Pages

dimanche 13 septembre 2020

CHASSE CROISE GERMANO COREEN

Ces dernières semaines ont été marquées dans le domaine de l'armement terrestre par les succès de RheinMetall en Hongrie et d'Hanwha en Australie. Bien que de nature et de portée très différentes, ces deux contrats sont pourtant révélateurs de ce qui pourrait être une tendance de fond pour les acquisitions de matériels terrestres. Le chassé-croisé germano-polonais souligne également quelques caractéristiques du marché des véhicules de combat blindés. 

Durant le mois d'aout, Rheinmetall a annoncé la signature d'un contrat avec la Hongrie pour la fourniture de 218 véhicules de combat d'infanterie Lynx KF41. Quelques semaines plus tard, l'Australie annonçait le choix de Hanwha pour la fourniture de 30 obusiers de 155mm K9 et de 15 véhicules de ravitaillement K10. Si Hanwha et Rheinmetall ont  décroché ces contrats dans des zones proches de leur pays d'origine correspondant à leurs priorités stratégiques, c'est pourtant sur des terres lointaines que ces deux groupes ont entrepris de se développer, Hanwha en Europe et RheinMetall en Océanie, emportant sur ces continents des victoires significatives. Le K9 d'Hanwha a été adopté par plusieurs armées européennes dont le cumul des commandes représente plus de 130 engins livré à la Finlande, la Norvège et l'Estonie et à la Pologne pour ces seuls pays.
Export K9 (Hyundai)
Aux antipodes, le Boxer a séduit l'armée australienne qui a décidé en mars 2018 d'en acquérir 211 exemplaires pour en faire son véhicule de reconnaissance. Le véhicule a également été adopté en Europe par la Lituanie, les Pays Bas et tout récemment par le Royaume Uni.
Boxer CRV
Au-delà de ces différences illustrant la concurrence que se livre ces deux sociétés, les contrats gagnés par le Lynx et le K9 présentent cependant quelques similitudes, qui pourraient devenir des lignes de force des futurs contrats d'armement terrestre. Le Lynx comme le K9 sont des engins de combat blindés et chenillés ; au delà de la simple évidence cette constatation illustre l'existence d'un marché pour ce type de véhicules. Les pays d'Europe centrale confrontés aux soubresauts de la partie orientale de notre continent souhaitent acquérir des matériels capables de soutenir un choc blindé mécanisé et de combattre un ennemi de ce type. Cela sans négliger leur capacité à s'engager sur des théâtres d'intensité différente sur lesquels ils pourront bénéficier de la protection, de la mobilité et de la puissance de feu de ces engins. A l'autre bout de la planète, le continent asiatique suit avec attention le développement des ambitions chinoises dans la région et l'accroissement du potentiel offensif de l'Arme Populaire de Libération. Et comme en Europe, la logique qui s'impose est celle de la mécanisation des forces blindées pour contenir une offensive de ce type sans sacrifier à la logique d'une éventuelle intervention / projection. En outre, l'existence de parcs d'engins de combat obsolètes dans de nombreux pays de ces deux sphères peut également nourrir une demande pour des engins nouveaux ou des solutions de modernisation que nous avons déjà évoquées. 
Pays utilisateurs de solutions RheinMetall Defense
Une autre caractéristique de ces deux contrats est la part accordée par les manufacturiers d'origine à l'industrie locale pour la fabrication des engins. Ainsi sur 218 Lynx commandés, 46 seront assemblés en Allemagne, les 172 suivants le seront au sein d'une société conjointe établie entre RheinMetall et la Hongrie. En Australie les 30 obusiers K9 et les 15 véhicules de ravitaillement K10 seront tous fabriqués en Australie, ce qui est également le cas pour 186 des 211 Boxers CRV de la phase 2 du programme Land 400. Ces contrats ne constituent pas des exceptions, ainsi on retrouve cette même exigence dans le contrat de fourniture des VCR Dragon à l'armée espagnole avec un châssis d'origine étrangère (GDLS) "hispanisé" par l'adoption de nombreux sous ensembles (chaine cinématique) et une tourelle dont on connait déjà le lieu de production, à défaut de connaitre le fournisseur. Cette tendance permet d'envisager des achats sur étagères de matériels étrangers et d'en faire bénéficier les industries locales, que ce soit sur le plan de l'emploi comme celui du transfert de technologies, ouvrant la voie à de nouveaux partenariats. 
Pour Hanwha et Rheinmetall, l'objectif poursuivi par ces transferts de technologies est également la conquête de futurs marchés ; on peut imaginer que la Joint Venture construite autour du Lynx en Hongrie pourrait s'avérer particulièrement utile en cas de sélection du véhicule par l'armée tchèque. Hanwha avec son obusier met un pied en Australie et devrait s'attacher à démontrer sa volonté de coopération et la qualité de son transfert de technologie avant la conclusion en 2022 de la phase 3 du programme Land 400 et la décision du gouvernement australien. 
Pays utilisateurs de solutions Hanwha Defense
Ces deux marchés illustrent également la recomposition de l'offre dans le secteur des véhicules de combat blindés mécanisés, de plus en plus concentrée et répartie entre un petit nombre d'entités de nature différente. D'un côté les entreprises d'état russes et chinoises développant pour les forces nationales des produits dont sont dérivées des versions export. Ces engins sont le plus souvent destinés aux clients et alliés traditionnels mais peuvent également favoriser à la conquête de nouveaux marchés assorties de conditions commerciales très favorables, comme à l'instar du T-90 en Irak ou du VT-4 au Nigéria. A l'exception de GDLS par le biais de ses filiales (GDELS, GDLS UK), les industriels américains sont globalement absents de ce marché, accaparés par le remplacement du Bradley et la modernisation du M1. Ils n'ont aucun matériel moderne à proposer et sont réduits à offrir des engins de seconde main, en version originale ou modernisés. L'Europe compte deux sociétés concevant et fabriquant des véhicules de combat chenillés, à savoir BAE Systems dont le CV90 reste une référence et RheinMetall dont on ne présente plus les engins présents dans tous les segments. En Asie, le Japon limité par sa législation ne peut exporter les réalisations de Mitsubishi laissant le champ libre aux industries coréennes dont les principaux représentants sont Hyundai, Doosan, Daewoo et bien sur Hanwha.  
Rheinmetall et cette dernière sont en compétition ouverte pour la phase 3 du programme Land 400 australien visant à acquérir 450 véhicules de combat d'infanterie. La Pologne est l'autre terrain d'affrontement de ces deux sociétés avec l'offre de Hyundai centrée sur une version polonaise du K2, le K2PL. La signature d'un tel contrat à la porte de Rheinmetall, qui a beaucoup investi dans la modernisation des Leopards 2 polonais pourrait être interprété comme un échec et serait surtout l'illustration du formidable dynamisme commercial coréen. L'actualité des prochains mois risque d'être riche pour ces deux sociétés engagées pour la fourniture d'engins de combat blindés mécanisés de dernière génération à des pays qui n'ont pas souhaité abandonner cette capacité, ce qui reste le dénominateur commun de ces contrats.

1 commentaire:

  1. Tous les coups sont permis.
    https://www.meta-defense.fr/2020/12/01/le-char-sud-coreen-k2-black-panther-na-toujours-pas-resolu-ses-problemes-de-mise-au-point/

    RépondreSupprimer