Pages

lundi 2 août 2021

PROMETEUS : POUR RATTRAPER LE TEMPS PERDU !

C'est avec une vidéo rigoureusement identique à celle diffusée en décembre dernier que Nexter communique à nouveau sur le système de protection active PROMETEUS (Protection Multi Effets Terrestre Unifiée pour Scorpion. Cette petite séquence est diffusée alors que dans les mois qui se sont écoulés depuis la dernière communication de nombreuses décisions ont été annoncées dans le domaine. Les Hongrois ont choisi d'équiper leurs futurs Lynx du système Strike Shield de Rheinmetall que l'on devrait retrouver sur le Lynx OMFV. Nos alliés britanniques et allemands ont choisi d'équiper une partie de leurs chars du système israélien Trophy apparu en 2011 sur les chars Merkava et en cours d'installation sur les chars Abrams américains ! Ces images servent donc peut-être à rappeler (à ceux qui en douteraient) que les industriels français travaillent toujours sur le sujet, avec des premiers essais sur Griffon toujours annoncés en 2022. On ne peut que se réjouir (une nouvelle fois) de la confirmation de ces travaux, même si il est facile de comprendre et de déplorer que ce système ne sera probablement pas monté sur les Leclerc rénovés. PROMETEUS reprend un développement commencé il y a une dizaine d'années dont l'abandon est à l'origine du retard de l'industrie française dans le domaine.

Il y a 10 ans Thales, via sa filiale TDA en collaboration avec IDB Deisenroth Engineering présentait le SHARK (System Hard Kill) dédié à la protection des véhicules blindés contre les roquettes et missiles antichars. Dans son argumentaire Thales soulignait les avantages de son système dans le combat en zone urbaine où les projectiles sont le plus souvent tirés à courte distance. Le système fut intégré sur un VAB, approuvé par l'administration après des essais intensifs pour terminer à la poubelle et faire perdre 10 années d'avance à notre industrie ! Durant ces dix années, nous avons équipé nos VBCI déployés en Afghanistan de filets anti RPG et surblindé nos AMX 10RC. Les véhicules Scorpion font également appel aux mêmes méthodes avec le surblindage des Griffon et le slat armor pour le Jaguar. Fort heureusement ces dix ans ont été des années sans engagement face à une menace antichar réelle qui aurait pu nécessiter l'usage d'un tel système que nous n'avions pas !  

 

Il est difficile de justifier un tel gâchis de talent, d'argent et de temps qui aurait pu hypothéquer la survie de nos équipages face à des armes qui depuis 10 ans se sont multipliées sur tous les champs de bataille bien avant le retour en grâce de la haute intensité ! Thales étant associé au projet PROMETEUS, on peut espérer que les travaux menés dans le cadre du projet Shark soient utilisés pour le développement (tardif) du nouveau système de protection active français.

 

Sur le plan militaire, l'adoption d'un système de protection active par l'armée de terre constituerait un progrès important pour la protection de nos engins blindés qui pourraient être équipés de versions adaptées à leur gabarit. Alors que de nombreuses armées souhaitent aujourd'hui équiper leurs véhicules blindés de systèmes de protection active, le nombre d'industriels capables de fournir et d'intégrer ces systèmes reste extrêmement limité dans le monde occidental. Les industriels français pourraient rejoindre ce club très fermé en disposant d'un système efficace et innovant dans des délais raisonnables. Il faut espérer que le développement de PROMETEUS permette d'envisager son utilisation contre des armements arrivant par le haut (Top Attack) comme les missiles antichars modernes et les munitions rôdeuses ! C'est avec impatience que Blablachars va attendre les prochaines nouvelles de l'APS français et espérer que PROMETEUS ne connaisse pas le même sort que celui subi par le système Shark, il y a 10 ans !

10 commentaires:

  1. Bonjour,
    De mémoire, Shark était issu de travaux de l'Institut franco allemand de St Louis. En 2010, Shark se vantait être un système plus rapide que Trophy et fonctionnant même contre les obus flèche.
    Ensuite, Rheinmetall aurait utilisé (racheté?) ces travaux.
    Et finalement, Thales annonce c et ça développement. Est-ce basé sur les travaux de St Louis? Sont-ils repartis de zéro?
    Je pense que l'armée de Terre n'était pas pressée, ce qui a retardé le développement.
    https://www.defense.gouv.fr/dga/actualite-dga/2008/l-initiation-opto-pyrotechnique-une-rupture-technologique-dans-la-protection-active-des-vehicules-blindes.
    nexterience.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, vous avez raison, le système shark était basé sur une chaîne optopyrotechnique dont les détonateurs optopyros provenaient de l'ISL (qui a développé aussi ces systèmes pour Ariane), TDA pour le système complet, les contre-mesures par les allemands et l'université de Bourgogne, labo ICB, pour le développement des sources laser robustes, faible coût, très réactives, ce sont ces sources qui ont été intégrées ds le démonstrateur (voir aussi prix Chanson pour Shark en 3008 de mémoire ?). La suite politique et industrielle m'est plus obscure...

      Supprimer
  2. D'un point de vue opérationnel, je trouve au contraire que en 2010, c'était trop tôt. Vous dites " heureusement..." mais c'était juste que le besoin de hardkill n'existait pas au Sahel. Un Hardkill a des inconvénients à ne pas omettre.
    En 2020, par contre, le système est nécessaire et je vous rejoins sur son étrange absence sur XLR, ne serait-ce qu'une cinquantaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Notre armée doit être capable de combattre au Sahel, mais ne doit pas être conçue spécifiquement pour y combattre. Elle doit être capable de s'adapter à différents types de conflits, y compris des conflits haute intensité. Ne pas avoir équipé ne serait-ce que les quelques Leclerc en état de fonctionner de dispositifs hardkill est une faute militaire et économique. Cela ressemble à beaucoup d'autres rendez vous manqués, comme les drones aériens, les munitions rodeuses, les missiles SEAD, les missiles AS (type BRIMSTONE) ou la défense AA basse couche.

      Supprimer
    2. Je vous rejoins totalement sur le fait que renoncer à un système de protection active il y a 10 ans était une erreur majeure, un manque de vision impardonnable. Nous avons inutilement pris le risque de mettre en danger nos hommes pendant cette période, et nous avons abandonné un juteux marché aux israéliens (et autres...). Il faut désormais remonter la pente, et c'est mal parti avec cette décision aberrante de rénover le Leclerc "a minima", donc sans système de protection active, alors que les roquettes et missiles antichars prolifèrent dans toutes les zones de conflit sur la planète, et qu'on disserte sur le retour de la "haute intensité"...

      Le système Promteus a peu de chance d'être vendu tant qu'il ne sera pas "combat proven". il faut donc espérer une commande, ou une annonce de commande, rapide pour équiper les Griffons et Jaguars de l'AdT, éventuellement sous forme de kits. Reste à voir le coût de ce système et sa compétitivité technique et financière face aux concurrents.

      Supprimer
  3. ATTENTION,
    néanmoins,
    Si un système de défense active constitue un élément supplémentaire précieux sur un char de combat en particulier (sur les VCI cela pose un certain problème, voir ci dessous), et en haute intensité conventionnelle, il n'en est pas moins une panacée cependant.

    Un certains nombre d'éléments sont en effet à prendre également en compte.

    1 : S'ils constituent un élément de protection supplémentaire, ils ne peuvent cependant pas se concevoir sans une défense antiaérienne élargie intégrée, et en particulier de système C-RAM (là, très malheureusement, ce n'est pas dix ans de retards, puisque de tels systèmes ne sont même pas envisagés en France !?! Et ce sont loin d'être les seuls, malheureusement.).
    Un système hard-kill vient en complément ultime, en cas d'embuscade rapprochée, et cas d'absence d'infanterie d'accompagnement suffisante par exemple.

    2 : S'ils constituent un élément de protection supplémentaire, ils ne sont rien si il n'y a à la base un niveau de blindage suffisant.
    Rappelons par exemple, qu'une simple et unique munition flèche du désormais omniprésent 30 mm, suffira, amplement, à mettre hors de combat tous nos actuels et futurs blindés (autre que le seul Leclerc) et leurs équipages... Un système de défense active n'y pourra strictement rien .

    3 : Enfin, et bien évidemment (!!!) leur coût, qui s'opposent à une généralisation systématique en particulier.
    Le coût d'un système “Trophy” “classique” actuel coutant déjà 500 000 euros.
    A ce prix, d'un demi million d'euros par système (pas étonnant que cela intéresse nos constructeurs, car là, c'est, assez cher, vendu.), la question du niveau de blindage, beaucoup moins cher en comparaison, reviendra d'autant sur le devant de la scène.

    Trois autres écueils pratiques, restant par rapport à leur mise en place effective :

    4 : La saturation en effet d'un part une fois le nombre de ces intercepteurs épuisés, apparemment très limitées en nombre (quelques unités), en particulier. Ce qui nous renvoi aux systèmes C-RAM d'interception générale précédent.

    5 : Les effets collatéraux de ces munitions de défense rapprochée, contre les possibles civils, mais surtout contre les inévitables soldats évoluant à proximité et chargé justement de protéger ces blindés, c'est à dire en l'occurrence nos propres soldats. A très fortement éviter donc, au contraire, en environnement urbain.

    6 : D'autre part, autre point sans doute le plus fondamental, ils restent totalement ineffectifs contre des munitions flèches, beaucoup plus rapide (1800 m/s actuellement (contre 160 m/s pour le MMP, par exemple (beaucoup plus facilement interceptable.)))
    Ces dernières pour être traitée nécessiteraient des systèmes capables de détecter, de réagir, et d'intercepter ces obus flèches beaucoup plus rapidement, de l'ordre de dix ou vingt fois plus vite. C'est à dire, à un niveau de l'ordre de quelques centièmes de seconde voire moins encore (et donc dix, XX fois plus couteux à minima (à 5 à 10 millions, voire plus, le système.).

    Conclusion :
    Si ces nouveaux système de défense sont des moyens, supplémentaires, de protection renforcée, voire de dernier recours, une fois les autres couches de protection passées, et d'emploi assez délicats voire strictement circonstanciés (en terrain libre ou dans des trouées suffisamment dégagées par exemple.), de nos principaux effecteurs de combat terrestre (globalement nos seuls deux cent Leclerc restant : justement, non prévus !!!!!!! ! on marche vraiment sur la tête.), ces systèmes ne sauraient nous exciper de la mise en place des équipements, de base, blindage, C-RAM, antiaériens, et bien d'autres encore, strictement nécessaire à une grande armée de terre moderne d'aujourd'hui.

    RépondreSupprimer
  4. Rheinmetall à un système identique au système de chez Nexter et qui n'a pas trouvé preneur dans l'armée Allemande.
    La France à fait des essais avec une tourelle équipée d'un lance grenade HK de 40mm contre des drones avec succès; l'on peut se demander si le même système qui utilise des muniton chronométriques programmables ne pourrait pas intercepter des missiles, sur le papier le 40mm CTA qui à des munitions identiques devrait pouvoir intercepter lui aussi des missiles et autres munitions rodeuses drones....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ou ça :
      https://en.wikipedia.org/wiki/Counter_rocket,_artillery,_and_mortar
      , et vos drones seront une affaire aussi vite oubliée, en haute intensité et symétrique en tous cas, une fois l'effet de surprise passé, qu'ils sont apparus :
      Imaginez des trapanelles ayant la vitesse et les capacités des appareils du début de la seconde guerre mondiale, face à ce genre de nouveaux systèmes antiaériens moderne, qui arrêtent même des obus d'artillerie ou de mortier.
      En plus des système de brouillage pour les drones en essaim : A nouveaux systèmes, nouvelles parades.

      Ma préférence allant aux "Draco" italien (comme quoi, on peut être une armée moyenne et être réellement innovant (pas avec du 40 mm poussif car télescopé, mais cependant hors prix !!) !!!)
      https://www.armyrecognition.com/weapons_defence_industry_military_technology_uk/draco_oto_melara_76mm_multipurpose_surface_and_c-ram_counter-rocket_artillery_mortar_system_2007144.html
      Des munitions plus puissantes ayant un rayon létal plus grand (contre les essaim de drones par exemple) et surtout une plus grande portée : Quelques éléments de ce système suffiraient pour assurer une bulle de protection dans un rayon de plus de 8 km (interdisant, tout hélicoptères, voire tout drone, avant même qu'ils ne puissent tirer leurs missiles, ou leurs roquettes.) (pouvant également tirer jusqu'à plus de 4 km en tirs directs, y compris anti-chars moyens et anti-blindés lourds.).
      Bref les vraies innovations actuelles, et les vrais nouveaux systèmes d'arme, d'aujourd'hui....

      Supprimer
  5. Vu les débats au Sénat sur la non-actualisation de la LPM 2019-2025, l'export du matériel militaire français n'est pas une option...
    https://www.forcesoperations.com/la-filiere-de-defense-terrestre-craint-une-crise-majeure-a-retardement/

    RépondreSupprimer
  6. Pour le moment, on peut regarder la maquette du Leclerc XLR (chose promise, chose due):
    https://mobile.twitter.com/i/web/status/1439982830759645198

    RépondreSupprimer