Pages

mardi 9 novembre 2021

BILLET D'HUMEUR SUR UN ACCORD BELGE

Le DGA Joël Barre a annoncé aujourd'hui avoir reçu de la Belgique l'accord pour engager le développement conjoint du successeur du VBL (Véhicule Blindé Léger), le futur VBAE (Véhicule Blindé d'Aide à l'Engagement). Cette annonce assez sibylline et visiblement satisfaisante motive quelques commentaires que Blablachars souhaite vous faire partager. En préambule, il est utile de préciser que les propos contenus dans les lignes qui suivent ne sauraient constituer une attaque contre nos partenaires belges avec laquelle nous avons engagé une coopération forte autour des capacités Scorpion, même si elle n'a pas forcément répondu aux attentes des industriels belges engagés dans l'opération.

La première réflexion qu'inspire cette information est teintée d'incompréhension et de surprise. Incompréhension, car on sait que le remplaçant du VBL sera issu des travaux menés dans le cadre du projet européen FAMOUS (European Future Highly Mobile Augmented Armoured Systems), auquel un premier financement de 9 millions d'euros a été récemment accordé. Cette première décision pouvait laisser croire à un lancement effectif du projet, sans qu'un accord supplémentaire d'une des parties ne soit requis pour en engager le développement. Par ailleurs, le projet FAMOUS étant partagé par neuf pays, devons-nous attendre l'accord des autres partenaires avant de poursuivre les travaux de développement nécessaires à la conception du VBAE ?  Surprise car le programme que l'on pensait lancé n'avait en réalité pas encore démarré, attendant pour cela l'accord d'un partenaire. Surprise également en constatant que rien ne semble avoir été fait au niveau du MINARM pour accélérer la décision belge sur le sujet, et ce dans le cadre d'une véritable coopération. Six mois se sont déjà écoulés depuis l'accord de financement.

La seconde réflexion qui porte sur les délais est motivée par la longueur prévisible du projet. En effet, FAMOUS est un programme préparatoire dont les premiers résultats sont attendus à l'horizon 2024-2025. Résultats qui seront constitués de "briques technologiques" issues des recherches menées par les neuf pays partenaires du programme. Les phases de développement et d'intégration de ces "briques" sur un véhicule répondant aux besoins opérationnels nécessiteront quelques années supplémentaires, ce qui laisse envisager une hypothétique mise en service à partir de 2030, selon un calendrier insolemment optimiste. Si l'on superpose les délais européens à ceux du cycle des LPM (Loi de Programmation Militaire), il apparait évident que la partie développement du projet sera intégrée dans la LPM 2025-2030, mais que la plus grosse partie des commandes et des livraisons seraient quant à elles intégrées dans la LPM suivante, commençant au début de la prochaine décennie. 

Les éléments évoqués ci-dessus se conjuguent évidemment avec la vulnérabilité reconnue du VBL face à la menace mines et engins explosifs improvisés, en forte augmentation sur les théâtres afghans et sahéliens. Cette vulnérabilité qui aurait déjà du provoquer l'accélération du programme de surblindage des VBL, n'a finalement pas permis au VBL Mk1 d'être livrés sans retard. A ce décalage s'ajoute la réduction du nombre de VBL Ultima devant être livrés en 2025, de 750 à 627 véhicules ce qui ne peut qu'accroitre le caractère quasi surréaliste de l'annonce du DGA sur l'accord belge. Cette baisse du nombre de VBL Ultima livrés (ainsi que celle affectant les autres véhicules) est destinée selon le CEMAT à "... financer en contrepartie [...] le lancement du programme VBAE, successeur de nos VBL dans un souci de protection de nos équipages...". Lors d'une audition au Sénat en avril dernier Joël Barre, après avoir évoqué les retards du VBL Mk1, avait tenu à préciser que les travaux se poursuivaient avec Arquus pour la surprotection des VBL Ultima. En résumé, nous avons un VBL Mk1 en retard, moins de VBL Ultima dont les travaux de surblindage sont en cours et un remplaçant qui devrait arriver dans dix ans grâce à l'accord des Belges ! Ce remplaçant étant lui-même financé par la baisse des livraisons des véhicules qu'il doit remplacer ! 

Enfin, cette information est inévitablement mise en perspective par rapport à l'existence sur le marché international de solutions disponibles de façon quasi immédiate. Basées sur des véhicules plus lourds que le VBL, de conception récente et techniquement matures, ces alternatives comme le Hawkei peuvent être l'objet d'un achat sur étagère avant leur "francisation" par nos industriels. En l'absence d'une telle décision, l'armée de terre va devoir attendre au moins 10 ans pour être équipée de véhicules plus surs et plus résistants. Le sort des différents programmes de coopération menés par un nombre (trop) important de pays aux préoccupations et intérêts divergents devraient nous inciter à une grande prudence, le MGCS avec son élargissement souhaité par les Allemands constituant un parfait exemple de ce qui pourrait ressembler à un naufrage. A l'inverse certains programmes menés par des pays ayant une réelle communauté d'intérêts fonctionnent parfaitement comme celui des véhicules blindés entre la Finlande et la Lettonie. 

Les différents facteurs évoqués ici donnent à cette publication de la DGA un caractère presque surréaliste et presque indécent. Comment est-il possible de cautionner un programme aux résultats incertains, avec un horizon lointain et suspendu à des financements que nous ne maitrisons pas ? Cela alors que l'objectif de ce programme est de remplacer un véhicule de plus en plus vulnérable et entré en service il y a plus de 30 ans. Un tel projet doit laisser la place le plus vite possible à un achat sur étagère ou à un programme national basé sur un engin existant comme le Scarabée d'Arquus. Il serait judicieux que le pouvoir politique (même si il est un peu tard pour cette législature) entende et comprenne les préoccupations de protection exprimées par le CEMAT et mette en place les moyens nécessaires à leur prise en compte, sans attendre pour cela des accords et des subsides européens, car nos soldats valent beaucoup mieux que ça. 

16 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Totalement désespérant. Quand beaucoup dont les US , et en premier les chinois, ont compris qu'il fallait privilégier les programmes courts, bénéficiant de technologies matures, nous nous embourbons dans le modèle des cycles longs promu par la DGA, qui a démontré sa faillite. L'évolution technologique accélérée, la concurrence étrangère démultipliée , et les errements budgétaires, n'autorisent plus les renouvellements à 30 ans. Tout le monde le sait et nous continuons pourtant, droit dans le mur. consternant.
    LE CEMAT a récemment mis en avant la notion de différenciation, affreux néologisme, qui remplace inutilement celle de "spécialisation". Le remplacement du VBL devrait se prêter à la différenciation mise en avant, tant son emploi diffère selon les circonstances. Plutôt que de remplacer le VBL par un véhicule unique, imaginons de le remplacer par des véhicules spécialisés selon leur emploi. L'accompagnement des chars n'a pas grand chose à voir avec la patrouille en milieu asymétrique par exemple. Dans le cas de nos OPEX africaines l'acquisition de HAWKEYE, comme le rappelle notre hôte, aurait été une réponse adaptée , rapide. Notre BITD pourrait en des temps records concevoir un véhicule d'accompagnement spécifique pour nos quelques 200 chers LECLERC. Pour ma part je prône à cet effet un véhicule chenillé léger de la classe des 9 /10T, ultra mobile, et discret ( profil bas, motorisation hybride, chenilles composites...), avec une tourelle téléopérée équipée d'un canon 12,7 ou 20/25mm et de deux roquettes AC à guidage laser (en cas de mauvaise rencontre), un mat optronique déployable et un mini drone de style NX160 de Novadem.

    RépondreSupprimer
  3. Je pense qu'il ne faut pas jeter l'opprobe sur la DGA sur ce programme.
    En effet, non seulement les autres programmes ont créé une bosse budgétaire importante qui a fait décaler le programme VBAe, mais c'est surtout la volonté politique d'européanisation qui a verrouillé le système.
    Le programme EDIDP, qui accouchera probablement (et difficilement) de briques difficilement intégrables, ainsi que le programme bilatéral avec la Belgique, sont 2 "cases à cocher", indispensables pour que le politique daigne lancer le programme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non rien de tel ds mes propos mais il faudrait qd même un peu plus de retenue dans la communication. Pour le reste, je suis d'accord avec vous.

      Supprimer
    2. Ah la si pratique "bosse budgétaire" (y avait longtemps !), à force de faire les cons (désolé à force il n'y a pas d'autre mot qui me vient.) de nos multiples programmes de trapanelles de luxe "sorpionisées", "on n'a plus les moyens"...
      "On n'a plus les moyens" malgré les augmentations annuelles pourtant constantes actuelles ; même pour acheter des véhicule légers, simplement convenables, ou autres simples camions !!!!!!!! ?

      Supprimer
  4. la moitié de nos morts en opération sont due à des mines et autres IED, les véhicules légers ne peuvent pas protéger leurs équipages , il faut une taille minimale et certaines formes pour protéger l'équipage d'une explosion.
    les véhicules légers doivent donc être proscrits?
    les FS utilisent des ARAVIS
    exit le VBAE??

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On sait parfaitement faire aujourd'hui des véhicules de ce type, de moins de 10 tonnes, avec un niveau de blindage de niveau IV, contre les mines mais aussi contre le balistique (le CRAB par exemple, qui à plus de dix dix ans, avait un blindage de niveau 3 (avec une cellule de survie de l'équipage en V.).). Contre seulement 1 pour le Vbl, qui a plus de trente ans de conception en effet, depuis les techniques, courantes, en particulier en matière de blindage, ont très largement évoluées, mais “on” ne le veut pas, “pour quoi faire” (pas assez cher aussi probablement, et "l'Europe, l'Europe, l'Europe", la grande Europe allemande quoi, en réal life.), en dépit de nos morts, pour la France, sur le terrain !!!
      Il y a vraiment de quoi être scandalisé de la façon dont est “conduite” notre politique d'équipement militaire terrestre depuis vingt cinq ans en effet.

      Supprimer
  5. - Avec une politique d'équipement, et de remplacement normales de nos équipements militaires, le Vbl devrait être en cours de remplacement actuellement ( le Hawkei, ultra disponible) aurait pu être le parfait candidat : "aurait", car on voit bien que ce n'est nullement le cas et ce qui est prévu.).
    - On se précipice encore, dans une arlésienne européenne "babélienne" : les Eurofighter - A400, et leurs explosions de coûts, et leur performances au final dégradées, ne leur ont manifestement pas suffit.
    - Accessoirement : on s'est encore mis un boulet supplémentaire au pied, c'est fois ci en moins mettant aux mains des belges (de mieux en mieux !!!).
    - La protection ce nos propres soldats en mission est manifestement vraiment leur dernière préoccupation : Aujourd'hui les Vbl, comme hier les VAB durant l'Afghanistan. A t'on chiffré les morts et les estropiés à vie que le manque de remplacement de ce dernier par un véhicule, de type Bushmaster par exemple, nous a couté, et nous nous coute encore à l'heure actuelle d'ailleurs ; ou autre Gazelle, etcetera, etcetera, etcetera...
    - Enfin et pour en terminer, tant il y aurait encore beaucoup à dire sur le sujet, pense t''on vraiment, à nos industries de défense, les dernières vraies qui nous reste, avec en particulier ces politiques idéologiques de débiles, il faut bien le dire, dogmatiques et aveugle "d'europénisation" ou plus de germanisation, plus encore ? (!)
    La Dga là dedans ne fait qu'obéir, les vrais responsabilités, et surtout le vrai responsable actuellement, est "ailleurs".

    RépondreSupprimer
  6. je pense que l'on paye cash notre système universitaire et grandes écoles largement déconnecté du réel et hors sol. Le pragmatisme est une valeur qui se perd et à l'insu du plein gré des acteurs. Ils n'ont pas le bon logiciel et sont tous formatés premier de la classe, droit dans le mur mais en bon ordre. Et c'est le jeu de la patate chaude entre services, personne ne veut plus prendre de risques. La chasse aux risques est le dogme absolu. A cela s'ajoute la culture normes et règlements: tous savent dire conforme ou non conforme, mais ne savent plus expliquer comment faire ! Les catastrophes industrielles sont de plus en plus belles (737Max, EPR, F35,...) dans un monde de plus en plus ISO ! De temps en temps, un visionnaire arrive et remet tout ça en ordre manu militari comme Musk qui recycle des ressources ex NASA en Space X.
    Enfin Ronin l'a bien dit: on budgète en silos. Comme l'argent du tabac ne va à la lutte anti-tabac, le coût des morts et blessés est sur un autre budget qui ne communique pas avec les crédits d'équipement.

    RépondreSupprimer
  7. Très juste
    Le système, y compris dans le civil, l objectif premier est pas de risques, se conformer aux normes et a la procédure, ne jamais remettre en cause ce qui vient d'en haut, même de façon constructive, afin d'espérer un déroulement de carrière optimal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Idem dans nos armées, pour nos "premiers de concours" en particulier (un certain nombre certain des autres aussi.) promis justement aux plus hautes sphères (s'ils ne font évidemment "pas de vague" !!) :
      Malheureusement les très vieilles habitudes reprennent très rapidement le dessus. En plus quand notre culture latine prend le dessus sur celle, plus "franche", issue des francs, du nord, et, plus globalement et intrinsèquement de notre ancien terreau celte, "gaulois".


      C'est par exemple ainsi, qu'un certain colonel, dont on a commémoré hier la mort, était destiné à être définitivement bloqué à ce rang (de garage pour beaucoup d'ailleurs), faute, très grande faute même, de ses sulfureux écrits et prises de position avant-gardiste et d'anticipation tout simplement, s'il n'y avait eut les terribles évènements et la terrible remise en cause de 1940 (ou encore qu'on en a viré, par tombereaux, en 1914 dés le début de la guerre (sinon comme 1870 !! Encore.), à Limoges (près d'un sur deux ! Quand même...).
      Espérons qu'on en arrive pas là encore : La prochaine moindre intervention sérieuse sera sans doute un énorme coup de pied dans le cul, pour beaucoup (et dans la pétaudière !!!), "heureusement"...

      C'est effectivement le cas dans nos administrations en général, l'armée française n'a pas le monopole de la mexicanisation et de la bureaucratie à outrance, et même en effet aussi dans le privé, dans les grandes entreprises surtout, si cela peut (ne pas) vous "rassurer", "malheureusement" (là, même les crises ont du mal à les bouger !!!!!) : Changement, véritable, de paradigme ...

      Supprimer
  8. Le budget de l État obéit en effet a une organisation en silos,sans transversalité et une déconcentration anecdotique ou bouger les lignes revient à mettre en branle une machine administrative extraordinairement pesante....avec une faible probabilité d aboutir. La fin d exercice budgétaire est une course a la consommation des crédits ,chacun dans son silo, par crainte d'une absence de reconduction des crédits.

    RépondreSupprimer
  9. je pense que si nous considerons le jean foutisme et le ceinture bretelles combine avec les enarques bobo nous ne serions meme pas capable de sortir une renault 4 simpar de nos jours.. pauvre france , le hawkeye , le crab et meme le sherpa existent et sont suffisants si on considere ce que nous vourions mais n auront pas meme dans 10 ans , alors prenons ce qui existe et qui fonctionne et ce sera deja un changement de paradygme suffisant

    RépondreSupprimer
  10. Réponse favorable de la Belgique, sans trop de précisions:
    https://twitter.com/i/web/status/1471133215318589442

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Article ici:
      https://www.forcesoperations.com/la-belgique-favorable-au-developpement-conjoint-du-futur-vbae/

      Supprimer
  11. Cela se précise encore pour une participation belge au futur VBAE...
    https://www.forcesoperations.com.p/belgique-premiers-echos-dune-vision-strategique-actualisee/

    RépondreSupprimer