Pages

mardi 1 juin 2021

ET POURQUOI PAS LE HAWKEI ?

Depuis les attaques perpétrées par IEDs contre les véhicules de la Force Barkhane en décembre et janvier, de nombreuses réflexions sont menées au sein des différents organismes concernés pour tenter d'atténuer les effets de ces actions. Ces études portent essentiellement sur la réduction de l'exposition du VBL (Véhicule Blindé Léger) aux engins explosifs improvisés. Il s'agit de réduire sa vulnérabilité en réfléchissant à l'usage du véhicule dans les missions, mais aussi de proposer des solutions techniques permettant d'atténuer les effets des engins explosifs. En outre, et comme évoqué au cours de son audition à l'Assemblée Nationale par Mme Parly devant la Commission de Défense de l'Assemblée Nationale, la France est à la recherche de financements européens pour le développement du VBAE. Dans ces conditions et face à ce qui ressemble fortement à des difficultés financières, le recours à un achat sur étagère pourrait s'avérer judicieux et économiquement viable.
La rénovation des VBL prévoit dans un premier temps, l'installation d'un kit de protection comprenant une protection extérieure et un tapis antiblast sur une centaine de VBL déployés dans l'opération Barkhane.Ce kit devrait permettre d'attendre la livraison des premiers VBL Ultima dont 730 exemplaires sont attendus d'ici 2025 et 70 autres d'ici 2030. Dans le domaine de la protection cet engin ne comprend pas de modification majeure ; cependant l'augmentation du PTAC qui passe de 4.5 tonnes à 5.2 tonnes permet l'emport d'une charge utile plus importante (1.3 tonnes). Cette augmentation liée à une motorisation améliorée pourrait atténuer les conséquences sur la mobilité du VBL de l'installation de protections supplémentaires. Cet engin qui représente aujourd'hui 30% des véhicules blindés déployés dans l'opération Barkhane voit aujourd'hui "sa capacité de protection remise en cause" en dépit de la recherche dans les domaines techniques et de l'emploi de solutions palliatives dont l'efficacité globale devrait rester assez limitée.
La littérature sur le sujet montre clairement que ces solutions ont été imposées après que le VBL ait été déclaré irremplaçable par le ministère des Armées et la députée Sereine Mauborgne, co-auteure d'un premier rapport d'information sur l'opération Barkhane. Cette déclaration péremptoire, fermait la porte à un éventuel achat sur étagère d'un véhicule existant mieux protégé. Les motifs de cette décision peuvent être à chercher du côté ministériel qui semble encourager le développement d'une coopération européenne pour le programme VBAE (Véhicule Blindé d'Aide à l'Engagement) qui permettrait d'obtenir un financement de ce projet par le Fonds Européen de Défense. Avant de prendre cette décision, il aurait été intéressant d'effectuer un tour d'horizon des engins disponibles sur le marché pour répondre au besoin de protection du personnel déployé. Cet exercice aurait conduit à examiner la candidature d'un engin dont le nom est toujours évoqué pour le programme VBAE, il s'agit du Hawkei
 

Présenté en 2018, le Light Protected Vehicle ou Hawkei a été développé par Thales Australia pour répondre aux exigences du programme Land 121 pour la fourniture de 1300 véhicules légers pour remplacer les Land Rover en service dans l'armée australienne, qui n'offraient qu'une protection symbolique au personnel embarqué. C'est cette préoccupation qui a guidé la conception de l'engin pour lui permettre d'offrir une protection maximale à ses occupants particulièrement contre la menace IEDs. Pour atteindre ce résultat, le Hawkei utilise les recettes éprouvées d'une architecture reposant sur un châssis monocoque en V qui intégre des éléments de blindage composites Plasan. L'engin qui pèse 7 tonnes peut accepter une charge utile de 3 tonnes et embarquer un maximum de 6 combattants. Sa motorisation est assurée par un moteur 6 cylindres turbo compressé d'une puissance de 268 cv associé à une boite automatique, alors que celle du VBL est assurée par un moteur de 95cv et de 130 cv pour la version Ultima. Le Hawkei est donc un véhicule deux fois plus lourd que le VBL, ce qui combiné à son architecture, concoure à limiter les effets des explosifs improvisés. Au delà de ces considérations techniques qui permettent de mesurer l'écart existant entre le VBL et le Hawkei dans le domaine des performances, il faut signaler sa conception plus récente grâce à laquelle il offre une architecture électronique ouverte lui permettant d'intégrer de nombreux équipements.
 

 
Sa présentation à Eurosatory en 2018, a été placée sous le signe du programme VBAE pour lequel le Hawkei constitue encore un candidat sérieux. Cette candidature et sa maturité technique pourraient faciliter son acquisition par l'armée française dans le cadre de ce programme. L'armée de terre cherche à réduire les micro-parcs constitués de matériels acquis pour répondre à des besoins très spécifiques et dont la maintenance se révèle souvent complexe et couteuse en raison du nombre réduit d'engins à soutenir. L'achat de véhicules Hawkei ne se traduirait pas la constitution d'un nouveau micro parc puisqu'il pourrait être effectué dans le cadre du programme VBAE, et offrirait une véritable perspective pour le VBAE dont la dilution dans l'espace européen pourrait être synonyme d'un décalage important. En 2018, l'état-major de l'armée de terre espérait pourtant lancer le programme VBAE pendant la Loi de Programmation Militaire actuelle et pourquoi pas acquérir les premiers engins avant la fin de celle-ci. Ce calendrier sera impossible à tenir avec un développement et un financement européen, dont le premier euro n'a pas encore été trouvé.  A contrario une acquisition sur étagère permettrait de tenir ce calendrier et d'envisager la livraison des premiers engins avant 2025. Le programme VBAE offre donc une enveloppe idéale pour l'achat de ce véhicule, car il permet de ne pas créer un énième micro parc, d'acquérir un véhicule moderne et techniquement mature et de respecter les échéances calendaires énoncées par l'état major de l'armée de terre. 
L'achat sur étagère d'un matériel étranger implique pour le pays acheteur l'adaptation de l'équipement acquis à ses propres normes. Cette opération peut prendre la forme d'une construction sous licence ou d'une "simple" opération de montage d'équipements. Le VLTP-NP (Véhicule Léger Tactique Polyvalent-Non Protégé) connu sous le nom de VT4 constitue l'exemple le plus récent d'adaptation d'un véhicule aux besoins des armées. Basé sur un véhicule de type Ford Everest produit en Thaïlande, le VT4 est transformé par Arquus sur son site de Saint Nazaire. Le standard 2 en production depuis juin 2020 sur ce site, intègre de nombreuses améliorations par rapport au standard 1 dont la production fut lancée en 2018. Ces améliorations comprennent entre autres le montage d'équipements de communication, de localisation et de navigation (Postes radio PR4G, SITEL, DAGR) ainsi que d'autres équipements comme une galerie supplémentaire, la capacité de remorquage ou encore la qualification du véhicule pour l'aérotransport. Cette francisation du Hawkei serait facilitée par sa conception dans le cadre d'un programme militaire, à la différence du Ford Everest, qui était à l'origine un SUV de gamme civile  Cette différence de conception éviterait les opérations de militarisation du véhicule comme cela est le cas pour les Ford Everest qui abandonnent un certain nombre d'éléments civils comme les sièges, les jantes et nécessitent d'être rehaussés. La transformation du Hawkei se limiterait donc à une "scorpionisation" du véhicule par le montage des équipements de communication liés au programme, à l'instar de ce qui est pratiqué sur les JLTV belges. Ceux-ci sont adaptés pour pouvoir s'intégrer sans rupture de capacité au programme CaMo avec le montage de postes radios Synaps produits par Thales sur son site de Cholet. L'autre élément nécessaire à l'éventuelle adaptation du Hawkei aux spécificités françaises serait l'intégration du Système d'Information et de Commandement Scorpion (SICS). 
Si les restrictions techniques à une telle acquisition peuvent être levées par des mesures à la portée de nos industriels, il semble que les barrières psychologiques et philosophiques soient plus délicates à franchir. Jusqu'à une date récente, l'achat sur étagère d'un matériel destiné à une large diffusion au sein de nos armées a été rarement envisagé. Il a fallu attendre la décision d'acquisition de fusils HK416 pour remplacer le FAMAS, pour voir remis en cause le principe d'indépendance nationale, érigé en dogme par certaines entités politiques et industrielles. C'est ce même dogme de "souveraineté nationale" dixit Jean Yves Le Drian en 2017 qui avait présidé à la décision de relancer la filière de production nationale dont l'enterrement fut acté par le DGA en 2019 dans une quasi indifférence générale. Depuis quelques années, la préférence des milieux politiques et décisionnels se porte sur des coopérations ciblées visant à acquérir des capacités absentes du paysage français, plutôt que des achats sur étagère, jugés incompatibles avec la position de la France. Ces derniers constituent pourtant des solutions adaptées aux besoins de nos armées que les industries françaises ne peuvent satisfaire dans des délais ou à des coûts acceptables. L'exemple du VT4 françisé dans les ateliers d'Arquus démontre que ce type de solution peut être envisagée sans mettre en péril la filière industrielle française de l'armement terrestre. Face à l'urgence avérée de remplacer la Peugeot P4 et l'absence de solutions françaises, l'achat sur étagère d'un équipement disponible a été décidée et mis en oeuvre. La situation actuelle du VBL relève selon nous d'une urgence encore plus impérative que celle du remplacement de la P4. Nous avons d'un côté un véhicule fatigué et partiellement inadapté à certaines missions et de l'autre des financements encore inconnus pour le développement de son remplaçant. Dans ces conditions doit-on préférer une revalorisation à l'achat d'un véhicule comme le Hawkei ? Le VBL qui est entré en service il y a trente ans aura des difficultés à durer jusqu'en 2030, date de début de son remplacement. La transition sera assurée par la version Ultima qui reste basée sur un véhicule dont la conception remonte au début des années 80 et qui fêtera en 2030 ses 40 ans de service. L'expérience acquise avec le VAB et l'AMX 10 RC montre que les couts de possession d'un véhicule trentenaire ont tendance à augmenter en même temps que diminue son adaptation aux menaces du moment. La date de 2030 reste pour le moment suspendue à l'obtention dans des délais raisonnables des financements européens évoqués par Mme Parly. Cette recherche indique également que le Scarabée n'est pas perçu comme le successeur naturel du VBL et le futur VBAE de l'armée de terre. Le choix du Hawkei pour remplacer le VBL ne serait pas une injure à Arquus, déjà engagé comme ses homologues français dans la production des véhicules Scorpion. Arquus produit le Griffon et ses différentes déclinaisons (le 250è a été livré il y a quelques jours), Nexter entame la production du Jaguar et le Serval devrait être industrialisé dans les prochains mois, sans oublier la "revalorisation" du Leclerc qui devrait débuter l'année prochaine. Ces productions se déroulent parallèlement à d'autres travaux comme la reconstruction, la régénération et la maintenance des différents engins en service dans nos forces. Des pays possédant des industries de défense performantes acceptent aujourd'hui les candidatures étrangères pour des marchés nationaux comme le montre celle du Lynx pour le programme OMFV. Enfin au moment où la France cherche à renforcer sa présence dans la zone indo pacifique, l'achat de Hawkei serait le signal concret de la confiance que la France place dans ses alliés locaux comme l'est l'Australie, qui a choisi la technologie française pour son programme de submersibles.
Le Hawkei par sa conception pourrait être facilement intégré au programme Scorpion pour épauler le Serval, le Griffon et le Jaguar. Le Hawkei compléterait la flotte des engins de combat pour donner à l'armée de terre une composante légère aussi moderne que la composante médiane en cours de renouvellement.
Les interrogations et les atermoiements doivent faire place à une décision rapide visant à doter l'armée de terre d'un véhicule léger de conception récente, doté de performances intéressantes et capable de répondre aux besoins de l'armée de terre, même acquis sur étagère, car il y a urgence.

61 commentaires:

  1. 589 blessés physiques par arme à feu ou engins explosifs sur dix ans, dont 42 en 2019, a précisé le porte-parole du ministère, Hervé Grandjean, lors d’un point presse, auxquels s'ajoute 3 000 blessés psychiques.

    12 500 blessés dans l'armée de terre depuis 1993, dont "l'écrasante majorité" sont des PTSD. Les militaires sont 5 fois plus exposés au PTSD qu'à une blessure physique affirmait Bastien Lachaud, sur la prise en compte des blessures psychiques de guerre.

    On peut voir que les armées occidentales n'ont pas la même réaction:
    https://forcesoperations.com/le-pentagone-invente-le-vehicule-blinde-jetable/

    https://www.bruxelles2.eu/2020/01/militaires-belges-blesses-par-un-ied-au-mali-debut-janvier-des-details-a-connaitre/


    On a parlé des soldats morts, mais il faut bien aussi penser aux blessés, les dégâts causés par les IED, ce n'est pas pensable pour les familles jusqu'à y être confrontées:
    https://www.ladepeche.fr/amp/2020/07/29/gers-la-famille-du-soldat-gravement-blesse-au-mali-est-a-son-chevet-a-paris-8999562.php

    Un IED qui vous explose à la figure, ce n'est pas rien.

    Même ceux qui s'en sortent n'oublient jamais:
    https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2021/05/20/dix-neuf-ans-apres-je-ne-pensais-pas-pleurer-a-cherbourg-les-oublies-de-karachi_6080790_1653578.html

    RépondreSupprimer
  2. Le hawkei a fait l'objet dune présentation à l'AT en 2018....sans suite. C'est un véhicule particulièrement adapté aux conditions désertiques et chaudes, qui sont l'environnement courant en Australie. il a été conçu spécialement pour parer aux IED. il ferait un candiat idéal au remplacement des VBL hors d'age et alourdis utilisés sur l'opération Barkhane.
    A mon sens il y aurait lieu de dissocier deux programmes:
    - celui du VBAE destiné prioritairement à l'accommpagmenet des chars de combat,
    - celui d'un véhiule blindé léger multi usage (reco ,ouverture d'itinéraire, escorte...), qui est l'emploi le plus fréquent du VBL.
    C'est pour cet emploi que les Hawkei pourraient être utilement acquis.
    L'accompagnement des chars de combat, stricto sensu, serait réservé à des véhicules blindés plus sophistiqués de type CRAB, SACRABEE ou autres à concevoir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. suite.... L'étude d'un VBAE dédié principalement à l'accompagnement des chars de combat permettrait, pourquoi pas d'envisager un véhicule blindéà chenilles (souples) dans la lignée des FV-107 Scimitar réalisés par les GB dans les années 70. (c'est pas seulement pour faire plaisir à Ronin).

      Ne pas oublier également chez les British le véhicule FOXHOUND qui semble avoir eu d'excellents retours d'utilisation en OPEX (à confirmer SVP)

      Supprimer
    2. C'est prévu, la LPM distingue les VBAE (pour l'accompagnement des chars, typiquement le SCARABEE) et le VLTP-P (véhicule de liaison, plutot axé HAWKEI/SERVAL)

      Supprimer
    3. Pour les véhicules de liaison protégés, ne s'agit-il pas plutôt du Petit Véhicule Pourri?
      https://mobile.twitter.com/RemyHemez/status/1016984779495858176

      http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2013/11/06/pvp-pour-petit-vehicule-a-problemes-10595.html

      Le VBAE se fera donc désirer...

      Et le VT4 est fait pour des endroits calmes et sûrs:
      https://www.forcesoperations.com/les-livraisons-de-vt4-pratiquement-a-mi-parcours/

      https://tre-blog.com/actualites/succession-p4-nouvelles-infos-acmat-vltp/

      Supprimer
    4. Le problème du Serval pour les missions assignées au VLTP-P sera son poids qui oscille selon les versions entre 15 et 17T selon le peu d informations publiques disponibles.

      Supprimer
    5. Les britanniques sont passé à l'Ajax, pour la reconnaissance.
      Un engin de 42 tonnes, conséquemment blindé, venant remplacer un blindé léger de seulement 8 tonnes (le Scimitar en effet.) : Là aussi les temps et les circonstances, ont changées (avec nos blindés des années 80 !!!).
      Effectivement un engin chenillé, pour accompagner des chars, cela semble aller de soi (sauf chez nous depuis quelques deux décennies, évidemment... Et très malheureusement encore...) : Quelle farce et quelle ineptie, quasiment totale, de nos Leclerc chenillés de 60 tonnes, accompagnés de leur VBL ultra légèrement blindé et à roue (il n'y à que chez nous pour voir de tels attelage contre nature (faudrait quand même arrêter ce genres de connerie un jour !!!!!!).).

      Supprimer
    6. Pour l'Ajax, ça sent quand même très mauvais...
      https://blablachars.blogspot.com/2021/05/lajax-dans-la-tourmente.html

      Supprimer
  3. pour résister à un IED il faut de la masse, une coque en V, une certaine hauteur sur roues.
    Nexter a l'Aravis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas faux. Et on peut se demander pourquoi l'AT n'a pas commandé d'avantage d Aravis en supplément de ceux qui équipent le Génie .Son prix?

      Supprimer
    2. Je crois que vous oubliez le Griffon, qui est le logique successeur de l'Aravis

      Supprimer
    3. Les Aravis servent au Levant pour les forces spéciales alors que c'était des véhicules destinés au Génie (en ce moment certains sont réparés en France)...

      Il y a aussi des Sherpa:
      https://blablachars.blogspot.com/2020/05/arquus-produit-son-1000eme-sherpa.html

      Même les forces spéciales marocaines ont des Sherpa:
      https://mobile.ledesk.ma/enoff/le-maroc-commande-36-vehicules-blindes-sherpa-au-francais-arquus-pour-ses-forces-speciales/

      Que l'on peut équiper utilement:
      https://blablachars.blogspot.com/2020/06/zoom-sur-perisight.html

      En fin d'année 2020, le Maroc a commandé 300 véhicules VLRA (Arquus) pour les Forces Armées Marocaines (FAR).
      Ce qui a fait du bien au site de Limoges:
      https://lemamouth.blogspot.com/2021/05/embellie-chez-arquus-limoges.html

      https://www.forcesoperations.com/a-limoges-arquus-a-deja-pris-le-virage-de-la-specialisation/

      Supprimer
  4. Comme dites, le VBL est un véhicule hors d'âge et conçu à une autre époque. Dans une véritable armée moderne, (comme le VAB) il aurait du être remplacé depuis un certain temps déjà.
    En effet les coût en MCO ont tendance à partir en vrille à partir d'un certain délais. Généralement pour les équipements militaires en général, c'est après une vingtaine d'années. C'est encore plus vrai en matière d'équipements terrestres.
    Rafistoler de tels équipements déclassés ne sert généralement pas à grand chose, cela revient au final, aussi cher que leur remplacement.

    Et on nous refait encore le coup du "on n'a plus les moyens", même pour un véhicule léger !!!
    Tout est bon pour essayer de placer leur idéologie de désouveraineté de la France, et même de ses armées désormais.
    Un véhicule de ce type, correctement protégé, avec les techniques et les blindages actuels, remplaçant le VBL coute de l'ordre de 250 000 euros (peut être même moins produit en grande série) (presque le même cout qu'un seul MMP : chercher la moindre cohérence, en vain !), sans sur-sophistications inutiles.
    Décidemment notre politique d'équipement de nos armées part de plus en plus en vrille elle aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le JLTV US dont une production de 16,901 unitées est prévue, coute $465,127 l'unité , RD inclue.

      Supprimer
    2. Succès aidant, le coût va encore être plus compétitif:
      https://blablachars.blogspot.com/2021/07/le-best-seller-doshkosh-continue-de.html

      Supprimer
  5. l'ARAVIS coûte + de 2 million d'euros selon le site army guide pour un poids de 12 tonne; pour le Griffon nous avons un prix sur wikipedia de 1 million d'euros pour un poids de 25 tonne
    (production de masse)
    le serval coûterait entre 500000 et 700000 euros (production de masse)
    mais hélas pas de 250000 euros
    l'armée française as t elle besoin de petit véhicule blindé dangereux?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les 15 ARAVIS commandés en 2009 par l'AT ont couté 20 M d'euros, soit 1,4 M euros l'unité.... sans doute ce prix comporte les pièces détachées. Il faut se méfier des couts affichés en absence de précisions sur la commande.

      Supprimer
    2. Les Aravis servent aux FS au Levant:
      https://www.france24.com/fr/20180913-syrie-armee-francaise-presente-province-deir-ezzor-organisation-etat-islamique

      Où les Caracal du Pyrénées ont relevé ceux du 4eme RHFS:
      http://www.paxaquitania.fr/2021/03/les-caracal-du-pyrenees-relevent-ceux.html

      http://www.paxaquitania.fr/2021/06/nouvelles-et-rares-images-des-caracal.html

      Supprimer
    3. Pour les Aravis réparés en France, c'est ici pour l'info:
      https://mobile.twitter.com/Marsattaqueblog/status/1376546675062358018

      Supprimer
  6. Le Hawkei n'est pas européen => à la poubelle.
    Le Scarabée n'est pas européen => à la poubelle.

    Vous posez mal la question.
    Le problème n'est pas la solution industrielle.
    Le problème est que ce gouvernement fait de tout achat militaire un acte militant politique pro-européen. Voilà tout.
    Donc nous aurons le successeur du VBL quand les allemands le décideront et il sera Made in Germany.

    Sauf changement de locataire à l'Elysée l'année prochaine, mais c'est mal barré.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 19 industriels de 9 pays différents, pour faire un véhicule basique comme le VBAE!
      https://www.forcesoperations.com/feu-vert-pour-lancrage-europeen-du-vbae/

      Disponible dans 10 ans si tout va bien, alors que le besoin c’est maintenant.

      Supprimer
  7. Le coût d objectif du Griffon de 1M d euros a été largement dépassé. Selon le general Bosser auditionné par le sénat en 2017, son coût à l unité s élève a 1,5 M d euros, quand la rénovation complète d un VAB coûte 1,4M euros.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et encore, on a pas la note de la réfection indispensable du site de Moulins qui va s'occuper du MCO des Griffon:
      https://www.forcesoperations.com/la-renovation-de-la-13e-bsmat-enfin-integree-au-budget-des-armees/

      Supprimer
    2. 150 millions d'euros pour des travaux s'étalant de 2024 à 2031...
      https://www.lamontagne.fr/moulins-03000/actualites/150-millions-investis-par-l-armee-pour-moderniser-la-13e-bsmat-sur-le-site-d-yzeure-allier_14046891/

      Supprimer
  8. @ ULYSSE2 juin 2021 à 21:38,
    cela tombe que vous ameniez cette référence, cela va me permettre d'apporter quelques précisions.
    Tout d'abord, concernant le "JLTV", son coût est de 250 000 dollars, pour le véhicule de base (c'est à dire environ 200 000 euros).
    Ceci effectivement sans la R&D, l'armement, et autre divers équipement, voire contrat d'entretien et de pièces détachées (attention en effet !!).
    Comme par ailleurs pour l'Aravis, véhicule blindé de niveau IV, de 13 tonnes (comme quoi c'est possible de faire des véhicule léger avec ce niveau de protection, et non de 25 tonnes), qui a couté à l'époque 1 millions d'euros pour chaque véhicule à proprement dit.

    D'autre part, concernant le remplacement du VBL, il faut comparer avec des véhicules de gamme équivalente.
    Cela concerne d'ailleurs aussi le "Hawkei".
    Il s'agit en effet par rapport au VBL d'un véhicule de niveau supérieur (un peu comme si on comparait une berline et une petite citadine).
    Comme le JLTV d'ailleurs, il s'agit de véhicule de prés de 6 mètres de long, de 2,40-2,50 mètres de large, 2,30 à 2,50 de haut ; contre 4 mètres de long, 2 mètres de large, et 1,70 mètres de haut pour la VBL.
    Ce qui en réduit d'autant, presque de moitié, l'exposition, face au moindre RPG notamment, en augmente réciproquement de près du double la survivabilité (risque d'être touché) (un autre savoir-faire traditionnel des armée française, la compactivité, et la survivabilité donc, aujourd'hui disparu (on préfère faire des véhicule "confortables", jusqu'à la tombe, ou jusqu'au fauteuil roulant !?)).
    Ce qui en réduit également le poids (et plus relativement mais quand même, le prix).

    Ainsi on peut parfaitement faire un successeur du VBL (comme on aurait pu faire un vrai successeur de VAB, de moins de 15 tonnes et de blindage de niveau IV), de 5-6 tonnes avec un blindage de niveau II ou III (avec les blindages modernes actuels)
    Le Hawkei malgré son poids n'étant apparemment pas plus blindé que le VBL ancien, de niveau I, à part une protection antimines améliorée, qui n'arrêtera jamais les IED malheureusement, de même que le JLTV.

    On peut parfaitement faire un blindé, de type VBL, aux normes et aux techniques actuelles de l'état de l'art, cependant beaucoup mieux blindé, et hors sur-sophistication inutiles, pour, environ, 250 000 euros.

    PS : Pour le coût du "Griffon" on est déjà un 1,7 millions d'euros (plus 500 000 € de répartition de la R&D, environ), loin des 1 millions des désidérata véritablement d'origine, de notre armée de terre.
    Et, en effet, le MCO promet d'être à la hauteur également : trois à quatre fois (voire plus ?) que celui du VAB...
    Par ailleurs, un remplaçant du VAB, en mieux blindé, type "Bushmaster" coute environ 500 000 euros aujourd'hui.
    Le "Serval", avec les équipements prévus dessus (scorpion et autres) et la R&D, dépassera largement également le million d'euros unitaire (il sera sans doute pas très loin du double lui aussi.).

    Et à ce sujet et dans ces conditions, un anonyme pose la bonne question : Et pourquoi pas donc, un véhicule français, construit en France, et ne me dites pas que "l'on en a plus les moyens" !!! A force, oui, on risque effectivement de ne plus les avoir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement cher Ronin, la facture du MCO de Scorpion s'annonce salée:
      https://www.forcesoperations.com/vers-une-explosion-des-couts-du-mco-terrestre/

      Supprimer
    2. Tout cela va aboutir à toute une gamme de véhicules, sur-sophistiqués (surtout pour le sahel et la simple contre insurrection = scorpion ???), “inemployables”.

      D'ailleurs le plus interloquant, et incroyable, c'est qu'ils semblent en être pleinement conscients.
      Puisqu'avec un budget MCO prévu pour être doublé, ils nous avouent que cela suffira à peine à entretenir que les véhicules en opex et uniquement eux !
      Le reste, de ces précieux véhicules, ne seront apparemment sortis de leur cocon, que pour remplacer les véhicules en pannes, que l'on aura pas, plus, les moyens de réparer !!
      Finalement, au bout de quelques années seulement, on risque de se retrouver avec toute une palanquée de véhicules divers (enfin pas tant que cela, car à part le nombre d'essieux...), au garage, et en attente de réparation !!!
      Et après ça, après tout ça, tout ce gaspillage de nos moyens, et des milliards généreusement jetés par les fenêtres, pourtant comptés, on viendra encore nous dire, justement, qu'on ne les a plus, les moyens...

      Même pour un véhicule léger (construit en France, pour véhicule militaire, c'est, toujours, mieux : pièces détachées, etc... Mêmes les australiens l'ont très bien compris (un comble : aller acheter en Australie ! ??? encore.), et tant d'autres...) !!!
      On marche vraiment sur la tête.

      Supprimer
    3. Merci Ronin
      Très intéressant. Deux observations : le Serval est sans doute le véritable successeur du VAB. L'articulation entre Serval et Griffon interroge. On ne peut que regretter la silhouette basse et furtive du Phoenix de Panhard abandonné au profit du Jaguar.

      Supprimer
    4. Le Jaguar sera en difficulté si la prolifération des anti-chars low-cost continue en Afrique.
      http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2021/06/02/jaguar-22183.html

      Supprimer
    5. Missiles qui ont été vendus par la Chine à l'Algérie et au Nigeria:
      https://blablachars.blogspot.com/2020/07/le-hj-12-en-algerie.html

      https://blablachars.blogspot.com/2020/04/considerations-sur-larrivee-du-hj12-en.html

      Supprimer
    6. Un simple RPG suffit à nous mettre dans l'embarras.
      https://blablachars.blogspot.com/2021/06/des-nouvelles-du-rpg-7.html

      Supprimer
  9. Il y a du nouveau aussi à l'ouest concernant les missiles antichars:
    https://www.meta-defense.fr/2021/06/02/tow-at4-m4-lus-army-va-renforcer-sa-puissance-de-feu-antichar/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour économiser des MMP pour tirer des VBIED, la solution de la roquette 70 mm est valable et ferait une bonne combinaison:
      https://mobile.twitter.com/TheatrumBelli/status/1357820622219411465

      Supprimer
    2. Aller un petit hors sujet sur le “Carl-Gustav”, "qui c'est celui là" ?
      Ou, "c'est dans les vieux pots qu'on fait les meilleures soupes" !
      Ou encore, ce que devrait être les vraies innovations.

      Il s'agit, en fait, plus qu'un “lance-roquette” à proprement parlé, de ce que l'on appelle plus précisément un canon sans recul, particularité qui lui permet d'être portable, et employable par deux soldats seulement, voire même strictement par un seul homme.
      Ce système, encore communément appeler "Système d'arme anti-armement multi-rôles", est donc un canon sans recul – plus usuellement dénommé un peu incorrectement, lance-roquette.
      Il se compose du tube lanceur avec son optique et de munitions transportées dans des containers cylindriques.
      Pour le tir, le tireur épaule le tube et le chargeur entre une roquette par l'arrière du tube puis verrouille. Le tireur affiche sur l'objectif la partie du réticule nécessaire et tire. Les gaz de propulsion font alors deux choses : ils accélèrent la roquette dans le tube, et d'autre part s'évacuent en arrière du tube, ce qui a pour effet de considérablement limiter le recul, d'où sa qualification militaire traditionnelle, de “canon sans recul”.

      Evidemment, il est peu couteux (ce qui est un grave handicap pour des politiques d'équipements, qui doivent être forcément dispendieuses), extrêmement léger (par rapport notamment à tous les autres systèmes de même type), sa dernière version, conçue dans des matériaux les plus modernes, a été considérablement allégée, faisant seulement 6,6 kg (plus de deux fois moins que son poids initial), rustique, et ayant une durée de vie d'utilisation très importante (plus de 2 000 coups).
      Il est surtout caractérisé également part la grande variété de ses munitions, ce qui en fait un système d'arme extrêmement polyvalent.
      Ce qui le rend extrêmement flexible et adapté à une très grande variété de rôles, et ce qui lui assure également une efficacité et une utilité rarement égalée, même et surtout par des systèmes beaucoup plus récents de conception et en généralement beaucoup plus spécialisé et unifonctionnel.

      La vitesse de sa munition, de plus de 300 mètres par seconde, pour sa dernière version, est relativement plus rapide que la plupart des lance-roquette classiques (le très moderne MMP par exemple, a une vitesse deux fois inférieur, de 160 mètres par seconde), ce qui lui permet une meilleure précision, et de meilleures chances effectives de coup au but. Ceci à des portées relativement longue, plus longues que pour des lance-roquettes de poids équivalents.
      Tout en étant beaucoup plus puissant que les lance-roquette classiques : les munitions du Carl-Gustav, sont presque deux fois plus puissantes que celle de l'AT4, de calibre, et de poids, pourtant équivalent.
      Ce canon sans recul pouvant être utilisé avec une cadence de tir élevé, de jusqu'à huit coups par minute avec deux servants bien entrainés.

      Ce système d'arme, multi-rôles, peut être utilisé pour attaquer des cibles fixes classiquement jusqu'à 700 mètres. Il peut également tirer des munitions explosives, y compris programmables (dites “airbust”) jusqu'à plus de 1000m de portée, selon les munitions les plus communes, et jusqu'à 2000 mètres avec de nouvelles munitions propulsées et guidées par laser, et à capacité à la fois anti blindés légers et anti personnel.

      Sa capacité de perforation est aujourd'hui de plus de 500 mm largement suffisante contre tous les véhicules blindés modernes, y compris les véhicules lourds de dernière génération de 40 tonnes, et contre la plupart des chars de deuxième génération de la même catégorie de poids (type AMX30, Léopard1, M60, T72 basiques et autres modèles antérieurs), toujours très courants dans certaines parties du monde.
      Ceci jusqu'à 400 mètres, pour une cible en mouvement, et jusqu'à environ 700 mètres pour un véhicule blindé moyen à l'arrêt, et y compris contre des véhicules équipés de blindage réactif.

      Supprimer
    3. Et sa suite : c'est pas fini !
      Il existe également encore des munitions type canister, c'est à dire de défense rapprochée de zone et délivrant plus d'un milliers de fléchettes à courte portée et sur une large zone.
      D'autres munitions spécialisées, anti-infrastructure, une autre plus spécialisée anti- fortification, ou à double usage, à charge en tandem, d'autres sont conçues spécifiquement pour permettre le tir en espace clos (ce qui n'est normalement pas possible en raison des gaz d'échappement rejetés à l'arrière), ou encore évidemment classiquement, fumigène ou éclairante.

      Ce qui est encore particulièrement intéressant avec ce système d'arme, c'est qu'il est globalement beaucoup plus léger – et donc plus efficace et utile, qu'un système équivalent de type lance-roquette jetable, qui équipe (on aurait presque tendance à ajouter "évidemment", malheureusement) nos armées.
      Ainsi, si le lance-roquette AT4, de calibre, de 84 mm similaire au Carl-Gustav, pèse environ 6,5 kg, certes ce dernier pèse à lui seul, et vide, 6,6 kg, ses munitions, pesant suivant un très large panel de types différemment adaptés au demeurant (contrairement à l'AT4, qui n'a qu'un seul type de munition, anti-blindés moyens), de 3 à 4,2 kg.
      Mais si l'on considère un emport, très moyen, de six ou huit coups, on atteints pour 6 ou 8 AT4, un poids de 39 ou 52 kg respectivement, contre en équivalence, un poids moyen de munitions de, seulement, 27 ou de 34 kg dans le cas d'un emport, là encore très moyen de 6 ou 8 munitions : Soit des différences respectives de 12 et 18 kg, et plus encore si le besoin effectif de munitions se révèle plus important.

      Ceci, encore avec un coût (le nerf de toute guerre) très nettement avantageux pour le Carl-Gustav : passé environ 200 tirs, sur facilement plus de 2 000 tirs sans la moindre usure significative, le coût du canon et de son système de tir est amorti, par rapport à celui de l'achat d'AT4.
      Un AT4 (jetable) revenant quasiment au double que le coût d'une munition équivalente pour un canon sans recul du type “Carl-Gustaf”.
      Là aussi, au passage, rien n'empêche d'en faire, canon sans recul et munitions, une version française, voire encore plus modernisées et performantes.
      De plus, ce canon sans recul (Carl-Gustav), étant “rechargeable”, et n'étant donc pas jetable, après chaque utilisation, cela lui permet d'être équipé d'un système de tir plus élaboré, et d'un viseur nettement plus performent, et efficace, voire d'équipements encore plus spécifiques, que ceux évidemment montés sur des lance-roquettes destinés à être jetés, dés leur première utilisation.
      D'où le fait de la précision beaucoup plus importante, en plus de la portée doublée, ou même triplée, et plus encore dans certains cas, ce qui est valable pour les canons sans recul en général d'ailleurs. D'ailleurs, dans la vraie réalité, au delà de 200 mètres (c'est d'ailleurs la distance recommandée de tir en Suède), l'AT4 subi même une perte très conséquente de vitesse, et évidemment, de précision (mais bon ce n'est pas les constructeurs, qui viennent de nous en refourguer encore une palanquée, qui vont s'en vanter).

      De même, à contrario des systèmes de conception moins ancienne, comme les lance-missiles antichar devienne essentiellement très peu utile en regard des inconvénients, poids, servants nécessaires – immobilisant presque un groupe entier de six ou sept soldats pour deux postes de tir, avec les éléments de protection devant généralement y être associés : bref une organisation et des armes faites pour et datant de la guerre froide, c'est à dire d'il y a maintenant 30 ans, trente ans de décalage complet et de retard conceptuel sur les besoins actuels.

      Supprimer
    4. C'est vrai qu'il est bien sympathique ce canon sans recul Carl Gustaf:
      https://youtu.be/GkYJmWVwaxE

      Supprimer
    5. Ce canon sans recul est trop efficace, l'armée française reprendra de l'AT4 merdique et super cher...
      https://www.forcesoperations.com/ces-autres-programmes-dequipement-attendus-pour-2020/

      Supprimer
  10. A noter que lUSArmy c'est dire du Carl Gustav M3 en 2011 après que l e AT4 se soit montre d une efficacité insuffisante en Afghanistan.la version M3 E1 a ete commandée en octobre 2020 par l US army pour un coût de 87M USD

    RépondreSupprimer
  11. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  12. lire: l'US Army s'est dotée du Carl ...

    RépondreSupprimer
  13. Il y a parfois confusion entre les missions, merci pour cet article:
    https://blablachars.blogspot.com/2020/07/trois-engins-pour-une-meme-mission.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir, de quelle confusion parlez vous quand vous évoquez les missions ?

      Supprimer
    2. Bonjour,

      Le VBL est un engin d’éclairage et la mission éclairer implique d’esquiver tout contact donc à fortiori tout combat.

      Au contraire la mission reconnaître autorise l’engagement pour mieux définir la nature, le volume, et l’attitude des éléments détectés.

      Ainsi, pour un amx30 reconnaître une lisière signifiait y envoyer une rafale de 7 coups de canon coaxial de 20mm pour voir quels mouvement cela créait.

      Pour une jeep cela pouvait se faire, dans les débuts du véhicule, avec une mitrailleuse ou en débarquant pour dérouiller un mortier de 60 ou 81mm.

      Par la suite la version dotée d’un 105 sans recul aurait pu employer cette arme pour reconnaître un carrefour boisé ,sur le flanc d’une action blindée comme pour appuyer de l’infanterie débarquée.

      En mode éclairage la priorité c’est la discrétion.

      En passant d’une boite 3 à une boite 5 le VBL gagnera naturellement en rendement et en capacités quoi qu’a une époque ou il existe des boites autos à 10 vitesses cela fait pester.

      Mais surtout cela ne lui restituera pas ses capacités de franchissement autonome des coupures humides.

      Et c’était pourtant là un atout remarquable pour aller par des voies inattendues se placer siouxement en des lieux surprenants (sinon impossibles) pour intercepter, voir, détecter…

      Ceux de Chamborant diraient mieux que moi quelle part cette capacité amphibie avait dans leurs aptitudes à être farceur sur le théâtre européen.

      Il est en tout cas évident que plus l’intensité et donc la prévalence artillerie/bombardement dans les pertes est élevé plus les capacité du VBL étaient valables.

      A l’heure ou l’on peut doter tout engin d’un drone aérien avec optronique jour nuit IR/IL voir thermique il est bien étrange de tenir à conserver une cible plus molle dans les convois de nos missions de « police » a grande élongation.

      Ne vaudrait’il pas mieux avoir des drones en rab, une bouée gonflable pour le VBL revalo et le cantonner à ses missions propre plutôt qu’une version nouvelle (pour la mission d’un autre) alors que son poids supérieur laissera pourtant plus dodue que durcie?

      Supprimer
    3. Avec la vision 2030 du CEMAT, on pouvait espérer un peu de neuf...

      Que nenni.

      La copie de l'arme blindée est d'une tristesse et d'une paresse intellectuelle affligeante: supprimer 4 escadrons de reconnaissance qui sont les unités les plus employées en opération actuellement...

      L'après COVID-19 ressemble trait pour trait à la RGPP!

      Tout cela pour conserver coûte que coûte le format 4 chars, 4 vbl pour les escadrons Jaguar, copié/collé des escadrons Leclerc.

      Cela n'a aucun sens.

      La DÉP s'appuie sur le fantasme de la polyvalence du char vers le combat l'anti-char s'opposant à la création de filières spécifiques pour la formation des soldats, des sous-officiers et des officiers.

      La création de corps spécifiques serait la solution.
      Supprimer l'ensemble des ERI dans les régiments blindés, fusionner certains régiments et créer des régiments de reconnaissance dans chaque brigade ou au niveau de la division.

      Il faut avoir l1 volonté de bousculer les baronnies.

      Supprimer
    4. Faire, défaire et refaire, c'est toujours travailler...
      http://mars-attaque.blogspot.com/2021/11/innovation-structures-forces-terrestres-rica-rbca-bfa-regiment.html

      Supprimer
  14. On a des nouvelles du para blessé en VBL en septembre 2020, il est devenu paraplégique à
    21 ans:
    https://www.leberry.fr/aubigny-sur-nere-18700/actualites/le-brigadier-sulayman-blesse-au-mali-poursuit-son-reve-dans-larmee_13963410

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après, il suffit d'augmenter la dose d'explosif: un des six tirailleurs blessés en VBCI a perdu un oeil:
      https://www.republicain-lorrain.fr/defense-guerre-conflit/2021/01/08/mali-six-soldats-francais-blesses-par-un-vehicule-suicide

      Supprimer
    2. Les six Tirailleurs blessés au combat le 8 janvier 2021 ont été récompensés et se sont vus remettre la croix de la Valeur militaire ainsi que la Médaille militaire pour l’un d’entre eux:
      https://mobile.twitter.com/les_turcos/status/1390707108207804416

      Mais effectivement, il y en a un qui a perdu un œil.
      https://www.viavosges.tv/info/info/Operation-Barkhane-ClFgI4Xv5p.html

      Supprimer
  15. Avec un tourelle, cela pourrait tout à fait être adapté aux conditions opérationnelles du Sahel:
    https://blablachars.blogspot.com/2020/07/une-nouvelle-rws-pour-le-hawkei.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Encore faudrait-il que les véhicules blindés français soient tous livrés avec une tourelle, ce qui est loin d'être le cas (30% livrés sans...)!
      https://blablachars.blogspot.com/2020/11/petites-nouvelles-et-considerations-sur.html

      Supprimer
  16. Un petit clin d'œil du site Pax aquitania à Blablachars:
    https://mobile.twitter.com/PaxAquitania/status/1404105934222331906

    RépondreSupprimer
  17. Misère, misère...
    http://www.opex360.com/2021/06/27/le-montage-des-kits-de-protection-sur-les-vehicules-blindes-legers-mk1-savere-plus-difficile-que-prevu/

    https://www.athena-vostok.com/budget-des-armees-des-renoncements-majeurs-sur-fond-de-demission

    RépondreSupprimer
  18. Finalement, on a des nouvelles des véhicules Arquus pour les forces spéciales:
    https://www.forcesoperations.com/sofins-2021-essais-etatiques-en-vue-pour-le-programme-vtcfs%e2%80%a8/

    RépondreSupprimer
  19. En Afghanistan, on avait retiré les VBL du théâtre. Trop dangereux...

    Ceux qui envoient des soldats français en VBL sont des criminels:
    https://youtu.be/akdgSl1ACaU

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les lésions corporelles ne sont pas forcément toutes apparentes au premier coup d'oeil:
      https://www.rfi.fr/fr/podcasts/lignes-de-d%C3%A9fense/20210711-mali-l-op%C3%A9ration-barkhane-face-aux-attaques-suicides

      De plus, un IED ou VBIED, celalaisse des traces et pas seulement physiques.

      Un IED, ce n’est pas rien, même ceux qui s’en sortent n’oublient jamais:
      https://www.lemonde.fr/police-justice/article/2021/05/20/dix-neuf-ans-apres-je-ne-pensais-pas-pleurer-a-cherbourg-les-oublies-de-karachi_6080790_1653578.html

      http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2021/01/15/pres-de-3-400-militaires-blesses-physiques-et-psychiques-dep-21804.html

      Supprimer
  20. Le Hawkei est pourtant bon pour le service:
    https://blablachars.blogspot.com/2021/07/ioc-pour-le-hawkei-de-thales-australia.html

    RépondreSupprimer
  21. Cela reste un véhicule pour jouer au gendarme africain. Où est le matériel sérieux?
    https://blablachars.blogspot.com/2021/07/14-juillet-ou-sont-passes-les-blindes.html

    RépondreSupprimer
  22. On va continuer avec le VBL encore quelques années, comme pour le VAB!
    https://www.forcesoperations.com/comment-arquus-offre-une-seconde-vie-au-vbl/

    RépondreSupprimer
  23. Sur ce type de véhicule, les talibans sont mieux pourvus que les soldats français:
    https://www.lavoixdunord.fr/1058351/article/2021-08-18/les-armes-americaines-enorme-tresor-de-guerre-des-talibans

    RépondreSupprimer
  24. L'Australie est un pays qui vient de se rendre impopulaire pour très longtemps chez nous, mais le Hawkei commence sa carrière chez eux, alors qu'il n'y a plus de présence occidentale en Afghanistan, conflit qui a motivé la création de ce type de véhicule (avec le théatre irakien, merci les néo-conservateurs américains):
    http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2021/10/13/l-armee-australienne-recree-son-10e-regiment-de-cavalerie-le-22502.html

    RépondreSupprimer