Pages

vendredi 8 janvier 2021

LA JOURNEE DE LA MULE !

Trois événements distincts qui se sont déroulés ces derniers jours ont mis en lumière une nouvelle génération d'engins, communément appelés mules. Appelés à prendre une place croissante sur les futurs théâtres d'opérations les engins téléopérés posent évidemment la question de leur armement et de sa mise en œuvre. Celle-ci doit elle conserver " l'homme dans la boucle" et dans cette hypothèse quels savoir-faire tactiques doit-on exiger de ces équipages manœuvrant des engins sans avoir à craindre de façon directe les menaces et les éventuelles actions ennemies ? A contrario, doit-on confier le pilotage de ces engins à des intelligences artificielles, avec une délégation qui pourrait aller jusqu'à l'ouverture du feu ? Cette hypothèse est pour le moment rejetée par de nombreux pays occidentaux même si beaucoup continuent de travailler sur le sujet en développant les apprentissages, la reconnaissance ami /ennemi. Le débat reste ouvert, le conflit du haut Karabagh a permis de mesurer les capacités des engins aériens téléopérés mais aussi l'importance des capteurs et des systèmes de défense, largement absents des opérations. 

Le premier des trois événements s'est déroulé en Corée du Sud avec la présentation des capacités des engins K4 et K6 dotés d'intelligence artificielle et capables d'accomplir de façon autonome  des missions variées. Certains de ces engins sont dotés de système de ciblage automatique leur permettant de détecter et de traiter des objectifs ennemis. Dans la vidéo publiée par Hanwha on peut voir successivement un véhicule de surveillance autonome armé d'une mitrailleuse de 12.7mm, un engin de neutralisation d'engins explosifs équipé des outils nécessaires à la relève de ces munitions, un petit engin de reconnaissance doté de capteurs et un engin polyvalent terrestre, petit fardier équipé d'une mitrailleuse de 7.62mm. 

Engin autonome de surveillance
 

Le second engin visible présente les dimensions proches de celles d'un petit char. Le Type X de Milrem Robotics que l'on avait pu apercevoir équipé d'une tourelle CPWS 25 Gen 2 de John Cockerill Defense, présenté par la société estonienne comme le "Loyal Wingman" de demain, a effectué avec succès des tests de mobilité. D'un poids de 12 tonnes, (un A 400M peut en embarquer deux) il peut être équipé d'armements lourds d'un calibre de 30 à 50mm ainsi que des missiles antichars de nouvelle génération de type NLOS (Non Line Of Sight). 

Type X de Milrem Robotics

Dernier événement mettant en scène des véhicules téléopérés, la visite hier de Mme F. Parly, Ministre des Armées au Battlelab de l'Armée de Terre implanté sur le plateau de Satory. Au cours de cette visite on a pu voir plusieurs types de véhicules téléopérés. Parmi les engins visibles, figuraient les mules Themis de 1ère et 2ème Génération de Milrem Robotics avec laquelle les CNIM (Constructions Navales et Industrielles de Méditerranée ) ont signé un accord d'exclusivité pour la distribution des robots estoniens en France. On pouvait également voir sur les clichés de la visite la mule Probot développée par la société GACI en coopération avec la société israélienne Roboteam. Visibles également au cours de cette visite, les robots Nerva S, LG et XX développés par Nexter Robotics et pouvant être mis en œuvre à partir d'un véhicule mère comme le Titus

Mule Probot et robots Nerva

Mules Themis de Milrem / CNIM (Gen 1) et Milrem / Nexter (Gen2)

Dans la course à l'armement de ces plateformes, les Remote Weapon Stations (RWS) développées à travers le monde devraient occuper une place de choix. Avec un encombrement réduit, des capacités en constante augmentation (canon et missiles) et une vulnérabilité réduite, les RWS permettront de porter l'armement des engins téléopérés au niveau des engins de combat "classiques".  

A travers ces quelques lignes et ces clichés, on peut mesurer l'importance croissante de ces systèmes dans l'équipement des forces terrestres. De moins en moins cantonnées à des tâches ancillaires, le développement de ces engins vise à en faire de véritables instruments de combat dont la future mise en œuvre imposera une redéfinition complète des règlements d'emploi et de la formation des opérateurs.

16 commentaires:

  1. Les ânes du Général Bugeaud etaient surnommés "les ministres", car chargés "des affaires de l'État".
    On a juste changé la nature des puces.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le "monde de demain" fait furieusement penser à hier:
      https://www.forcesoperations.com/le-mulet-pret-a-reprendre-du-service-dans-les-troupes-de-montagne/

      En tout cas, pour pirater le mulet, le hacker est coincé...
      https://www.lefigaro.fr/langue-francaise/expressions-francaises/2017/11/08/37003-20171108ARTFIG00007-d-o-vient-la-brele.php

      À moins que le soldat ne soit un âne (l'animal est intelligent, contrairement à ceux qui négligent l'hygiène cybernétique):
      http://www.opex360.com/2020/02/26/la-defense-belge-demontre-quutiliser-un-telephone-portable-personnel-peut-mettre-en-echec-une-operation-militaire/

      Supprimer
  2. Là encore, attention à l'effet de mode :
    Si les robots, sont sans doute susceptibles d'apporter un véritable plus dans certains cas très circonstanciés et dans les quelques tactiques limités en général, et qui justifieraient leurs coûts, eux aussi plus que probablement exceptionnels. Et encore que cela reste à prouver dans les conditions effectives du terrain, et plus encore les conditions plus que particulières d'une guerre. Mais que cet éventuel avantage ne durerait probablement que le temps de la surprise et que le temps que l'intelligence adaptative humaine des adversaires d'en face, leur trouvent une parade. Ces derniers systèmes automatisés ont déjà montré qu'ils étaient souvent très facile à leurrer, ou a contournés, notamment par des tactiques non prévues, dans la vraie guerre.

    Concernant l'aspect particulier "mule" de transport et en matière logistique (on ferait mieux de s'équipé aujourd'hui de camions protégés en nombre suffisant, là aussi !), qui est souvent mis en avant par ses promoteurs-constructeurs éventuels, c'est même largement pire. Puisque cela aboutirait à concevoir des systèmes ayant besoin eux mêmes de leur propre logistique, et de leur propre maintien en conditions opérationnelles, une logistique qui aurait besoin de ces mêmes systèmes logistiques robotisés, et ainsi de suite, aboutissant très très vite à des cul-de-sac et à des systèmes rapidement ingérables, et rigoureusement impossibles ne serait ce même à mettre effectivement en place, sauf en quantité plus que symbolique.
    Mais cela est bien dans l'air du temps de l'inefficacité croissante, du manque de rentabilité, et d'une inflation systématisée des coûts, de nos matériels militaires aujourd'hui en particulier.
    Des équipements militaires, toujours plus coûteux pour toujours moins d'effets réels produits sur le terrain.
    Ceci d'autant plus, que les capacités de ces prétendues “mules-robots” – ainsi que les appellent déjà leur promoteurs, seraient certainement bien piètres.
    En effet, par exemple on peut fortement penser que dans la plupart des terrains naturels, ces engins seraient très rapidement bloqués par un obstacle, un obstacle, qui ne poserait pas de problème à un Homme, voire même à un véhicule piloté, qui plus est si ce dernier était à chenilles et tout terrain.
    Par exemple, la moindre forêt, ou le moindre bois, un peu dense, même n'importe quel champs y compris en plaine, comportant des fossés, des taillis, voire des murets, et diverses barrières naturelles, seraient autant d'éléments, très fréquemment rencontrés, qui ne présentent guère ou pas du tout de problème de franchissement à un fantassin, ou pour un véhicule chenillé, “un peu” plus pour un véhicule à roue, mais qui deviendraient, pour cet sorte d'engin automatisé, des obstacles très rapidement rédhibitoires et très souvent indépassable (à moins de prévoir des engins encore plus hors de tous coûts supportables).
    Sans oublier les mines et les divers engins explosifs, et autres pièges et nombreux systèmes que l'inventivité humaine adverse ne manqueront de mettre face à nos si merveilleux moyens théoriques robotisés, de laboratoire.
    Là aussi, on risque de découvrir encore qu'il y a une marge conséquence entre théorie et conditions de laboratoire ou aménagée, et la réalité, réelle, qui plus dans les conditions de tout conflit et toute guerre, notamment face à des adversaires humains intelligents, inventifs, et adaptatifs.
    Ronin.

    RépondreSupprimer
  3. La société communique un peu sur ses produits:
    https://www.meta-defense.fr/2021/02/18/lestonien-milrem-robotics-developpe-un-loyal-wingman-pour-blindes

    RépondreSupprimer
  4. Le 1er RTir a été trop occupé pour l'expérimentation prévue:
    https://mobile.twitter.com/Marsattaqueblog/status/1375000006739030021

    Peut être avec l'EMIA:
    http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2021/03/31/quand-emia-part-au-combat-avec-des-robots-terrestres-22012.html

    Après, au niveau "low-tech", il faut regarder du côté des chasseurs alpins:
    https://www.bruxelles2.eu/2021/03/la-derniere-trouvaille-high-tech-de-la-27e-bim/

    RépondreSupprimer
  5. Celle-ci ne nous rajeunira pas...
    https://www.chemin-de-memoire-parachutistes.org/t6744-vous-souvenez-vous-du-fardier-as24-baptise-la-mule-mecanique-par-les-paras

    Il y avait pas de pétrole, mais il y avait des idées en France:
    https://korii.slate.fr/tech/armee-francaise-parachutage-vespa-150-tap-canons-sans-recul-guerre-algerie

    RépondreSupprimer
  6. Des financements européens seraient débloqués:
    https://www.forcesoperations.com/leurope-lance-un-projet-dessaim-de-robots-terrestres/

    RépondreSupprimer
  7. KMW s'invite au capital de l'estonien MILREM...
    https://mobile.twitter.com/Defence360/status/1399261547604631552

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ach, groß malheur...
      https://air-cosmos.com/article/drones-terrestres-lallemand-kmw-entre-25-dans-le-capital-de-milrem-robotics-24932

      Supprimer
  8. Rheinmetall fait de la retape:
    https://www.usine-digitale.fr/article/mission-master-xt-le-nouveau-vehicule-de-transport-terrestre-et-autonome-de-rheinmetall.N1115119

    RépondreSupprimer
  9. Pour ma part, je préfère celles-ci:
    https://www.leparisien.fr/amp/politique/les-mules-reprennent-du-service-chez-les-chasseurs-alpins-10-07-2021-VNRAF7T4U5EL7JAAXARRFG546E.php

    RépondreSupprimer
  10. Dans la série "courrons derrière la dernière tendance", voici la mule à hydrogène:
    https://www.forcesoperations.com/h2rmione-le-concept-de-mule-a-hydrogene-qui-lorgne-sur-la-defense/

    On donnerait tord à Elon Musk et au PDG de Volkswagen?
    https://korii.slate.fr/tech/voiture-hydrogene-elon-musk-patron-volkswagen-denoncent-entourloupe-rendement-environnement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Impossible de faire plus écolo que la mule des chasseurs alpins!
      https://mobile.twitter.com/Julien_Maire/status/1415028614685466626

      Supprimer
  11. Ce que font les forces spéciales est à suivre:
    https://www.forcesoperations.com/amp/amboise-ou-comment-les-forces-speciales-accelerent-lexperimentation-de-nouvelles-charges-utiles/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les programmes FAMOUS et MUST aussi:
      https://www.forcesoperations.com/furious-et-must-precurseurs-des-futurs-robots-de-larmee-de-terre/

      Supprimer
    2. Pas que sur terre, aussi dans les airs:
      https://www.forcesoperations.com/battle-lab-terre-et-aid-sinteressent-aux-mules-volantes/

      Supprimer