Pages

samedi 28 novembre 2020

MAIS OU EST DONC PASSE L'EURO MBT ?

Paraphrasant le titre d'un des opus d'une célèbre trilogie comique, blablachars a eu envie de s'interroger sur le sort de cet engin dont la présentation avait suscité de nombreux commentaires. Un récent échange avec un lecteur du blog (qu'il soit ici remercié) a éveillé notre curiosité et nous a donné envie d'en savoir un peu plus sur ce char aussi atypique que discret. L'Euro MBT qui présente en effet une conception originale a connu depuis sa présentation une trajectoire marquée par la discrétion, amenant à s'interroger sur les objectifs poursuivis par ses concepteurs lors de sa réalisation. 

En juin 2018, devant le stand Krauss Maffei Nexter Defense Systems (KNDS) les visiteurs peuvent admirer un char étonnant présenté sous le nom de Euro Main Battle Tank (EuroMBT). Le caractère européen de ce nouvel engin combat se manifeste par la mise en commun de deux sous-ensembles d'origine différente, à savoir un châssis de Léopard 2A7 associé à une tourelle de char Leclerc. 


Le châssis est celui du Léopard 2 A7, dernière évolution du char allemand. IL comprend sept galets de roulement, contre six pour le char français et mesure 25 cm de plus que son homologue français. La motorisation est 100% allemande avec un moteur V12 diesel MB 873 Ka-501 à refroidissement liquide, développé et conçu par MTU. Ce moteur est associé à une boite de vitesse automatique Renk HSWL 354, offrant quatre rapports avant et deux rapports arrière. L'amortissement par barres de torsion, permet d'obtenir des performances satisfaisantes, mais restant en deçà de celles du Leclerc dont chacun des galets de roulement est doté d'un amortisseur oléopneumatique. 
 

Le système d'amortissement dont est doté le Leclerc concoure pour une large part à l'efficacité de son armement principal, en filtrant les mouvements de caisse durant les séquences de tir en marche, pour permettre aux asservissements de l'arme de travailler dans les meilleures conditions. Le châssis allemand et la tourelle française ont du apprendre à dialoguer électroniquement pour atténuer les effets potentiels de cet amortissement et permettre de tirer le meilleur parti de l'armement du char. Ce dialogue a certainement été facilité par la présence sur les dernières versions du Léopard de moyens numériques de surveillance et de gestion des fonctions du châssis. Le châssis du Léopard reste un excellent châssis, moins complexe en termes de motorisation que celui du char français mais aussi moins élaboré en termes d'amortissement. Doté d'une excellente mobilité grâce un moteur puissant et un train de roulement à sept galets, le Leopard 2 constitue une base particulièrement efficace pour la tourelle du Leclerc.  
 
La tourelle est par essence la partie "noble" d'un char et la plus onéreuse car contenant l'ensemble des systèmes (mesure, observation, tir, détection, brouillage,...) utilisés pour la destruction de l'adversaire. Celle du Leclerc, bien que jamais rénovée depuis sa mise en service en 1994, reste selon nous une des meilleures tourelles au monde. Son architecture est organisée autour d'un canon de 120mm lisse d'une longueur de 52 calibres. Le canon du Leopard 2 également de 120mm a vu sa longueur passer de 44 calibres à 55 calibres à partir de la version A7 et ce en réponse à l'arrivée du Leclerc ! A noter que la longueur d'un canon est exprimée en calibres, ce qui donne pour les canons mentionnés des longueurs de 5,28m, 6,24m et 6,60m. Le canon du Leclerc développé et fabriqué par Nexter (précédemment Giat) est capable de tirer toutes les munitions en service au sein de l'Otan. 

Son efficacité est augmentée par un système de chargement automatique permettant de tirer six obus en moins d'une minute. Outre cette performance, le chargement automatique est une des conditions indispensables à la réalisation de tirs en marche, en assurant le chargement du canon dans des conditions optimales, ce qui est parfois difficilement réalisable avec un chargeur humain, en dépit du verrouillage du canon sur une position de chargement. Le chargement automatique est alimenté par un convoyeur rotatif contenant 22 obus stockés (sur un total de 40 embarqués) dans un compartiment résistant aux effets d'une explosion. On a pu constater quelques faiblesses dans ce domaine sur les Leopards 2A4 turcs engagés en Syrie. Ces faiblesses ont fait l'objet d'améliorations sur les dernières versions du char, qui emportent 37 obus dans un compartiment adapté. Le chargement automatique du Leclerc permet au char de nécessiter que trois hommes d'équipage au lieu de quatre comme dans la majorité des engins contemporains du Leclerc. L'absence de ce membre d'équipage dans la tourelle permet de réduire de façon conséquente sa hauteur, liée à la nécessité pour le chargeur de se tenir debout pour remplir son rôle. La tourelle du Leclerc peut être considérée comme la première tourelle de troisième génération, offrant dès le milieu des années 90 des performances que certains chars actuels ne sont toujours pas capables d'égaler. 
 
L'Euro MBT est un véhicule original, conçu à partir de composants évolués, éprouvés et complémentaires dont l'assemblage affiche des performances théoriques intéressantes qui peuvent faire de ce char une alternative crédible aux chars actuels. La communication autour de cet engin a démarré en juin 2018 lors de sa présentation à Eurosatory, au cours de laquelle le char a éveillé la curiosité de toute la communauté blindée. Le discours officiel autour de l'EuroMBT semble bien rodé avec la présentation d'arguments susceptibles de séduire des clients potentiels. Moins d'un an plusieurs sites mettent en ligne des images du char, désormais dénommé E-MBT que l'on découvre pendant son assemblage et au cours d'une campagne de tir. L'E-MBT est désormais affublé de l'adjectif Demonstrator, présentant la fusion des compétences de Nexter et de KMW. Après avril 2019, date de la mise en ligne de ces images, il devient difficile de trouver une trace de l'E-MBT sur les sites spécialisés ou les réseaux sociaux. Il est absent des sites institutionnels de Nexter et de KMW, n'apparaissant que sur la page d'accueil du site de KNDS entièrement dédiée aux deux compagnies formant cette alliance. Au delà de cette image en fond d'écran, le char n'est présenté à aucun salon de défense et ne fait l'objet d'aucun positionnement sur des marchés potentiels. En Pologne, la modernisation de la flotte de chars aiguise les appétits sud coréens qui présentent au salon MSPO en septembre dernier, une version "polonaise" du K2, sans que KNDS ne présente le moindre indice d'existence de l'EuroMBT ou E-MBT. En octobre 2019, la fin du blocage du projet Main Ground Combat System (MGCS) par le Bundestag, enterre définitivement le char franco-allemand au profit de son cousin, encore virtuel. La communication des deux groupes est axée sur le MGCS et le programme Scorpion pour Nexter tandis que KMW promeut ses solutions blindées. L'E-MBT est mort, vive le MGCS qui alimente les chroniques spécialisées au rythme des accords et agréments émaillant les premières phases du programme. La récente affirmation de la volonté norvégienne d'acquérir des chars de combat n'a pas réussi à faire sortir l'E-MBT de sa retraite. Cette quasi disparition fait naitre quelques interrogations sur les motifs de développement de l'E-MBT. 
 
La conception de chars hybrides n'est pas une nouveauté, avec de nombreux exemples jalonnant l'histoire des blindés et pus particulièrement dans celle des réalisations franco-allemandes. La première réalisation pourrait être considérée comme l'ancêtre de l'E-MBT puisque cet engin était constitué d'un tourelle d'AMX 30 montée sur une châssis de Leopard 1. Surnommé LEOX, Il aurait été réalisé en Espagne à la fin  des années 70 dans le cadre d'un programme de modernisation des AMX 30E espagnols. La seconde réalisation semble également être d'origine espagnole, avec l'assemblage cette fois-ci d'une tourelle de Leopard 1 sur un châssis d'AMX modifié, cet engin n'aurait pas dépassé le stade de la planche à dessin. 



Si ces tentatives ibériques restent anecdotiques et n'ont pas connu de succès ultérieur, elles étaient toutefois motivées par la volonté de moderniser l'AMX30 et peut être d'adopter la tourelle d'un char dont l'armée espagnole avait été privée en raison du refus allemand de vendre le Leopard à l'Espagne franquiste. En l'absence de raisons connues et officielles, on peut imaginer plusieurs scénarios ayant conduit à la conception de l'Euro MBT. 
- Un simple exercice de style visant à démontrer la validité de l'alliance Nexter / KMW et la concrétiser par une réalisation concrète ? Dans ce cas une maquette aurait suffi, et le directeur des programmes blindés n'aurait pas évoqué les clients potentiels et les adaptations pouvant être réalisées sur le char. Le choix d'un char hybride pour concrétiser l'alliance Nexter / KMW étant dicté par la raison d'être de la nouvelle entité, le MGCS. D'autres combinaisons étaient possibles mais moins évocatrices.
Un démonstrateur technologique développé sur fonds propres par les deux sociétés ? Certes l'assemblage d'une tourelle française et d'un châssis allemand a du nécessiter quelques heures d'études et de développement, mais en général un démonstrateur technologique apporte son lot d'innovations dans différents domaines. Ici l'objet est inédit mais pas innovant, et ne contient aucune technologie de "rupture". 
Un projet doté d'une réelle ambition commerciale ? C'est peut être l'hypothèse la plus probable quand on revoit l'enthousiasme des promoteurs du char en juin 2018. Les différentes communications dont les vidéos et les articles des sites spécialisés au milieu de l'année 2019 pourraient accréditer cette hypothèse. 
Le syndrome de l'AMX 40 ? Étroitement liée à la raison précédente, celle-ci semble s'imposer quand on regarde l'enchainement des événements pour les deux engins. Au début des années 80, GIAT Industries développe l'AMX 40 pour répondre à une augmentation de la demande en chars modernes. Cet engin intégre un certain nombre de solutions techniques qui serviront sur le Leclerc quelques années plus tard, notamment un canon de 120mm lisse et un blindage capable de résister à des obus de 75mm. Dans le même temps, les ingénieurs du GIAT commencent à plancher sur l'Engin Principal de Combat qui va donner naissance au Leclerc. En raison de la mise en service prochaine de ce dernier dans l'armée de terre, l'AMX 40 n'est pas adopté par la France et ne fait l'objet d'aucune commande étrangère. 
 
AMX 40 (Musée des Blindés de Saumur)
 
L'E-MBT serait-il l'AMX 40 des années 2000, mais ce coup-ci partagé avec les Allemands ? Au moment du démarrage officiel du programme MGCS, l'E-MBT n'est plus visible et rejoint le rayon des projets abandonnés et des chars atypiques jamais produits. Son développement qui n'a été motivé par aucune demande officielle des deux armées concernées, aurait été interrompu par le choix politique de développer le programme MGCS.
Les raisons qui sont évoquées ici ne sont que des hypothèses formulées à partir des éléments disponibles et connus, pour tenter de fournir des explications à la disparition de char. L'abandon de l'Euro MBT reste surprenant au regard des explications fournies lors de son lancement qui ont laissé penser qu'un nouvel objet commercial était né. On peut regretter qu'un tel char n'ai jamais vu le jour car il avait de réels arguments pour convaincre d'éventuels acheteurs et aurait pu jouer les trouble fête en élargissant l'offre (très) restreinte de chars lourds "occidentaux", aujourd'hui limitée au K2 coréen et au Leopard 2 allemand. 
 
L'Euro MBT avait animé les conversations autour du stand KNDS à Eurosatory 2018, il est aujourd'hui le symbole de la coopération franco allemande dans le domaine de blindés, émaillée d'échecs et de renonciations. L'E-MBT dont on ne connaitra peu-être pas les motifs de développement s'efface devant le MGCS. Il faut espérer que ce projet puisse réellement aller à son terme et mettre fin à la longue histoire des chars franco-allemands sans lendemain.

10 commentaires:

  1. Et si l’E-MBT n’était qu’un démonstrateur des capacités de retrofit profond des Leo 2 pour les clients n’ayant pas les capacités budgétaires pour se procurer des MGCS ? Avec des châssis existants et pour moins de 50% du prix d’un MGCS, vous obtenez une tourelle au top qui améliore la silhouette, vous stoppez la course au poids des Leo 2 (avec quelques tonnes disponibles pour rajouter de la protection) et vous obtenez un blindage de tourelle réellement modulaire (plutôt qu’appliqué comme sur les versions A5-6-7 du Leo) et donc évolutif. Ce produit serait donc complémentaire au MGCS dans la gamme de produits KNDS.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ce pourrait le positionnement de ce char et son cœur de cible. Il semble que MSPO 2021 pourrait réserver son lot de surprises dans le domaine !

      Supprimer
  2. Bien vu, la similitude avec le projet amx40.
    La tourelle devant faire 60% du prix du char,c'est Rheinmetall et Nexter qui sont concurrents pour vendre cet engin.
    Or, je pense que Rheinmetall, par ses performances commerciales, a plus de possibilités de vendre une tourelle A7+. La fabrication est éprouvée et dispo immédiatement.

    En face, la tourelle Leclerc, très complexe, n'est plus construite depuis des décennies. Une relance de sa fabrication nécessiterait un investissement et du temps.
    Dernière hypothèse, peut-être que Rheinmetall a négocié sa mort dans l'œuf en contrepartie de quelque chose dans le MGCS.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce fut néanmoins une bonne com' et une première collaboration qui, je pense, a brisé la glace entre ingés et techniciens de chaque pays.
      Pour revenir aux ventes, la Norvège ayant déjà du système et mco Rheinmetall, elle ne changera probablement pas.
      https://forcesoperations.com/norvege-nouvelle-trajectoire-nouveau-char/

      Les anglais pourraient partir sur un nouvel engin. S'ils visent des livraisons avant 2025, ils seraient plus aptes à choisir l'euroMBT.

      Supprimer
  3. Article à lire dans les 24 heures, pour avoir l'accès sans être abonné:
    https://www.meta-defense.fr/2020/12/02/le-programme-de-char-mgcs-repond-il-aux-enjeux-operationnels-et-industriels-franco-allemands/

    RépondreSupprimer
  4. Le site meta-defense en parle:
    https://www.meta-defense.fr/2021/02/01/le-char-embt-de-knds-sera-bien-plus-quun-demonstrateur-industriel/

    RépondreSupprimer
  5. La Pologne va peut être passer une commande urgente...
    https://www.la-croix.com/Monde/En-Pologne-simulation-linvasion-russe-tourne-fiasco-2021-02-03-1201138688

    RépondreSupprimer
  6. La question se pose sur ce projet EMBT en ce moment:
    http://www.opex360.com/2021/02/02/la-france-aurait-elle-interet-a-lancer-un-projet-de-nouveau-char-sans-attendre-le-mgcs/

    En matière de projets européens, qui trop embrasse mal étreint...
    https://www.lopinion.fr/edition/international/industrie-defense-ca-coince-a-tous-etages-entre-france-l-allemagne-235715

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les industriels de l'armement de la Corée du sud sont très actifs:
      https://blablachars.blogspot.com/2021/02/actualites-germano-coreennes-suite.html

      En attendant, c'est un marché qui appartient aux germains.
      https://blablachars.blogspot.com/2021/06/livraisons-polonaises.html

      Supprimer
  7. Les américains ont une autre idée pour la Pologne:
    http://www.opex360.com/2021/07/10/la-pologne-envisage-lachat-de-250-chars-americains-m1a2-abrams/

    RépondreSupprimer