Pages

lundi 23 août 2021

CONFIRMATION D'UNE TENDANCE

Le dernier rapport du cabinet d'analyse britannique Global Data prévoit une augmentation annuelle de 3,74% du marché mondial des véhicules militaires. D'ici 10 ans l'activité devrait s'élever à plus de 31000 millions de dollars, soit une augmentation de 44% dont les principaux bénéficiaires devraient être les sociétés américaines General Dynamics et Oshkosh Defense, la firme chinoise Norinco, le britannique BAE Systems, ROSTEC en Russie, Rheinmetall, Iveco en Italie et la firme sud-coréenne Hyundai. Selon le rapport la demande du secteur devrait être stimulée par l'Europe et plus particulièrement la France et le Royaume Uni. Le remplacement des matériels d'origine soviétique ainsi que le respect des exigences de l'Otan représenteraient les principales motivations d'achat de véhicules militaires ainsi que la modernisation des flottes dans des pays comme la France et le Royaume Uni. Ces facteurs ainsi que le maintien (annoncé) des budgets de défense des principaux pays de la zone européenne permettraient à l'Europe de représenter plus de 40% de l'activité du secteur. La zone d'Amérique du Nord portée par les programmes d'acquisition de l'armée et du Corps des Marines aux Etats-Unis et la modernisation des forces armées canadiennes devrait représenter la seconde zone de croissance de l'activité avec une croissance annuelle estimée à 2,34%. La résurgence d'une menace blindée mécanisée conduit les armées à entreprendre la modernisation des flottes existantes par l'acquisition de nouvelles plateformes. 

Ces prévisions quasi identiques à celles présentées en avril dernier par le cabinet ASD confirment le dynamisme du secteur ainsi que la répartition de la plus grande partie de cette croissance entre un nombre de plus en plus restreint de sociétés.

4 commentaires:

  1. On ne peut que constater encore une fois, très malheureusement, la disparition de toute société d'armement terrestre française, ceci malgré une demande forte de l'armée de terre française, et malgré l'apparition de sociétés italienne et même coréenne, partie de rien pour cette dernière (à l'inverse totale de nous !!!) ...
    Ou le glas de l'armement terrestre français (on ne fabrique déjà même plus nos fusils, ni leurs munitions, ni à l'autre bout du spectre notre principal char de combat, ni tout ce qui concerne la haute intensité d'ailleurs (d'où notre complet décrochage actuel. Le tout cédé aux allemands ? !), bientôt le reste vu nos errances actuelles.), si on ne se ressaisit pas très rapidement et en profondeur, dés demain.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Plus qu'une "confirmation d'une "tendance"", un terrible constat et déjà état de fait, très malheureux, et dramatique pour notre propre défense, notre indépendance militaire stratégique, et celle des français !

      Supprimer
  2. le projet scorpion est fait en France par des industriels Français, et leurs chaines de productions sont pleines pour les années a venir.
    par contre l'on peut que constater que ces entreprises ne sont pas très actives dans l'export des véhicules blindés, la raison est connue une concurrence de plus en plus forte.
    il y a en Europe pleins d'entreprises qui produisent des véhicule blindés pour un marché fort limité.
    les USA premier budget militaire au monde ont une poignée de fournisseur de véhicule blindé.
    il faut arrêter de penser Nationale et passer au niveau Européen.
    Nexter c'est marié avec Krauss Maffei et de ce fait gardera un pied dans la technologie des chars.
    il faut profiter que Arquus à une bonne charge de travail et donc une bonne valeur ajouté pour le marié, pour moi le gendre idéal serait Rheinmetall, la production de Arquus ne rentre pas en concurrence avec la catalogue de Rheinmetall.
    la France à un des budgets militaires les plus importants d'Europe et donc possède un marché captif qui doit faire réfléchir une entreprise.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas du tout d'accord (sauf sur le dernier point.).
      1 : On exporte pas, justement par ce que l'on ne sait plus faire que des véhicules à roues, ce que presque tout le monde sait également faire aujourd'hui (et en moins cher dans la plupart des cas.).
      Et multiplier, jusqu’à ne plus savoir qu'en faire, les gammes d'engins à roue n'y change strictement rien et n'a strictement aucun effet, à part celui de nous marginaliser toujours plus dans cette voie, sans issue.
      Quels gaspillages d'argent publique quand même.
      2 : Il y a en Europe, et dans le monde très peu d'entreprises qui savent encore réellement faire des véhicules chenillés complets, qui plus est lourds, ceci aussi bien pour les chars de combat, que les VCI, que les automoteurs.
      A tel point que même les coréens essaient de s'implanter en Europe, et ailleurs, aujourd'hui.
      3 : Il faut arrêter l’européisme béat, qui ne fonctionne pas (faut-il encore rappeler toutes les productions européennes véritables gouffres financiers d'appareils aux fonctions dégradées en plus ? !).
      Il faut au contraire revenir au national, et l'indépendance stratégique (fondamentale dans ce domaine, encore beaucoup plus qu’ailleurs.)comme cible principale, essentielle, et à l'équipement de nos armées en premier. L'export viendra ensuite après, presque de lui même qui plus est en plus.
      5 : Il faut au contraire, et c'est même indispensable stratégiquement, un spectre d'armement complet, des blindés légers aux plus lourds.
      Aux plus lourds, où il y a justement toujours peu de concurrence, vu les savoir-faire requis (il reste à espérer que nous n'ayons pas définitivement déjà perdu tous les nôtres ...).
      En terme de chars, de VCI, d'automoteurs, lourds, les constructeurs mondiaux, maitrisant complètement ces savoir-faire, se compte seulement sur le doigts d'une main (autrefois on y comptait la France !!!!).
      C'est à dire même, ce qui est le reflet des grandes puissance militaires mondiales actuelles complètes précisément : États-Unis, Russie, Allemagne, GB, Corée du sud, depuis peu, remplaçant donc en fait la France, et demain la Chine.
      6 : Il faudrait en effet et au contraire profiter du remplacement presque complet, après prés de 30 ans de quasi total abandon, des équipements de notre armée de terre en particulier.
      Ce serait l'occasion rêvée de revoir certaines choses, et de revenir à un peu de sérieux.
      7 : Nexter est en réalité en train de se faire absorber par les entreprises allemandes, ils ne lui laisseront que des queues de cerise.
      8 : La France à un des budgets militaires les plus importants d'Europe et donc possède un marché captif qui doit faire réfléchir intelligemment, une entreprise.
      C'est même le moment ou jamais, de retrouver notre rang en terme d'armement terrestre, ou de sombrer encore plus dans le déclassement annoncé, si nous nous acharnons à continuer comme cela, dans ce grand n'importe quoi.

      Supprimer