Pages

dimanche 27 décembre 2020

LES ARMES DU HEZBOLLAH

Bien connu des spécialistes de la région, le mouvement chiite Hezbollah principalement implanté dans le sud Liban possède un arsenal plutôt impressionnant. Les différentes capacités militaires du mouvement sont évidemment dédiées aux affrontements et opérations contre les armées environnantes au premier rang desquelles figurent les Forces de Défense Israéliennes ou IDF. Les système d'armes sont majoritairement d'origine russe et iranienne même si l'on trouve de façon assez surprenante quelques engins d'origine américaine. 

Dans le domaine des missiles antichars, le Hezbollah dispose d'armes assez anciennes mais cependant performantes. Le premier engin connu est le Toophan,  copie iranienne du BGM-71 Tow américain. Il a été déployé en Syrie par le mouvement chiite. Des postes de tir sont également installés sur la frontière israélienne. Les autres missiles sont d'origine russe comme le Konkurs ou AT-5 Spandrel, le Metis ou AT-13 Saxhorn tous deux filoguidés à la différence du Kornet ou AT-14 Spriggan à guidage laser. Comme in peut le voir sur les clichés ci-dessous ces armes sont montées sur des plateformes d'origine civile, discrètes et très mobiles. Elles permettent d'effectuer des déploiements rapides pour l'installation ou le désengagement d'un dispositif antichar. On comprend l'intérêt porté par Tsahal pour les systèmes de protection active permettant de protéger les engins blindés au cours des engagements contre le Hezbollah. A ces équipements, il convient d'ajouter les incontournables RPG-7, RPG-29 et RPG-30. Certaines sources ont fait état de l'utilisation de missiles MILAN qui auraient été acquis auprès de la Syrie.

Missile TOOPHAN sur la frontière israélienne


Missile KONKURS


Missile METIS au cours d'un défilé en Syrie

Missile KORNET

Dans le domaine des véhicules, l'arsenal est encore plus impressionnant puisque aux côtés des bricolages on trouve des productions régulières comme le BMP1, le T-55 ou encore des T-72 certainement en provenance d'Iran. La République islamique possède plus de mille exemplaires de ce char dans plusieurs versions. Le Hezbollah qui en posséderait une soixantaine les aurait engagés en Syrie aux côtés des autres engins composant l'arsenal du mouvement. Par ailleurs on trouve également des M113 d'origine américaine dont le châssis permet la mise au point de quelques bricolages originaux. Dans le domaine blindé, la possession de T-90 par le Hezbollah ne peut être confirmée, même si leur utilisation par des équipages composés de membres de la milice chiite reste possible dans le cadre du conflit syrien.

Obusier "Made in Hezbollah" et T-72


T-55

BMP1, MTLB et T-55

ZSU 23-2 sur châssis M113

Cet armement nombreux et varié, confère au mouvement chiite une capacité de nuisance et d’agression plutôt notable dans la région. Soutenue et appuyée par des puissances régionales (ici l'Iran et la Syrie), le Hezbollah représente l'archétype de la milice armée, entrainée, motivée et très bien implantée localement. Avec ses moyens et ses tactiques, la milice est capable d'infliger des pertes à des adversaires pourtant supérieurs comme l'ont montré les pertes israéliennes en 2006.

1 commentaire:

  1. A noter qu'une des principales leçons, tirées par les israéliens, suite à leur déconvenue de 2006 contre le Hezbollah, fut l'absence d'infanterie et de VCI d'accompagnement de leurs chars. Ce qui aurait permit de contrer ce genre d'attaques.

    A noter encore que aucun des chars de dernière génération Merkava-4 ne fut pénétré par ses missiles antichars même de dernière génération (seuls quelques exemplaires des versions plus anciennes Merkava 2 et 3 furent effectivement détruits.).

    Des enseignements dont on ferait bien de tenir enfin un peu compte, chez nous...

    Ronin.

    RépondreSupprimer