Pages

jeudi 6 octobre 2022

PREMIERES IMAGES DU M1 A2 SEP V4

Loin de Washington où GDLS s'apprête à dévoiler le prototype de l'Abrams X, c'est au coeur de l'Arizona sur le Yuma Proving Ground (YPG) que des équipages du 2-12 Cavalry Regiment testent actuellement le M1A2 SEPV4. Basé sur la version V3, cette nouvelle évolution du char américain intègre un certain nombre de modifications comme un générateur auxiliaire sous blindage, une nouvelle sonde aérologique, ainsi qu'un détecteur d'alerte laser. Le nouveau capteur météorologique, appelé BMS ( Ballistic Meteorological Sensor) permet de mesurer l'ensemble des paramètres météo nécessaires au tir (Vent, température, pression atmosphérique, hygrométrie). Le BMS doit remplacer le capteur J-TEC, simple sonde anémométrique, utilisé depuis plusieurs années. Le détecteur d'alerte laser AN/VVR-4est capable de distinguer les différentes émissions laser telles que les télémètres, les illuminateurs ou encore les faisceaux de guidage de missiles antichars. Il peut être couplé aux différents systèmes de protection active et passive disponibles sur le char. Ce détecteur a été évalué en 2018 en même temps que le ROSY (Rapid Obscuring System) développé par Rheinmetall. Le système allemand ne semble pas monter sur le char visible sur les images. 




14 commentaires:

  1. cette version de l'Abrams peut tirer la nouvelle munition programmable XM1147

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Déjà testée sur le SEP V3
      https://blablachars.blogspot.com/2021/12/poursuite-des-tirs-de-validation-de-la.html?m=1

      Supprimer
  2. DAL ? Ca en jete plus que le XLR et sa pauvre mitrailleuse supplémentaire qui ont mis 10 ans à être concues (et toujours en de production)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. envoyons les en ukraine nos leclerc plutot que de laché 330 millions pour une rénovation meme pas satisfaisante

      Supprimer
  3. Bon, un nouveau DAL ou une nouvelle centrale "météo", ce n'est pas une révolution.
    Je réitère mon propos: tous les appendices de tourelle sont autant de fragilités pour le bon fonctionnement des systèmes et armements, y compris avec SCORPION.
    Le Leclerc n'est pas apprécié par tous: mais pourquoi tant de haine...? :)) Sa 12,7 est sous blindage, la 7,62 ne servant que pour l'épouillage ou la protection rapprochée.
    Les tourelles téléopérées et des armements de moyen calibre "en toiture" permettent de nombreux montages et des architectures novatrices. Combat "urbain", menace drone (à condition de pouvoir les détecter et les cibler), effets airburst, etc... mériteraient l'utilisation d'un LG 40 mm pour la variété de ses munitions et effets, à défaut d'intégrer un armement haute élévation en tourelle. On pourrait rêver d'un 140 Ascalon avec un 40 CTA... :))
    Mais, quid de la résilience au combat de ces armements et du MCO de terrain ainsi que la dispersion des missions pour les équipages, sans évoquer l'usage de drones terrestres ou aérien !?
    Doctrine et emploi sont à considérer.

    Envoyer des Leclerc en UKraine, si techniquement et politiquement cela reste improbable, coûterait un bras en formation, modifications et MCO.
    Leurs remplacements, sous réserve de stocks disponibles (?), par un autre char de combat (lequel ?) coûterait au bas mot, hors instruction et sans la chaine MCO: 1,8 Md de $ pour 200 exemplaires.
    À comparer aux "330 millions", dont une grande partie est investie dans l'économie et la BITD française. En période de difficultées économiques, cela s'étudie un minimum... :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Enfin, avant tu as un char entretenu depuis 10 à 20 ans et après tu as un char neuf. Ce n'est pas la même chose.

      Donc, c'est un choix de gestion de parc, changer le matériel tout les 20 ans plutôt que tout les 40.

      Et non, ça n'est pas forcément beaucoup plus cher car quand tu fais peu de production, tu dois la maintenir (c'est cher) et ça ne produit pas. Ton matériel est vieux de plus en plus dur à maintenir.

      Tu innoves peu et tu prends 1 siecle a réflechir à ce que tu vas faire car tu n'as pas le droit à l'erreure.
      En conséquence chaque programme se déroule dans la difficulté car ceux qui ont fait avant ne sont plus la.

      Pour les autres points, je suis d'accord avec vous. Les bibolards ça a l'air fragile.

      Supprimer
    2. Bien sûr, il y a une question de volume de production et de continuité avec les évolutions. Disons que le char de combat n'est pas une priorité, comme cela peut l'être à l'Est ou pour des raisons industrielles pour d'autres.
      La France est atypique par ses budgets et sa politique de défense, un peu comme les Anglois...
      De plus, le Leclerc avait 20 ans d'avance... ça vaut bien une RMV pour traiter les obsolescences et les MàJ. :)
      Cela nous laisse du temps pour étudier la place du char dans les conflits modernes, prototyper, expérimenter et développer sereinement la génération suivante, sans céder aux modes ponctuelles ou injonctions politico-industrielles.
      Point important: l'usage est aussi important que le matériel.

      Supprimer
    3. Le Leclerc n'a pas du tout 20 ans d'avance, il a un blindage a peine équivalent à des chars US 10 ans plus vieux (et que au niveau de la tourelle, le chassis est une vraie passoire, et surtout ne parlons pas des énormes trous que sont le mantelet non blindé et l'optique tireur, optique tireur dont point faible qui a été corrigé sur les Léopards avant la sortie du Leclerc et que les Abrams n'ont jamais eu car eux ont été vraiment en avance, un VBCI peut détruire un Leclerc de face en tirant dans le bloc optique tireur, ne parlons même pas de véhicules avec de vrai canon anti-chars ) qui est depuis longtemps dépassé (ne parlons pas du SXXI qui a reçu un ajout miniature de 10mm de blindage) , un (seul et pauvre) obus dépassé dès sa sortie (US et Russie avaient des pénétrateurs équivalents mais bien avant) , à reçu une Thermique chef bien après ses concurrents, n'a toujours ni Protection Active, ni mitrailleuse téléopérée,ni d'obus programmables (qui existent depuis près de 20 ans chez les schleus et encore plus pour les ricains). Le Leclerc etait déjà sous-blindé et sous armé à sa sortie et les économie de bouts de chandelles n'ont pas amélioré ses défauts.

      Supprimer
    4. Belle litanie de conneries

      Supprimer
  4. Encore quelqu un de frustré qui a tout appris sur les chars en regardant des documentaires US.

    RépondreSupprimer
  5. Au lieu de gaspiller encore nos budgets d'équipement militaire et de défense dans d'improbables Jaguar, et autres Griffon superfétatoires, alors que l'on pourrait aujourd'hui même être en train de commencer à nous équiper de L2 (à l'instar du K2 sud-coréen.), du Leclerc 2 (avec un nouveau châssis moderne actuel, et la tourelle du "EMBT", dans un premier temps par exemple ; et avec version caisse haute (façon Markava/Namer) et environ 1500 exemplaires de base, pour équiper complètement au moins deux brigades lourdes, sans compter l'export.).
    On parlerait même en effet à nouveau des chars français dans tous ces marchés considérables, des vraies réalités d'aujourd'hui !!!!!

    RépondreSupprimer
  6. Il est toujours possible de faire du char-fiction et inventer le char qu'il nous faudrait absolument...
    Un "chassis haut" n'a d'intérêt qu'avec une motorisation "avant" sans pour autant en faire un chassis optimisé EPC. Un VTT/VCI/VCC serait plus adapté.
    Avant de définir la "merveille blindée" encore faudrait-il envisager son emploi dans la doctrine et les moyens techniques de nos forces terrestres ainsi que la potentialité d'un conflit avec des adversaires définis.
    Pour le moment, seuls des conflits asymétriques ou de "moyenne intensité" en coalition nous ont concernés.
    Demain qu'en sera-t-il, pour quelle politique, avec quelle menace et venant de qui?
    L'Ukraine n'est pas l'archétype des conflits à venir.
    Faut-il du char pour du char?
    Actuellement nous avons 200 chars de combat pour deux Brigades Blindés théoriques. Mais nous savons tous qu'un enploi opérationnel se ferait dans des GTIA multiarmes où chaque pion élémentaire a sa place dans une structure adaptée: ABC, Infanterie, Génie, Artillerie, etc... dont La logistique!
    Penser au remplacement du Leclerc, avec un réel saut générationnel et opérationnel est nécessaire, tout comme pour nos armements les plus anciens. Tout ne peut pas être fait en cohérence, en même temps, en fonction de nos moyens et en assurant un tuilage intelligent (!). De même, les récents conflits ont fait apparaître des menaces innovantes, emmergentes et... des trous dans nos propres moyens de défense!
    Le contexte n'est pas simple et la conjecture aléatoire. L'affirmation se doit d'être au minimum mesurée et prudente ou mieux: se traduire par des interrogations productives.
    Dans un cadre mondial (le soleil ne se couche jamais sur la France et ses intérêts) anticiper les futures agressions ou actes malveillants n'est pas à la portée du premier blogger, moi y compris.
    Mais cela n'empêche pas de rêver au char le meilleur... :))

    RépondreSupprimer
  7. Il ne s'agit pas de rêver, mais au contraire d'arrêter de rêver, de se réveiller, et de revenir au réel.
    Vous parlez d'opérations en Afrique subsaharienne, de contre insurrection, qui serait ainsi devenu l'avenir indépassable pour l'armée de terre française, en particulier.

    Il faut en effet et précisément concevoir un char et des moyens lourds "utilisables (type K2 par exemple.) c'est à dire du pragmatisme.
    Un char ne se conçoit normalement pas seul, c'est tout son environnement qui lui est nécessaire qui est à prévoir avec (d'où les 1 500 châssis.), et en effet encore dans cette perspective, une conception avec un moteur à l'avant, qui accentue encore la protection (mieux vaut avoir un blindé immobilisé qu'un équipage tué. C'est en effet la démarche des israéliens, et d'autres de plus en plus : limiter au maximum les pertes humaines...).

    Par ailleurs la défense de nos DOM-TOM, et de nos 11 millions de km2 de ZEE surtout, n'est pas antinomique au fait d'avoir une armée, et un corps de projection terrestres sérieux notamment, conçus pour les opérations sérieuse de haute ou de moyenne intensité (en 1991, nous avions déjà été relégué comme flanc-garde, je ne vous dit pas ce qu'il en serait aujourd'hui.) (Ukraine, Haut-Karabagh, Syrie, Irak, Libye, etcetera, etcetera... Vous en voulez d'autres ? Ce sont précisément les conflits modernes "d'aujourd'hui". (Pas vos illusoires en plus, safaris africains.)).

    Pour cela encore une fois, il faudrait d'abord commencer par arrêter de jeter l'argent de nos budgets, par milliards et par dizaines de milliards même, par les fenêtres. Cela va de nos abracadabrantesques automitrailleuses, jusque aux FDI (dans le deuxième cas de notre ZEE.) et par rapport à l'insensé et véritable scandale des FREMM (qui finirent par coutées deux fois plus cher, ou par être livrer en deux fois moindre nombre que prévues pour le même budget. Ce qui ne nous a nullement empêcher de commander une mini série de FDI, après ça. Des FDI, encore plus chères, et même moins armées, par exemple.), et bien d'autres choses encore malheureusement.
    Un retour à un peu de pragmatisme et même simplement de sérieux, d'arrêter de rêver justement de faire comme les américains, devient de plus en plus urgent. Enfin si nous voulons encore avoir des armées utiles (qui ne servent pas uniquement à vendre des produits de luxe, inventables, ou être des vaches à lait pour certains.) et un minimum de défense de nos intérêts demain...
    L'heure du réveil a sonné.
    Reste à espérer qu'elle au moins un peu entendue et prise en compte cette fois ci ? !!!

    RépondreSupprimer