Pages

mardi 16 novembre 2021

LUTTE ANTI DRONE, SUITE ET PAS FIN

La prolifération des drones et autres munitions rôdeuses ont accéléré la mise au point et le développement des moyens de riposte adaptés. Si certaines des solutions adoptées privilégient le recours à des armements classiques comme le système Skynet de Rheinmetall ou la solution française ARLAD, certains constructeurs privilégient l'utilisation d'armes à énergie dirigée, comme la société CILAS avec son laser HELMA-P. Une nouvelle étape a été franchie avec la présentation de deux solutions d'intégration de ce type d'armement sur des véhicules blindés capables de se déplacer sur le théâtre des opérations pour fournir une protection "permanente" aux unités engagées. 

La première de ces solutions est représentée par la tourelle EOS T-2000 DE (Direct Energy) armée d'un canon MK44 Bushmaster de 30mm, d'un lanceur Spike et d'une RWS R-400. A ces armements classiques s'ajoute un module laser associant un système de surveillance et de tracking à un émetteur laser.  Cette tourelle est la troisième déclinaison de la tourelle EOS T-2000 développée sur la base de la tourelle MT30 d'Elbit Systems. Cette tourelle qui reçoit plusieurs équipements australiens comme la conduite de  qui équipe l'AS 21 Redback d'Hanwha engagé dans le programme Land 400. Selon le fabricant australien, cette évolution est permise grâce à la conception modulaire de la tourelle qui lui permet de recevoir de nouveaux équipements de protection sans interférer avec les senseurs déjà installés ou les composants de la tourelle. L'intégration d'un ou plusieurs engins équipés de la tourelle T-2000 DE au sein d'une formation tactique permet d'augmenter les capacités de lutte anti-drones C-UAS ( Counter-Unmanned Aerial Systems) pouvant être répartie entre les canons de 30mm utilisant des munitions ABM et l'arme à énergie dirigée de la tourelle T-2000 DE. On ignore le fabricant du module laser sur lequel on ne possède aucune donnée technique. Avec ce nouveau montage basé sur le tourelle en service, l'AS-21 renforce sa polyvalence et démontre la validité de son architecture ouverte permettant d'intégrer de nouvelles solutions technologiques. Cet argument pourrait favoriser le choix de l'AS21 pour la phase 3 du programme Land 400, comme l'intégration native du système de protection active Iron Fist. 


La seconde solution présentée est également une solution embarquée française basée sur l'utilisation du module Helma-P développé par CILAS dont le dernier test en juillet devant la Ministre des Armées a été un succès. L'ensemble, qui a également été présenté à Mme Parly en juillet à Biscarosse, est monté sur un véhicule Sherpa d'Arquus qui embarque également un tourelleau téléopéré Hornet Lite armé d'une mitrailleuse de 7,62mm. Avec ce montage, la France démontre sa capacité à concevoir, développer et produire des solutions innovantes face à une menace directe pour nos troupes, qu'elles soient engagées dans des opérations de haute intensité ou de contre-insurrection. Le recours à des engins de ce type de fabrication le plus souvent artisanale devient de plus en plus fréquent sur l'ensemble des théâtres et impose le recours à des solutions efficaces de lutte. Ces deux informations témoignent de la capacité des armes laser à être embarquées et utilisées à partir de plate-formes mobiles compatibles avec les équipements en service et capables de s'intégrer au système d'information et de commandement. Il y  un peu moins de quinze ans,la France innovait dans le domaine de la protection active avec le système SHarK, développé par TDA et qui fut présenté en 2008, marquant une véritable rupture technologique dans le domaine. Depuis cette date et pour de multiples raisons, cette innovation a été oubliée par les militaires et les industriels, aboutissant à l'absence de tout système Hard Kill sur les engins français. Il ne faudrait pas que l'avance française en matière de lutte anti-drones subisse le même sort, sous peine de voir la France prendre un retard préjudiciable dans la protection de ses unités.


19 commentaires:

  1. Un peu à coté du sujet, mais la remarquable adaptabilité du Sherpa peut amener à se demander pourquoi l'AT n'a pas chercher à s'en doter en nombre, plutôt que de vouloir réinventer la roue....
    En ce qui concerne les armes laser, il fait peu de doutes , qu'il s'agit de l'arme du futur..proche , pour la lutte à courte distance contre tout ce qui vole, missiles, drones, hélico....et contre les fantassins embusqués. Essayons de ne pas rater le train.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'accord avec vous pour le Sherpa et pour le Laser !

      Supprimer
    2. L'AT fait de l'urticaire dès qu'il faut acheter sur étagère (sauf pour les armes légères et quelques produits spécifiques)

      Supprimer
  2. Le tympan de tintin17 novembre 2021 à 10:30

    Avec un ARX 25 ça aurait eu plus de gueule et au cas où c'est trop tard pour le laser, un obus de 25 AB aurait fait le ménage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est possible de penser que certains y ont pensé avec ceci:
      https://blablachars.blogspot.com/2021/12/enfin-une-rws-francaise-en-30mm.html

      Supprimer
    2. Sur Ali Express, on trouve déjà de quoi inquiéter l'armée française...
      https://www.air-cosmos.com/article/la-rupture-scuritaire-des-drones-tactiques-low-cost-25199

      Supprimer
  3. les chinois illuminent des avions US avec des lasers qui doivent faire demi-tour, pour vérifier que leurs électronique embarqué n'est pas pris un coup§, les US ont installés des lasers de 60KW sur des camions et autres blindés, pas de bruit pas de munitions il faut juste un groupe électrogène (pas gros!). tous les véhicules sont bourrés d'optronique qui ne doivent pas apprécier de prendre ce genre de rayons dans leurs capteurs, un véhicule blindé aveugle est un véhicule inoffensif, les chars avaient dans le temps des viseurs de secours purement optique est ce le cas ce jour?
    des essais de laser de puissance doivent être fait dans la Marine Française en 2022, la technologie est mature. pour les blindés il faut que l'intérêt de nos généraux soit là
    le canon rapidfire en 40mm avec des munitions air burst est disponible sur étagère depuis plusieurs années, les seuls achats faits sont des brouilleurs
    l'arrivé des lasers vas peut être changer la conception des véhicule blindés, attention à ne pas se tromper de direction

    RépondreSupprimer
  4. CILAS a de nouveaux actionnaires:
    https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/safran-mbda-et-lumibird-futur-menage-a-trois-chez-cilas-898676.html

    RépondreSupprimer
  5. La lutte contre les petits drones doit plus à la surveillance des évènements sportifs qu'au domaine militaire pour son développement:
    https://www.forcesoperations.com/cerbair-et-keas-une-alliance-pour-conquerir-le-marche-de-la-lutte-anti-drones/

    Avec parfois une teinte kaki:
    https://www.forcesoperations.com/la-france-participera-a-la-protection-de-la-coupe-du-monde-2022/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La sécurisation de la coupe du monde au Qatar apparaît comme une jolie vitrine et pas que pour les entreprises:
      https://www.forcesoperations.com/plus-de-200-experts-francais-au-qatar-pour-securiser-la-coupe-du-monde-de-football/

      En Arabie saoudite, il y a eu un contrat intéressant:
      https://www.forcesoperations.com/un-contrat-saoudien-pour-le-groupe-monegasque-marss/

      Supprimer
  6. Baygon vert pour les volants...
    https://therestlesstechnophile.com/2022/01/02/quels-effecteurs-pour-la-defense-anti-drone-de-demain/

    RépondreSupprimer
  7. La France vient de s'équiper en drones du chinois DJI pour servir de cibles:
    https://www.forcesoperations.com/flying-eye-livrera-plusieurs-centaines-de-drones-au-ministere-des-armees/

    RépondreSupprimer
  8. C'est une problématique qui est bien plus vaste, si on l'étend aux SALA:
    https://theatrum-belli.com/dissuader-demain-de-lemploi-darmes-nouvelles-lexemple-des-sala/

    RépondreSupprimer
  9. MBDA et solutions anti-drones, c'est par ici:
    https://www.forcesoperations.com/sky-warden-la-reponse-collective-modulaire-et-evolutive-de-mbda-contre-les-drones-malveillants/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On va avoir un cas concret!
      https://theatrum-belli.com/quels-enseignements-tirer-de-lattaque-des-drones-houthis-sur-abu-dhabi/

      Supprimer
  10. Faire émerger un acteur français pour certains types de drones, ça paraît compliqué:
    https://www.forcesoperations.com/drones-armes-des-recommandations-pour-faire-emerger-une-solution-francaise/

    Le Patroller est très en retard et soyez charitable de ne pas me parler d'Eurodrone...


    Dans l'anti-drone, ça bouge:
    https://www.lesechos.fr/tech-medias/hightech/sopra-steria-se-renforce-dans-la-defense-et-le-spatial-avec-le-rachat-de-cs-group-1779363

    Pas qu'avec PARADE:
    https://www.forcesoperations.com/dautres-parades-que-parade-pour-proteger-les-armees-face-aux-drones/

    RépondreSupprimer
  11. Sopra Steria a mis des billes dans CS Group, actuellement un exercice a lieu aux Pays-Bas.
    https://www.forcesoperations.com/cs-group-seul-francais-en-lice-pour-lexercice-anti-drones-tie22-de-lotan/

    Ce ne sera pas par philanthropie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le rachat de CILAS par Safran et MBDA n'a pas fait que des heureux...
      https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/antitrust-cilas-va-t-il-etre-rachete-par-safran-et-mbda-935924.html

      Supprimer
  12. On peut regarder ici pour les éventuels enseignements de la guerre en Ukraine:
    https://www.cerbair.com/fr/guerre-electronique-en-ukraine-quels-enseignements/

    Où là:
    https://lerubicon.org/publication/dans-le-deni-sur-le-deni-pourquoi-le-succes-aerien-de-lukraine-doit-inquieter-loccident/

    RépondreSupprimer