Pages

mercredi 30 juin 2021

FINANCEMENT EUROPEEN POUR LES PREMIERES EBAUCHES DU VBAE !

Comme le souhaitait le Ministère des Armées, le projet européen FAMOUS ou European Future Highly Mobile Augmented Armoured Systems vient de décrocher un premier financement européen de 9 millions d'euros. Ce projet qui réunit 19 industriels sous le pilotage de Patria vise à "optimiser les synergies, la standardisation et l’interopérabilité dans le champ des véhicules blindés terrestres" en vue de développer de nouvelles plateformes dont le futur VBAE pourrait être issu. La phase préparatoire désormais financée par Bruxelles ne devrait pas se concrétiser avant 2024 ou 2025. L'étendue de FAMOUS, qui envisage la création de plateformes terrestres allant du véhicule tout terrain au char de combat, et ses échéances calendaires rendent ce projet difficilement conciliable avec les impératifs liés à l'âge et la vulnérabilité du VBL. Les difficultés rencontrées dans la production du VBL Mk1, la livraison retardée des premiers VBL Ultima et la réduction du nombre de véhicules livrés sur cette LPM condamnent l'armée de terre à attendre la fin de la décennie pour bénéficier d'un véhicule moderne et adapté aux menaces, au moment où le VBL fêtera ses 40 ans. Les véhicules Scorpion ont certainement absorbé la plus grande partie des ressources disponibles, sans que cela soit suffisant pour doter l'ensemble des Griffon d'une arme de bord téléopérée. Il semble que les programmes susceptibles de répondre aux besoins français dans le domaine des équipements terrestres conventionnels soient désormais condamnés à n'être que des composantes de programmes européens dont la complexité n'a d'égale que la longueur et le cout.

13 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  3. On a donc 9 pays, ce qui est je pense trop. Mis à part France, Belgique, Allemagne, Finlande, on a une idée des autres pays participants?

    Parce que si j'y vais de mes pronostics, je pencherais sur la Grèce (pour remplacer ses VBL), Suède (?), Pologne (?), après, j'ai du mal à voir d'autres pays (peut-être d'autre pays d'Europe de l'Est comme la Hongrie, la Roumanie, la République Tchèque, la Bulgarie).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour faire un MRAP, c'est un puzzle kafkaïen...
      https://www.forcesoperations.com/feu-vert-pour-lancrage-europeen-du-vbae/

      Supprimer
    2. Bé oui, dés que l'on fait appelle à "l'Europe", cela devient vite "kafkaïen" ; même pour un simple véhicule léger ! ( http://www.lepoint.fr/chroniqueurs-du-point/jean-guisnel/panhard-propose-a-l-armee-de-terre-un-blinde-revolutionnaire-04-07-2011-1349196_53.php )

      Supprimer
    3. Quand on souffle trop dans une baudruche, ça éclate...
      https://www.meta-defense.fr/2021/07/02/pourquoi-la-cooperation-europeenne-echoue-t-elle-si-souvent/

      Supprimer
  4. Des solutions tels que proposé par SOFRAME (rarement mis sur le devant de la scène et vite écarté au profit de Arquus) propose des équipements (FS : VENPIR et/ou OUTFILDER) non dénuer d'intérêt. Il serait bon ton de voir leur capacité à faire et maintenir leurs équipements en OPEX (MPCV, VENPIR et OUTFIELDER).
    Sinon plutôt que d'aller chercher des crédits chez des partenaires (éphémères et de nouveau risquer de s'enliser dans les partages industriels etc... ) pour le VBAE une solution 100% française (Arquus/Soframe/Thalès) pourrait prendre l'ascendant sur la concurrence (IVECO,...) et ainsi capter des parts de marché.
    Et trouver une solution au remplacement au PVP (svp soyons sérieux et plaçons les opérationnels en tête de nos priorités)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le VBAE doit remplacer le PVP. De toute façon le PVP, c'est juste un véhicule de liaison blindé (en somme un MRAP mais léger).

      Supprimer
    2. SOFRAME est dans de sales draps...
      https://www.lesechos.fr/pme-regions/grand-est/face-a-larret-de-la-commande-militaire-lohr-sen-remet-a-lactivite-partielle-1293550

      Supprimer
    3. SOFRAME, bien que procédant de vrais savoir-faire, eux, n'a pas la puissance de frappe de lobbying de Renault, pardon "d'Arquus" ; capable d'imposer ses monstres tactiquement, opérationnellement, stratégiquement, insensés (et pourtant ça passe, personne ne moufette, comme dans du beurre.)
      Voila où on en est aujourd'hui, où en sont nos armées malheureusement.


      Certes quand il s'agit de Dassault les répercussions sont moins graves.
      Mais même ça, pour l'actuel pouvoir en place, c'est intolérable : "ce n'est pas européen"".
      A croire qu'il veuille réellement saborder notre base industrielle et technologique de défense : voir le lien ci dessus. Puisque même concernant le moindre véhicule léger, il faut que ce soit "européen" désormais !!!

      Supprimer
  5. Si on reste sur l'idée d'une coopération européenne, le PVP a encore de beaux jours devant lui au sein de l'Armée de terre :-(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après, j'ai fait des recherches sur le programme FAMOUS. On est loin du programme européen pour créer le remplacement du VBL en France. Le programme FAMOUS, c'est:

      "The project “European Future Highly Mobile Augmented Armoured Systems” (FAMOUS) aims at maximizing synergies, standardization and interoperability capabilities of armoured vehicles to address highly demanding requirements while introducing innovative and promising new technologies and concepts. Several types of vehicles are targeted, such as future All-Terrain Vehicle (ATV), Light Armoured Vehicle (LAV) and Main Battle Tank (MBT) upgrades."

      https://ec.europa.eu/defence-industry-space/famous_fr

      On est bien loin du projet européen pour créer une famille de véhicule, c'est plus une coopération pour partager les couts de R&D sur les plateformes européennes terrestres et éviter de tomber sur des technologies trop disparates entre les véhicules européens.

      Supprimer
    2. Pour les pays, j'ai eu ma réponse: Finlande, France, Belgique, Espagne, Allemagne, Estonie, Lettonie, Danemark et Grèce.

      Supprimer