Pages

lundi 15 juin 2020

LE PONT FLOTTANT MOTORISE EN EVOLUTION PERMANENTE !

Le franchissement de coupure humide par moyens adaptés redevient un sujet de préoccupations pour de nombreuses armées européennes. Ainsi, la Pologne après avoir lancé un appel d'offres (Cf.post 25/05)  et pratiqué le franchissement autonome pour ses VCI (Cf.post du 01/06), a organisé le franchissement du 2nd Armoured Brigade Combat Team (ABCT) de la 3è Division d'Infanterie au cours de l'exercice Allied Spirit 2020. L'industrie de défense française possède l'un des leaders mondiaux du secteur avec les Constructions Navales et Industrielles de Méditerranée (CNIM), concepteur de nombreux moyens de franchissement équipant l'armée de terre et ayant répondu à l'appel d'offres polonais.


   Image CNIM
 
Pour répondre aux demandes de nombreux utilisateurs étrangers et de l'armée de terre les CNIM ont entrepris depuis quelques années la revalorisation du PFM, basé sur des améliorations techniques et permettant de réduire le nombre de camions nécessaires au transport d'un pont de classe  MLC 40 (Military Load Classification). C'est un module de cette classe composé de deux camions semi-remorques transportant dix mètres de pont et deux rampes qui devrait être déployé en Afrique dans le courant du mois de juillet. Le Pont Flottant Motorisé (PFM) revalorisé ou PFM 2.0 aurait ainsi du faire sa première apparition au salon EuroSatory avant sa mise en service dans l'armée de terre. L'annulation de l'édition 2020 n'a pas empêché les CNIM de donner un certain nombre d'indications sur le développement d'une nouvelle version de ce matériel. C'est par la voix de Xavier Montazel, directeur de la BU Defense et Marine au sein des CNIM qui a donné quelques précisions sur le développement en cours. Le souhait des CNIM est de pouvoir offrir un moyen de franchissement adapté aux nouveaux véhicules de combat pour lesquels les ponts de classe MLC 70 risquent d'être rapidement insuffisants. Ainsi le futur PFM ou PFM F3 devrait pouvoir accueillir des véhicules chenillés de classe MLC 85 et des véhicules à roues de classe MLC 100. Des modules d'une longueur standard de 10 mètres (nécessitant un semi remorque pour leur transport) seront proposés sur cet équipement mais aussi des modules de 6.70 pouvant être transportés sur un porteur 8x8 équipé du système DROP (Demountable Rack Off load Pickup). Cette dernière version pourrait s'appeler PFM F3XR offrant les mêmes capacités que la version "longue" devrait être la première à voir le jour pour répondre à des demandes de clients exports.
  Image CNIM

Cette version devrait être suivie d'autres déclinaisons dont le développement a subi un léger décalage en raison de la pandémie de CoViD19. X. Montazel annonce ainsi l'arrivée d'une version longue F3MAX et surtout d'une version téléopérée F3D équipée de moyens de navigation et de verrouillage entièrement automatiques. 

Image CNIM
 
La France possède donc une réelle longueur d'avance technologique en matière de moyens de franchissement. L'intérêt pour ces systèmes devrait augmenter dans le cadre d'un retour des opérations de haute intensité en Europe. Pour l'armée de terre, le besoin en moyens de franchissement est particulièrement  crucial, car elle ne possédera plus à terme de véhicules moyens ou lourds dotés de capacités de franchissement autonome, en submersion ou en flottaison.

6 commentaires:

  1. L'exercice CIADA 2019 a montré l'importance de ces moyens de franchissement pour l'armée de terre française :
    https://www.athena-vostok.com/armee-de-terre-projection-2030-comparaison-nest-pas-raison

    La société française CNIM, très investie dans divers domaines cruciaux est en grande difficulté actuellement:
    https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/05/25/a-la-seyne-sur-mer-le-fleuron-cnim-est-proche-du-demantelement_6040649_3234.html

    RépondreSupprimer
  2. Une nouvelle version des ponts motorisés flottants est livrée depuis début 2020 à l'armée française:
    https://raids.fr/2019/10/08/bientot-200-m-de-pfm-f2-fournis-a-larmee-de-terre/

    Pour être manœuvrés par moins de soldats, nous ne sommes plus au temps des appelés:
    https://youtube.com/watch?v=nCNN-ooZ25s&feature=youtu.be

    Ça évite de rester aux hangars pendant les manoeuvres:
    http://www.opex360.com/2018/02/28/otan-moment-vbci-groupement-tactique-francais-deploye-lituanie-ont-ete-mis-hangar/

    RépondreSupprimer
  3. Le groupe CNIM est engagé sur de très nombreux marchés "défense", dont les ponts motorisés flottants (ce n'est pas le plus stratégique de leurs engagements, mais c'est le sujet de l'article).


    Un cas d'école parmi d'autres:
    https://infoguerre.fr/2020/09/cas-decole-de-perte-industrielle-france-risque-encouru-groupe-cnim/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La perte de savoir-faire opérationnel aussi...
      https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/une-trentaine-de-militaires-finissent-dans-la-riviere-tarn-avec-leur-vehicule-1631195054

      Supprimer
    2. Cela fait travailler d'autres savoir-faire...
      https://www.ladepeche.fr/2021/09/15/tarn-et-garonne-apres-10-heures-deffort-les-sapeurs-ont-extrait-le-blinde-naufrage-du-lit-du-tarn-9791604.php

      Supprimer
  4. En 2015, quand la CNIM demandait à l’armée de faire un SOUTEX pour les vendre à un pays pas très-très gentil, il y avait bien plus de moyens:
    https://youtu.be/C-7sOxOW8oc


    Facile à deviner, mais je vous le donne: le Pakistan.
    https://www.forcesoperations.com/ideas-du-vehicule-blinde-a-la-selle-de-mule/


    La CNIM qui malgré l'intermédiation de la banque Rothschild aura laissé bien des plumes ces derniers temps...
    https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/fcde-tres-bientot-proprietaire-de-bertin-technologies-897542.html

    https://www.forcesoperations.com/cnim-en-negociation-pour-ceder-ses-activites-de-cybersecurite/

    https://investir.lesechos.fr/actions/actualites/la-restructuration-financiere-de-cnim-fait-flamber-le-cours-de-ce-fleuron-industriel-sauve-recemment-du-demantelement-1955112.php

    RépondreSupprimer