Pages

vendredi 25 novembre 2022

L'INDUSTRIE DE DEFENSE RUSSE ENTRE DECISIONS ET REVERS !

L'industrie d'armement terrestre russe dont les performances restent difficiles à apprécier et à quantifier semble néanmoins continuer à produire des engins et à développer de nouvelles évolutions des chars existants. Cette relative confusion est entretenue par les informations diffusées par plusieurs médias au sujet de certains programmes et engins. Sur le terrain, les matériels russes continuent de subir d'importantes défaillances techniques les condamnant à la destruction ou au retrait de la zone des combats. 

Ainsi le 11 novembre le Moscow Times (quotidien indépendant dont les journalistes ont été relocalisés en Arménie depuis la loi sur les "fake news" relatives à la guerre en Ukraine) annonçait l'abandon du programme de char T-14, titrant " 20 000 milliards à la poubelle. Le plus grand programme de production d'armes d’État de l'histoire de la Russie interrompu en raison d'échecs en Ukraine." Selon le média russe, Vladimir Poutine aurait donné pour instruction début novembre de refondre les normes d'approvisionnement de l'armée et de les mettre "en conformité avec les besoins réels" des armées, et ce avant le 14 novembre. Le document émis par le Président russe annulant les précédentes instructions régissant les activités des industries d'état aurait donc pour conséquence de stopper le développement du T-14, jugé incompatible avec la révision des priorités liée aux opérations en Ukraine. Cette situation confirmerait la situation décrite par le sous-secrétaire d’État américain au Trésor Wally Ademeyo, qui affirmait que le complexe militaro-industriel russe n'était plus capable de produire et d'entretenir des équipements critiques pour les opérations en Ukraine. Ces difficultés seraient accrues par les effets des sanctions occidentales qui privent les industries de composants de haute technologie, particulièrement dans le domaine de la micro-électronique. Comme un démenti aux déclarations de W Ademeyo, une vidéo diffusée sur Twitter montrait un T-14 (visiblement dépourvu de stabilisation de l'armement principal) évoluant aux côtés de soldats russes. Même si la date de réalisation des images reste inconnue, elles permettent de constater que le T-14 semble encore loin d'une mise en service opérationnelle. Comme sur les premières images diffusées en octobre dernier, la sonorité de l'échappement du T-14 semble plus proche de celle émise par une turbine que par un moteur diesel, dont est normalement équipé le T-14. Uralvagonzavod devait débuter la production en série du T-14 dès cette année, les premières livraisons étant prévues l'année prochaine.

A l'opposé de ces informations, les médias russes continuent d'entretenir le doute quant au potentiel des industries d'armement du pays. La dernière visite de Dimitri Medvedev dans une usine d'armement a permis de découvrir une nouvelle version d'un engin bien connu, le T-72. Le nouvel "Objekt 2022" visible sur les clichés fournis par un fidèle lecteur que Blablachars remercie pour sa contribution, a reçu le nom de T-72B3M YBX. Assez similaire au T-72B3M cet engin encore inédit bénéficie de plusieurs modifications externes portant essentiellement destinées sur la protection. Les traditionnels garde-boues équipant les différentes versions du char sont remplacés par des éléments de protection blindés. Cet ajout permet la protection avant du train de roulement et plus particulièrement celle de la poulie de tension. La tourelle bénéficie d'un réagencement des éléments de blindage ainsi que de l'ajout d'éléments de blindage au niveau du masque du canon, zone faiblement protégée sur les versions précédentes du char. Si le T-72B3M avait bénéficié des enseignements des engagements en Syrie, il est probable que l'Objekt 2022 soit le résultat des leçons tirées depuis le début de "l'opération spéciale" en Ukraine le 24 février dernier. 

Le T-72B3M YBX

D. MEDVEDEV en visite sur une chaine de production

Enfin une déconvenue supplémentaire pourrait s'ajouter aux difficultés rencontrées par les forces russes avec le désengagement précipité des BMP-T Terminator du théâtre des opérations, après une arrivée . Selon plusieurs informations, la décision aurait été prise à l'issue du premier engagement de l'engin d'appui aux côtés de chars de la 90ème Division blindée dans la région de Louhansk, où ils avaient été vus au mois de mai. Le Terminator aurait rencontré de nombreux problèmes de fiabilité  et auraient également soufferts d'une mobilité médiocre et de la portée réduite de ses canons le rendant inapte aux engagements à longue distance. Bien que l'information ne soit pas officiellement confirmée, plusieurs de ces engins auraient été forcés de quitter la zone de combat après avoir été pris pour cible par l'artillerie ukrainienne. Le retrait précipité et le désengagement des BMP-T Terminator pourrait sonner la fin de la carrière opérationnelle de cet engin hors norme dont les forces russes attendaient beaucoup. 

Deux BMP-T en appui d'un 

Le conflit en Ukraine qui est entré hier dans son neuvième mois a de lourdes conséquences sur le fonctionnement d'un certain nombre d'organismes d'état considérés jusqu'à présent comme préservés des aléas de la politique russe. Au-delà de l'impact humain et moral des pertes subies par l'armée russe, ces dernières entament sérieusement les capacités de régénération des matériels par l'industrie de défense ainsi sa crédibilité sur les marchés export, sérieusement mise à mal par l'incapacité à honorer les commandes en cours et à promouvoir des équipements aux performances médiocres.

53 commentaires:

  1. Le T-14 Armata est encore un concept-char qui sert d'épouvantail pour les budgets des pays occidentaux. Même si son architecture novatrice avec une cellule de survie pour l'équipage et un canon téléopérée font figure de progrès technique, l'essentiel n'est pas là. Encore faudrait-il qu'il dispose d'un moteur fiable, d'une stabilisation efficace de son armement et d'une optronique développée avec des IHM éprouvés.
    Il en est loin, tout comme son emploi avec l'interarme.
    Comme je l'ai déjà écrit, un char n'est rien sans ses soutiens (T-15, T-16, Boomrang, etc...) et une doctrine d'emploi.
    Reste, effectivement, l'industrialisation (chaotique), le MCO, la formation de tous les intervenants et des généraux pour commander des troupes motivés et pleinement équipés...(!) Cela fait beaucoup dans la période: le char miracle n'est pas pour aujourd'hui et sans doute demain !
    Il en est ainsi pour le Terminator qui a été terrorisé par de l'artillerie (!)
    Reste le T-90 et ses développements plus ou moins sophistiqués et efficients (?). À défaut d'une manoeuvre de rupture rondement menée il servira, comme les autres, d'artillerie mobile décapsulable...
    L'arme est une chose, sa qualité et son nombre une autre et ceux qui la servent encore une autre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le T-14 n'est pas un épouvantail pour les budgets occidentaux, ce sont bien les russes qui le mettent en avant depuis 10 ans (comme tant d'autres choses et projets).
      La grande erreur a été de prendre trop au sérieux les russes dans cette propagande de leurs nouvelles armes. La conséquence c'est qu'en effet, du côté occidental on a mis en route un processus pour y faire face, même si ça ne viendra que dans 10 ans.
      Les russes voulaient il y a 10 ans se retrouver vers 2020 avec des armements qui "dépassent" en qualité ceux des occidentaux afin d'être en avance, ils ont totalement échoué.
      Désormais on se dirige carrément dans un scénario ou en 2030, l'armée russe aura fortement baissée en volume et en qualité et celle des occidentaux renforcée en nombre et en qualité.
      La guerre en Ukraine n'est pas terminée, l'attrition russe n'est pas terminée. On peut vouloir faire semblant que les pertes ukrainiennes affaiblissent l'Otan, mais ce n'est pas vrai, les quantités ne sont aucunement comparables, le potentiel industriel pareil.

      Je pense que beaucoup ne mesurent toujours pas le problème de l'attrition russe dans cette guerre et cherchent encore par des chiffres à faire comme s'ils avaient encore plein de choses. Sauf que premièrement l'essentiel des pertes russes ne sont pas les vieilleries en stocks depuis 50 ans, ce sont leurs équipements "modernes" ou "modernisés" en service actif. L'industrie n'est pas capable de produire ce qui est perdu, d'où le besoin russe actuel à devoir piocher et restaurer les vieilleries qu'ils disposent pour pouvoir faire du "volume" ce qui de facto va réduire les produits neufs, car ça se fait sur les mêmes lignes de productions.

      Cela fait 9 mois que ça dure, on en sera ou dans 9 mois? 18 mois?
      On continue pourtant à faire comme si tout allait bien pour eux, comme si sur simple ordre de Poutine, par sa seule volonté, les usines iraient produire 10 fois plus qu'avant, c'est méconnaitre les limites industrielles russes, c'est méconnaitre une certaine dépendance pour des composants étrangers. La Russie n'est pas capable de faire l'effort de guerre qu'elle aimerait faire, elle est tributaire de ses vieilleries pour X quantité de temps. L'Ukraine quant à elle a un potentiel de soutien énorme avec des dizaines de pays amenant leur pierre à l'édifice permettant de durer.

      Supprimer
    2. "50 à 60 mille morts des deux côtés" : Cela voudrait dire qu'avec les blessés, dans un rapport normal de trois ou quatre blessés, ce serait 200 000 et jusqu'à 300 000 combattants hors de combat ; ce qui peut être probable sur un contingent de 1 000 000 ukrainiens mobilisés (le chiffre le plus généralement cité.).
      Des ukrainiens qui n'ont jamais communiqué sur leur propres pertes ; à part en juin dernier, où certains officiels ont parlés de plusieurs centaines de morts par jour (jusqu'à 400, littéralement cités.), lors de la seule bataille de Serodonetsk-Lysychansk (suite au début de panique à cette époque.). Depuis : Plus rien (les mêmes ont sans doute vite été remis à leur place pour avoir communiqué ainsi de leur propre chef.).
      Mais, ce qui est complètement improbable si ce n'est totalement impossible, sur des effectifs russes qui n'ont jamais dépassé les 200 000 pax (cela fait des mois qu'il n'y aurait plus personne en face !!!).
      Attention aux "fakes-new"...
      Même de nos "meilleurs amis" : Les américains, qui sont connus pour régulièrement largement gonfler les chiffres des pertes adverses (plusieurs fois les effectifs de daesh ou des talibans par exemple.), et les britanniques, en sont rester à 80 000 russes hors de combat (la moitié du dispositif, quand même !! ???), en aout dernier (depuis ?? Et malgré l'offensive ukrainienne au nord Donbass en septembre, depuis ??? ...).
      On connaitra les vraies réalités, et les vrais chiffres en particulier, de cette guerre, qu'une fois celle-ci terminée, et étudiée (sérieusement.), et plus que probablement de longs mois, voire quelques années après.

      Supprimer
    3. Gronin sous copium pur

      Supprimer
    4. @ Anonyme26 novembre 2022 à 11:28
      faites gaffe votre russophobie vous égare.
      Et vous connaissez les limites des industries russes, vous êtes bien le seul :)

      Supprimer
    5. @ Anonyme26 novembre 2022 à 18:53
      qu'est ce que vous n'avez pas compris, les calculs sont trop compliqués pour vous ?

      Supprimer
    6. Les forces ukrainiennes ne dépassent pas les 300 000 pax, forces paramilitaires du ministère de l'intérieur comprises. Les estimations US c'est 100 000 KIA/WIA des deux côtés. Pour un ratio d'un tué pour trois blessés ça fait 25 000 morts et 75 000 blessés des deux côtés. Pas du tout délirant.

      Supprimer
    7. Mais c'est bien sûr, il n'y a eu aucune mobilisation en Ukraine.
      Les ukrainiens sont les premiers à le dire : Un millions de mobilisé ; qu'est-ce qu'il y a de difficile encore à comprendre et à admettre, là-dedans ?

      Ah il semble que vous ayez, enfin, compris le calcul : En effet 25 000 morts, ce n'est pas 50 à 60 000 (ou 100 000 russes tués, comme l'ont annoncé récemment les ukrainiens. *), d'une part.
      D'autre part, plus de la moitié du dispositif russe, des combattants en particulier, aurait donc été mis hors de combat. On se demande alors comment ils peuvent encore tenir ; face à près d'un million d'ukrainiens déterminés ?
      Les vrais chiffres sont probablement ceux des américains, mais à diviser au moins par deux, comme en Irak et en Afghanistan.
      Par contre, eux aussi, donnent très peu de chiffres des pertes ukrainiennes !


      * Depuis le début les américains, suivis des anglais comme d'habitude, nous annonce un chiffre (25 000 tués actuellement, 100 000 hors de combat.), que les ukrainiens s'empressent de multiplier eux même par trois ou quatre (400 000 russes hors de combat par contre c'est très plausible, pour certains...), et que les russes divisent par trois ou quatre (6 500 tués.). La réalité est plus que probablement quelque part entre les chiffres de ces derniers et ceux des anglo-américains.

      Encore une fois, faire très attention aux "fakes-new", fabriquées de toute pièce, de part, et d'autre, cela fait partie de la guerre...

      Supprimer
    8. T'as pas saisi ce que copium veut dire on t'en veut pas

      Supprimer
    9. Le nombre de pertes confirmées (reliées à un nom) par les médias russes indépendans c'est 9000 morts et ils considèrent que c'est seulement 40% des pertes totales, sans compter toutes les unités annexes, Kadyrovites, Wagner, supplétifs séparatistes. 75 000 WIA ne veut pas dire hors de combat, et c'est cohérent avec ce qu'on voit sur le terrain.
      Je ne sais pas d'où sort ce chiffre de 1 000 000 de mobilisés mais il est faux.

      Supprimer
  2. Rââaah, j'ai encore oublié de signer!

    RépondreSupprimer
  3. L'amateur d'aéroplanes26 novembre 2022 à 08:06

    Pour le Terminator. Il s'agit d'une photo de 2020 :) Damaged BMPT Terminator after the mine resistant trials.

    https://twitter.com/i/web/status/1336352086116753408?lang=fr

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le "Terminator" est plus un matériel fait pour la guerre urbaine.
      Pour l'accompagnement il lui faudrait un canon beaucoup plus puissant (de 75 mm à tirs rapides, par exemple :)), et globalement un châssis plus moderne, "actuel".

      Ce sont en effet des blindés basés sur une conception ancienne, voire très ancienne (la conception du T72 date de la fin des années 60.), qui plus est moyen (d'une quarantaine de tonnes.), et moyennement blindé donc, du fait (ancienneté de conception et tonnage moyen.).
      C'est pour cela que les russes cherchent, depuis un certain temps déjà (!), à développer d'autres familles modernes actuelles de blindés : Armata, Kourganets, Boomerang ; et comme le font, depuis un certain temps également (!!), d'autres comme les américains (OMFV, AMPV, MPF.), les chinois (voir article récent.), et, les coréens (idem...) (où est passer la BITD terrestre française en comparaison, et en équivalence ??? !!!!!!!), ou même, en partie, les allemands.

      Supprimer
    2. Cite nous une seule armée dans le monde qui utilise le 75mm en accompagnement d'infanterie (après 1945 il s'entend, le Sherman ne compte pas).

      Supprimer
    3. Mais oui, mais oui, aller vous recoucher.

      Ni le 50, ni le 76 mm en marine...

      Supprimer
    4. On attend toujours

      Supprimer
  4. l'Ukraine a publié une vidéo d'un immense garage de véhicule Russe HS près de la frontière Ukrainienne, la quantité d'engins est impressionnante.
    https://defence-blog.com/ukrainian-drone-shows-giant-tank-graveyard-in-russia/
    un journaliste Russe au début de la Guerre avait indiqué que si la guerre durait la Russie pourrait revenir aux années 1980 en se repliant sur elle même, avec tout que cela peut entrainer , de plus la mobilisation partielle entraine la disparition de 300000 personnes de l'économie Russe , il faut donc produire des choses simples et qui ne demande pas trop de formation, de compétences

    RépondreSupprimer
  5. Il semble que les russes aient "d'autres chats à fouetter" en ce moment, que le développement du T14 (sans doute reporté et ralenti ?).
    Actuellement, depuis neuf mois ce sont les usines d'armement d'obus d'artillerie, classiques, et autres roquettes, qui doivent désormais tourner à fond, depuis neuf mois maintenant ils ont le temps de s'organiser.

    En ce qui concerne les autres matériels, comme les chars, les russes ont largement le temps, de voir venir*, avec plus 14 000 chars actifs et en réserve (= 10 % aujourd'hui seulement aurait été neutralisés.), ou en terme d'artillerie, avec plus de 12 000 pièces lourdes et plus de 4 000 lance-roquettes divers (rien à voir avec les ordre de grandeurs de nos armées ; et ils faut surtout des munitions pour alimenter tout ça.), sans parler d'une aviation quasiment pas touchée (ou très peu.). Apparemment ils sont plus dans l'épuisement de tous ces vieux stocks, sans trop compter.


    A ce sujet, à entendre les dernières déclarations russes, et vu leurs pouvoirs de nuisance, non seulement sur l'Ukraine, mais aussi sur l'économie mondiale (avec une croissance moyenne divisée par deux, en moyenne !!! (3,5 au lieu de 7 % prévus.)) et donc y compris américaine, qui commence à en être sérieusement affectée (eh oui, un monde" mondialisé", toujours plus interdépendant, des uns, et des autres.), sans parler de l'Europe occidentale, au bord de la crise, économique, sociale, et sociétale, la guerre pourrait durer beaucoup plus longtemps que jusqu'au printemps prochain (au moins).
    Il semble qu'ils aient les équipements et les usines de base, pour cela, et vu qu'ils semblent pas plus impactés que les autres en faits (3 % de récession seulement, contre plus de 10 % espéré un moment, encore moins en 2023, une inflation désormais similaire à la moyenne européenne, des réserves monétaires à ne plus savoir qu'en faire, pour l'avenir, un chômage de moins de 5 %, des clients en plein développement, dans toute l'Asie, l'Afrique, et l'Amérique du sud, à ne savoir qu'en faire également à moyens termes. Plus la guerre dure, plus ils semblent se reprendre au contraire ; en devenant encore plus autonome !) ...
    Attention aux "fake-new" en effet !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parfois il est sage de se taire quand on ne comprend pas ce dont on parle

      Supprimer
    2. On ne vous le fait pas dire.

      Supprimer
  6. concernant le BMP-T ce char est équipé de missiles qui oblige le char a s'arrêter le temps du tir, a 4000m il faut 12 secondes ? assez pour que l'artillerie Ukraine le cible, le BMP-T avait été conçu sur les retours de la guerre en ville en Tchétchénie pour le combat urbain et sont utilisation en terrain découvert n'est pas concluant, tout équipement fixe peut être détruit
    bon week end

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tient dont, comme le MMP dit donc !

      Supprimer
    2. Rectification, il faut 25 secondes, pour le MMP, et un tir à 4000m, quand même...

      Supprimer
  7. A priori la photo du BMP-T est un test de résistance aux mines AT effectué il y a quelques années. Aucun BMP-T endommagé en Ukraine photographié à date. Ce qui témoigne surtout du non emploi de ce matériel, pour des raisons encore à établir précisément (peur d'écouter les perspectives export comme pour le T90 m employé lui aussi très peu?)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le "Terminator" est plus fait pour la guerre urbaine, et les russes semblent garder, jusqu'à maintenant*, leurs matériels les plus récents (T90 par exemple.) en réserve ; à part sans doute quelques tests en grandeur nature.
      * : A voir cet hiver - tout début d'année prochaine, une fois leurs nouveaux 300 000 hommes mis en place et installés ?

      Supprimer
    2. Qu'est-ce qu'on se marre! Bien sûr le second front bielorusse va lancer Bagration 2.0 avec les immenses réserves blindées de l'Ômpire Russe (s'ils ont assez de carburant ils pourront peut-être pousser jusqu'à Bakmut)

      Supprimer
    3. Au troll de 18:47 à 18:53 : put.in six minutes pour nous pondre trois grosses co.neries. Vous vous êtes surpassé.

      Supprimer
    4. L'avantage du laconisme c'est qu'on évite de se ridiculiser sur 50 lignes

      Supprimer
    5. Mais certain y arrive trés bien en une seule.

      Supprimer
  8. "Écorner" pas " écouter" pardon

    RépondreSupprimer
  9. L'Akeron MP a les fonctions fire and forget et NLOS, il ne s'utilise pas comme un Milan ou un Hot. Il y a fort à parier que sa charge militaire, en particulier, va évoluer avec l'intérêt que lui porte la Suède...

    La Fédération de Russie a encore d'énormes stocks de blindés. Mais sont-ils en états, opérationnels, soutenus et avec des équipages entraînés pour servir? On peut en douter par rapport à l'état factuel de l'armée russe en général.
    Le T-14 a atteint, peut-être, la prė-série (?) et nous le verrons plus pendant des défilés ou des films de propagande que sur le terrain (et, peut-être en Syrie pour des essais...). Tout comme le Terminator, "sa tête sera mise à prix" en Ukraine pour répondre à la propagande et récupérer des informations... :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui le MMP est une sorte d'hybride entre munition rôdeuse et missile anti-char, avec une vraie capacité de tir au delà de la vue directe pour profiter du relief et des accidents de terrain. Cela dit il nous manque quelque chose entre l'AT4 et le MMP, type NLAW, voire un CG84.

      Supprimer
    2. Mais il mettra toujours 25 secondes pour atteindre sa cible, et sera toujours aussi repérable, et interceptable.
      Profiter du relief à très basse altitude, c'est ce que font communément les missiles dit de croisière, mais à des vitesses cinq à dix fois supérieures.
      Il suffira même de les intercepter dans leur approche terminale, quand ils prennent de l'altitude pour attaquer par le toit ; seul moyen de détruire un char lourd vu leur faible et insuffisante charge explosive, aussi !!

      PS : Il nous manque un équivalent moderne du "Carl-Gustaf-4" (voire des jetables très légers, de 60 mm et de deux kg, pour faire de l'anti blindé de proximité pour notre infanterie légère en particulier.) et des Milan-NG, vingt fois moins couteux (deux cent fois pour le "CG", mais ce n'est pas le même compartiment de tir.) que le MMP, et produit en suffisamment grand nombre (: toujours, notre échantillonaire, de luxe, super luxe même !!!).
      Voire au-dessus (d'un nouveau Milan NG, moderne actuel.) avec un système "tir et oublie" basique, ce qui complètera très bien une production (en série, suffisante !!!) d'obus "Bonus" (dix fois moins cher, vingt fois en comptant le poste de tir, que le MMP ; et tirant jusqu'à une portée de plus de 30 km, des munitions autrement plus difficilement interceptable (cinq fois plus rapides.).),
      et on serait à nouveau pas mal en terme de dispositif antichar global
      ; et pour bien moins cher, encore !!!
      .

      Supprimer
    3. @ Kamelot,
      il n'y aura pas de T14 en Ukraine, ça on peut en être à peu près sûr. Comme il n'y a pas eu, (pour l'instant) de T90, à part quelques échantillons plus pour les tester en vraies conditions de combat sans doute.
      Quant aux équipages formés et entrainés, vous posez là (contrairement à "d'autre".) une vraie question...

      Supprimer
    4. Déjà 30 T90 confirmés perdus, sur 400 en service c'est pas mal comme test grandeur nature. Ton blabla sur le MMP on le connait d'autres t'ont déjà expliqué pourquoi il fallait passer à autre chose, même si on devait tirer 10 MMP pour détruire un seul char ça resterait toujours rentable.

      Supprimer
    5. Au temps pour moi, une trentaine de t90 neutralisés apparemment ils auraient donc été mis en ligne depuis quelques mois, contrairement au début de l'offensive russe.
      Merci pour cette précision, pour une fois que vous ne dites pas complètement n'importe quoi !

      PS : Par contre, 10 MMP interceptés à 400 000 € (677,5 M€ CF01/2018 pour 400 postes de tir et 1 750 munitions), je ne vois pas en quoi cela serait rentable : relire ci-dessus.
      Même en supposant qu'un seul arrive à passer, comme vous le supposé vous-même, ça fait cher le char russe touché, et plus encore neutralisé ou même détruit ; et à raison de 1750 munitions vous n'iriez pas très loin.

      C'est à cause de gens comme vous, qui passent leur temps à justifier l'injustifiable, que nos armées en sont aujourd'hui où elle en sont.

      Supprimer
    6. Il n'est pas aisé de communiquer avec tous les anonymes d'un coup... donc, je vais faire un prix de gros:

      Vouloir culpabiliser autrui pour étayer ses élucubrations n'est pas une démarche intellectuelle.

      Les "gens" comme les "cons" ou les "autres" permet souvent de définir un continum dans lequel on se situe soi-même... Un peu de modestie, de réflexion et de bienséance seraient utiles. :)

      Un temps de vol est une donnée importante pour la latence de l'effet et le risque d'une detegtionbinterception

      Supprimer
    7. Prix d'un MMP 200 000€; prix d'un char moderne 5 000 000€ (et un équipage); faites le calcul

      Supprimer
    8. Et le poste de tir, il est gratuit peut être !
      677,5 millions d'euros divisé par 1750 MMP, égal 387 000 euros (prix 2015...).
      Calcul, fait.

      Prix d'un char russe moyen : 2,5 millions d'euros environ. Vous voyez, même pas rentable ; et encore à condition qu'un sur dix arrive à passer. Avec une bon système, moderne actuel (! !) de défense antiaérienne basse couche, cela sera difficile.

      CQFD.

      PS : Si vous avez d'autres problèmes de calculs (autres que biliaires !! :) ), il suffit de demander !!

      Supprimer
    9. Et oui, un bon système moderne actuel qui arrive à intercepter plus d'un missile anti-char à la fois, comme par exemple... par exemple... hmm... et oui c'est ça parfaitement!
      Face à la mauvaise fois crasse, répondont par plus de mauvaise fois, un équipage de trois hommes ça fait une valeur moyenne de 10 millions d'euros, donc très très rentable!

      Supprimer
  10. Il n'est pas aisé de communiquer individuellement avec tous les "Anonymes", donc je vais faire un prix de gros:

    Vouloir culpabiliser autrui pour étayer des propos récurrents n'est pas le signe d'une démarche intellectuelle et ouverte. Elle ne contribue pas à une bonne communication.
    De même, utiliser les termes "les gens", "l'autre", voire les "cons" (je suis télépathe... LOL) témoigent d'un rétrécissement, pour ne pas dire radicalisation, de l'analyse dans un continum où l'on se trouve soi-même.
    Un peu plus d'humilité, de réflexion et de bienséance (La bienveillance serait très bien, aussi...) permettraient de mieux se comprendre. :)

    Le temps de vol est un des paramètres à prendre en compte pour un effecteur mais il n'est pas directement proportionnel pour la détecion et possiblement l'interception ou le leurrage (certains préconisent, pour le futur, l'évitement...).
    En comparaison, quel est le temps de vol d'une munition Bonus ou d'un MLRS?
    Les moyens d'agression sont tels et dans un contexte de bataille qu'un objet lent peut passer totalement inaperçu. À contrario, un radar de système DCA ou hard kill est aussi détectable, tout comme un faisceau ou une télémétrie laser.
    Le Missile AC supersonique, voire hypersonique, a souvent été évoqué. Son guidage et usage n'est pas évident (Tir tendu, espace clos, signature de départ, homme dans la boucle, poids, accélération etc...). Pour autant il ne faut pas ignorer l'idée, même si Les nouvelles techniques de blindage pourraient le contrer (?).
    Le bouclier, le glaive et sa réciproque.

    Effectivement la trame anti-char de l'infanterie Française, considérée isolément, avec l'AT4 NG et l'Akéron MP semble "étirée" et "disproportionnée". La réflexion évolue dans l'AT. Une arme rustique et accessible en nombre pourrait s'y inscrire et renforcer l'AT4 NG (petit diamètre). Il y a une palanquėe de moyens et de portée..., je nai pas de religion. Mais, Il faut aussi prendre en compte le combat collaboratif en interarme, avec des armes de précision ou guidées (M120 GDL, 155 mm, MLRS, drones, etc...) ainsi que les feux de la cavalerie. C'est tout le but de SCORPION.


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anonyme, le premier, celui qui est constructif.
      Malheureusement mon cher Kamelot, on ne fait pas toujours ce que l'on veut, mais on essaye de rester correct, malgré tout (en quoi les termes "les gens", "l'autre" de manière générale sont-ils péjoratif ? Quant à votre troisième terme, je le laisse à votre propre déduction. Par contre, je vous épargne les termes très peu élégants, de "l'autre".).


      Pour le reste, vous abordez beaucoup de sujets en même temps :
      MMP : 160 m/s. Obus bonus et roquette LRU : 1 000 m/s, environ. Munition flèche de 120mm : 1 800 - 2 000 m/s (pour info complémentaire concernant l'antichar.).
      En ce qui concerne les missiles balistiques guidés de dernière génération, on est dans tout autre domaine encore, jusqu'à 5 000 m/s. ce qui les rend presque non interceptables, à part par un missiles équivalent d'une défense antimissile moderne actuelle...

      Par contre, petite précision sur l'AT4 jetable, qui est beaucoup moins efficace et performante qu'un canon sans recul comme le Carl-Gustav :
      Portée utile effective 200 mètres (selon l'armée suédoise elle-même. La portée de 500m est toute théorique ; au-delà de 200m, la perte de précision devient complètement rédhibitoire.) ;
      contre 700 - 1 000 mètres pour le CG (2 000 même avec de nouvelles munitions, modernes actuelles, à guidage terminal (relativement peu cher en soi...).) ;
      Il est aussi opérationnellement plus lourd : Pour 6 coups emportés, AT4 => 39 kg, CG4 => 29 kg (munitions et tube.).
      Et, évidemment (!!!), plus cher (qui l'eut cru !!!!!!!) :
      Un AT4 coutre environ 1 500 €, une munition de CG de 300 à 500 €, suivant le type (car très polyvalent et avec un nombre de munitions à effets divers (spécialisée anti infrastructure, à fort pouvoir explosif, antichar évidemment, et bien d'autres choses encore. L'AT4 ne fait que de l'antichar.) (1000 € pour celles guidées jusqu'à 2 000 mètres.), le poste de tir du CG de 2 000 euros, prévu pour largement plus de 2 000 tirs, est très rapidement amorti.


      PS : C'est vrai, si on pouvait se passer de ces boulets et de ces trolls (il faut bien appeler un chat, un chat.)...


      Supprimer
    2. "l'autre" anonyme, bien sûr.

      Supprimer
    3. Ce n'est pas tant la teneur du propos qui m'afflige mais la manière de le présenter. Chacun peut avoir un avis et c'est très bien ainsi, mais au-delà ce sont les arguments factuels avancés qui font l'intérêt du débat et avancer la réflexion. Un avis donné un temps peut évoluer...
      Je n'ai rien à vendre ni solution miracle à donner, n'ayant pas les compétences nécessaires.

      Le Karl Gustav est une vieille arme constamment modernisée et une valeur sûre. L'intérêt étant dans la richesse de ses munitions et sa polyvalence.
      Dans le genre, une arme similaire avait été annoncée: le "Samouraï", sans provoquer un intérêt marqué par nos armées...(?)
      Quand je parle de trame AC incomplète, Je pense plutôt à la zone 800/2000m. Là, la roquette stabilisé ou le canon sans recul portable sont Limités (j'ai connu le 106SR...). Il faut bien repasser par la case "missile" en contrôlant les coûts et les performances nécessaires.

      La demande des armées n'est pas toujours réalisable: politique, intérêts industriels, budgets et contextes sont des facteurs tout aussi importants.
      Ce qui semble évident sur un forum ne l'est pas pour les décideurs qui sont nombreux. :)

      Supprimer
    4. J imagine assez bien que c'est ce genre de réflexion qui a conduit les Allemands a se doter du missile Enforcer de MBDA Deutchland, léger, de type Fire and forget, doté d'une portée de 2kms. Avec en bonus une capcit de tir contre les aéronefs lents, hélico et drones de contact.

      Supprimer
    5. Eh Gronin t'es tout autant un troll que moi, la différence c'est que vu le temps que tu passes à raconter des conneries et faire l'apologie de la Russie poutinienne t'es soit au chômage soit un boumeur valétudinaire. Dans les deux cas peu qualifié pour donner son avis sur l'avenir de la nation.

      Supprimer
    6. @ Kamelot et ULYSSE,
      Le CG4 répond à la trame 300 - 1000 mètres, voire jusqu'à 2 000 mètres.
      Un nouveau Milan modernisé répondrait à la trame 1 000 - 3000 mètres, voire avec des version "tir et oublie" et longue portée jusqu'à 10 000 mètres (pour les tirs à une portée sécurisée de nos hélicoptères par exemple et en priorité ; avec quelques roquettes à guidage terminal (peu couteuses) par exemple encore !!!).
      [PS : vous aurez encore remarqué j'espère, "les arguments factuels qui font l'intérêt du débat et avancer la réflexion." On en est même au attaques personnelles et aux insultes : Quel débat !!!! Ce type de post ordurier devrait même être retiré, car il nuit beaucoup au sérieux de ce blog. Difficile d'avoir un débat constructif dans ces conditions.]

      @ ULYSSE,
      c'est en effet un vrai nouveau type d'arme, anti blindé léger, voire anti hélico et anti drone.
      De même que voire des jetables très légers, de 60 mm et de deux kg, pour faire de l'anti blindé, anti hélico, anti drone, de proximité (200-300 mètres.) pour notre infanterie légère en particulier, serait aussi un plus, de plus...

      Supprimer
  11. La corruption est à l'origine des problèmes rencontrés par la BITD russe et ce n'est pas nouveau. Le BMP-T Terminator est destiné principalement à la défense des chars en zone urbaine et dans une bataille blindée-mécanisée qui n'est pratiquement pas arrivé en Ukraine, le concept du BMP-T est bon. Le T-14 est encore trop jeune. Mais le souci est la masse avec la maintenance et la livraison de chars pour la première ligne dans un engagement militaire majeur. Les russes ont perdu 1500 chars, 7 fois la dotation de Leclerc en France. La BITD arrête la R&D de nouveaux chars pour fournir des chars fiables immédiatement aux frontoviki.
    L'Oncle Sam et l'Europe ne sont pas prêts et ne veulent pas dépenser plus, surtout l'Europe avec ses réserves d'équipements militaires dérisoires et son pétainisme munichois pour la Russie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La France n'a pas envie d'en découdre, officiellement, en centre-Europe et a d'autres menaces à gérer dans son "empire"... Donc, elle laisse volontier sa place aux Européens plus "concernés". :)
      L'Histoire se répète rarement et les similitudes sont des interprétations (Je sais, il y a Sedan et la fameuse tenaille...). Par contre, les leçons de l'Histoire s'atténuent avec le temps, mais nous avons toujours le B1 bis...LOL

      En parlant de ça:
      https://m.youtube.com/watch?v=dUDETc0MQEo&cbrd=1

      Supprimer
    2. On est pas concerné par la guerre en Ukraine donc ?
      Même gérer "notre empire" comme vous dites, voir Barkhane...
      Au contraire on se prépare d'autres nombreux "Sedan", militairement, stratégique, politiquement, et internationalement ; avec nos nouvelles ligne Maginot, tout aussi contournable que la première (mais encore plus chère, beaucoup plus chère !)..

      Il faut un modèle d'armée complet adapté à nos besoins et à nos budgets (arrêtons de vouloir sas cesse copié les américains (Scaf, nuc, etc...).).
      Nous avons même déjà des avantages. Avec par exemple un couple Rafale, meilleur chasseur bombardier embarqué au monde (on peut réellement le dire.) et porte-avions Catobar, un savoir-faire que nous sommes les seuls à posséder avec les USA ( excusez du peu.), et que beaucoup nous envie et aimerait bien acquérir. (Mais qu'en faisons-nous ... !!!!!! ???? ....).
      Pour le reste de notre marine il nous faudrait un peu plus de sérieux (par exemple pas deux types similaires de frégates (FREMM-FDI) ; et des mini séries encore à la que veut-tu en voilà. Ou des SNLE remplacés avant l'heure (au bout de trente ans seulement, alors que les américains eux les remplace au bout de 42 ans en moyenne. Encore une "affaire" de plus de 50 milliards, qui va bouffer une part toute aussi essentielle de nos actuelles augmentations budgétaire. Un simple report normal, de dix ans nous permettrait d'économiser plus de dix milliards d'euros de budget (pour un corps blindé mécanisé, par exemple.).
      ET surtout donc (sinon on risque que de faire "des ronds dans l'eau.", un vrai corps blindé mécanisé projetable sérieux (c'est à dire simplement sans "extravagances" !!), y compris en redéveloppant de vraies capacités, amphibies et de transport maritime en particulier, d'entré en premier.
      Le tout avec un vrai système antimissile, pour nos forces terrestres projetées, mais plus encore pour nos navires (l'absence d'un tel système est aujourd'hui complètement inconcevable.). Mais plus encore, pour la défense de notre propre territoire (face au développement et à la prolifération en cours des missiles balistiques. Très bientôt nous serons à la merci de n'importe quel excité des autres bords de la Méditerranée (la fameuse ligne Maginot contournable.)).

      Tout cela est parfaitement possible, même à deux pourcent, mais à condition, à la seule condition que nous arrêtions de gaspiller nos budgets, et nos capacités...

      Supprimer
    3. Et il faut un nouveau Leclerc, avant 2050 !!!!! (un char de plus d'un demi-siècle, quelle armée moderne encore !).
      Et français : Sauvons notre BITD terrestre !!!
      En 2030, c'est parfaitement possible, si... ...On se réveille, enfin...

      Et stop au scaf : développons les différentes versions évolutives du Rafale, qui n'en est encore qu'au début de sa carrière opérationnelle : Les américains eux-mêmes, continuent de produire des F15, F16, et F18, plus que quinquagénaires, et c'est pas fini, car constamment améliorés et évolués.
      Le rafale a un bel avenir devant lui ; si on ne le saborde pas encore.
      Exemple : cinq milliards (sur les cent prévus !) dépensés d'ici 2030 simplement pour des études préliminaires sur le sacf = soixante Rafale supplémentaires (dont nous aurions bien besoin !!!).

      Supprimer
  12. Même si ce n'est pas le sujet de Blablachars, la succession du Rafale F5, et plus... vers 2050, comme le Leclerc, doit être pensée dès maintenant. Ne pas confondre SCAF, NGWS et NGF dont les études n'ont pas encore commencées.
    La réalité technique et industrielle est hypothétique dans l'immédiat. Il s'agit dun projet politique comme le MGCS.

    Un futur char sera nécessaire et devrait prendre (Après l'artillerie?) la suite de la dotation des forces moyennes et légères. L'industrie française n'est pas souveraine techniquement pour un certain nombre de composants importants: Motorisation, transmission, suspension, chenilles... Vouloir retrouver une industrie complète de fabrication de chars prendra du temps et de nombreux investissements. Encore faut-il le vouloir (?).

    Le conflit Ukrainien nous concerne, sans engager les forces de l'OTAN ou celles de la France dans des actions militaires officielles. La règle est simple: "Nothing on the ground, in the air and sea"... dixit Washington.
    En prenant une carte il est facile de comprendre le comportement de pays limitrophes qui cherchent à se sécuriser ou dissuader par des moyens classiques, sous la haute "bienveillance" intéressée des USA.
    Nous en sommes pas là..., nous sommes un pays "doté".
    La géopolitiques a ses raisons et intérêts, y compris entre "amis"... La Pologne (comme la Turquie et l'Allemagne) en joue parfaitement.
    Les Pays Baltes, la Suède, la Finlande et les "Ex" de l'Europe de l'Est, eux, crispent du fessier pour des raisons géographiques et historiques.

    Il faut raison garder: hors nucléaire, la Fédération de Russie fait plus mal par "l'embargo forcé" de son gaz que peur par ses T-14. :)


    RépondreSupprimer