Pages

mardi 6 juillet 2021

LE BEST SELLER D'OSHKOSH CONTINUE DE SEDUIRE L'EUROPE

Le club des utilisateurs du JLTV (Joint Tactical Light Vehicle) fabriqué par Oshkosh Defense devrait accueillir de nouveaux membres européens. Le premier pays client a été le Monténégro qui a commencé à recevoir les premiers exemplaires d'une commande portant sur 67 véhicules suivi en septembre dernier par la Belgique qui a commandé 322 JLTV avec des livraisons attendues à partir de 2023. La dernière commande reçue par Oshkosh Defense devrait permettre à la Slovénie, la Lituanie, la Macédoine du Nord et la Roumanie de rejoindre le club des pays utilisateurs du JLTV. Parmi les futurs utilisateurs du véhicule américain, on trouve le Portugal qui a exprimé son intention d'acquérir un nombre encore non précisé de ces engins ainsi que le Royaume-Uni qui a selectionné le JLTV dans le cadre du programme MRV-P (Multi Role Vehicle-Protected) et devrait commander d'ici la fin de l'année, plus de 800 véhicules pour équiper l'armée de terre et les Royal Marines. Le Luxembourg pourrait compléter cette liste avec un besoin estimé à 80 véhicules. Le plus gros utilisateur du JLTV reste bien sur l'armée américaine avec un premier contrat signé en 2016 pour l'acquisition de plus de 16000 engins et des besoins estimés à 50000 véhicules pour l'armée de terre, 16000 pour le Corps des Marines , 2000 pour l'armée de l'air et 400 pour la Navy. Véritable best seller d'Oshkosh, le JLTV a démarré sa carrière en 2015 après sa victoire dans la compétition lancée par l'armée américaine pour le remplacement du Hummer. Il est intéressant de noter les pays européens représentent la majorité des clients d'Oshkosh avec 5 pays sur un total de 7 pays utilisateurs. L'absence de concurrence européenne sur ce segment peut expliquer le succès du best-seller d'Oshkosh dont la polyvalence permet de répondre aux différents besoins exprimés par les armées.

11 commentaires:

  1. Avec de telles séries, le prix devient imbattable avec un effet boule de neige il risque de ne plus y avoir beaucoup de place pour nos produits.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui surtout si ils n'arrivent que dans deux ou trois ans sur le marché sans apporter de réelles évolutions.

      Supprimer
    2. Ce n'est pas forcément le coût du véhicule produit en grande série qui coute le plus cher, mais ce qu'on y met dessus, l'armement, et surtout plus encore l'électronique (ceux ci dépassant parfois très largement le prix du seul véhicule tout compris, parfois jusqu'à trois fois, voire quatre fois, plus.).

      L'augmentation ou la diminution résultant de la réduction des séries produites, la plupart du temps présenté comme le facteur fondamental de l'augmentation des coûts, ayant une effet en fait assez moyen et ne jouant en réalité qu'à la marge, avec une réduction ou une augmentation de 10 à 15 % pour une production multipliée ou réduite d'un facteur dix (10 fois plus ou 10 fois moins). Ce qui "devrait" être l'ordre de grandeur, normalement, entre l'armée française et l'armée américaine.

      Ce qui est encore plus important sur des séries courte, c'est surtout et essentiellement également la répartie du budget R&D (recherche et développement), d'autant plus lourd que la série est courte.

      Notons cependant que cette augmentation de coûts devient néanmoins exponentielle plus on se rapproche de l'exemplaire unique ou d'une production qui s'apparente parfois plus à une production “artisanale” que véritablement industrielle.

      On le voit désormais habituellement dans les équipements modernes ultra-sophistiqués dans nos armées du coup de plus en plus échantillonnaire.

      Bref un vrai cercle vicieux.
      Que les américains semblent désormais avoir compris après les Zumwalt, F22, et autre B2, ou même Comanche.

      Un cercle vicieux mortel dont on devrait s'évertuer à sortir le plus rapidement, au contraire de s'y enfoncer, toujours plus.

      Supprimer
    3. La solution serait évidemment d'apporter en effet d'autres solutions ou de véritables innovations ; et non de chercher toujours à faire la course au plus disant technologique avec les américains.

      Ce qui est parfaitement possible si on était encore capable de nous tourner vers nos vrais savoir-faire traditionnels d'antan (en plus les américains sont plutôt connus pour produire des équipements militaires terrestres assez moyens en général (les concepts venant surtout essentiellement de l’Europe en la matière.)).

      Nos savoir-faire qui étaient plutôt en l’occurrence ceux d'équipements compacts (augmentant la survivabilité ; et diminuant les différents coûts.), et bien conçus.

      Dans ce genre, en matière de VBAE moderne, c'est à dire bien protégé et adapté aux contextes actuels (moins de pertes humaines possibles.) :
      https://www.lepoint.fr/editos-du-point/jean-guisnel/panhard-presente-le-crab-nouveau-blinde-de-reconnaissance-13-06-2012-1472674_53.php
      Ou, quand on savait encore faire des véhicules blindés efficaces, et bien conçus.
      En l’occurrence, un vrai blindé parfaitement adapté à l'Afrique et aux autres marchés émergents (de quoi commencer à fidéliser de nouveaux clients), mais aussi un parfait véhicule léger blindé, et bien blindé (de niveau IV et de moins de 10 tonnes, aujourd'hui on pourrait même faire encore un peu plus léger avec les blindage actuels : Ça, c'est vraiment innovant.), pour l'Europe, et d'autres.

      En l’occurrence comparé au JLTV, ce dernier est beaucoup plus long et plus haut, et un peu plus léger, et est donc beaucoup moins blindé, vu son poids.
      C'est comme cela, en construisant des véhicules "pragmatiques" que l'on vend, ou que l'on vendait en l'occurrence encore, et que l'on produisait en plus grandes séries ...

      Le prix étant possiblement dans le même ordre de prix, environ 500 000 euros, avec un armement télé-opéré.
      Après tout dépend de ce qu'on veut y mettre dessus, et en particulier du niveau d'électronique.

      Et là, ça peut véritablement s'envoler, si vous voulez vous amusez à y mettre un lanceur MMP (au lieu d'un canon mitrailleur, beaucoup plus utile, et même un lance missile antichar complémentaire d'auto défense.), cela dépassera très rapidement les un million et demi d'euros. Ceci avec seulement quatre missiles emportés (4 x 200 000 € plus 450 000 € pour le lanceur.) (pour aller taper du technical, au mieux, en Afrique, ça commence à faire "un peu" cher ! : Et pourtant !!!


      PS : On fait encore bien pire puisque notre fabuleux (par son prix) Jaguar va nous couter plusieurs millions d'euros.
      Je dirais à vu de nez, avec l'armement, et l'électronique, et vu la taille du bestiau, dans les sept à huit millions d'euros l'exemplaire, plus environ trois millions de R&D rapportée à l'exemplaire (c'est ce que coute en général ce genre de programme, dans les un milliard d'euros).
      Soit plus qu'un char lourd de soixante tonnes, ou qu'une dizaine de blindés type CRAB. Le pire rapport prix efficacité en somme.
      Le cercle vicieux quoi.

      Supprimer
  2. https://blablachars.blogspot.com/2021/06/et-pourquoi-pas-le-hawkei.html
    comme véhicule léger de patrouille de basse intensité remplaçant le VBL dans ce rôle, avec les usines qui vont bien rapatriées en France (!!!).

    Comme quoi après le Bushmaster, qui il y a quinze ans nous aurait permit de réellement remplacer nos VAB, même catégorie, en mieux blindé, ce qui nous aurait permit d'épargner nombres de vies en Afghanistan (plusieurs dizaines de tués et plusieurs centaines estropiés à vie ? !), comme le Hawkei aurait pu également le faire au sahel, et à des prix plus que raisonnables (500 000 euros à l'époque pour le Bushmaster.) (y compris en répercussion du MCO, de l’empreinte logistique, et de tout le reste.), il y a de quoi (le pire !!!!!!!!) pour équiper correctement, et en nombre suffisant, nos armées ; si seulement ...

    Deux exemples encore, parmi tellement d'autres ! Malheureusement ...

    RépondreSupprimer
  3. la commande de L'US army pour 16901 JLTV était de 6,7 milliard de $ au taux de change actuel de 0,85 le cout du JLTV est de 336 962 euros
    le VT4 un 4X4 Ford modifié par ACMAT vaudrait 115000 euros
    un Bastion de chez ACMAT plus de 400000 euros

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En effet le "Bastion" d'ACMAT, 12 tonnes, qui peut transporter dix hommes sous blindage niveau 3 OTAN, sur 1200 kilomètres, et jusqu'à 110 km/heure, parfaitement éprouvé et robuste aurait pu constitué un presque parfait remplaçant du VAB (en beaucoup, beaucoup, mieux blindé.), et pour un prix, et des coûts, y compris en MCO, parfaitement raisonnables.
      Comme le PVP-XL même caractéristiques générales;
      Ou même encore, le VAB "mark 2", avec un niveau de blindage de niveau 4, pour 15 tonnes en ordre de combat (comme quoi c'est parfaitement possible, et plus encore aujourd'hui), et qui aurait eu l'immense avantage supplémentaire d'offrir une très haute communalité avec l’ancien VAB d'origine et de faciliter le passage de son remplacement à peu de frais, et de risques.

      Mais tous ces véhicules (on pourrait encore en citer d'autres), avaient surtout une énorme désavantage, une tare même pour nos constructeurs actuels :
      "PAS ASSEZ CHERS".

      Pensez vous un remplaçant du VAB qui aurait été même en dessous du coût, voulu et défini, par les armées françaises, de moins d'un million d'euros, tout compris, l'exemplaire.

      Il faut se rappeler que le VBMR, initial, à la base, était conçu, pour remplacer le VAB donc, et pour être comme ce dernier, une sorte de mule, bon marché, robuste, polyvalente et multi-usages, hautement modulable et adaptable, et peu cher, des armées françaises : En quelques sorte son nouveau véhicule blindé de base et d'usage courant (et non encore un autobus encombrant, sophistiqué, peu maniable, et bardé d'électronique (à ne savoir qu'en faire !! D'ailleurs entre Griffon, Serval, VBAE, et VBCI, on ne sait plus qui va faire quoi, et surtout plus encore, pourquoi ? !) !).

      Puisqu'en l’occurrence, ces véhicules, bien blindé et protégés vu leur poids (c'est à dire aux normes actuelles de ce que permettent aujourd'hui les techniques) seraient revenus à la moitié de ce prix (sans l'armement voire même guère plus avec une mitrailleuse télé-opérée montée en équipement de série basique (d'autodéfense : c'est bien le moins pour un véhicule de ce type, moderne et actuel.).).
      C'est à dire, environ 500 000 euros (un peu plus de 600 000 avec une mitrailleuse, ou un lance grenades automatique, télé-opéré, de base.) ; pour un véhicule, armé, blindé niveau 4, et pouvant transporter un groupe de combat de dix soldats entièrement équipés, sur de longues distances et à bonne vitesse qui plus est.
      Et pour un coût, des coûts, largement avantageux, car maitrisés (!!) :
      De l'ordre de trois ou quatre pour un seul "Griffon", et probablement de deux pour un "Serval".
      C'est à dire, que pour le même budget, il faut encore s'attendre à avoir globalement environ trois fois (voire quatre fois, avec la R&D et le reste.) moins d'équipements et de véhicules que nécessaire, voire encore moins avec des équipements, de luxe, qui resteront plus, et encore, dans les garages faute de budget, et de moyens MCO suffisants ...

      Sortira t-on un jour de ce sous équipement devenu endémique dans nos armées depuis une vingtaine ou une trentaine d'années avec les fameuses "dividendes de la paix" ?
      En tous cas pour l'instant, on en prend nullement le chemin.
      "Tout va très bien, Madame la marquise" ...

      Supprimer
    2. Ok Ronin a toujours un mot (une tirade) pour dire que les choix ne sont jamais les bons, que c'est la mer... Etc. Mais alors, QUI fait ces choix ? POURQUOI ? A QUI profite ces hérésies en chaîne ? Les généraux de 60 ans bloqués 50 ans en arrière ? Le lobby ricain et allemands pour défensivement tuer l'industrie fr dans son ensemble, pas que militaire ?
      Répondre à ces questions aiderait bien plus les paons comme moi plutôt que de répéter en boucle que jaguars griffons et vbci sont moisis, ça on l'a compris.
      Merci

      Supprimer
    3. Les réponses sont déjà en partie dans les questions. Il suffit de rajouter le lobbying (il n'est pas que américain "rassurez vous", pas.) ...
      On sait aujourd'hui, dans la plupart des pays "occidentaux" d'ailleurs, que les choix d'équipements militaires sont de plus en plus fait, voire imposés, par les industriels ; et de moins en moins par les opérationnels, qui plus est de terrain.
      PS : Voila, j'ai essayé de faire court.

      Supprimer
  4. Après, le JTLV a toujours du mal à trouver sa place dans l'US Army. Ce qui amène à ce genre de décision.
    https://www.thedrive.com/the-war-zone/41439/joint-light-tactical-vehicle-funds-redirected-by-army-once-again-to-buy-new-humvees

    RépondreSupprimer
  5. Le Luxembourg va certainement en prendre:
    https://defencebelgium.com/2021/08/10/la-signature-de-laccord-sur-le-bataillon-belgo-luxembourgeois-reportee-a-fin-aout/

    RépondreSupprimer