Pages

dimanche 28 août 2022

DEUX SALLES, DEUX AMBIANCES !

L'actualité blindée de ces derniers jours a été marquée par des livraisons d'engins à différentes armées. A Carpiagne dans le sud de la France, le 1er Régiment Étranger de Cavalerie a reçu les premiers exemplaires du Jaguar, après que plusieurs équipages aient été formés au 1er Régiment de Chasseurs d'Afrique à Canjuers. Le Jaguar, véhicule emblématique du programme Scorpion est un blindé médian armé d'un canon de 40mm CTA (Cased Telescoped Ammunition) et de missiles antichars AKERON. Parmi les équipements embarqués, on retrouve le SICS (Système d'Information et de Commandement Scorpion) décliné en différentes versions pour équiper les engins et postes de commandement des unités de l'armée de terre. A quelques milliers de kilomètres des rivages méditerranéens, c'est un tout autre genre d'engin dont l'armée polonaise a pris possession en juillet avec la livraison des 28 premiers exemplaires des 250 M1A2 SEPV3 commandés en juillet 2021.Comme pour les équipages de Scorpion, les mois qui se sont écoulés ont été mis à profit pour effectuer la formation des futurs équipages polonais à la mis en oeuvre du char américain. Plusieurs visites et discussions ont eu lieu pour finaliser la configuration des engins et les modalités d’exécution de ce contrat d'une valeur estimée à plus d'un milliard de dollars. Le partenariat américano-polonais établi autour de ce programme devrait permettre d'approfondir la formation des équipages polonais de la 18ème Division mécanisée dans les domaines tactique et technique. 

Ces deux épisodes illustrent la singularité de la position française à l'heure où l'ensemble des armées occidentales cherchent à muscler leurs composantes blindées mécanisées par l'acquisition d'engins modernes ou la modernisation de parcs en service. La place tenue par les engins blindés dans les opération se déroulant en Ukraine, la volonté polonaise de devenir la première force blindée européenne ainsi que les ambitions allemandes dans le domaine terrestre devraient inciter nos décideurs à réorienter rapidement la politique d'équipement de nos forces terrestres. La priorité donnée au segment médian et aux capacités de projection aérienne ont conduit la France à se doter de véhicules aussi performants qu'atypiques dans le paysage actuel des armées européennes et occidentales. Pour remédier à cet état de fait, des solutions existent tant dans le domaine des chars que celui des VCI chenillés. Au-delà de ses performances qui lui permettent de se classer parmi les meilleurs chars du monde, le Leclerc possède des capacités d'évolution importantes grâce à un poids contenu dès sa conception et les possibilités d'intégration d'équipements modernes. Pour tirer le meilleur parti de ce potentiel, il est nécessaire de prévoir une réelle modernisation du char avec la mise en place d'un programme de rénovation à mi-vie, qui permettrait de doter le char d'équipements indispensables à l'efficacité du char dans les engagements modernes. Pour envisager un tel programme, il faut être convaincu de l'utilité du char sur le champ de bataille et ne pas le considérer comme un engin inutile ou le témoin d'un modèle d'engagement que certains considèrent comme dépassé. Il suffit pour cela de noter que parmi les demandes formulées par V. Zelensky pour l'équipement de son armée, le char de bataille figure tout en haut de la liste des besoins. A noter que dans ce domaine, la France n'a rien à offrir à l'exception de quelques EC 90 Sagaie ou d'AMX10RC, selon le site Oryx dans un post du 13 juillet dernier. 
 
Arrivée des premiers M1A2 SEPV3 en Pologne
Côté VCI chenillé, l'abandon pur et simple de tout projet de cette nature impose à la France de considérer des solutions alternatives autres que le développement d'un nouvel engin. La plus évidente consisterait à envisager dans le cadre de la prochaine LPM (Loi de Programmation Militaire), la possibilité d'acquérir sur étagère un engin existant et déjà en service. A l'instar de nombreux pays engagés dans la modernisation de leur composante blindée mécanisée, les équipements spécifiques et correspondant aux besoins de l'armée de terre pourraient être intégrés en France par les industriels français dans des délais cohérents avec les besoins de l'armée de terre. L'achat sur étagère est souvent considéré comme un abandon de souveraineté, mais force est de constater que ce procédé constitue la seule solution disponible, dès lors que la filière nationale correspondante a été sacrifiée comme cela est le cas dans le domaine blindé, mais aussi celui des munitions petit calibre. Sur le plan technique, la modularité affichée par les blindés modernes autorise l'intégration d'un large éventail d'équipements et de systèmes de nature et d'origine différentes.
 
Même si les décisions polonaises sont souvent critiquées en raison du tropisme américain affiché par les autorités de Varsovie, elles illustrent néanmoins la situation de l'offre européenne dans le domaine blindé mécanisée. En matière de char lourd, l'offre européenne se limite au Leopard 2, déjà ancien et au bout de son évolution en dépit des efforts de ses concepteurs. Pour les VCI chenillés, l'offre européenne est un peu plus abondante avec deux engins en service dans plusieurs armées, le Lynx KF41 et le CV90 dans sa dernière déclinaison le MkIV. En ce qui concerne la France, il est aisé de constater que pour ces différents matériels, elle n'a strictement rien à offrir, se privant de marchés export au potentiel intéressant. Dans ces conditions, comment s'étonner que Varsovie fasse le choix de solutions extra-européennes pour équiper son armée d'engins performants et disponibles dans des délais correspondant aux besoins et aux ambitions du pays. 
 
Arrivée du premier Jaguar au 1er Régiment Étranger de Cavalerie
L'arrivée des premiers Jaguar au sein d'un régiment de l'armée de terre constitue une étape importante pour nos forces et pour la Cavalerie Blindée qui n'avait plus reçu de nouvel engin majeur depuis la mise en service du Leclerc au début des années 1990. Il est cependant important d'accompagner ce changement par une réelle réflexion sur l'absence de moyens de combat blindé mécanisé dans notre armée et sur l'isolement de nos chars en cas d'engagement sur un théâtre nécessitant de telles capacités. La mise en chantier d'un tel projet n'empêchera pas l'armée de terre de conserver ses capacités d'intervention outre-mer avec ses véhicules médians, mais permettra de renforcer sa polyvalence et son efficacité, et d'enrichir l'offre française sur les marchés export.

26 commentaires:

  1. Pour muscler le secteur Char en France la solution ne pourrait elle pas l hybride Fr-All alias le EMBC ? La nouvelle tourelle basée sur celle du Leclerc avec Ascalon en bonus dur chassis Leo2 refondu ?

    RépondreSupprimer
  2. Quid de l'EMBT de KNDS ? À défaut d'être 100% français, il est une alternative adéquate à l'achat sur étagère d'un char étranger. Il n'en est qu'au stade de démonstrateur technologique, mais avec les investissements adéquats, il serait disponible bien plus rapidement qu'un MGCS.
    Ou sinon tout simplement relancer les chaînes de prod pour le Leclerc (au format XLR)... encore une fois tout est question de volonté politique et de budget.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tous les commentaires montrent que des solutions existent pour modifier la situation.

      Supprimer
  3. la France n'a pas de frontière directe avec la Russie, la Pologne elle si (Kaliningrad et Belarus) et n'a donc pas de profondeur stratégique et cas d'attaque le choc sera frontale et le blindage doit être là, La France (pour moi) doit garder ses compétences et équipements en cavalerie légère, les Ukrainiens ont démontrés que le Système de défense en profondeur fonctionne, pour cela il faut des véhicules blindées légers interconnectés très mobiles avec une grande endurance en un mots le Jaguar, peut être que le Jaguar est trop compliqué trop chère; mais l'armée française à un vrai savoir faire qui devrait être mis a jour en fonction des RETEX de la Guerre en Ukraine.
    Si la France doit reproduire des chars cela se fera via KNDS la tourelle du Leclerc peut être améliorer, les plans des châssis des AMX 40, du Leclerc, du Léopard, du Boxer chenillé mais aussi du Puma et Marder appartiennent à KNDS
    Les technologies sont là, pas sur que nos militaires soient intéressés

    RépondreSupprimer
  4. Vous avez dit "ambiance", j'espère ne pas la casser...

    La France n'est ni la Pologne, ni l'Allemagne, même si elle a intégré l'OTAN. Cette organisation étant elle-même dissuasive par les USA, l'actualité l'ayant largement démontrée. Nous sommes une "puissance" nucléaire avec des intérêts territoriaux planétaire. Le seuil de déclenchement du feu nucléaire est suffisamment imprécis pour maintenir l'incertitude qui est la base de la dissuasion. Pourtant Il y a deux indices avec nos forces classiques positionnées en Roumanie et en Estonie... Chacun en tirera l'analyse qu'il veut.
    Le Jaguar n'est pas un "char" mais un engin blindé de (grande) reconnaissance armée (missile-canon) ex-EBRC. Il est issu de moult cogitations et retex depuis plus de vingt ans avec la création de la bulle opérationnelle aéroterrestre (BOA), de SCORPION avec ses forces "médianes" et "lourdes" (deux Brigades Blindées). C'est ainsi.
    Pour aller au-delà en "masse", puissance de feu et blindés lourds, la politique de la France, son Livre Blanc de la Défense, son État Major, devront faire "révolution" et la LPM modifiée. Pour le moment, seule la LPM sera révisée "en urgence" pour tenir compte, au minimum, de...l'inflation afin d'atteindre ses objectifs, si possible, et "refaire le stock" de l'existant (!).
    -Hypothèse osée-
    Aller au-delà des 200 Leclerc XLR et son "environnement" fonctionnel et opérationnel, sans attendre l'hypothètique MGCS, demanderait un effort budgétaire supplémentaire conséquent avec effectivement deux choix possibles: adopter un char existant (le "M-35"... humour?) ou en développant un engin, au minimum, "supérieur" au Leclerc XLR. La BITD franco-allemande (si, si...KNDS) et les finances de la France en seraient-elles capables dans le cadre du raisonnable, même si des solutions conceptuelles et techniques existent déjà (chassis allemand avec tourelle, armement, système et connectivité francais) ?
    L'espoir fait vivre...

    Bien sûr, il y a aussi, le fameux "yakafocon" salvateur et l'incontournable liste au Père Noël dont je suis si friand... :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La genèse de Scorpion est entre autres traité dans cette interview:
      https://soundcloud.com/le-collimateur/douvea-au-scorpion-entretien-avec-le-general-destremau-directeur-de-lihedn

      Supprimer
    2. Eh oui, "yakalésséferlesalleman".
      Avec un tel esprit on n'est en tous cas pas près de réindustrialiser la France.

      Supprimer
  5. Pour ma part , en tant qu'utilisateur du yakafokon ( qui est parfois justifie), je serais favorable au développement franco français, sans délai, avec des briques technologique s existantes, d un char intermédiaire ou employable , selon les préférences terminologiques, qui n'interdirait pas a plus longue échéance le développement du MGS. Une sorte de MFP a la française, en plus léger, compte tenu de la capacité d'emport limitée de l 'A400M. Chenille, de la classe de 27 T a vide, avec un 105mm (Ascalon ?).,..et un blindage au goût du jour. Motorisation évolutive avec un diesel sur étagere ( allemande ou italienne ?) puis une version hybride diesel/ électrique ( hybridation du moteur du Jaguar suffisante pour obtenir 1200ch) un produit qui pourt équiper nos groupes de Marine ou de montagne et être proposée à l'export.vu les délais dont sont capables les US pour développer le MFP, un prototype des 3025 ne paraît pas incongru.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Évidemment 2024...en 3025 nous serons tous morts ou sur Bételgeuse.

      Supprimer
  6. Ce véhicule servirait de base au développement de technologies émergentes, laser anti drones, 105 Ascalon, tourelle teleoperée, motorisation hybride... Destinées à être incorporées sur le futur MGS prévu en 2040

    RépondreSupprimer
  7. Faute de Jaguar livré comme prévu en 2021, on a entraîné les mécaniciens sur des maquettes...
    https://mobile.twitter.com/ForcesOperation/status/1433709324711383046

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et les pilotes sur un véhicule-école, moche à faire peur...
      http://www.opex360.com/2022/11/28/le-1er-regiment-de-chasseurs-dafrique-a-recu-un-nouveau-type-de-blinde/

      Supprimer
  8. (Blindax)
    Se lancer dans des études, développements et une industrialisation conséquente pour fabriquer un nouveau char "🇨🇵 Frââânnnçais 🇨🇵", même "utilisable", ne s'improvise pas. Il ne s'agit pas de refaire un Jaguar avec des chenilles allemandes.
    Cela demande des compétences et des moyens pour le responsable du projet (Nexter dans la holding KNDS?)
    ainsi qu'une BITD franco-francaise en capacité de fournir tous les éléments (chassis, suspensions, motorisation, transmission, chenilles, blindages, tourelle, armement, électronique, optique, etc...)
    C'est un sacré programme par les temps qui courent même si des briques existent, mais devront quand même évoluer...😅
    Ne pas oublier le nombre à produire et les exportations prévisibles pour rentabiliser l'ensemble ou au minimum de pas créer un gouffre financier.
    Techniquement tout est possible, industriellement et économiquement, c'est une autre histoire: Les industriels ne sont pas des philanthropes et, in fine, c'est nous qui devrons payer...
    Mais rien n'interdit de se faire plaisir en tirant des plans sur la comète ou de rêver du char parfait et Francais (pléonasme). 😂

    Apprendre, s'entraîner sur des
    maquettes, des entraîneurs ou des simulateurs pour un nouveau matériel est un passage obligé et permet de ne pas rester les mains dans les poches en cas de retard de perception. Répéter ses games n'est jamais inutile...
    Bon, je sais, c'est frustrant...!😉

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Par ce que vous pensez que le développement des Jaguars, Griffon, Serval, ne coutent rien ? !!!
      Chacun de ces programmes coutent autant que le développement d'un seul programme de véhicule chenillé. Même lourd, là encore ce n'est pas, plus, le poids qui fait le prix.
      Et sinon, vous croyez vraiment que l'on va encore en vendre beaucoup, dans un marché des véhicules à roue sursaturé ?
      Contrairement au chenillé, dans un monde où la valeur protection n'a jamais été aussi importante (on aura l'air fin dans nos cercueils ambulants sur roue.) où seuls guère deux ou trois constructeurs émergent actuellement (allemands et coréens; complétés par l'outsider CV90 qui commence à vieillir désormais.).
      A force de ne vouloir faire que du "tout roue", même nos constructeurs finissent de plus en plus par faire fausse route, et même la "sortie de route" n'est plus très loin, avec de telles erreurs de ciblage, d'anticipation, et de "décalage"...

      En matière de chenillés, nous ne partirions pas de rien (contrairement aux sud coréens il y a vingt ans.), on peut espérer qu'il nous reste encore un peu de nos savoir-faire traditionnels, qui ont fait la réputation et la valeur de nos armées (pas ces tristes cathédrales de papier actuelles (complètement en rupture de nos véhicules compacts et particulièrement bien fait, "d'autrefois", même.).).
      Mais il est vrai que désormais le temps commence à compter et plus nous attendrons encore, pour nous réindustrialiser (si ça vous fait rire ! ...) dans ce secteur crucial de l'armement terrestre, plus les choses deviendront difficile, et aléatoires.
      Un peu moins de tout-roue et de médian, et un peu plus... de sérieux, vite....
      Encore une fois, est-il nécessaire (manifestement oui !) de rappeler qu'il faut les deux. Ici un seul programme de remplacement du VAB (le Serval) aurait suffit, nous avons déjà le VBCI au dessus (le Griffon n'étant qu'un VBCI en beaucoup moins efficace et performant, et à peine moins cher (mise à part le cout de la tourelle de 25 mm du VBCI.)), ce qui laissait la place et les budgets pour un, ou même deux (un moyen et un lourd) programme de blindé chenillé, qui nous font actuellement bien défaut (y compris au Leclerc en effet.).

      Supprimer
    2. Et à la place du Jaguar, des véhicules de type Crab, dix fois moins couteux, y compris en MCO, auraient été bien plus utiles, et adaptés (on peut en mettre trois ou quatre dans un A400m (contrairement au Jaguar : ça n'étonnerait même, beaucoup, que l'on puisse en faire entrer ne serait ce qu'un seul (vu les dimensions "monstrueuses".)), pour de l'expéditionnaire lointain (tout à fait et parfaitement adapter à l'Afrique subsaharienne au demeurant (le Crab, pas l'autre évidemment.). Contrairement aux coûts, notamment en MCO, du Jaguar encore une fois. Pas plus adapter à haute intensité par son manque de blindage, et sa taille monstrueuse, facilement acquise.).

      Supprimer
    3. Oui je n' ai toujours pas compris les trois étages Serval, Griffon, VBCI, avec le télescopage des deux derniers . Un dispositif à deux étages Serval -VBCI aurait été plus cohérent.
      Sans doute les intérêts industriels, le VBCI n'ayant pas de succès a l'export, ont ils lourdement pesé, avec l'espoir vraisemblablement irréaliste d'un plus grand succès du Griffon. C'était sans compter l'éclosion d'une concurrence multiple dans un secteur accessible technologiquement aux pays émergents.

      Supprimer
    4. J'ajoute que l'insuccès du Titus n'incite pas a l'optimisme pour le Griffon...

      Supprimer
    5. Le dernier document sorti sur le programme Scorpion le fait peut être sans le dire...

      La quantité de 1998 Serval, version légère du Griffon également destinée à remplacer le VAB, est une cible plus que doublée par rapport à celle évoquée jusqu’à présent, à savoir 978 Serval livrés avant 2030... au détriment du nombre de Griffon:
      https://www.forcesoperations.com/scorpion-etape-2-en-chiffres/


      Quand au VBCI, c'est une des trop rares bonnes surprises de la BITD française pour nos soldats, mais son prix et trop dissuasif vu la concurrence.
      https://blablachars.blogspot.com/2020/05/et-pourquoi-pas-le-vbci.html

      Et un canon supérieur au 25 mm ne serait pas de trop, pas que pour essayer d'en refiler à la Grèce ou à la Lituanie!
      https://www.forcesoperations.com/vbci-philoctete-et-munitions-nexter-poursuit-son-epopee-en-grece/

      https://www.forcesoperations.com/nexter-promeut-son-vbci-2-en-lituanie/

      Supprimer
    6. Le successeur du VBCI sera chenillé, dérivé du MGCS. On se dirige de plus en plus vers une armée à deux niveaux, mécanisée/motorisée. On commande des VHM supplémentaires et MAC a été divisé en deux programmes distincts.

      Supprimer
    7. Vous parlez de l'espérance du programme Titan.
      https://www.forcesoperations.com/lancement-des-grandes-manoeuvres-pour-le-futur-engin-du-genie-de-combat/

      Pour le moment, cela reste du "tout roues":
      https://www.forcesoperations.com/lancement-des-grandes-manoeuvres-pour-le-futur-engin-du-genie-de-combat/

      Selon la trace que l'on suit depuis la chute de l'URSS en 1991.
      https://blablachars.blogspot.com/2020/03/ca-roule-pour-larmee-de-terre.html

      Supprimer
  9. Le financement de démonstrateurs est possible. Nous l avons fait régulièrement . Outre l'intérêt d'asseoir certaines technologies, et d alimenter les bureaux d'études, un démonstrateur sert de prospect à l'export. Je ne pense pas que ce soit hors de portée de notre budget et de notre BITD. Une fois encore les briques technologiques existent, sauf a vouloir une fois encore faire du forcing technologique coûteux pour des performances marginales. L'exemple du MFP Us est très intéressant a cet égard. Le développement allemand du Lynx nous montre également qu'il faut cesser de s'abriter derrière la commande publique et faire parfois preuve d'une audace réfléchie..

    RépondreSupprimer
  10. Si il y'a 2 salles / 2 ambiances c'est peut être aussi parce que le contexte des 2 pays est radicalement différent.
    D'un côté un voisin russe très porté sur la chenille, donc vouloir rivaliser dans ce domaine, surtout dans un contexte de défense direct du territoire et donc facilité à ravitailler ces gros bébés chenillés fait sens.
    Nous à côté quel que soit le scénario on doit projeter nos forces et la l'empreinte logistique d'un Leclerc c'est vraiment énorme surtout si on veut rivaliser en masse. La pierre angulaire de nos forces armées c'est le rafale et une supériorité aérienne, et ce qu'on à besoin au sol c'est du léger facilement déployable qui recueille un max d'infos pour frapper vite fort et bien. On est pas en capacité logistique de recréer le saillant de Koursk 2.0 à 2000km de nos frontières.
    Et c'est plutôt un bon choix parce que notre seul potentiel ennemi avec une force chenillée importante est en train de rouiller dans les plaines ukrainiennes la. Le Leclerc c'est un super engin mais il a une guerre de retard ou d'avance, le timing colle pas pour lui.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous serions donc les seuls à avoir raison ? !!!
      Toutes les armées même les plus petites ont à la fois des véhicules à roue et des véhicule de combat chenillés.

      Sinon pourquoi des Rafale, quelques appareil antiguérilla suffiraient si l'on est dans cette unique logique, nos armées seraient transformées en une sorte de super gendarmerie de contre insurrection. On pourrait même se spécialiser comme force de supplétifs pour gérer les arrières en cas de grande coalition internationale. Une bien belle spécialisation et relégation pour la sixième puissance mondiale.

      Supprimer
  11. On attendrait une nouvelle version de SICS...
    https://www.forcesoperations.com/eurosatory-2022-une-nouvelle-version-du-sics-bientot-livree-a-larmee-de-terre/

    RépondreSupprimer
  12. En 2021,faute de véhicule blindé Jaguar livré, on va entraîner les mécaniciens sur des maquettes:
    https://mobile.twitter.com/ForcesOperation/status/1433709324711383046

    En 2022, en plus des 20 Jaguar enfin livré avec retard, on a du véhicule école...
    http://www.opex360.com/2022/11/28/le-1er-regiment-de-chasseurs-dafrique-a-recu-un-nouveau-type-de-blinde/

    RépondreSupprimer
  13. En 2022, il y a du mieux au niveau des livraisons des véhicules blindés "légers" Scorpion:
    http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2022/12/22/griffon-et-jaguar-nexter-arquus-et-thales-ont-tenu-leurs-obj-23559.html

    RépondreSupprimer