Pages

vendredi 8 octobre 2021

DES LEOPARDS A CHYPRE

Plusieurs images publiées sur les réseaux sociaux ont montré le débarquement nocturne sur l'île de Chypre de chars Leopard 2A4 turcs à partir du navire de transport TCG Iskenderun. L'arrivée de ces huit nouveaux chars porterait à 50 le nombre de Leopard turcs déployés dans la partie septentrionale de l'île chypriote, un premier chargement de 42 engins avait été débarqué en juillet 2019. Les Leopard 2A4 qui ne présentent aucune modification visible et semblent être dans leur configuration d'origine auraient été chargés dans le port de Mersin avant d'être transportés jusqu'à Chypre où ils ont été débarqués nuitamment. Les autorités turques qui ne souhaitaient pas rendre public ce déploiement de forces n'ont évidemment pas confirmé (ni infirmé) cette information. On ignore également si ces chars sont prévus stationner de façon permanente sur l'île ou s'il s'agit d'un renforcement temporaire sur lequel Ankara a souhaité rester discret. La partie nord est de l'île de Chypre qui est occupée militairement par la Turquie depuis 1974 a proclamé son indépendance en 1983, reconnue par la Turquie et le Pakistan. Ankara avait déjà déployé des chars sur l'île de Chypre en septembre 2020 pour l'exercice "Tempête méditerranéenne 2020". 

Les Leopards 2 dans la cale de l'Iskanderun

Débarquement nocturne sur l'île de Chypre

11 commentaires:

  1. Avec les velléités d'annexions actuelles d'Erdogan (du nord de Chypre, notamment... Il a eu des déclarations à ce sujet très récemment, d'où sas doute ce déploiement en retour.), ça vaut mieux. Rien ne vaut plus concrètement sur le terrain que le déploiement de chars (outre l'antiaérien et l'antimissiles sans doute.), et de tout leur environnement, qui va avec, comme dissuasion de niveau stratégique de base et comme démonstration de force et de volonté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Du coup, on ferait mieux (l'Europe ???) de réagir devant ces nouvelles menaces très concrètes !!

      Décidemment, on a, la France, a (outre ses grands alliés d'outre-Atlantique, ou d'Australie...), décidemment, de bien "drôles" d'amis, et d'alliés de fait, dans l'OTAN !!!!
      A force de faire le suiveur... On récolte ce que l'on sème finalement.

      Supprimer
  2. Petit rappel: l'île est divisé depuis 1974, année où les Chypriotes Grecs on mené un coup d'Etat militaire avec pour effet une ploitique de puruification ethnique à l'encontre de leurs voisins Chypriotes Turcs ce qui a mené à 'lintervention militaire de la Turquie, depuis il y a une partie Chypriote Turque dans le nord et une partie Chypriote Greque dans le sud, ces deux entités sont autonomes, les "nordistes" ont déclaré leur indépendance vis-à-vis des "sudistes"... pour faire court!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Pas tout à fait" :
      "Malgré la restauration de la république chypriote, la Turquie refuse de se retirer et impose la partition du pays de part et d'autre de la « ligne verte » (appelée « ligne Attila » par les Turcs). 200 000 Chypriotes grecs sont contraints à l'exode entre 1974 et 1975, chassés du territoire occupé par la Turquie ; les Chypriotes turcs sont forcés de s'installer au nord en 1975 à la demande de leur chef Rauf Denktaş, lors de pourparlers à Vienne (Autriche)."

      En fait, malgré l'échec du coup d'état et la restauration de la République, les turcs ont refusé de se retirés.
      Ce n'est qu'ensuite, qu'il y a eu une épuration ethnique, et uniquement de la part des turcs (en même temps, c'est une de leurs grandes spécialités. Ce n'est d'ailleurs pas la première fois qu'ils virent des grecs, même millénairement installés.), puis les turcs de la partie grecque ont fortement été "incité" à aller s'installer au nord, par la Turquie encore une fois. Ensuite encore il y a eu une véritable politique de colonisation, de la part de la Turquie encore, pour peupler la partie nord dérobée et après la véritable épuration ethnique des grecs. Non les situations et les actes et responsabilités ne sont pas égales de la part des deux parties, comme vous semblez le suggérer, cher anonyme :
      La partie nord de l'ile de Chypre est militairement et en totale illégalité administrée par la Turquie, depuis maintenant 45 ans.
      C'est pour cela que cette annexion, de fait (une des très rares voire la seule depuis la fin de la seconde guerre mondiale.), n'est absolument pas reconnue par l'ONU, et que la République de Chypre, ou ce qui en reste au sud, est même défendue et protégée par cette même ONU ...
      Voila ou nous en sommes. Ce qui me semble plus suffire à Erdogan aujourd'hui. Prochain épisode, turc ??

      Supprimer
    2. Les grecs sont autant responsables que les turcs sur le nettoyage ethnique de Chypre et organisé principalement par l'Eglise Orthodoxe Grec qui gouvernait l'île avec le coup d'état de la junte militaire au pouvoir à Athènes.
      La séparation de la partie nord de l'île n'est pas reconnu internationalement comme pour la Crimée sans parler de la Transnistrie, l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud annéxés par les russes, ce n'est donc pas d'être un cas isolé.
      Les turcs sont intervenus en 74 afin de protéger aussi leur population comme les exactions grecs aussi comme lors des interventions militaires au Kosovo avec l'OTAN. L'OTAN dont la France, le Royaume-Unis et les USA n'ont strictement rien fait. D'ailleurs Chypre (Sud) appartient à l'Union Européenne et personne ne réclame la réunification, seulement la paix entre 2 communautés. Les grecs et les turcs sont autant responsables les uns que les autres et l'ultranationalisme grec n'a rien à envier au nationalisme turc.

      Supprimer
    3. Désolé mais vous n'avez sans doute mal lu :
      "MALGRES la restauration de la république chypriote, la Turquie refuse de se retirer et IMPOSE LA PARTITION du pays de part et d'autre de la « ligne verte » (appelée « ligne Attila » par les Turcs). 200 000 Chypriotes grecs sont contraints à l'exode entre 1974 et 1975, CHASSES du territoire occupé par la Turquie ; les Chypriotes turcs sont forcés de s'installer au nord en 1975 A LA DEMANDE DE LEUR CHEF Rauf Denktaş, lors de pourparlers à Vienne (Autriche)."

      En l'occurrence vous inversez complétement les faits? avec des comparaisons un peu tirées par les cheveux : On parlait ici d'épuration ethnique, ce qui ne semble pas avoir été le cas en Crimée, de population russe à 92 % en l'occurrence (ce qui se rapprocherait plus dans la forme à l'occupation turc du nord de Chypre.), idem pour la Transnistrie. Ni que l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud, bien que sous protection (c'est très fréquent vous savez) russe, aient cessées d'exister. Puisqu'elles ont même pris leur Independence vis à vis de la Géorgie en l'occurrence (soit tout le contraire.). Un peu comme le Kosovo par rapport à la Serbie ... !
      En l'occurrence, les américains, l'OTAN, sont intervenus au Kosovo, POUR EMPECHER une EPURATION ETHNIQUE ; et non pour la provoquée, comme vos amis turcs manifestement, l'ont initié et fait à Chypre.
      Le reste, "nettoyage ethnique de Chypre et organisé principalement par l'Eglise Orthodoxe Grec", demanderait également à être manifestement vérifié, ce n'est déjà pas et nullement ce qui est dit "ci dessus".

      Supprimer
    4. Le fait que les Chypriotes turcs sont forcés de s'installer au nord en 1975 à la demande de leur chef Rauf Denktaş, (tous ne sont pas partis d'ailleurs ; contrairement aux grecs qui eux ont bien tous été chassés.), s'explique par ailleurs aisément, et assez logiquement vu leur politique d'épuration ethnique, par ce que les turcs de la partie nord étant en très faible nombre, même inférieur aux grecs sur cette même partie (ces derniers étaient donc initialement largement même, majoritaires même sur cette partie nord du territoire de Chypre), pour repeupler cette partie de l'ile.
      C'est également pour cela qu'Ankara organisa à suite de cette annexation, de fait, à une colonisation massive de population turque venant du continent.
      Aujourd'hui globalement seulement un petit quart correspond aux populations turques d'origine de ce territoire nord, un tiers venant du reste de l'ile (d'où l'appel aux déménagements forcés), et un autre très gros tiers (près de 45 % désormais même) de colons venant de Turquie.
      Les grecs eux étaient là, sur ce territoire, depuis plus de deux milles ans, et pourtant bien que largement majoritaires en plus, à plus des deux tiers dans cette partie de l'ile ... On ne leur pas vraiment laissé le choix.

      Un beau remplacement ethnique historique complet réussit en fait, en pleine fin de 20e siècle en plus !! Ce n'est pas étonnant que cela leur donne des idées aujourd'hui, vu en plus leur gouvernement actuel ...
      On le voit également actuellement avec les velléités de remise en cause du droit international et de prise de possession de zones maritimes par ces mêmes turcs ; des politiques d'agressions, dont Chypre est également une clé essentielle...
      On le voit en particulier ici avec ce débarquement inédit, et ce renforcement très conséquent, stratégiquement et politiquement, de chars lourds... Prélude encore à on ne sait quelle volonté de reconquête et de prise de contrôle ?

      Supprimer
  3. Bonjour, en lisant les commentaires, je constate qu'ils s'éloignent un peu du sujet du blog, à savoir les blindés, en dépit de leur contenu intéressant et toujours correct !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En face, côté blindés, toujours des AMX-30?

      Supprimer
    2. Oui mais visiblement stockes ou en réserve.

      Supprimer
    3. En effet dés qu'un sujet aborde la Turquie, celui ci devient presque systématiquement la cible de commentaires, très particuliers.
      https://blablachars.blogspot.com/2021/09/quand-la-turquie-donne-du-materiel-pour.html#comment-form
      Néanmoins, on ne peut laisser dire et écrire n'importe quoi, en particulier en réécrivant "l'histoire". Des sous-entendus, lourds de sens, auxquels je ne faisais que répondre, modestement.
      Cependant ces quelques reprécisions auront au moins permis d'expliquer, au final, le pourquoi de ce redéploiement, de blindés, à Chypre tout particulièrement.

      Supprimer