Pages

vendredi 20 novembre 2020

LE CHOIX NORVEGIEN

L'annonce par la Norvège en début de mois de sa décision d'acquérir de nouveaux chars de combat, a mis en lumière l'indigence de l'offre occidentale dans ce domaine. A l'exception des chars russes et chinois, toutes versions confondues y compris les modernisations, revalorisations, le K2 coréen et le Léopard allemand sont les seuls engins de ce type disponibles à la vente. En dehors du Merkava IV israélien et du Type 10 japonais privés de marchés export pour des raisons politiques, les États-Unis ne pourraient même pas proposer de M1 d'occasion, ceux-ci étant plus vieux que les chars qu'ils devraient remplacer. Le CEMAT norvégien a souligné que la modernisation des chars Leopards 2A4NO serait insuffisante et qu'il avait besoin de nouveaux chars rapidement. 

La question de la modernité pourrait faire pencher la balance en faveur du K2, de conception plus récente que son concurrent allemand, énième déclinaison du Leopard 2. Cette évolution du char allemand s'est accompagné d'une prise de poids conséquente ayant des conséquences sur la mobilité de l'engin. Le Leopard 2 pesait à sa mise en service en 1979 un peu plus de 55 tonnes tandis que son ultime déclinaison affiche un poids de 64 tonnes. Le char coréen pèse le poids de la première version du Leopard 2 à savoir un peu plus de 55 tonnes. En termes de performances, le Leopard 2 peut s'appuyer sur son utilisation par de nombreux pays, favorisant les améliorations par le retour d'expérience, sans oublier son engagement en opérations par plusieurs armées. Le K2 coréen est moins connu en Europe même si les productions de ce pays ont déjà séduit plusieurs armées dans le monde. La version "européenne" du K2 présentée au salon MSPO  pourrait également séduire la Norvège, qui pourrait également se montrer sensible à la présence d'un système de chargement automatique, limitant l'équipage à trois membres, au lieu de quatre sur le Leopard 2. Sur le plan de la production, les deux industriels ont des plans de charge compatibles avec une commande dont le volume se situerait aux alentours de 60 chars, compatible avec la commande hongroise de 44 chars dont les livraisons devraient débuter en 2023. Pour RheinMetall, le risque de collision entre une commande norvégienne et un éventuel achat britannique demeure faible en raison de l'incertitude pesant sur le choix norvégien et du choix par les Britanniques de chars d'occasion qui seraient à coup sur modernisés au Royaume Uni, ceci pour des raisons budgétaires, économiques et politiques.  


 


Même si la compétition va être moins longue et certainement moins intense que la phase 3 du programme Land 400 australien.
Avec les premières  livraison envisagée dès 2025, après une décision annoncée en 2021, la Norvège fait l'impasse sur une évaluation à l'australienne, pouvant durer plusieurs mois et comprenant plusieurs phases. Cette compétition n'en demeure pas moins passionnante, il est compliqué d'émettre le moindre pronostic au regard des qualités et des performances des deux chars que tout oppose en termes de conception. Comme pour l'appel d'offres australien en matière de Véhicule de Combat d'Infanterie, le choix norvégien pourrait, dans le domaine des chars consacrer le meilleur engin du monde. On ne peut que regretter l'indigence d'une offre que la France et le Royaume Uni sont aujourd'hui incapables d'abonder, un peu plus d'un siècle après avoir introduit le char sur le champ de bataille. 

Comment dit-on "abandonner" en Norvégien ?

9 commentaires:

  1. Un hybride avec tourelle Leclerc sur châssis LEO2 pourrait-il être une option envisageable?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui sauf que les chaînes de production des tourelles Leclerc n'existent plus à ma connaissance ! Dommage cette tourelle est une des meilleures du monde !

      Supprimer
  2. La différence de poids entre le Léopard2 d'origine de 55 tonnes et les dernières versions de 64 tonnes s'explique essentiellement par le niveau de blindage, qui a plus que doublé en quelques quarante ans.
    Les 55 tonnes du K2 révèlent ainsi plus que probablement un char moins bien blindé que le Léopard2 actuel.
    Les allemands, comme tous les praticiens expérimentés, comme les israéliens, savent que la principale caractéristique d'un char de combat, avant sa puissance de feu et même sa mobilité est avant toute chose son blindage. La protection étant par elle même un facteur de mobilité tactique.
    Ronin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le K2 intègre egalement des solutions actives de blindage, generatrices de gains de poids. Pour mémoire le T-90 se situe dans les mêmes valeurs et offre une protection de bon niveau.

      Supprimer
    2. Il faudrait pouvoir comparer avec la dernière version du Léopard2 A7, qui serait même passée des 62 tonnes de l'A6 à 67 tonnes (ça fait quand 12 tonnes à priori principalement de blindage moderne de dernière génération en plus, que le K2), et pour laquelle il est évoquée une protection fortement améliorée contre les pénétrateurs cinétiques modernes, les missiles guidés et les explosions causées par les engins explosifs improvisés.
      Ronin.

      Supprimer
    3. Le char coréen n'est pas parfait:
      https://www.meta-defense.fr/2020/12/01/le-char-sud-coreen-k2-black-panther-na-toujours-pas-resolu-ses-problemes-de-mise-au-point/

      Supprimer
  3. La Norvège et... la Grande-Bretagne étudieraient la possibilité d'acheter des Léopards 2A7:
    https://www.meta-defense.fr/2020/11/19/grande-bretagne-et-norvege-etudient-lacquisition-de-chars-lourds-leopards-2a7/

    RépondreSupprimer
  4. Pour le M1, la production de véhicules neufs n'a pas reprit il y a quelques années ? Sans compter la production sous licence en Égypte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aux USA je pense qu'elle est terminée, comme en Égypte !

      Supprimer