Pages

vendredi 28 octobre 2022

UNE NOUVELLE BRIGADE UKRAINIENNE

L'armée ukrainienne devrait bientôt compter une brigade supplémentaire avec la création prochaine de la 77ème brigade d'assaut. Cette grande unité devrait être équipée de MRAP (Mine Resistant Ambush Protected) Kozak, de BTR-3E et de T-80dont on ignore encore la version qui sera utilisée. Le Kozak est un véhicule blindé de transport de personnel, fabriqué par la firme ukrainienne NPO Practika et dont la première apparition publique remonte à 2009, au cours du défilé de la fête nationale. Le MRAP ukrainien est décliné en plusieurs versions, dont le Kozak2 destiné à recevoir un lanceur pour missiles antichars. Le BTR-3E est un version modifiée du BTR-3 développé par la firme ukrainienne KB Morozov et mis en service au début des années 2000. Le BTR-3E est équipé du module de combat téléopéré BM-3M Shturm armé d'un canon ZTM-1 de 30mm, produit à plus de 1000 exemplaires par la firme "Precision Mechanics Plant appartenant à Ukroboronprom. Le BTR-3E est également armé d'un lance-grenades automatique KBA-117 de 30mm et peut tirer des missiles antichars Barrier produits par la société ukrainienne Luchs. Une partie des 345 T-80 UD en service au sein de l'armée ukrainienne depuis 1995 a été modernisée en 2019 sous le nom de T-80BV avec l'intégration de moyens de vision thermiques, d'un système de navigation numérique, de nouvelles radios et d'une protection améliorée par l'utilisation de blindage réactif. Le premier bataillon de cette nouvelle unité devrait être rapidement opérationnel, ayant récemment achevé sa formation au Royaume-Uni.

BTR-3E

MRAP Kozak

T-80 BV

10 commentaires:

  1. On voit quand même que cette armée ukrainienne reste fondamentalement assez "locale" en terme d'équipements. Que ce soit de vieux équipements ou des productions locales nouvelles, on ne voit pas vraiment de grandes unités s'équiper en masse d'équipements occidentaux.
    Cela relativise quand même le rôle du "fournisseur" que serait l'Otan et qui reste assez modeste et qui garde un potentiel de fournitures d'équipements énormes au niveau terrestre. Car si on avait les projecteurs braqués sur des missiles (Javelin ou Stinger) ou quelques canons d'artillerie , on constate quand même qu'en dehors de dons de vieux véhicules, parfois en petit nombre, ben l'Otan n'a pas donné grand chose. Il y a tellement des VCI, de chars et d'autres qui pourraient venir renforcer l'armée ukrainienne contre les russes qu'on ne voit pas.
    Il faut donc relativiser cet affrontement que la Russie estime mener à l'Otan en Ukraine car l'usure des moyens russes n'a rien à voir avec l'usure des moyens de l'Otan, qui au pire, s'inquiète d'une accélération industrielle de certaines branches. Mais on le voit dans l'anti-aérien, si les ukrainiens manquent de moyens initiaux (stocks soviétiques) et qu'on s'inquiète de la capacité de renouvellement du Stinger dans les stocks US, la finalité ce n'est pas que l'Ukraine n'aura plus rien, il y a d'autres systèmes qui viennent (du NASAM au Crotale). Il y a un tel potentiel du côté de l'Otan pour continuer cette guerre qu'il ne faut pas juste se concentrer sur un type de munitions et de son stock pour faire comme si ça serait représentatif de la "limite" capacitaire globale.

    RépondreSupprimer
  2. Ça ressemble bigrement à du GTIA SCORPION en moins sophistiqué du point de vue matériel blindé et de l'utilisable soutenu en national (ils ont du stock).
    Les munitions complexes ou intelligentes feront le reste ainsi que l'intelligence du combat mené par les Ukrainiens, y compris avec des moyens low cost comme les drones civils.
    Reste le volume des munitions et les effecteurs longues portées à garantir.
    À ce sujet nous pourrions leurs donner
    nos MLRS, ou ce qui en reste, pour repartir sur des bases seines, sans attendre 2040... :)

    RépondreSupprimer
  3. une des leçons de ce conflit est qu'un équipement obsolète sur le papier, mais auquel l'on rajoutes de la connectique je pense aux téléphones portables et autres tablettes qui sont équipés de logiciels ukrainiens (transferts de coordonnés de tir, indication des postions ennemis etc) multiplies les capacités des équipements "obsolètes"; un vieux char qui ouvre sa route avec un petit drone qui fait l'éclairage (du commerce) et qui transmets ce qu'il voit via un téléphone portable (chinois) est égale à un char ultra moderne équipé de capteurs très chères branché sur des réseaux militaires très chères.
    pour les US cela s'appel FIST (le poing) F: fast, I: inexpensive, S: smart, T: tiny
    cette guerre montre qu'il faut être très réactifs fasse au brouillage , arrivé de nouvelles munitions, nouveau modes opératoires etc qu'il faut contrer; donc tout système figé ( le système scorpion peut être) risque d'être dépassé du jour au lendemain par un ennemi ingénieux.
    les équipements doivent donc pouvoir être modifiés très rapidement.
    bon week end

    RépondreSupprimer
  4. Tout système ou concept peut être dépassé par un autre (c'est un principe et une finalité)... d'autant que le high tech a ses fragilités avec le cyber, les transmissions, la géolocalisation et le big data. L'analyse humaine, même aidée par des I.A., demeure et reste influençable.
    Effectivement des applications pour téléphones portables liées à des communications satellitaires privées (tout le monde n'a pas une constellation de satellites...!?) est l'une des révélations de ce conflit. Le temps de réaction entre l'identification d'une menace et la décision de la détruire, en fonction des priorités et moyens disponibles, est primordiale.
    C'est tout l'enjeu du réseau de combat (ou ensemble de réseaux) infocentés et des effecteurs déportés, pour ne pas dire dispersés, tout en permettant la concentration des feux.
    Une réflexion devra être menée sur la résilience et la versatilité des noeuds et PC du "système" tout comme la permanence des transmissions et sa protection contre l'intrusion.
    À ce sujet, le Colombier Militaire du Mont Valėrien est une valeur sûre. :)
    Mais rien n'empêchera la piétaille de poser des IED ou d'utiliser des drones "du commerce" transformés en armes virulentes, si un espace de liberté opérationnel est donné...

    "Et Il mourut devant son écran tactile connecté"...(!)

    RépondreSupprimer
  5. @ penandreff 29 octobre 2022 à 12:35
    Le système "scorpion" est d'ores et déjà complétement dépassé.
    Il consiste à avoir au final toujours moins d'équipement échantillonnaire, qui plus est in"employables" (en référence au char, et autres équipements, "employables" justement !!!), car trop couteux à entretenir et utiliser, avec nos budgets.
    Les américains (même eux.) ont abandonné un tel système. Il s'appelait "RMA" chez eux, en 2003, et au premier contact avec les vrais retours de réalité, de la guerre en Irak en l'occurrence.
    L'armée française, avec ses théoriciens hors sol, n'a malheureusement pas eu cette "chance".
    Le choc, la fameuse "surprise stratégique", à la prochaine affaire sérieuse donc.

    Plus que jamais dans toute son histoire, aujourd'hui la France est nue en matière de défense nationale ; et malgré tous ces dizaines de milliards, au combien si mal dépensés, puisque de plus en plus inutilement, gaspillés, dans de telles absurdités hors sol (voir l'Ukraine en effet, et autres...) et hors réalités (tel que scorpion, entre autres aberrations actuelles !!).
    Aujourd'hui l'heure n'est plus à des changements cosmétiques, de verni de façade commercial, mais un véritable et profond, réel, changement de paradigme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Ronin
      Vous continuez encore et toujours à vous faire monsieur je sais tout face à un monde militaire qui ne sait pas ce qu'il fait. Vous continuez à "vouloir" voir la France comme "à chier" car ce qui est fait ne répond pas à ce que vous estimez qu'il devrait être fait.
      Sauf que comme bien souvent, votre expertise se limite à des articles que vous avez vu un jour sur internet et vous faîtes des comparaisons qui sont souvent dépassés pour en tirer vos propres conclusions qui viendront confirmer votre "vision".

      Premièrement, il n'y a pas un "système" SCORPION mais un programme SCORPION. D'entrée de jeu vous marquez votre ignorance qui ira vous égarez pour tout le reste. Car on voit très bien que vous avez en tête le système Félin avec la comparaison américaine d'il y a 20 ans qui a là aussi aucun rapport hormis pour votre propre logique individuelle à lier des choses incomparables entre elles.
      Le programme SCORPION ne consiste pas à avoir moins d'équipement, arrêtez donc de lui définir des objectifs qui vont servir à justifier vos critiques sur vos "principes" et vos "souhaits".
      Ce programme dans sa première phase c'est la rénovation du Leclerc, c'est le remplacement du VAB par le Griffon et le Serval, c'est le remplacement de l'AMX10RC et de la Sagaie par le Jaguar, ainsi que le SICS. Ce dernier a pour objectif d'augmenter l'aspect "communication" des véhicules entre eux, des véhicules envers leur chaine de commandement, ou des véhicules avec les combattants débarqués. On y retrouvera différents éléments autour d'un nouveau système radio (CONTACT), d'un système de numérisation de l'espace de bataille sur laquelle tout le monde voit ou il est et ou sont ses amis, tout en pouvant signaler des présences ennemis, recevoir et transmettre les ordres et sur lequel viendra se greffer petit à petit un aspect réception d'images en direct de drones, de définir à la pointe de son stylo les coordonnées pour l'artillerie ou qu'un combattant au front avec une jumelle de désignation télémètre une position ennemie pour en obtenir les coordonnées par lesquelles ce sera transmis directement à un canon comme le Caesar qui ira automatiquement pointer la direction. Vous n'imaginez même pas le gain de temps car vous méconnaissez la problématique du militaire et de son commandement quand il s'agit de savoir ou se trouve tout le monde, de savoir donner des ordres, obtenir un appui.
      Le programme SCORPION c'est cela, son but c'est renouveler de l'équipement en cherchant le combat collaboratif et le partage rapide de l'information, que ce soit par radio, par image


      Supprimer
    2. Mais pour vous tout cela ne sert à rien, c'est inutile, c'est de la merde, car en fait tout cela vous ne savez pas ce que c'est et vous ne voulez pas chercher à le comprendre, restant borné sur vos "certitudes" d'un vieux modèle (ou il faut faire comme avant sans rien changer). Pour vous ce n'est pas la "réalité" en mettant en avant les américains en 2003, comme si cette guerre avait révélé la stupidité d'un tel projet et qu'ils sont revenus sur terre pour faire comme ce que vous estimez être bon de faire. En réalité la guerre d'Irak n'a pas testé ce système au point de faire revenir les américains en arrière, bien au contraire la guerre d'Irak aura poussé les américains à pousser très largement à des changements qui globalement confirme l'intérêt de faire évoluer la chose et surtout l'aspect communicatif et collaboratif. En fait toutes les armées modernes comprennent cela et veulent cela, sauf que c'est un chantier complexe pour lequel certaines refusent ou abandonnent et que vous prenez comme étant la révélation que ça ne sert à rien.
      Vous parlez d'un système américain d'il y a 20 ans qui reste encore votre référence, de la même façon que je suis convaincu pour vous, que vos références pour le félin ont également de nombres années et ne reflètent pas l'utilisation actuelle ainsi que son évolution à venir. Moi je vous dis d'aller sur google et tapez "ARMY 2030" pour voir ou ils en sont les américains de leurs projets et pour voir si chez eux l'aspect +de renseignements et +collaboratif est inutile.

      Supprimer
    3. Vous prenez l'exemple ukrainien, celui qui a poussé à ce que vous n'intervenez plus sous votre nom habituel (vous ne trompez personne), car tant de contradictions et de préjugés sont difficiles à accepter. Pourtant ce conflit qui est pour vous l'exemple à suivre, n'est en réalité que l'exemple à ne pas suivre. Ce n'est pas parce que ce conflit se passe aujourd'hui que c'est un conflit moderne qui montre le "besoin" de faire ce qu'ils font. Bien au contraire ce conflit montre les limites entre une armée qui se pensait supérieure en quantité mais qui se heurte à la réalité, celle ou elle n'a aucune supériorité qui fait la différence avec une armée ukrainienne de même niveau qualitatif. Un conflit qui montre que le renseignement que les ukrainiens dispose, que leur capacité à entrer dans un combat collaboratif (même avec des équipements civils), permet d'être efficace et déjà de faire la différence. Un conflit qui montre qu'une artillerie de précision amène une supériorité par rapport à celle qui pense que c'est le nombre d'obus tirés qui permet de gagner le match. Un conflit qui montre qu'une aviation sans bombes guidées et totalement déconnectée des troupes au sol (collaboratif...), ben c'est très vulnérable car elle doit s'exposer à portée de manpad. Qu'une armée qui peine à communiquer, à recevoir et transmettre les ordres, c'est une armée qui se perd et fait des erreurs lourdes. Qu'une bonne infanterie disposant d'une bonne mobilité même avec des pick-up peuvent prendre par surprise des unités lourdes avec chars et compagnies. Qu'un véhicule qui dispose de moyens qui font la différence (optiques par exemple) ben ce n'est pas de l'argent gaspillé quand on en a besoin.

      Votre problème, c'est que vous ne voulez pas comprendre la modernité et que pour vous, il n'y a que la quantité qui compte, qu'il est impensable de faire mieux avec moins. Vous êtes convaincu que cette modernité à conduit à devoir réduire la quantité alors qu'en fait, c'est bien un problème humain, si vous n'avez pas les hommes pour armer 1000 chars, ce n'est pas en achetant des chars 5 fois moins cher que le Leclerc que vous les aurez.
      Que vous le vouliez ou non, l'armée française ne va pas calquer le modèle "rustique" de l'armée russe qui se prend en Ukraine un réveil devant et allant la remettre en question. L'armée française comme d'autres armées occidentales iront augmenter de volumes mais continueront à garder l'avantage pour ne pas se retrouver à devoir faire un combat équilibrée à la Pyrrhus en se mettant au niveau de l'ennemi.
      Il y a un paquet de choses qui vous échappes sur le déroulé des combats et des besoins. Vous ne voyez que des matériels et des nombres, tout le reste est abstrait pour vous, donc "inutile".

      Supprimer
    4. Tout ce qui est excessif est insignifiant, le rageux.

      Le pire c'est que vous continuez à nous réciter votre catéchisme, alors que tout actuellement vous donne tort !!
      Tout le monde désormais est d'accord pour reconnaitre que le roi est bien nu aujourd'hui, par exemple. Mais pas vous dans vos outrances autant argumentaires qu'intellectuelles.
      :)

      PS : J'ai renoncé à mon pseudo, bien avant les événements d'Ukraine (d'ailleurs quel est le rapport ??? : Encore un de vos délires !!!), pour ne pas attirer les c.ns (pour qui il suffit de voir un nom pour ignorer tous arguments et toute retenue.).
      Mais manifestement cela ne marche pas...

      Supprimer
    5. Sur l'Ukraine, deux mots rapidement, c'est bien en effet le nombre qui fait la différence.
      Quand vous avez une armée de près d'un million de mobilisés contre seulement 150 000 hommes (d'ailleurs il en resterait beaucoup moins, vu les chiffres de pertes qu'on nous annonce : plus de la moitié hors de combat, on se demande même comme les russes tiennent encore. Fermons la parenthèse.).
      Un million d'hommes (environ !!!!!) équipés cependant d'armement datant pour l'essentiel de l'époque soviétique, avec très peu de rénovations et de productions modernes. Ceci contrairement aux russes, plus équipés d'armements rénovés datant des années 2000, mais en nombre déployés limités à 150 000 soldats.
      L'argument qualitatif, contre celui de la masse et du nombre, est au contraire complétement retourné.

      Ce n'est pas quelques obus guidés en nombre limité (et à environ presque 100 000 euros l'unité.), qui font une différence significative (ça c'est de la propagande pure et simple.), mais bien le nombre, le nombre, et encore le nombre, correctement équipé, et même très moyennement équipé en l'occurrence (et à part quelques échantillons encore !!).
      Soit la parfaite démonstration de ce que l'on dit depuis des années : l'indispensable retour à un JUSTE niveau technique du moment, qui permettrait d'équiper sérieusement quelques dizaine de milliers de combattants français (et pas quelques milliers, voire quelques centaines même, d'équipements de plus en plus échantillonnaires, et "inemployables".).

      Ce que vous nous décrivez est exactement la doctrine RMA élaborée à la fin des années 90 par les américains : Du médian "léger", à roue, et voir avant d'être vu, pour faire rapide.
      Mais CELA NE FONCTIONNE PAS.
      Comment faut-il vous le dire ? Vous êtes sans doute plus malin que toute l'armée américaine, le rageux !!
      Les américains en ont juste gardé quelques brigades Striker, plus pour faire du déploiement de maintien de la paix, qu'autre chose, et surtout que la guerre.
      aujourd'hui il en sont à l'OMFV de cinquante tonnes.

      Et ne confondez pas renseignement globalement, et système scorpion, ça n'a rien à voir (d'ailleurs on pourrait en parler de nos systèmes de renseignement : S'il n'y a pas grand-chose à partager ... Cela aussi on le paye avec vos aberrations.). Renseignement américain qui fait en effet une énorme différence et aide aux ukrainiens.
      Idem pour les communications (un grand défaut traditionnel des russes cela dit. mais ça, on le savait déjà.).

      Encore une fois, une armée est un système de systèmes, équilibré et coordonné, et pas simplement un truc collaboratif (sur écrans !!!) : Si vous n'avez pas la base, vous nous préparez encore de bien drôles de surprises !!!

      Supprimer