Pages

mercredi 21 avril 2021

CANONS A VENDRE AU ROYAUME UNI

Alors que Blablachars évoquait en février une possible réduction des commandes de canons de 40mm CTA en cas d'annulation du programme de modernisation du Warrior, c'est en fait une vente qui devrait être organisée suite à cette annulation du programme Warrior CSP. En effet cette décision va obliger le Ministère de la Défense britannique à se séparer des canons CTA de 40mm déjà acquis dans le cadre de ce programme. Ces armes dont la valeur globale est estimée à 70 millions de Livres pourraient être vendues après que certaines rumeurs aient fait état de leur possible installation sur une version tourellée du Boxer. Ces rumeurs ont été démenties par des responsables britanniques, qui ont affirmé qu'aucun développement de ce type n'était prévu pour l'équipement du Boxer. Ces canons proviennent d'un contrat de 150 millions de Livres signé en 2015 entre CTA International et le Ministère de la Défense qui prévoyait la livraison de 515 canons CTA de 40mm destinés à l'armement de l'Ajax et du Warrior CSP. A l'exception de 25 canons utilisés pour des essais, les armes nécessaires à chacun des programmes devenues des government-furnished equipment ont été remises aux industriels concernés en vue de leur montage sur les engins. Celles destinées au Warrior CSP n'ont donc jamais servi et n'ont même pas été montées. On ne connait pas encore les modalités de cette vente, ni les pays potentiellement intéressés par ces "armes d'occasion" bien que n'ayant jamais servi.

 

59 commentaires:

  1. Bonjour. Allez je me lance (premier commentaire mais d'autres vont suivre)
    Ne serait-ce pas une opportunité pour :
    - parer aux besoins opérationnels MCO (Jaguar)
    - éventuellement, lancer un programme, à moindre coût, pour revaloriser et muscler nos VBCI (vers un std VBCI 2) afin d'accompagner/compléter nos Griffon et Jaguar sur le terrain (dont la dotation pour ce dernier reste de mon point de vue bien insuffisante. Voir même commencer à apporter une réponse à la défense anti-aérienne basse couche le CTA pouvant servir de base au développement d'un shorad en attendant des solutions plus abouties.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Proposition judicieuse en effet qui pourrait permettre de doter l'armée de terre d'un système anti aérien comme proposé sur le Titus. Merci de ce premier commentaire !

      Supprimer
    2. Bonjour,
      Ce serait bien vu.
      https://www.air-cosmos.com/article/comment-larme-de-terre-planche-sur-sa-dfense-sol-air-rapproche-23192

      La STAT y bosse, mais pour le moment avec les moyens du bord...
      https://mobile.twitter.com/Marsattaqueblog/status/1354447641199972355

      Supprimer
  2. La défense anti-aérienne est une des vulnérabilités identifiés pour l'armée française. Le déficit capacitaire dans ce domaine est avéré et la nécessité d'apporter une réponse afin d'apporter une protection basse couche contre les drones, munitions rodeuses ou munitions kamikaze est une nécessité.
    De qui plus est, le CTA peut apporter un appui-feu non négligeable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui surtout que le canon existe (CTA 40), les senseurs existent (THALES) et le porteur existe (Titus)

      Supprimer
  3. Châssis Titus, possiblement dans la mesure ou un taux de communalité correct existe avec les châssis en dotation dans l'armée de terre afin de ne pas grever la logistique et la MCO. Par contre, qui dit nouveau châssis impose de passer par une phase de qualification (DGA, …) souvent signe de lenteurs et lourdeurs mais toutefois indispensable. L'utilisation du châssis VBCI pourrait de mon point de vue simplifier et accélérer la phase de développement, qualification et expérimentation. Le volume offert par le châssis sera le garant d'une certaine autonomie et une dotation en munition plus importante.

    RépondreSupprimer
  4. Après il faut se méfier des fausses bonnes idées. Je crois me rappeler que le CT40 britannique est un peu particulier à cause de General Dynamics et Lockheed Martin qui ont voulu éviter la contrainte du chargement sur la droite du canon et ont donc choisi des modes d'alimentation en munition différents.
    Avant d'acheter d'occasion, il faut vérifier que le canon reste compatible avec les modèles Nexter sinon ce serait un achat que pour des tubes de rechange.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On peut aussi ne récupérer que les élements communs à toutes les versions, à commencer par le plus important: les tubes.

      Supprimer
    2. D'où ma dernière phrase sur la question des tubes. Mais si c'est le cas, il faut une réduction plus importante du prix qu'une simple ristourne de l'ordre de 5 à 10% Sinon fabriqué juste les tubes auprès des industriels est sans doute moins chère que d'acheter en entier.

      Supprimer
    3. Le canon (CTC) "britannique" est exactement le même que le canon "français". Donc totalement interchangeable.

      Supprimer
  5. Complètement d'accord et en phase... Toutefois, si les conditions économiques sont interessantes, le fait de pouvoir disposer de tubes de recharge (MCO) au vue des problématiques rencontrés pour remplacer les tubes des caesar du fait de leur sur-utilisation....
    gardons qu'en cas de conflits armés, que la logistique puisse répondre rapidement aux sollicitations serait un plus non négligeable mais ceux-ci est un autre débat.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était l'objet de l'article du General (2S) Sainte Claire D'éveiller sur le defi de la haute intensité pour les industriels de défense !

      Supprimer
    2. Après, il faut voir les conditions de revente. Si on a seulement une réduction de 10% par rapport au prix de base, je vois pas l'intérêt alors que ce qui nous intéresse ce sont avant tout les tubes (dans le cadre proposer ici). De plus, il faut une infrastructure industrielle pour remettre des tubes, ça rends l'intérêt de la manœuvre assez limité au niveau tactique.

      Je pense tout de même que dans la saigné des forces britanniques, il y a des opportunités mais c'est plus pour l'aéro-combat (Chinook) et les flottes de transports (C130) que pour l'armement terrestre proprement dit.

      Supprimer
  6. Deville ! Encore un coup du correcteur d'orthographe :(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 150 millions de Livres pour 515 canons CTA de 40mm, ce qui nous fait le canon, de 40 mm, à plus de 300 000 euros pièce (323 000 €), soit plus de quatre ou cinq fois un canon de 40 mm classique moderne (sept ou dix fois plus par rapport à du 30 ou du 25 mm, qui n'apporte concrètement pas moins, moins de puissance mais plus de munitions, tout en étant tout autant insuffisant contre les nouveaux VCI modernes actuels de 40 tonnes, et plus.).
      Çà fait cher le "CTA".
      Un CTA qui contrairement à l'argumentaire de vente de nos vendeurs de canons (évidemment) ne fait gagner que très peu de place (son avantage principal, nous dit-on... !!!).

      Un CTA de 40 mm bien poussif en plus, surtout pour faire de l’antiaérien, avec une portée utile de seulement 2500 mètres :
      qu'est qu'on peut opérationnellement contrer au niveau antiaérien (ou même anti-blindé) avec si peu ? !!!
      Et en plus les munitions CTA, proportionnellement aussi couteuses, sont moins puissantes, par rapport à leurs équivalents classiques modernes (deux ou trois fois plus que des "classiques.), au niveau de l'art actuel.
      Sans parler non plus du coût du MCO probablement tout autant en explosion libre...

      Bref une bien "belle opération" et tellement bien vendue encore...
      Ou de la dérive toujours plus grande de nos armées toujours plus de démonstration, commerciale.

      Ronin.

      Supprimer
    2. Rectification.
      "Et en plus les munitions CTA, proportionnellement aussi couteuses" (deux ou trois fois plus que des "classiques, c'est pas "CTA" pour rien.), sont moins puissantes (jusqu'à 40 %, jusqu'à 220 mm d'épaisseur d'équivalent d'acier, contre seulement 150 mm, pour le 40 mm CTA, d’où la portée moindre également.), par rapport à leurs équivalents classiques modernes au niveau de l'art actuel.
      Ah oui, 323 000 euros, sans compter le budget R&D (recherche et développement) spécifique, probablement plusieurs centaines de millions : Une "bien belle opération".
      Ronin.

      Supprimer
    3. L'A3B-T du CT40 c'est 4000 m en portée effective maximale, ce qui est comparable au K40 en terme de portée effective en anti-aérien:
      pour le CT40:
      https://www.cta-international.com/the-40-ctas/40-mm-ammunition/a3b-t/
      Page 7/9 dans le tableau de droite pour le K40:
      https://cdn.komachine.com/media/product-catalog/hisntd_13994_qfbbbx.pdf
      D'ailleurs la DCA Sud-Coréenne est basé sur les bitube de 30mm du Biho qui n'a une portée effective que de 3000m.
      Pour les suédois, on est à 4000m également:
      http://www.army-guide.com/eng/product263.html

      D'ailleurs, ça m'agace ces chiffres de 160 à 220 mm sorti pour le K40 alors qu'aucun site officiel ne donne ce chiffre donc je ne sais pas d'où il vient.

      Supprimer
    4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    5. Je précise pour les chiffres de 220 et 160mm que ce n'est pas contre Ronin mais le fait est que je ne trouve pas la source originelle de cette information alors que tous les wiki et autres sites la répète à tue-tête.

      Supprimer
    6. @ Passager, où avez vous vu un canon de 40 mm, CTA ou pas d'ailleurs, qui a une portée utile, en tirs direct donc de 4000 mètres ?

      Supprimer
    7. @ Passager, où avez vous vu un canon de 40 mm, CTA ou pas d'ailleurs, qui a une portée utile, en tirs direct donc de 4000 mètres ?

      Supprimer
    8. Je dis que la portée effective de la plupart des canons de 40mm (CTA ou non) est de 4000m en Anti-Aérien. J'ai d'ailleurs mis les liens vers les sites et catalogues des fabricants pour montrer d'où je sortais mes données.

      Supprimer
    9. Ah, oui, je vois d'où résulte votre, notre, confusion.
      Donc je reprends :
      2500 mètres portée utile, 4000 mètres portée maximum, pour l'antiaérien et à condition d'avoir non seulement les munitions spécialisées de préférence, la conduite de tir, et les radars, de détection et d'acquisition-suivi, pour cette distance.), et en général pour le 40/70 mm (classique) de Boford.
      Beaucoup en tir tendu, sur cible terrestre, 2000 - 2500 mètres en portée utile maximum.

      A comparer donc avec le K40 du K21, évolution du 40 mm Boford modernisé et amélioré...
      A priori cela serait donné pour jusqu'à possiblement 6000 mètres en antiaérien, et 3000 en tir tendu contre cible terrestre. Par contre, le 40 mm CTA, selon les données du constructeur reprend les performances globales du Boford, 4000 et 2000-2500 mètres respectivement : Forcément ses munitions dites "télescopées", bien que modernes et dernière génération, sont moins puissantes.
      Ce qui se traduit y compris au niveau capacité de percement, 150 mm selon le constructeur (qui habilement dans son argumentaires de vente les compare facilement et avantageusement à des munitions de génération antérieure, quand ce n'est pas même à des calibres inférieurs (et tout cela ça passe allégrement !!!).

      Supprimer
    10. Le K40 est donné pour une portée effective de 4000m en Anti-Air (deuxième lien à la page 7).

      Supprimer
    11. Tout à fait, et 6000m pour le terrestre (ground), ce qui n'est pas du tout logique (n'y aurait-il pas une inversion ?). Quoique 4000 mètres en tir tendu terrestre pour un 40 mm, même classique, cela parait beaucoup aussi ! ?

      Peut être s'agit de la portée (6000 m) en tir courbe, mais pour du 40 mm cela aurait assez peu d'intérêt (et cela correspondrait d'ailleurs plutôt en l'occurrence aux 12 000 m, vraiment maxi, évoqués dans la ligne suivante du tableau.
      Là aussi une portée très nettement améliorée par au Boford classique (plutôt 8000-9000 m, en 40/70.).
      Quoique cela reste dans les mêmes proportions, d'augmentation de puissance (surtout due à l'évolution des munitions, classiques modernes actuelles, c'est à peu près se qui se passe entre deux générations et en l'espace d'une vingtaine d'années : tout cela évolue également rapidement.) finalement.).
      Ca resterait cohérent.

      Supprimer
  7. Ok ronin. Je comprends que tu es contre le CTA. A trois ou a raison. Les pièces en dotation prochainement nous apporteront un éclaircissement sur le sujet (retex). Toujours est-il que jusqu'à présent nos dotations étaient principalement axes au 25mm qui pour le coup était ridicule. Aujourd'hui nos alliés mettent majoritairement du 35mm en service voir pour les prochaines générations du 40mm (Lynx par exemple).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le 30 mm était surtout utile (il va très rapidement être dépassé désormais), par ce qu'il permettait assez surement de détruire tous les blindés et notamment VCI d'ancienne-encore actuelle génération (qui n'ont qu'un blindage de niveau V généralement ; c'est à dire capable d'arrêter du 25 mm.
      (C'est le cas de nos VBCI, et de tous nos autres blindés évidemment (à part le Leclerc), actuellement la norme actuelle-déjà en voie d'être dépassée, étant celle du 30 mm, voire plus).).
      Après plus le calibre est important, certes il est plus puissant, mais on emporte beaucoup moins de munitions : Là aussi il faut revenir à certains fondamentaux, tel ou tel calibre mais pour quoi faire exactement et quelle utilisation concrète ?
      (Bon là aussi on ne reviendra pas sur l'inconséquence, voire l'aberration de vouloirs doter ce genre de blindés comme le VBCI en particulier, de 40 mm alors qu'il est au maximum capable d'arrêter du 25 mm !!! ? ! (alors que cela devrait même être plutôt l'inverse, pour un VCI en tous cas.)).

      Aujourd'hui, les blindés (VCI et autres) de 40 tonnes seront probablement capable d'arrêter du 50 mm (en face avant) et sans aucun problème du 40 mm (qui plus est du CTA en effet à la munition moins puissante (que du classique moderne actualisé).) et tout ce qui se trouvera en dessous.
      Ces VCI sont d'ailleurs prévu pour la plupart, voire tous, pour déjà être équipé de canon mitrailleur de 50 mm.

      A noter également que les nouveaux derniers VCI sortis atteignant désormais les 50 tonnes (Lynx allemand, T15 russe, et K21, coréen, désormais l'autre pays des blindés...), avec une protection et un blindage qui n'est sans doute pas très loin de celui des chars lourds modernes actuels, même ces canons de 50 mm seront insuffisants :
      D'où une idée qui réapparait de distinguer VCI à proprement parlé, avec un canon mitrailleur* d'auto défense (y compris antiaérienne très basse couche) et d'appuis rapproché "léger" du groupe de combat débarqué, et VCA, véhicule de combat d'accompagnement, ou d'appui, pour accompagner les VCI et les chars d'ailleurs.
      Ceux-ci avec un canon dédié de calibre moyen (60 ou même 75 mm), avec une conduite de tir à hautes performances, capable de détruire surement tous blindés autres que les chars lourds, et à servir d'appui divers hautement polyvalent (et en plus cela avec une portée décuplée par exemple.).
      Cette solution aurait l'avantage d'être en plus beaucoup moins couteuse que celle de VCI actuels.

      * Le 25 mm, relativement basique, serait suffisant à ce type de blindé VCI "revisité", et conviendrait même presque parfaitement :
      Les retex d'Irak ont notamment montré que ce calibre est à la fois suffisant pour avoir un effet adapté en zone urbaine notamment, tout en permettant d'éviter les frappes collatérales, des civiles mais aussi surtout pour son groupe de combat débarqué (en plus c'est exactement comme cela qu'on nous a vendu, alors que tous commençait déjà à s'équiper de 30 mm, le 25 mm du VBCI il y a vint ans (comme aujourd'hui on nous met du 40 mm, alors que les autres en sont à envisager plus que sérieusement le 50 mm !!!!) !!) (ou par rapport à un engin dédié à la reconnaissance comme le Jaguar, sont même équipé de 120 mm, et à minima de 105 mm !!!!! Encore !).

      Supprimer
    2. Le K21 fait 26 tonnes. C'est le Redback dérivé du K21 qui fait 42 tonnes.
      D'ailleurs la communication de hanwha porte sur le fait qu'il est plus léger de 20% par rapport à ces concurrents.
      https://www.hanwha-defense.co.kr/eng/products/maneuver-k21.do
      Les pays d'Asie de l'Est privilégie des VCI de moins de 30 tonnes, car ils estiment qu'au-delà les avantages que le blindage confère en mobilité sont annulés par l'incapacité de la plupart des ponts à supporter ce poids.

      Supprimer
  8. Oui, il s'agit en effet du K21 "Redback", de 42 tonnes (mais quel exploit quand même pour les coréens, partis de rien il y a à peine vingt ans (pendant ce temps là...)).

    Pour l'histoire des ponts de trente tonnes, là aussi rien de nouveau, cela était déjà le cas pour les chars de combat au début de la seconde guerre mondiale.
    A noter encore, que ces VCI lourds de 40 et jusqu'à 50 tonnes (pour le Lynx, KF41, et pour le T15, soyons donc très précis (!!) (je mets de coté le Namer israélien précurseur, de 60 tonnes. Ils ont juste pris un Merkava IV de dernière génération, avec son moteur à l'avant, enlevé la tourelle, et rajouté 10 tonnes de blindage supplémentaire encore en plus.), sont précisément conçus pour accompagner très précisément encore, les chars lourds, de plus de 60 tonnes au plus prêt dans la verte (ce qu'est complétement incapable de faire un VBCI, même de 32 tonnes (mince ça dépasse aussi !) (sinon voir Liban 2006.).

    Ah sinon il faut juste des ponts automoteurs pour les accompagner (chenillés également et du bon gabarit évidemment, ce que possède évidemment toute armée normale, en tous cas à partir du moment où elle a encore des chars...), par ce que par ailleurs vos ponts, qui constituent d'ailleurs encore sinon des passages obligés, de plus de trente tonnes ou même moins, risquent bien d'être détruits dans ce genre d'engagement avec emploi de chars lourds et de VCI idoines...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon cher Ronin,

      Sans vouloir paraitre agressif cela fait un moment que je vois vos commentaire en permanence négatif sur les véhicules à roue et en particulier notre magnifique VBCI.
      Ayant depuis peut quitté le 5 ème Régiment de Dragons je peux vous dire que vos connaissances sur le sujet sont complétement en dehors de la réalité, le VBCI accompagne très bien les Leclercs là ou c'est nécessaire et avec brio, les fantassins en sont très heureux même ceux ayant connu le 10P.

      Même en tant qu'opérateur tourelle XL (occasionnellement) j'ai pu constater la souplesse de la bête qui nous accompagné et en tant que pilote VBL le nombre de fois ou des Leclercs et des VBCI emprunté de chemins au premier coup d'œil impraticable.
      Le seul point noir du VBCI c'est son 25mm qu'il faudrait remplacer urgemment par un 40mm CTA téléopéré.

      https://www.youtube.com/watch?v=9CC0seMw7_4

      Ce que beaucoup oublie sur ce blog c'est qu'un pays achète des blindés en fonction de sa doctrine et de ses ambitions géostratégiques.
      Nous ne sommes ni l'Allemagne, ni la Pologne ou autre pays de se genre et nos blindés sont adaptés à notre stratégie.
      Si demain quelque chose à l'Est se produit se ne sera pas la France qui assurera la guerre à elle toute seule il y a pas mal de pays dans la région qui ont les moyens adaptés à leur sphère d'influence.

      Même le Royaume Unie et avec difficulté sait que sa doctrine blindé/mécanisé n'a plus rien à voir avec la guerre froide et que sa doctrine doit se tourner vers l'expéditionnaire au vue de leur moyens pour garder une armée cohérente.

      Etrangement je n'est pas vu les fan inconditionnel commenter l'article sur le gouffre matériel et financier qu'est la Puma sur le blog.....

      Supprimer
    2. Le VBCI est une belle réussite qui a fait ses preuves en Afghanistan et au Mali. Étrangement l'AT n'a pas capitalise dessus,en développant sur sa base une famille de véhicules spécialisés, préférant pour des raisons industrielles vraisemblablement, développer la famille des Griffon et Jaguar.

      Supprimer
    3. Mon cher Unknown,

      Oui c'est certain le VBCI, merveilleux (d'ailleurs je vois rejoins c'est le seul que nous ayons (enfin nous allons avoir toute une palanquée, de véhicules identiques, Griffon et autre, encore une belle gamme, commerciale... : Comme quoi aussi, "on n'a pas les moyens d'avoir un chenillé", ne serait ce qu'un véhicule chenillé décent.....), il faut donc faire avec) passe partout, où passerait un chenillé.
      (Voir vidéo VBCI embourbé.)
      (j'aurais pu aussi vous mettre l'image d'un VBCI, merveilleux, planté sur un petit muret entre deux essieux.).
      (Sans vous rappeler l'épisode de nos VBCI, merveilleux, remisé au garage en Lituanie, pour cause de chute de neige "imprévues" !!!).
      (et bien d'autre encore, dans une rue encombrée de gravas par exemple encore.).
      Il s'agit tout simplement de physique très simple, un véhicule (chenillé) ont une pression au sol de 0,5 kg au cm2 (0,2 pour le VHM (pour Véhicule de Haute Mobilité, ou l'armée française qui retrouve, très brièvement, trop, malheureusement les vertus de la chenille.).) contre jusqu'à 3 kg (pour le VBCI porté à 32 tonnes.), ou encore 0,8 pour le Leclerc, ça fait pas pareil.
      Qui plus est encore avec le très faible blindage de l'engin ("VBCI").

      Voir " Le VBCI est-il adapté au Mali ? ", "élément 6 (et 3, et quelques autres (qui répondent entièrement à vos arguments.).) en particulier.

      Supprimer
    4. Ah, à actualiser : on sait dorénavant, grâce à un rapport du sénat parut depuis, le VBCI au Mali, c'est 108 000 euros de MCO (maintien en contions opérationnelle), soit plus en l'occurrence qu'un équivalent chenillé, qui plus est sur chenille souples désormais.
      Un remplaçant du VAB, un véritable remplaçant, c'est à dire un mule néanmoins nettement plus blindés, très possiblement d'une quinzaine tonnes avec la technique d'aujourd'hui, "bonne à tout faire" comme était initialement défini, par nos armées, le programme VBMR (avant que nos constructeurs de camions s'en mêlent, avec leur VBCI-bis (juste sans la tourelle, et avec une mobilité encore réduite (juste sur trois essieux !!?))), moderne c'est entre 10 et 20 000 euros de MCO annuel, suivant le niveau de sophistication.
      Les 75 000 € évoqués dans les liens supra c'est apparemment pour une utilisation normale courante, en France, du VBCI (mais les allemands ne font pas mieux avec le Boxer, si ça peut vous rassurer ?).

      Supprimer
    5. Encore une fois vous ne prenez pas en compte l'aspect géostratégique d'un pays via ses achats....vous avez peut être était cité dans un article mais ca ne rend pas votre vision officiel et encore moins si elle va dans le sens de l'auteur de l'article.

      Pour l'histoire du VHM c'est faux les VBCI ont étaient mis au hangar pas pour une histoire de neige sinon il ne serait même pas capable de se déplacer en hiver au CENTAC ou à la Courtine, mais faute de moyens de franchissement de coupure humide. Du coup le VHM étant le seul à pouvoir être équipé pour le franchissement de coupure humide a était envoyé pour compléter le dispositif et faire travailler les Alpins.

      Pour le VBCI au Mali ce dernier y a était envoyé pour palier au faiblesse du VAB face aux IED/VBIED faute pour le moment de disponibilité des Griffons et Serval qui seront eux plus adaptés tactiquement et économiquement à ce genre de théâtre d'opération.

      Vous faites l'erreur de comparer le BOXER chez les Allemands au VBCI en France alors que la comparaison doit être faite avec le PUMA.
      On en arrive à la géostratégie, le VBCI est un engin adapté à une doctrine expéditionnaire mais qui peut rester souple dans d'autre catégorie et le PUMA avec ses 10t de plus est adaptés purement et simplement aux théâtres Européens car l'Allemagne n'est pas un pays expéditionnaire.
      Encore une fois vous voulez un blindé qui ne correspond pas du tout à nos intérêts stratégiques seulement pour satisfaire un fantasme d'un conflit ou notre rôle sera secondaire et non une réalité, encore une fois nous ne sommes ni la Pologne, la Hongrie ou l'Allemagne.
      De plus avez vous pris en compte qu'au delà de 50km les VCI chenillés doivent être transportés sur PEB ce qui ne correspond pas (encore une fois) à notre doctrine expéditionnaire ou le VBCI peut se déployer par ses propres moyens réservant ainsi les PEB aux Leclers.

      D'ailleurs je vous invite à voir le taux de disponibilité des PUMA Allemands comparé à nos VBCI histoire de rire un peu ...

      Pareillement nous n'avons pas les mêmes ambitions, ni les moyens économiques et humains des USA pour disposer de "Brigade Combat Team" exclusivement spécialisé dans un domaine. D'ailleurs la structure de l'US Army correspond à leur stratégie mais reste très rigide comparé à la notre qui permet de mixer les moyens en fonction des menaces.

      La France à des lacunes qui sont vraiment plus inquiétante et prioritaire: la défense anti-aérienne, le faible nombre de tubes au sein de l'artillerie au vue de la taille de notre armée, les moyens de franchissement au sein du génie et la disponibilité de l'ALAT.

      Ah ! Et tenez comme quoi ça concerne aussi les chenilles ;) https://www.youtube.com/watch?v=c_CpHvcm6i0&list=WL&index=1&t=7s


      Bref pour conclure je remarque que vous avez un très grand intérêt pour le domaine blindé/mécanisé et c'est toujours un plaisir de voir que des personnes font vivre le sujet en dehors des rangs de l'institution mais vous vous concentrez trop sur la forme et non sur le fond, il faut toujours prendre du recul et ne pas rester simplement dans le domaine purement tactique mais voir à l'échelle stratégique.


      Cordialement un ex-cavalo ! :)

      Supprimer
    6. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    7. Bonjour.

      Je rejoins ce qui est dit concernant la doctrine de notre Armée de Terre. Si VBCI, Griffon, Jaguar sont (reste à confirmer sur le terrain pour les deux derniers) d'excellent matériels.
      A Eurosatory j'ai eu l'occasion, d'échanger avec quelques opérateurs du VBCI et les deux rapidement de ces discussions les faiblesses sont évoqués : optiques, puissance de feu et l'absence de dispositifs maintenant existant (caméras à l'arrière ou 360 pour éviter les accidents malencontreux) mais de nouveau cela est un autre débat.

      Nous parlions du CTA, Si et seulement si l'opération aurait un réel intérêt (tactique, économique, opérationnel) je dis que ce serait dommage de ne pas profiter de l'occasion pour muscler une partie de nos VBCI existant à moindre coût. Ainsi équipé le VBCI pourrait apporter associé à un missile tel que le MMP ou des roquettes guidés lasers un soutien-fau non négligeable. Associé au Mistral 3 une première réponse SATCP (car il convient de s'aligner pour la défense anti-aérienne au couple sino-russe et déployer une défense multicouche rapidement avec pour nous démarquer une capacité de tir en mouvement. Lors du dernier évènement Coges, les échanges et une information de la représentante de MBDA annonçait qu'un développement en ce sens était en cours et que c'était une priorité de leur PDG. A suivre de ce côté… Mais toujours est-il que les moyens existants doivent être adaptés (savoir-faire français rapidement grâce à notre système D mondialement connu) pour protéger les troupes déployés en OPEX (le IM-SHORAD Américain a montré l'exemple.
      CV90, Lynx, KF31/41, … sont inadaptés pour répondre à cette problématique d'une point de vue financier, calendrier et matériel. Ici on évoque un système d'armes existants permettant de répondre à une problématique réelle (à moindre de coût) sans modifier une doctrine d'emploi (quelle soit bonne ou mauvaise) dans des délais inférieur à 4 ou 5 ans entre le développement et l'industrialisation (urgence opérationnelle)

      Supprimer
  9. Au final nous aurions mieux fait de consacrer les crédits de RD au développement d un laser embarqué qui va supplanter les canons de calibre intermédiaires, notamment pour l accompagnement des chars de combat, avec pour misions principales la lutte anti drone et la lutte anti missiles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a eut des recherches en ce sens:
      https://www.forcesoperations.com/comment-cilas-se-positionne-dans-la-lutte-anti-drone/

      https://www.forcesoperations.com/cilas-embarque-sur-patroller-et-griffon/

      Même si l'entreprise est paraît-il à vendre:
      https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/cilas-arianegroup-areva-une-vente-sous-tres-tres-haute-surveillance-858913.html

      Supprimer
  10. J'avoue que Lynx, Puma, Kf31 ou Kf31 sont de beaux véhicules mais personnellement j'aurais adoré lorsque l'occasion c'était présenté, qu elle France se dote de CV90. Histoire de muscler notre infanterie mécanisé. Mais oui Ronin, le CTA existe et existe bien. Autant capitaliser dessus. Je suis un fervent partisant de l'amélioration continue donc... Si besoin améliorons le CTA. En parlant de capitalisation, le CTA a permis le développement exploratoire de l'Ascalon qui sait en cas d'echec du MGCS pourquoi envisagé un Leclerc XLR qui en serait doté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous rejoins sur deux points :
      Sur le CV90, sans aucun doute le meilleur VCI de sa génération (comme quoi même à 10 millions d'habitants ont peu encore, faire des choses.), dont nous aurions dû nous équiper, il y a vingt ans (à l'époque on avait même évoqué la possibilité d'un échange, gagnant- gagnant, VCI CV90 contre chars Leclerc, malheureusement cela ne s'est pas fait, très malheureusement pour l'armée française (qui n'aurait pas autant décrochée autant en matière d'équipements militaires terrestres principaux.).).

      Il faut en effet avoir les deux, un véhicule de combat d'infanterie chenillé, fortement blindé donc, de combat tactique de haute, ou moyenne d'ailleurs, intensité, et des véhicules de transport de troupes routiers (à roue, et pour les opérations de contrôle de maintien ou et de très faible intensité surtout.).
      C'est d'ailleurs le cas pour toutes les armées normales, même très limitées, comme celle du Danemark, pour prendre un simple exemple.
      Car à part nous, et les belges, qui eux n'ont même plus de chars, ni d'artillerie : peut être le prochain stade "avancé", de l'armée de terre française, devenir une super milice- gendarmerie de contre insurrection, et de supplétifs, de seconde zone (africaine subsaharienne, et c'est tout.) ? ? !

      Et sur l'évolution continue, caractérisée notamment encore par l'évolution considérable et l'adaptabilité de la famille des engins de type CV90, ces vingt dernières années encore (il est encore candidat dans presque toutes les grandes compétitions de remplacement de VCI actuel, face à des engins de toute dernière génération (là aussi on cherchera, bien en vain, un quelconque engin représentant encore la France et de sa base industrielle et technologique d'arment terrestre !).).

      Bien malheureusement : il ne s'agit pas d'être négatif pour être négatif, mais bien d'être réaliste, et critique ("qui aime bien châtie bien"), et surtout de donner l'alerte, sur ce qu'est en train de devenir, depuis plusieurs décennies, très malheureusement encore, l'armée de terre française en particulier.

      Supprimer
    2. Mon cher Unknown,

      je peux tout d'abord vous renvoyer votre dernière remarque sur la forme et non sur le fond.

      Ensuite, votre explication sur les VBCI remisés en Lituanie, j'aurais dû précisément à cause d'une trop grande épaisseur de neige, les coupures humides comme vous dites étant en l'occurrence la plupart gelées (à cause des très basses températures) (et le reste du temps, en été par exemple, pas, plus de coupures humide, ou pas d'ailleurs ? ? !! : C'est-pas-l'Afrique.), et cela ne tiens donc pas.

      Pour le VBCI au Mali, le Griffon de 25 tonnes sur ses trois essieux aura très certainement en proportion un budget de MCO moyen annuel comparable. Je l'estime dans les 60 000 euros, celui-ci est un tout petit peu moins sophistiqué (à vérifier donc dans quelques temps.).

      Sur la comparaison VBCI versus Puma, alors là vos partis pris, pro “uniroue”, vous égarent. Vous aurez peut être remarqué, ou cela vous a t'il aussi échappé, que je ne suis pas uniquement pro chenille, mais je dis plutôt qu'il faut les deux, chaque mode de propulsion ayant ses propres avantages, et ses inconvénients (que vous refusez apparemment complètement de voir concernant la roue. mais vous avez l'excuse que ce point de vue est extrêmement, trop, partagé, et non débattu au final, en France, et uniquement en France, et en Belgique.).
      Le Puma est un blindé chenillé, à mobilité tactique extrême donc, et donc également fortement blindé (sensiblement je pense au moins du même niveau que nos chars moyens de précédentes génération (AMX30 et autres), voire plus avec l'évolution également constante des blindages).
      Le VBCI n'est malheureusement que de niveau V, arrêtant seulement du 25 mm (alors que la norme courante actuelle est plutôt déjà celle du 30 mm.). Le Boxer est juste un tout petit peu plus blindé, c'est (presque) tout.

      Sur la géopolitique et le "stratégie", en effet si vous voulez que la France devienne la spécialiste dans opérations africaines subsahariennes, et presque rien d'autre, continuons comme cela, nous somme même en “bonne voie” malheureusement.

      Je vous parlerais plutôt, non pas de conflit en centre Europe, une vieille tarte à crème mise systématiquement en avant par nos amis “roue-tiers”, mais plutôt des conflits modernes actuels. Genre Lybie, Syrie, Irak, contre des organismes non étatiques comme daesh même dorénavant, ou encore en Ukraine (certes c'est en Europe.) ou Haut-Karabagh, bref peu ou prou tout le pourtour du bassin méditerranéen, notre vraie frontière, et frontière européenne qui plus est actuelle, aux Etats instables et de plus en plus même instables de cet, notre, étranger proche diraient certains. Où nous aurons peut être à nouveau un jour à intervenir en coalition (ou pas d'ailleurs), espérons que nous faisions mieux qu'en 91, mais c'est très mal emmanché actuellement, on en est même assez loin vu l'état actuel, très malheureusement encore une fois (faut-il le préciser à chaque fois !).

      Où là il faut des véhicule de combat d'infanterie bien protégés, bien blindés (dans la grande tendances mondiale actuelle, celle des VCI, chenillés, évidemment de 40-50 tonnes), et donc chenillés*. A moins de vouloir faire combattre nos hommes dans des cercueils (certes très “confortables”, voire spacieux par rapport à autrefois, mais quand il s'agira de compter les morts cela sera d'une tout autre paire de manche) à roue partant en lumière et chaleur au moindre et très répandu RPG7 ? Vous nous faite bien rire, jaune, avec vos blindés à roue soi-disant plus économiques, et sous blindés aux normes internationales actuelles (à part pour aller en Afrique, et encore subsaharienne, uniquement).

      Supprimer
    3. * Car contrairement à la légende, entretenue par certains, voire la “fake new” fabriquée, un véhicule chenillé à blindage égal est beaucoup plus léger (de 15 % environ) que son équivalent sur roue.
      La roue ayant par ailleurs des limites de poids beaucoup plus contraignantes, à moins de multiplier les essieux, et dons encore le poids, presque à l'infini.
      Son avantage principal, avec une vitesse de pointe plus importante, sur route évidemment (par ce que en tout terrain véritable, surtout si humide, cela peut très rapidement se réduire à zéro), étant son sa consommation de carburant plus économique (moitié moins qu'un chenillé classique, un tiers de moins par rapport à un véhicule sur chenilles souples (encore une vraie, révolution technique, qui nous passe complétement pour le coup, sous le nez, dans notre obnubilation absurde pour la seule roue !!!), mais là aussi uniquement sur route, voire sur autoroute.
      C'est à dire, pour le dire on a fait dans "l'économique" et seulement dans l'économique qui plus est de bouts de chandelles et à courte vue, encore.

      D'ailleurs là aussi, encore une fausse idée reçue, les chenillé ne sont pas, ou plus, plus cher que leur équivalent à roue : Aujourd'hui c'est essentiellement l'électronique qui fait la différence (plus de la moitié du prix parfois) (et là aussi rassurez vous pas, nos constructeurs n'y vont pas avec le dos de la cuillère.
      C'est aussi sans doute pour cela, prétendument pour faire des économies (!!!), que l'on s'en équipe de quatre ou cinq modèles d'une presque même catégorie (de 15 à 25 tonnes), à coup de milliards encore en grande partie jetés par la fenêtre ? !!!!!

      Et non, je ne me ressous pas à ce que mon pays, et son armée de terre se cantonnent, et se résignent dans ce rôle d'armée de seconde zone, ou de flanc garde (en tant que cavalier cela doit vous parler), ou même d'armée d'intervention africaine, uniquement subsaharienne qui plus est, dans laquelle on la conduit que trop depuis ces dernières décennies. Et je ne m'y résoudrais jamais, comme nombreux sur ce blog, comme l'évoque d'ailleurs très régulièrement à ce sujet notre hôte, que l'on ne peut donc que remercier au passage, pour cela.

      Sur le MCO allemands il souffrent exactement du même problème que nous, un manque, pourtant flagrant, de budget (on va même avoir des véhicules neufs, mais pas les budgets pour les entretenir en nombre et correctement, encore.) (les britannique ont proportionnellement, à nombre et niveaux d'équipement équivalent, des budgets deux fois plus conséquents, les américains c'est presque quatre fois plus, je dis bien à nombre d'équipements équivalent).

      Toutes les armées, pas seulement celle américaines, ou même européennes, ont une structure avec les deux modes de motorisation, à roue, ET chenillé. Il s'agit pas de moyens (voir Danemark par exemple). D'ailleurs encore une fois, on est même en train de se payer cinq ou six catégories différentes de véhicules à roue, de grosso modo la même catégorie des 15-25 tonnes), cela à cause d'un dogmatisme bien aveugle en l'occurrence, et par ce que, déjà, on ne sait presque plus faire que cela, à force.

      Supprimer
    4. Sur nos lacunes, je peut être qu'entièrement d'accord avec vous, je peux même y rajouter la logistique, elle aussi particulièrement étrillée par les coupes franches de 2008-2015, et les moyens de projection stratégiques (lourds, donc maritime en particulier. là aussi on est dans un rapport de un à dix voire un à vingt avec les britanniques ou les américains, à niveau d'équipement égal. Du coup on est capable que de projeter que du léger, et en très petite quantité en plus.). Cela fait un quart de siècle que l'on a soit disant fait la professionnalisation pour avoir une armée de projection, et on a toujours les mêmes moyens et même moins que précédemment pour les projeter !!!!

      Par contre, vous êtes aller la chercher loin votre vidéo : Oui, les chars lourds aussi, peuvent aussi parfois, plus rarement cependant, et momentanément, se retrouver embourbé, mais il ne vous cependant pas échappé (?), oh un tout petiot détail, que ce char finit quand même par s'en sortir, par ses propres moyens :) et c'est heureux.

      La stratégie commence justement par le choix, ou les non choix, d'équipements faits ou pas fait, complètement oblitérés même pour certains, et par la cohérence d'ensemble.

      Bien à vous.

      Supprimer
    5. Re-bonjour,

      ps:(Petite remarque vous avez cherché à me répondre mais via "Em", c'est pas grave j'ai quand même retrouvé votre réponse ;) )

      Oula ! Je pense que l'un comme l'autre nous voyons un dogmatisme forcené ente nous deux et je m'en excuse je vais tacher d'être plus clair car il y a tellement de chose à développer et à débattre.

      Alors non je ne suis pas un 100% pro-roue, tout comme vous j'estime qu'un équilibre doit être recherché sans pour autant mettre en difficulté un secteur ou un autre, comme le font bien certains pays (Australie, Danemark, Pays-Bas).
      Toute ma théorie est construite avec le matériel que nous avons actuellement sous la main, ce que j'apprécie moyennement c'est qu'on descende un matériel sans l'avoir vu réellement à l'œuvre comme j'ai pu le voir, mais au même titre et je vous l'accorde volontiers : oui un train de roulement à roue pèse plus qu'un train de roulement chenille, oui dans tout les cas sur deux véhicules d'une même génération technologique se sera toujours le véhicule chenillé qui aura la meilleur mobilité tactique et de même que la chenille rend plus maniable en ZUB.
      Et oui il y a beaucoup de légende absurde sur l'avantage de la roue sur la chenille...

      Bref tout ça pour dire que je parle d'une doctrine qui s'accorde avec le matériel déjà en dotation. Cependant ! Le programme TITAN arrive et avec aussi le successeur du VBCI, et là, bien entendu, je suis pour réintroduire de véritables plate-forme chenillés dans nos brigades lourdes et qui plus est nous ferions mieux de ne pas passer à coté de la technologie de la chenille souple se serait une grave erreur.
      D'ailleurs je vous rejoins sur votre réponse plus bas à "Em" quand vous parlez de ne pas excéder les 55t même pour le future MBT.

      Par contre par expérience je peux confirmer que le fait d'avoir équiper l'Armé de Terre à plus de 80% de roue cela a pratiquement tué l'esprit chenillé dans notre institution. Je suis déjà malheureusement tombé dans l'escadron le plus récent (le 5RD a était recréé en 2016 pour rappel) donc j'ai malheureusement passé les 9/10 de mon temps à faire du VBL à la place du char et de plus la majorité boudé le char parce que sois disant "trop chiant à entretenir" du coup tout le monde voulait faire du VBL. C'est vous dire la mentalité.
      Les régiments sont censé avoir environs 50 XL mais en réalité c'autour de 20 en unité, les autres sont dans des pools (ex: CENTIAL) et ceux en régiments sont pas pour autant prés au combat. Au 5 sur les 20 XL un seul est capable de tirer mais de toute façon les XL servent plus au rotation CENTAC qu'a autre chose.

      Par contre votre système de division est intéressant, mais sachez que notre volume est déjà très dur à maintenir c'est pas demain qu'on pourra avoir des divisions à 16000 paxs, car quand on voit que le CIRFA abaisse le niveau requis des candidats et quand on voit les cassos qui squattent en unité (une des raisons de mon départ) pour le moment ne pouvant faire les deux il faut privilégier le qualité sur la quantité.

      Supprimer
    6. Re-bonjour,

      globalement, je ne dis pas le contraire.

      A noter cependant que le projet "Titan" est encore un projet presque uniquement basé de véhicules à roue malheureusement (et donc également au mieux "médians" : globalement bons à un peu tout faire et donc bon à rien de spécifique donc. A part l'interposition peut être ?).

      Sur la non gestion des ressources humaines, il y aurait aussi en effet beaucoup à dire.
      Pour faire très court, il faudrait passer à une armée de métier.
      C'est à dire, non pas à une armée de contractuels, mais en offrant de vraies possibilité de carrière, longue, y compris et surtout à partir des hommes du rang. Cela permettrait une vraie fidélisation, et à terme, une vraie sélection (on recruterait annuellement moins car pour une plus longue période). Bref on sélectionnerait et on garderait les meilleurs, ou en tous cas les plus motivés.

      Supprimer
    7. @ "Unknown",
      Très intéressant votre retour d'expérience récente :
      "Les régiments sont censé avoir environs 50 XL mais en réalité c'autour de 20 en unité, les autres sont dans des pools (ex: CENTIAL) et ceux en régiments sont pas pour autant prés au combat. Au 5 sur les 20 XL un seul est capable de tirer mais de toute façon les XL servent plus au rotation CENTAC qu'a autre chose."
      Décidemment cela ne s'est pas arrangé !
      Ce qui veut que moins de 10 % de nos Leclerc seraient en réalité véritablement opérationnels (on peut se gausser des allemands...). J'en était resté à un peu plus d'une trentaine, aujourd'hui c'est plutôt donc une petite vingtaine, en mobilisant toutes nos forces.

      Cela aussi il faut le dire, et même avec une certaine priorité, et urgence, selon moins.

      Au lieu de toujours faire les fiers à bras en prétendant que nous avons les meilleurs armements (au garage), la meilleure armées d'Europe, la deuxième du monde même osent dire certains, qui ne sont manifestement pas très informés de cet état réel de nos forces. Là aussi le retour au réel un jour risque de nous faire tout drôle.

      Supprimer
  11. Cher Ronin
    Je pense que l'Armée de Terre d'aujourd'hui à évoluer. Personnellement je pense qu'il faut un compromis, entre une doctrine tout expéditionnaire et une force blindée type Allemagne. Je mon point de vue, la doctrine de la France s'apparente plus à la nouvelle doctrine des US Marines et British Army que de L'US Army ou de le Bundeswehr. Pourquoi ?
    Inconvénients : Des divisions blindés sont couteuses à l'entretien et à moderniser (aujourd'hui 8 blindés sur 10 en Allemagne ne serait pas réellement opérationnels).
    A cela s'ajoute une logistique lourde et contraignante (PEB, …)
    L'espérance de vie en cas de conflit est courte (entre les missiles, les autres blindés, minutions rodeuses, …) mais toutefois supérieur à des blindés médians.
    Les menaces avancent plus vite que les solutions pour les contrer.
    Avantages : Protection, puissance de feu, …
    En conséquence, je ne suis pas favorables à des blindés de plus en plus lourd 70/80 tonnes pour les chars et 40/50 tonnes pour des VCI.
    Quid de nos infrastructures routières, ferroviaires, … ne parlons même pas de l'aérotransport. D'ailleurs aujourd'hui pourquoi déployons-nous si peu le Leclerc (si ce n'est pour les coûts de déploiement et de maintien en condition). Pourquoi en Opex, nos alliés ne déploient-ils pas leurs VCI ?

    Par conséquent, des matériels tels que VBCI, Griffon et Jaguar ont toute leur place dans notre inventaire. ET ce urgemment car notre mule (VAB) a bien mérité sa retraite. Mais plus costaud ;-) et en plus grand nombre.

    Par contre, je suis loin d'être contre une montée en puissance de notre ABC mais celle-ci doit-être réfléchie en cela le concept Français du MGCS est de mon point de vue plus pertinent que le concept Allemand.

    Qu'en pensez-vous ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut être capable d'intervenir sur tout le spectre des possibles interventions, médian, lourd, et même léger aérotransportable.
      Et le lourd n'est pas ce qui coûte le plus cher : un VCI Namer de 60 tonnes ultra blindé (au moins pour les israéliens, et beaucoup d'autres actuellement (même les russes par exemple encore) la protection de leurs soldats n'est pas un mythe) coute par exemple 3 millions, largement moins qu'un VBCI (un comble).
      Et ce qui vaut pour le Leclerc, de 60 tonnes, vaut également d'autant plus pour un VCI de 40 ou 50 tonnes : Il faut évidemment avoir les capacité, stratégiques dirait Unknown, de projection, type armée britannique par exemple (dix fois plus conséquentes que les nôtres en matière de transport maritime, et en matière de transport aérien ils ont même huit C17.). Une vraie armée de projection, lourde, il ne suffit pas en effet de le décréter (sinon on est juste capable de projeter quelques milliers d'hommes et quelques GTIA léger en réalité), vingt-cinq ans que ça dure quand même.

      Supprimer
    2. C'est à dire, avec un modèle de forces terrestres de ce type :
      Tout simplement, revenir aux sources et aux formats et contrats opérationnels définis initialement lors de la professionnalisation (pour rappel ce qu'on appelait alors le format "armées 2015" : aujourd'hui on en est vraiment bien loin.)
      Notamment avec la création de trois grands réservoirs de forces spécialisées :
      Un lourd, un médian, un léger, compléter par deux autres grands pôles, un d'appuis, et un de logistique. Chacun de ceux ci correspondant aux effectifs d'une division de format OTAN, de l'ordre de 16 000 opérationnels, tous projetables.

      Concernant le segment lourd, ou 2e Division Blindée mécanisée, c'est bien le strict minimum pour une puissance comme la France, d'avoir, au moins une vraie division blindée opérationnelle, serait équipé à la fois de blindés lourds (Chars, VCI, VCA, génie, automoteurs d'artillerie à grade cadence de tir, antiaériens, etc;), de cinquante tonnes environ (55 pour le char), et de blindés moyens, de trente tonnes (idem). Tous ces véhicules seraient évidemment chenillés (sur chenilles souples) et conçus sur le principe d'une motorisation hybride.

      Le pôle médian, ou 3e Division Motorisée, par exemple, correspondant à nos équipements actuels. C'est à dire, à base de blindés médians, sur roue, et de moins de vingt tonnes, de préférence, et décliné de la même façon. De la même manière on y retrouverait nos équipements "majeurs" actuels, c'est à dire médians, comme nos canons sur camion "caesar" par exemple.

      Le troisième réservoir de forces, ou 1re Division Légère d'Assaut, serait celui des forces légères, aéroportés, parachutistes, d'assaut amphibie, ou encore de montagne. Le tout étant principalement équipé du même blindé léger, aéroptransportable, et amphibie, et décliné également en autant de versions que nécessaire, notamment d'artillerie légère automotrice avec canons de 105 mm par exemple.
      Cette dernière serait chargée des missions dites "d'entrée en premier" sur un théâtre d'opération (avec des moyens amphibies également très nettement rehaussés), et des opérations d'intervention d'urgence aéroportées.

      Ces nouvelles divisions ne seraient évidemment pas des coquilles vides, et juste des appellations creuses, mais regrouperaient outre ses régiments de mêlée, d'artillerie, du génie, des unités de soutien logistique, du train et du matériel, qui constitueraient la logistique indispensable au fonctionnement courant de cette division.
      De même des unités de transmission, incluant des moyens de guerre électronique, et de commandement et de coordination du renseignement (avec les équipements idoines de ce niveau), viendraient enfin compléter naturellement chacune de ces grandes unités.
      Ce qui permettrait à ces pôles-divisions d'avoir l'autonomie normale, c'est à dire la plus complète possible, caractérisant essentiellement ce type de grande unité constituée.

      Ces grands réservoirs de force, ayant la particularité d'être équipés basiquement d'une même gamme de matériel, légère, médiane, moyenne, ou lourde, ce qui permet une gestion de leur maintien en conditions opérationnelles plus efficace.

      Ce qui est parfaitement réalisable avec nos budgets actuels, mais à condition d'arrêter de faire vraiment n'importe quoi.

      Supprimer
    3. Et la logistique et les appuis, également très conséquemment et nécessairement renforcés, qui font impérativement avec (sauf à ne vouloir faire que des safaris africains !).

      Avec un tout nouveau pôle d'appuis, ou 4e division d'appuis et de commandement, rassemblant les moyens d'artillerie spécialisée, antiaérienne, de surveillance du champs de bataille (drones, radars, et autres), et de lance-roquettes (très nettement rehaussés, comme l'artillerie en général), mais aussi des régiments spécialisés du génie, de pontage, de déminage lourd, RNBC, de déploiement opérationnel, ou de travaux d'infrastructures lourds (comme dans toute grande armée moderne somme toute), ou encore de régiments spécialisés dans la recherche de renseignement terrestre (ISTAR), de transmission et de guerre électronique, de commandement, de niveau corps d'armée, et enfin de la même façon que les autres pôles, la logistique propre qui serait associée à cette nouvelle grande division.

      Une autre grande division rassemblerait elle, tous les moyens de déploiement logistique de niveau supérieur, interarmées (depuis le temps qu'on en parle, autant commencer à réellement le concrétiser). C'est à dire, non seulement les moyens logistiques terrestres dits de théâtre, mais également aériens et navals (amphibie et de transport stratégique), ressemblés dans un commandement et dans une grande unité globale.

      Ces grands réservoirs de force, ayant la particularité d'être équipés basiquement d'une même gamme de matériel, légère, médiane, moyenne, ou lourde, ce qui permet une gestion de leur maintien en conditions opérationnelles plus efficace.

      Ils seraient chargés chacun d'être capables de fournir à tout moment, l'équivalent d'une brigade renforcée, ou d'une demi division, effectivement projetable, de 8 000 soldats.
      Soit un format de trois grandes brigades, lourde, médiane, et légère, effectivement projetables.
      Où l'on retrouverait une capacité, réelle, de projection de 35 000 combattants pour l'armée de terre française.

      Ce qui serait un niveau de projection de forces à nouveau enfin digne de la France, de son armée, et du rang, ni au dessus, ni en dessous, surtout, qu'elle prétend encore assumer sur la scène internationale. C'est à dire celui globalement d'un corps d'armée terrestre complet, capable de haute intensité (évidemment) ; et non d'une capacité d'une petite brigade légère de contre insurrection seulement, comme elle l'est devenue actuellement en réalité.

      Supprimer
  12. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  13. En quelques mots, je pense qu'i convient de privilégier le développement ou l'acquisition du étagères mais francisé d'un char léger (ou chasseur de chars) aérotransportable pour accompagner nos blindés médians (et leurs évolutions) plutôt d'un VCI lourd.
    Par contre, vivement l'arrivé (je l'espère) du hard-kill Prometeus dans le cadre du programme scorpion.

    RépondreSupprimer
  14. Bonjour "Ronin", bonjour " Unknown",

    Dans les faits, nous sommes en phase sur la nécessité de muscler l'Armée de Terre mais pas sur la trajectoire à suivre.

    Des programmes ont été initié, MGCS / CIFS, Titan, … pour une mise en service autour de 2040. De mon point de vue, c'est trop tard. Au même titre, que les difficultés (politico-industriels) sont-elles que je ne pense pas que cet échéance soit respecter. Sommes-nous en phase ?

    @Ronin, @Unknown, quels sont les options de vos points de vue respectifs les plus pertinentes pour la période 2025-2035 en prenant en compte les aspects suivants :
    - le budget de la Défense est souvent la variable d'ajustement budgétaire d'un gouvernement
    - les contraintes de recrutement qui limite l'aspect volume
    - les contraintes industrielles (l'export et le rentabilité [ROI] sont des variables importantes dans le développement d'un nouveau matériel)

    Em

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour "Em",

      Je vais être clair encore une fois dés le début pour éviter les incompréhensions, toute mes propositions seront bien sur basés sur la période que vous demandés (2025-2035),avant TITAN et la remise à niveau de notre segment lourd et donc avec notre dotation actuel et celle prévu par SCORPION:

      -remplacement de la tourelle 25mm du VBCI par la tourelle téléopéré 40mm CTA de chez Nexter. Pourquoi téléopéré ? Car comme démontré sur les versions commerciales du VBCI avec tourelle biplace pénétrante, on perd 2 paxs sur le groupe de 8 paxs embarqués habituellement se qui est très handicapant et demanderai de revoir complétement l'organisation des unités VBCI, l'interface pour l'opérateur du 40mm CTA téléopéré n'aura aucun mal à trouver sa place dans l'ancien puis de tourelle du 25mm.

      -Acquisition en urgence du VBAE, je ne crois pas du tout à cette solution Européenne de nouveau proposé, on a déjà le Scarabé, le Hawkey et le projet MOSAIC de Soframe donc assez pour une compétition nationale. De plus dévellopé enfin une vraie version "agression" avec la tourelle ARX25 de chez Nexter et on aura de une cavalerie légère plus musclé.

      -le développement d'une vrai artillerie anti-air à base de CTA 40mm RAPIDFIRE de chez Thales (bientôt dans la Marine Nationale) et de Crotale sur châssis Griffon comme proposé en vue d'artiste récemment.

      -Augmenter le volume de commande des Griffons 120mm, passez rapidement celle du prochain lot de CAESAR et développer sur le même châssis que le CAESAR un HIMARS Français (un projet dans les cartons malheureusement abandonné depuis des décennies).

      -et enfin une logistique solide et des moyens de franchissement en nombre et adapté a de multiples cas de figures.

      Enfin voilà c'est une ébauche il manque surement des choses.

      Supprimer
    2. Pour faire court,

      Il faut en effet, une nouvelle grande famille de blindés lourds (chenillés, évidemment...), de 40 à 50 tonnes, déclinable en chars de combat, mais également en VCI, VCA, véhicule du génie (pont automoteurs etc.), et d'appuis et de soutiens divers.

      Celle-ci serait complétée principalement par une grande famille généraliste de blindés moyens médians.
      Ceux ci pourraient préférentiellement venir d'une grande famille de blindés s'inspirant du projet SEP (Splitterskyddad EnhetsPlattform), évoqué ici https://www.army-technology.com/projects/sep/
      C'est à dire d'une principale plateforme, déclinée en deux motorisations hybrides. Une sur chenilles souples, et l'autre sur 8 x 8 sur roue (un seul modèle étant plus économique au niveau opérationnel, et à tous niveaux, que plusieurs et notamment qu'une déclinaison en 6 x 6).
      Ces blindés faisant de 15 tonnes (pour le modèle chenillé, forcément plus légers, contrairement à la légende...) à 17 tonnes (pour la version sur roues), en version de base, avec une protection de niveau IV OTAN, et jusqu'à 30 à 27 tonnages avec des blindages rapportés amovibles. Ce qui les porterait (étant plus compact, et donc plus légers, du fait de leur motorisation), à des niveaux de protection bien supérieurs à ceux de nos actuels malheureux VBCI.
      C'est à dire, adaptable suivant les différentes missions, de basse ou de moyenne intensité (en version de base ou avec blindages rapportés), et suivant les besoins.
      Ces derniers étant également équipés de différents modules (VCI, VCA, 120 mm (le fameux char léger évoqué régulièrement par certains), artillerie, y compris antiaérienne, génie, commandement, reconnaissance, soutien, et autant que de besoin (y compris mortier de 120 mm évidemment, depuis le temps !).

      Le tout étant complété par une autre famille de blindés légers, de 7 à 10 tonnes, suivant la longueur des châssis (court ou long) et l'armement, 4 x 4, d'un niveau de protection de niveau III OTAN, suffisant pour toutes les opérations de type maintien de la pais de très basse intensité.
      Ceux-ci étant également décliné en une famille intégrée dès le départ.

      Enfin une quatrième famille de blindés légers chenillés, aérotransportables, voire parachutables, et héliportables, amphibies, viendraient plus qu’utilement compléter nos forces armées.
      Ces derniers s’inspirant des Wiesel(s) allemands, et autres blindés chenillés légers britanniques ou russes, très compacts, seraient d'un poids limités de 5 tonnes maximum, avec chenilles souples et motorisation hybride évidemment, assurant une protection avoisinant le niveau III (IV à l'avant).
      Ils constitueraient pour nos armées, et plus encore nos force aéroportées parachutistes, mais également nos forces de montagne et amphibie (avec un seul blindés commun, remplaçant le VHM, Véhicule Haute Mobilité comme son nom l'indique !!), un plus, et même une révolution opérationnelle.
      Une véritable révolution stratégique, opérationnelle, et tactique (qui plus est actuellement), presque équivalent à l'indispensable retour de la chenille dans nos armées, équivalent à leur réintégration dans le club des grandes armées réellement modernes, de première division ; et non plus de seconde zone, uniquement spécialisée dans les opération de gendarmage d’États faillis africains...

      Tout cela étant complètement réalisable avec nos budget actuel et à venir (quand on peut se payer quatre ou cinq type de blindés à roue de quasi même catégorie... !!!) : Autour de cinq grandes familles communes de blindés, fortement différenciées, lourde, moyenne-médiane, légères, avec éléments communs partagés (module d'armement) et effet de série, tout simplement.

      Et non là encore en concevant et construisant uniquement 300 blindés "jaguar" isolément (là aussi au passage un blindé léger-médian qui va certainement dépassé, en coûts, tout ce que l'on a déjà connu, probablement autant qu'un char lourd moderne : faut le faire.). Et après on viendra nous dire que l'on a pas les moyens...

      Supprimer
    3. Ou ça :
      https://www.thinkdefence.co.uk/sep-modular/
      https://conworld.fandom.com/wiki/SEP
      et ça :
      https://www.diva-portal.org/smash/get/diva2:1031583/FULLTEXT01.pdf

      Un vraie révolution à venir en l'occurrence, serons nous, nos armées seront t'elles au rendez-vous, rien n'est moins sûr, actuellement, malheureusement...

      Supprimer
  15. OK un seul point "unknown" sur lequel je ne vous rejoins pas c'est l'utilisation du Crotale Mk3 (missile VT1 son domaine de tir de 8-12km est trop limite de nos jours). Sans avoir recours à un nouveau développement, mais je pense qu'il serait plus opportun de capitaliser sur le Mica (pas forcement Mica VL) car la version VL est incompatible avec le tir en mouvement. un système basé sur le Mica ou dérivé viendrait compléter avantageusement les batteries Mamba. L'armée de l'air ayant passé une première commande de Mica NG offre une opportunité d'utiliser les Mica en dotation pour développer un tel système d'arme à moindre coût. Les capteurs sont disponibles comme le disait "Blablachar" style GM60 de Thales.

    RépondreSupprimer
  16. Dernière chose, en réponse ci dessus, sur la non gestion des ressources humaines, ou la gestion vraiment effarante de celles-ci
    En passant à une armée de métier, on diminuerait par trois ou quatre (voire beaucoup encore) les quelques 14 000 militaires du rang, que l'on s'évertue à recruter, "sélectionner", former, équipés, chaque année, et pour les garder en moyenne que quatre ou cinq ans (c'est un vrai cercle vertueux qui est à instaurer, au lieu de la gabegie et du cercle infernal actuels.) :
    Avec le personnel nécessaire à tout cela à à leur encadrement et accompagnement, c'est de l'ordre de 20 000 militaires, que l'on économiserait ainsi, et pour pourrait au contraire ce consacrer à leur vrai métier, c'est à dire, à s'entrainer et se préparer aux interventions extérieures.

    Un autre moyen facile, serait de "sédentariser" les fausses projections en séjours courtes durées dans les poste fixes dans nos DOM-DOM (c'est à dire en France.) et dans nos bases permanentes en Afrique et ailleurs.
    A raison de trois "turn-over" de quatre mois par an de 5000 opérationnels, remplacés par des personnels uniquement en séjour long, d'un ou deux ans, c'est ainsi annuellement 10 000 autres opérationnels récupérés, à volume égal.

    La cessation de cette opération "sentinelle" de théâtre complétement contre-productive, permettrait d'en récupérer encore presque 10 000 (là aussi avec les turn-over imbéciles incessants.).

    Ce qui permettrait réellement d'avoir les cinq fois 16 000 hommes, évoqués ci dessus (66 000 théoriques actuels, plus 20 000 de l'armée de métier, moins les 5 000 en projection dans nos bases permanentes, en séjours longue durée.).
    C'est à dire encore une moitié immédiatement disponible pour la projection, en alerte, ou en projection effective, et l'autre en préparation, en entrainement, ou en récupération.
    Quatre-vingt milles soldats (avec ceux de la logistique), disponibles, et entièrement préparés, pour leur vrai métier encore une fois, la projection aux service des intérêts de la France, et la nécessaire et exigeante préparation à celle-ci (y compris celle de la formation, complète, des équipages de nos chars Leclerc, par exemple.).

    RépondreSupprimer
  17. Ronin, je partage votre position sur la nécessité d'arrêter l'opération sentinelle.

    RépondreSupprimer