbure comme pour la banane.

      Supprimer
    3. Même la guerre en Ukraine n'enlève pas les peaux de saucisson que certains se mettent volontairement devant les yeux...
      https://www.rtl.fr/actu/international/l-armee-francaise-pourrait-elle-se-defendre-en-cas-de-guerre-7900178886

      Supprimer