Pages

jeudi 10 décembre 2020

INVITATION ALLEMANDE !

Le dernier rapport sur l'avancement des programmes majeurs d'armement publié aujourd'hui contient des informations intéressantes sur l'avancement du programme MGCS et sur son devenir. Selon le document, ce programme ne serait plus uniquement franco-allemand, même si le tandem continue de servir de base mais " devrait aussi être conçu comme une capacité OTAN dotée d’un groupe adéquat de participants. Dans un premier temps, l’Allemagne vise à inclure le Royaume-Uni, la Norvège, les Pays-Bas, la Suède et l’Italie". Un examen de la liste des pays concernés, permet de déceler des pays possédant des BITD solides et dotées de capacités intéressantes. Un examen plus détaillé montre que cette liste ne contient que des clients potentiels du Leopard 2A7 déjà utilisateurs du char, comme la Norvège et la Suède ou susceptibles de l'adopter en remplacement d'un char national vieillissant comme l'Italie ou le Royaume Uni. Les Pays Bas qui se sont séparés de leur chars en 2011 entretiennent depuis 2015 une compagnie de 16 chars au sein d'un bataillon allemand et sont donc naturellement liés à l'Allemagne. Manquent à l'appel l'Espagne dont l'intention est pourtant de remplacer ses Leopards 2E par un engin issu du MGCS, ainsi que la Pologne. Cette dernière absence est plus surprenante mais le MGCS s'inscrit dans un horizon trop lointain pour les projets polonais dans le domaine. En réponse à la la volonté exprimée par Varsovie de se doter d'un char moderne à court/moyen terme, KNDS pourrait proposer prochainement (MSPO 2021) l'EMBT. Au delà de leurs capacités respectives dont la mise en commun constituerait une sérieuse concurrence pour le MGCS, ces pays pourraient également céder aux sirènes sud coréennes en adoptant le char K2, déjà proposé à la Pologne au cours du salon MSPO 2020. Il s'agit pour Rheinmetall soutenu par Berlin de préserver ses clients potentiels quitte pour cela à se servir du programme MGCS pour offrir des compensations techniques et industrielles. En outre, une offre allemande permettrait de faire rentrer dans le programme des partenaires sélectionnés par Berlin qui pourraient être des alliés utiles en cas de désaccord entre la France et l'Allemagne dans le programme, diluant de facto le pouvoir de la France dans la conduite du projet. En attendant les deux pays continuent de conduire la phase SADS 1 du programme ainsi que la répartition des tâches pour la réalisation des quatorze démonstrateurs technologiques. Le programme MGCS devra ensuite affronter les élections fédérales allemandes en septembre 2021 puis les élections françaises au printemps 2022. En attendant ces échéances politiques, plusieurs signaux apparus ces derniers mois donnent l'impression que le MGCS aurait été accordé à l'Allemagne en "échange" du SCAF avec une prise de contrôle progressive mais quasi totale du programme terrestre par Berlin, transformant de facto le programme Main Ground Combat System en programme Mostly German Conceived Solution.

22 commentaires:

  1. Oui enfin la vision reste encore trop souvent francocentrée ou germano-centrée.
    Déjà dans un premier temps le partage du programme se fait toujours en terme de valeur et de manière équitable entre les partenaires. Est-ce qu'il est dans leur intérêt de sélectionner un programme où à la fin de ce dernier, ils n'auront que 14,3% de la valeur de celui-ci. De plus, rien ne dit que les partenaires vont faire ce que les Allemands veulent qu'ils fassent.

    Deuxièmement, tous les pays cités ne vont pas sélectionner un partenaire allemand pour leur part dans le programme. Tous ces pays ont un industriel national dans le terrestre avec au Royaume-Uni BAE system, SAAB en Suède, Leonardo en Italie, Kongsberg en Norvège et Thalès au Pays-Bas.

    Troisièmement, ça reste des attentions de l'Allemagne qui était déjà là il y a 3 ans au lancement du programme et qui n'ont pas changé.

    Quatrièmement, les Allemands peuvent tout simplement se foirer. Les Allemands ne sont ni des génies du mal ni des as de la magouille, ils peuvent se tromper. Ainsi Rheinmetall a rendu foireux le partage industriel avec en bonus des luttes intestines en Allemagne entre KMW et Rheinmetall. Donc là, deux hégémons des véhicules terrestres en Allemagne vont devoir se partager 14,3% de la valeur du programme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je veux bien croire tout ces arguments auxquels je ne peux opposer qu'une évidence:tous les pays invités sont des clients potentiels du Leopard avant d'être clients du MGCS et tous les pays possèdent une solide BITD capable d'apporter des éléments techniques. Pour le partage les choses ne resteront certainement pas en l'état ! Enfin je ne suis pas opposé à l'ouverture du MGCS comme le montre un article oublie sur mon blog à ce sujet
      https://blablachars.blogspot.com/2020/05/do-you-speak-mgcs.html?m=1

      Supprimer
    2. Enfin aux dernières nouvelles l'Italie n'est pas cliente du Léopard 2 et ce n'est pas un objectif à moyen ou court terme.

      De plus, un changement dans ce domaine risque de faire tiré des têtes en Allemagne, parce que la dernière fois, ça c'est pas vraiment passé comme ils l'espéraient. Et puis vu que les deux partenaires comme vous le soutenez veulent se répartir le terrestre et l'aérien, j'aimerais bien connaitre la position de l'Espagne quand on va lui dire que sa participation dans le SCAF passe de 33% à 20% parce qu'il faut soutenir le leadership français dans le domaine, mais qu'elle n'a pas à s'en faire elle va avoir 10% de participation dans le MGCS.

      En gros on est tous dans des grosses supposition et je pense que dans les faits 80% de tout ce que l'on suppose ne resteront que des suppositions (dont les miennes).

      Enfin, je n'accuse en rien le blog, c'est juste qu'après pas mal de temps, je commence à être un peu lessivé des propos comme quoi on se fait toujours avoir par l'Allemagne. Non pas par un biais pro-européen, mais j'ai de plus en plus l'impression qu'au delà des craintes fondées, on tombe dans un sentiment d'infériorité qui ne serait pas fondé sur la part économique de l'Allemagne dans l'Europe mais sur une certaine vision des Allemands. Alors que comme chez nous, les programmes de coopération militaire avec la France ne font pas l'unanimité et que l'on accuse la France de piller les industries de la défense allemande.

      Supprimer
    3. Le but du blog est d'exposer des points de vue et d'ouvrir ou nourrir des débats. Je n'ai rien de personnel contre les Allemands et j'espère que l'avenir vous donnera mille fois raison ! Nous faisons tous des suppositions mais une chose est sûre les infos sur le MGCS viennent toutes l'Allemagne et le CEMAT a reconnu que nous n'étions pas maître d'œuvre du programme ! Pour le reste attendons !

      Supprimer
  2. Dans le fond, avoir un char "européen" unique serait plus que satisfaisant, et moins cher avec un partage des frais de conception et une production de masse. A condition que la France dispose d'une chaîne de fabrication et de maintenance indépendante pour ne pas être soumis aux caprices politiques du Bundestag.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui me paraît une garantie indispensable et nécessaire ! On vient de voir les difficultés de maintenance de nos matériels avec l'externalisation !

      Supprimer
    2. L'externalisation des soutiens continue:
      http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2020/11/24/le-sea-veut-externaliser-le-mco-des-systemes-petroliers-des-21648.html

      Pour s'attaquer au "coeur de métier", comme tout combat difficile, on attaque par la périphérie: ici, la formation.
      http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2020/06/21/le-centre-de-formation-a-l-appui-aerien-qui-forme-les-jtac-v-21260.html

      Mais ce n'est pas fini...
      https://www.lalettrea.fr/action-publique_executif/2020/11/30/faute-d-avions-l-armee-de-terre-laisse-au-sol-ses-parachutistes,109624233-ar1

      Supprimer
  3. @ Passager
    Dans ce cas, voici une lecture qui vous reposera sans doute les neurones... ou pas:
    http://mars-attaque.blogspot.com/2020/09/entretien-avec-samuel-bh-faure-pourquoi.html

    RépondreSupprimer
  4. "Dans un premier temps, l’Allemagne vise à inclure le Royaume-Uni, la Norvège, les Pays-Bas, la Suède et l’Italie" :
    Quel "partenariat" en tout cas.
    Pour eux qui ont encore des œillères, ou ne veulent pas voir la vraie réalité de ce qu'est ce programme MGCS, la prise de contrôle par l'Allemagne de la construction des principaux équipement militaires terrestres, chars de combat et artillerie (à suivre) (+ VCI, c'est à dire tous ce qui concerne la haute intensité en Europe de l'ouest), tout cela crève pourtant les yeux. C'est le choix des européistes.
    Espérons seulement que tout cela ne finisse pas encore en catastrophe industrielle, et militaire, comme l'A400, ou encore l'Eurofighter.

    Ronin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Ronin : "C'est le choix des européistes."

      Je pense plus simplement que c'est le choix des clients actuels du Leopard et des nations ne souhaitant pas partir seules dans la conception d'un nouveau char de combat (GB, Italie).

      De même, je ne saisi pas en quoi les problèmes de jeunesses de l'A400 peuvent être considérés comme une "catastrophe industrielle". Vous noterez également que le Typhoon est le fer de lance de plusieurs puissances économiques et militaires. Comme "catastrophe industrielle", on a vu pire ;-)

      Supprimer
  5. Hop là, c'est Noël:
    https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/l-allemand-frank-haun-sera-le-seul-maitre-a-bord-de-knds-866564.html

    RépondreSupprimer
  6. C'est plus clair comme cela:
    https://www.meta-defense.fr/2020/12/15/la-france-sacrifie-t-elle-une-partie-de-son-industrie-defense-sur-lautel-de-la-cooperation-avec-lallemagne/

    RépondreSupprimer
  7. On en sait un peu plus sur la vision du projet par l'allemand Hensold:
    https://mobile.twitter.com/ForcesOperation/status/1358794823868817408

    RépondreSupprimer
  8. Les projets franco-allemands sont en tran de hoqueter dans les négociations:
    https://www.lopinion.fr/edition/international/industrie-defense-ca-coince-a-tous-etages-entre-france-l-allemagne-235715

    Pour le MGCS, on se téléphone:
    https://www.forcesoperations.com/un-entretien-pour-que-mgcs-puisse-passer-la-seconde/

    Les industriels de l'armement allemands continuent leur bout de chemin, notamment en mettant des marchés en poche avec l'Italie:
    https://blablachars.blogspot.com/2021/01/proposition-allemande.html

    https://blablachars.blogspot.com/2021/01/la-bundeswehr-achete-des-camions.html

    RépondreSupprimer
  9. Berlin discuterait aussi avec Londres...
    http://www.opex360.com/2021/04/24/berlin-discute-du-futur-char-de-combat-franco-allemand-avec-londres/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les industriels italiens aussi sont choyés, les allemands ne lachent pas la proie pour l'ombre:
      https://www.air-cosmos.com/article/leonardo-sinvite-sur-le-programme-scaf-24719

      https://blablachars.blogspot.com/2021/01/la-bundeswehr-achete-des-camions.html

      Supprimer
  10. Il faut bien comprendre l’état réel des armées en Europe et donc le jeu de l'Allemagne.

    1/ La Bundeswehr, on peut en soulever un coin du voile derrière pour cerner un peu mieux le contexte de toutes ces annonces, car l’Allemagne developpe une intégration des moyens militaires avec les Pays-Bas en particulier, mais aussi plus largement le Benelux,… dans le but de vendre du matériel militaire allemand.

    Quelques infos sur l’état des l’armée outre-Rhin:
    En un mot, selon tous les rapports allemands accessibles, la Bundeswehr elle-même estime qu’elle est actuellement une armée qui n’est apte ni au combat ni à la guerre.

    Le constat est à la fois très grave et lucide (cette lucidité étant à l’honneur des allemands).

    Son plan stratégique de progrès, baptisé Heer 4.0 (il est accessible ici en version finale intégrale pour 1,5€ : http://esut.de/2021/02/fachbeitraege/25235/das-heer-4-0-auf-dem-weg-in-das-jahr-2032/) prévoit la mise sur pied d’UNE brigade mécanisée opérationnelle en 2027 et trois à partir de 2032 (http://esut.de/wp-content/uploads/2019/07/Der-Aufwuchs-des-Heeres-im-F%C3%A4higkeitsprofil-bis-2031.jpg).

    – On découvre au passage des détails via l’audit qui a motivé ce plan 2032 :

    – Aucune des brigades actuelles composant l’armée allemande n’est considérée comme opérationnelle et apte au combat. La qualification OTAN VJTF (Very High Readiness Joint Task Force) censée refléter l’état de préparation au combat sous préavis très court, n’a été obtenue par l’Allemagne en 2019 qu’au prix de cannibaliser des ressources d’autres brigades pour équiper la brigade test afin de passer l’examen. Ressources qui ont été rendues ensuite à leurs unités respectives.

    Le fait que ce procédé ne marchera pas une deuxième fois en 2023 a déjà fuité dans la presse allemande.

    – La seule brigade disposant de certaines capacités appartient à la 10e Panzerdivision et c’est …la brigade franco-allemande. Elle dispose de capacités dans le domaine de la reconnaissance offensive, mais sa construction politique interdit à la Bundeswehr de s’en servir seule.

    – Le taux de disponibilité des chars (Puma) est catastrophique. Le problème est identifié, c’est la motorisation trop légère (couple 2200 Nm au lieu de 3000 Nm minimum pour manoeuvrer).

    Et l’origine de cette motorisation trop légère est aussi identifié : c’est le cahier des charges qui imposait au Puma d’être aérotransportable par A 400 M.

    Résultat = le MCO s’envole et devient incontrôlable.

    Cela explique (en partie) la fébrilité allemande à vouloir à tout prix contrôler les échéances industrielles du futur MGCS, quitte à faire pression politiquement sur le partenaire français.

    – Le taux de disponibilité des Tigre est lui aussi très bas. Le problème identifié est l’extrême lourdeur bureaucratique des processus de maintenance.

    L’industriel Airbus a sa part de responsabilité, mais l’essentiel du problème se trouve au sein de la Bundeswehr. Quel que soit le futur hélico, Apache, Tigre 3 ou autre, le problème perdurera tant que la Bundeswehr ne le prendra pas à bras le corps.

    RépondreSupprimer
  11. – Les auditeurs se sont aperçus que les motivations des autres pays à forger des divisions communes avec les allemands (Pays-Bas, Hongrie…) étaient essentiellement de pouvoir accéder à de la formation et de l’entraînement à moindre frais en Allemagne.
    Elles font des divisions communes mais elles gardent le contrôle d’emploi de leurs forces.

    Les différences de compétences sont parfois notables en faveur de ces pays (par ex. les Korps Mariniers néerlandais, équivalents des RIMA les régiments d’infanterie de marine français, sont plus qualifiés opérationnellement que leurs homologues allemands et n’ont pas besoin de progresser vis-à-vis d’eux).

    L’Allemagne tente d’obtenir des contreparties économiques en imposant du matériel allemand à ces pays, mais avec un succès relatif.

    En bref, la Bundeswehr, une armée en devenir, lucide et qui se cherche, pas assez performante pour être un véritable levier politique.

    Cela oblige les politiques allemands à faire pression uniquement via (ou sur) l’industrie de défense, pour bouger leurs fournisseur et leurs partenaires.

    C’est le Bundestag qui a le dernier mot, pas les généraux, car c’est lui qui détient les crédits d’engagement.

    Et il les dépensera avec une seule idée : préserver les emplois en Allemagne.
    A moins que Boeing ne fasse assembler l’Apache entièrement en Allemagne…

    Et si oncle Sam se propose de participer à l’amélioration de la mobilité militaire en Europe, ce ne sera pas gratuitement…
    http://www.opex360.com/2021/03/03/les-etats-unis-se-disent-prets-a-participer-au-projet-de-lue-visant-a-ameliorer-la-mobilite-militaire-en-europe/

    http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2021/04/30/usa-22099.html

    2/ Concernant l’armée britannique, il y a ce podcast:
    https://www.irsem.fr/le-collimateur/insuffisances-et-suffisances-d-une-grande-armee-le-cas-britannique-06-04-2021.html

    RépondreSupprimer
  12. L’armée française a été conçue depuis 1991 comme un corps expéditionnaire… sans avion de transport stratégique, ni hélicoptères lourds!

    Concernant les avertissements de nos CEMA et CEMAT, qui sont moquées en haut lieu, nous savons à quoi nous en tenir…
    http://www.societestrategie.fr/actuel-59-concept-de-securite-et-haute-intensite/

    La bombe parera à tout comme dans les années 90 de « la fin de l’histoire » et des dividendes de la paix:
    https://www.lepoint.fr/editos-du-point/jean-guisnel/la-guerre-sera-toujours-la-guerre-mais-autrement-13-04-2021-2421892_53.php

    Un ronronnement trompeur qui permet de detruire méthodiquement toutes les capacités militaires depuis 1991, sous prétexte qu’il n’y aura plus jamais de « vraies guerres »:
    https://www.franceculture.fr/emissions/le-tour-du-monde-des-idees/le-monde-demeure-dangereux-et-nous-ne-sommes-pas-sortis-de-lage-des-guerres

    La guerre en Europe, avec les moyens actuels, ce serait des dégâts bien trop considérables pour être envisageable, tout simplement.

    Cela relève de l’impensable et donc de l’impensé (même si CEMA et CEMAT français font le taf de le dire)…
    https://www.areion24.news/2020/10/05/leurope-et-la-guerre-le-retour-du-refoule/

    Un début de réponse, quant à la conclusion se trouve dans l’observation de nos engagements actuels et ceux des 50 dernières années: nous sommes un corps expéditionnaire moderne qui intervient dans un contexte de confort opératif pour combattre de l’asymétrique.

    Même la plus puissante armée du plus puissant État du monde ne peut pas être partout…
    https://www.meta-defense.fr/2021/04/12/ukraine-taiwan-moyen-orient-le-scenario-du-pire-pour-le-pentagone-prend-corps/

    Dans nos camps d’entraînement de Champagne, chaque fois que nous plaçions (dans les années 2000) une unité interarmes dans un contexte symétrique ou dysmetrique les résultats n’étaient pas bons (guerre électronique, engins mécanisés de 3e génération AMX10P et 30, attaque NRBC, artillerie en nombre avec tirs a priori).

    Le choix capacitaire de la roue-canon montrait également ses limites et d’autres concepts (char Leclerc-VBl) leur originalité chevaleresque.

    Pourtant, Raqqa, Falloujah, Mossoul, Grozny, et les derniers conflits comme la Syrie/ Irak, l’Ukraine, le Yémen ou encore le Haut Karabakh constituent autant d’enseignements intéressants…

    N’étant pas ancien aviateur, que l’armée de l’air et de l’espace passe son temps à donner ses avions, former des pilotes étrangers a hauteur de 10% de son activité totale et jouer les VRP ne m’indigne plus.

    N’étant pas ancien marin, je n’ose à peine m’aventurer sur le nombre de frégates de premier rang dont nous disposons et la faiblesse de nos moyens outre mer où demain une puissance pourrait contester localement ou plus globalement notre domaine maritime (le 2eplus important au monde).

    Mais je me rassure en me souvenant de cette phrase prononcée par l’amiral Prazuck à propos de la faiblesse de l’armement des futurs patrouilleurs outre-mer : la principale défense de ces bâtiments est leur pavillon.

    A un détail près par rapport à avant: l’électronique des véhicules de combat devient l’objet d’une lutte dans le domaine cyber:
    https://blablachars.blogspot.com/2020/12/un-contrat-pour-la-cybersecurite-des.html

    Et la course à la militarisation de l’espace est relancée…
    https://www.areion24.news/2021/04/15/cyberespace-une-intersection-redoutable%E2%80%89/

    Tandis qu’avec les progrès de la guerre électronique, le GPS voit son étoile pâlir:
    https://www.lapresse.ca/actualites/sciences/2021-05-02/le-gps-prend-du-retard.php

    Quant à une hypothétique armée européenne...restons sérieux!
    http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2021/05/05/3force-de-reaction-rapide-de-l-ue-vingt-ans-apres-sequel-ou-22118.html

    RépondreSupprimer
  13. Misère...
    http://www.opex360.com/2021/05/15/berlin-veut-ouvrir-le-projet-de-char-franco-allemand-a-dautres-pays-de-lue-de-lotan-et-dailleurs/

    RépondreSupprimer
  14. Berlin a invité Londres...
    http://www.opex360.com/2021/04/24/berlin-discute-du-futur-char-de-combat-franco-allemand-avec-londres/

    La Belgique aussi serait intéressée...
    https://www.forcesoperations.com/mgcs-et-maintenant-la-belgique/

    RépondreSupprimer