Pages

lundi 24 avril 2023

ET SI ON REPARLAIT DE DEFENSE SOL-AIR ?

Au moment où la défense sol-air et la lutte anti drone font un (modeste) retour dans les préoccupations des états-majors, le projet de loi relatif à la  future LPM prévoit l'adoption de "capacités opérationnelles modernisées". Cette dénomination cache en réalité l'acquisition de moyens limités d'ici 2030 et le report après cette date de l'adoption de la totalité des équipements prévus. Ainsi en 2030, l'armée de terre devrait bénéficier de 12 Serval de Lutte Anti Drone, de 24 véhicules du même type équipés de missiles Mistral et de 9 véhicules légers MICA. Outre les quantités échantillonnaires (ou symboliques) représentées par ces chiffres, on constate un éparpillement des capacités nécessaires sur différents porteurs, à rebours des choix effectués par plusieurs armées. 

Même si comparaison n'est pas raison, il est toujours intéressant de regarder ce que font d'autres armées dans certains domaines. Dans celui qui nous intéresse, force est de constater que le choix français constitue une originalité dont on peut s'interroger sur le cout et la pertinence. 

Du côté de la Pologne, le système Pilica permet à l'armée polonaise de disposer d'un système regroupant sur une plate-forme unique les effecteurs nécessaires à la lutte anti-drone et à la défens sol-air. A côté d'un affut double de 23 mm, le Pilica embarque deux missiles antiaériens GROM/PIORUN. Associés à une caméra thermique et un télémètre laser, le Pilica peut agir de façon autonome ou s'intégrer dans un dispositif de défense "multicouches". Les six unités de tir, la station de commandement, le module radar et les deux véhicules cargos sont montés sur des châssis Jelcz de fabrication locale. A noter que le système de tir peut être débarqué de son porteur pour opérer de façon statique pour assurer la défense de site ou de point sensible.

Le système polonais PILICA

De l'autre côté de la planète, l'APL (Armée Populaire de Libération) confie au SWS2 la défense sol-air de ses forces. Le système embarque un canon revolver de 35mm évolution du canon Oerlikon GDF de 35mm que la Chine a fabriqué sous licence entre 1997 et 2018. Cet armement est complété par quatre lanceurs de missiles sol-air provenant sans doute du système de défense sol-air TY-90 développé par la firme chinoise Tian Yan et équipé d'un radar de tir. Dédié à l'accompagnement des unités en mouvement, le SWS2 est monté sur un châssis modifié de ZBL-09, version dans laquelle il est également proposé à l'exportation sous le nom de LD35. 

Le SWS2 / LD35 chinois.

Le SWS 2 serait en cours de remplacement par un nouveau système incorporant des modifications majeures. Le Type 625E Shorad (Short Air Defense) évolution du Type 625 en service au sein de l'APL depuis 2020, est armé d'un canon de type Gatling comprenant 6 tubes de 25mm et de huit lanceurs pour missiles sol-air répartis de part et d'autre de la tourelle. Ces derniers des missiles FB-10 ou 20 selon les versions, développés par la firme chinoise China ALIT (Aerospace Long-march International), capables d'engager des objectifs à une portée maximum de 10 km et à une altitude allant de 15 à 5000m. Ces armements sont associés à un radar escamotable monté en arrière de la tourelle, capable de détecter et suivre des engins volant à basse altitude comme des UAV, des hélicoptères ou des missiles de croisière. Le Type 625e repose sur un châssis 8x8 dérivé de celui du ZBL-08 et serait décliné en version export, que l'on a pu voir au Zuhaï Air Show, différente de la version récemment mise en service au sein de l'APL. Connue sous le nom de CS/SA5, celle-ci est armée d'un canon Gatling comprenant 6 tubes de 30mm et de quatre missiles sol-air FN6A.

Type 625 E au Zuhaï Air Show 2022.

Plus près de nous, sur la rive orientale de la Méditerranée, la Turquie a fait le choix d'un châssis chenillé, celui de l'ACV-30 de FNSS pour servir de support au Korkut développé par Aselsan. Le système turc comprend deux canons revolver KDC-02 de 35mm, construits sous licence par MKEK. Ces deux tubes alimentés par les 400 obus transportés dans l'engin et complétés par des missiles MANPADS (Man Portable Air Defense System) qui peuvent être des Stinger américain ou leur équivalent russe SA-24 Igla. Chaque système est composé d'une unité de commandement (KKA) dont 14 exemplaires doivent équiper l'armée turque et deux véhicules de tir (SSA) commandés à 42 exemplaires. Le Korkut a commencé à équiper les forces turques depuis 2019 et a été déployé en Libye, l'année suivante. 

Enfin, pour terminer ce rapide tour d'horizon des systèmes de défense sol-air canon/missile, il est utile de revenir sur le choix de l'armée américaine pour assurer la défense sol-air à courte portée de ses forces. Pour remplir cette mission, le châssis du Stryker a servi de base au développement d'un véhicule dédié sur lequel la tourelle modulaire RIwP (Reconfigurable Integrated-weapons Platform) de MOOG a été installé. Cet équipement déclinable en de nombreuses versions grâce à une architecture modulaire reçoit un canon M230 LF ou XM914 Bushmaster de 30mm, quatre missiles Stinger et deux missiles Hellfire. Cette configuration commandée à 144 exemplaires par l'armée américaine pourrait également répondre aux besoins de l'armée britannique. Pour satisfaire aux demandes de Londres, la RIwP pourrait embarquer deux missiles STARStreak de Thales associés à deux missiles antichars Brimstone développés par MBDA. Le développement de la RIwP se poursuit autour de l'intégration d'armes à énergie dirigée. 

Stryker SHORAD

L'énumération (non exhaustive) de ces systèmes de défense sol-air courte portée montre que des pays ayant des capacités industrielles différentes ont toutefois réussi à développer des solutions adaptées aux nouvelles menaces représentées par les aéronefs adverses et les différentes munitions existantes. Dans le domaine des châssis, succombant une nouvelle fois aux sirènes de la projection et de l'aérotransport, la France a choisi le Serval pour servir de base à ses futurs systèmes de défense sol-air courte portée. L'armement de ces systèmes, ne reposera quant à lui que sur des missiles (Mistral, Mica) à l'exclusion de toute arme de moyen calibre, capable d'engager des drones et des munitions rôdeuses. Ce choix est d'autant plus regrettable au vu des équipements développés et produits par nos industriels. Concernant le châssis, Nexter dispose avec le VBCI d'une plateforme dont la polyvalence n'a jamais été exploitée au profit de l'armée française ou à l'export. L'armement d'un véritable engin de défense sol-air pourrait être le fruit d'une coopération entre les différents industriels concernés (Nexter, MBDA, Thales) pour doter l'ARX30 (ou 25) d'une capacité missile, inspirée de celle de la tourelle ATLAS présentée par MBDA au dernier salon Eurosatory, et de moyens de détection adaptés, qui pourraient être développés à partir du système Parade de Thales. Un tel engin pourrait se voir doter de munitions ABM, d'une capacité de fonctionnement autonome ou au sein d'une grappe dotée de moyens de détection plus lourds. Enfin comment ne pas évoquer le RapidFire dont un exemplaire de la version terrestre était présenté au salon IDEX 2023 ? Le canon CTA de 40mm  associé à des missiles sol-air courte portée aurait pu constituer la base d'un véritable système de défense sol-air courte portée capable d'accompagner les forces dans leurs engagements. 

Serval LAD

Loin de ces ambitions et de ces nécessités, la France va donc continuer à faire reposer sa défense sol-air courte portée sur les VAB Arlad, les VLRA Mistral et les canons de 20mm sur TRM 2000, en attendant des jours meilleurs (2030 ?) et l'arrivée des Serval Mistral. Avec cet équipement, c'est une nouvelle fois la projection et la mobilité stratégique qui sont privilégiées aux dépens de solutions plus lourdes et blindées réellement capables de protéger des forces de manoeuvre agissant dans un conflit de haute intensité. Ce choix est fait en dépit de l'existence des équipements disponibles pour le développement d'un tel système au sein de la BITD nationale. Dans ce domaine comme dans beaucoup d'autres (dont Blablachars reparlera), la future LPM fait l'impasse sur la (re)constitution d'un véritable segment de décision capable de s'engager face à un adversaire aux moyens plus conséquents que ceux que nous avons connus ces trente dernières années.

90 commentaires:

  1. Les missiles MISTRAL, cela faisait depuis 2006 que la France n'en avait pas commandé:
    https://www.forcesoperations.com/une-enveloppe-de-29-me-pour-un-reassort-important-de-missiles-mistral/

    Heureusement qu'il y a des clients exports.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La suprématie aérienne est considérée comme acquise en occident, confié aux avions de chasse et un peu à la DSA, c'est ce paradigme qui est en train d'être bousculé comme bien expliqué rapidement par ce petit fil twitter : https://twitter.com/AirDefensenet/status/1650593909184118784

      Les ukrainiens sont aidés et cette guerre sert de laboratoire :
      https://lerubicon.org/publication/la-proliferation-des-drones-civils-militarises-en-ukraine-une-ecole-de-guerre-pour-les-etats-majors-occidentaux/

      En la matière, l'intelligence humaine deploie des trésors d'inventivité, on nous promet bien pire...
      https://www.areion24.news/2022/02/27/techno-guerilla-le-pire-des-deux-mondes/

      Supprimer
  2. Comme si cela pouvait être développé dans l’année. Nous n’avons aucune ligne budgétaire pour cela.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mais nous avons des centaines de drones chinois DJI pour servir de cibles:
      https://www.forcesoperations.com/flying-eye-livrera-plusieurs-centaines-de-drones-au-ministere-des-armees/

      Des drones qui renvoient leurs données en Chine:
      https://www.challenges.fr/high-tech/le-constructeur-de-drones-chinois-dji-vise-par-trois-plaintes-en-europe_852986

      Supprimer
    2. Nous avons pourtant la capacité de développer rapidement un système SHORAD, simplement en piochant sur étagère les éléments nécessaires : intégrer à un châssis VBCI une tourelle 40mm RapidFire et des missiles Mistral (ou le missile Martlet de Thalès, moins coûteux et plus polyvalent) n'aurait rien d'un exploit d'ingénierie...

      Supprimer
    3. La France vient de commander des MISTRAL, une première depuis 2006!
      https://www.forcesoperations.com/une-enveloppe-de-29-me-pour-un-reassort-important-de-missiles-mistral/

      L'Espagne va prendre la version 3:
      https://air-cosmos.com/article/l-espagne-se-tourne-vers-le-missile-mistral-pour-renforcer-ses-capacites-anti-aeriennes-64954

      Supprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De plus les MICA VL vont aller à l'armée de l'air comme l'était les Crotales.

      Supprimer
    2. Ce n’est pas un problème, aujourd’hui, le combat est interarmées. Peu importe qui possède les moyens !

      Supprimer
    3. Oui enfin, leur mission reste la défense des approches des bases aériennes, pas la manœuvre blindée.

      Supprimer
    4. Le combat interarmées est un objectif. Dans la pratique la chaîne de commandement est allongée et diluée ce qui nuit à la réactivité nécessaire...dans le meilleur des cas, cad quand les communications sont optimales. En toute hypothèse les MICA ne feront que remplacer les Crotales NG en fin de vie, qui servent à la défense de sites.

      Supprimer
  4. Alors que le conflit en Ukraine montre le rôle que joue la prolifération des drones, on n'aura que 12 VAB ARLAD pour l'instant!? Et le complément ne sera que de 12 Servals LAD d'ici 2030!? C'est plus que modeste comme capacité! Apparemment la solution ARLAD sur VAB marche bien, la STAT l'a démontré et d'après les informations que l'on trouve, elle semble désormais validée. Pourquoi ne pas commencer alors dès maintenant le travail d'intégration sur Serval LAD? Le véhicule existe, le tourelleau aussi, il peut tirer du 40 mm, le kit ARLAD existe, ... On peut profiter de l'expérience acquise. Qu'est ce qu'on attend? Que les équipes changent et qu'il faille repartir de zéro dans 7 ans?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On a rien en fait e.vraie passoire la France... regarder le plan d'attaque de l'armée algérienne (fictif et purement éducatif pour leur école d'officier qui a fuite) à par quelques zones défendues (Toulon, Marseille Lyon, Bordeaux, Paris et les bases aeriennes) leurs SU 30MKA pouvaient largem3nt se faufiler entre les Bulles de défenses... à comparer leur défense est bien.plus performante. En plus on a pas de missiles anti radar!!!

      Supprimer
    2. Les Su30 MKA décollant de bases aériennes algériennes sont repérés en temps réel dès leur décollage par le radar Nostradamus de l’ONERA (détection 360, 2000 kms de portée officielle selon l’Onera.) À cela s’ajoute les radars des frégates de la Marine en Méditerranée plus à Toulon qui peuvent détecter à plus de 400 kms tout aéronef pour les frégates AA, sans compter les radars primaires de l’armée de l’air + les nouvelles séries GF qui détectent tout ce qui vole, du missile de croisière en passant par les avions furtifs. À cela s’ajoute la PO des Rafale F3R de l’armée de l’air plus au moins un AWACS d’Avord. Non franchement les généraux algériens avec tout le respect que j’ai pour eux, devraient vraiment ralentir sur la bouteille!

      Supprimer
  5. Les serval anti-drones devraient être équipés de canons de 40 mm avec des munitions airburst. Des canons rapidfire seront peut-être utilisés.
    Le balargone a diminué le nombre de force projetable de 15 000 à 8 000 pax. De plus, il se contrefiche de la cavalarie lourde et préfère se focaliser sur le contournement de la lutte armée avec son leitmotiv de gagner la guerre avant la guerre avec sa composante de guerre informationnelle, de FS et cyber. Donc, la DSA n'est guère sa priorité mais remonte en capacité suite aux RETEX de la guerre d'Ukraine où le manque capacitaire froggy est patent surtout pour l'AdT.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça m'étonnerait que le Serval puisse supporter le 40 CTA!

      Supprimer
    2. Où sont passés les 40mm du Jacques Chevallier?

      Supprimer
  6. Le jaguar peut faire de l'anti aérien, par contre contre les drones et autres munitions rodeuses , les brouilleurs semblent être les plus efficaces, les missiles du type mistral stinger et similaires ne fonctionnent pas car ils explosent par impact et comme les drones sont de petites tailles...
    Les US auraient mis ou metteraient au point une fusé de proximité pour leurs missiles stinger suffisamment sensible pour détecter des petits drones ou des munitions foreuses..
    Les US se tourneraient vers les laser de puissances les premiers stryker équipés de laser de 50kw sont en tests opérationnels
    Penandreff

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. SVP. Ne comptez pas trop sur le jaguar 😊

      Supprimer
    2. Le jaguar ne dispose ni de l'optronique nécessaire ni d'un debattement suffisant de son canon

      Supprimer
  7. "Des moyens limités (avec 40 % de budgets en plus !!!) d'ici 2030 et le report après cette date de l'adoption de la totalité des équipements prévus", et dire que certains arrivent à se féliciter de cette LPM ? !!!! ? Mais passons.
    Nous n'avons plus aucune défense antiaérienne sérieuse, hormis le reliquat de quelques deux-trois cent Manpad Mistral (dont on vient de découvrir qu'il serait bien d'en mettre, un tout petit peu, sur véhicule.).
    Là encore, essentiellement le résultat des dividendes de la paix (qui n'ont manifestement pas cesser, tout au contraire.), mais plus encore et surtout dans ce cas présent de la croyance de la toute puissance de la technologie.
    Ici dans celle du fait aérien au détriment de tout ce qui était de l'antiaérien pendant ces trente dernières années (même notre filière drone est y passé, à une certaine époque...).
    Comme pour l'antichar, d'ailleurs comme on en n'avait plus besoin de chars non plus (d'où le non évolution du Leclerc laissé dans des hangars pendant trente ans.), comme le génie, comme la logistique, comme etcetera, comme l'artillerie, les lanceurs de roquettes, tout cela était (Est ? Manifestement on ne l'est est pas encore, réveillé.) devenu inutile (Du cyber et des FS en effet...).
    En effet, le réveil, bien que très partiel, et le retour à la réalité est déjà violent.

    Dans ce cas ci, c'est toute une chaine de "l'antiaérien" du C-RAM (anti drones) à l'antimissile (pour ne pas laisser nos navires à la merci de la moindre frappe, par exemple.), qui est aujourd'hui à créer et à recréer.
    Entre les quelques Mistral de très courte portée, les quelques Mica et Aster 15 et 30 (ces derniers dédiés à défendre les bases aérienne essentiellement ; car ...), en trop faible nombre, c'est tout une cohérence qui est à retrouver et de très gros trous qui sont désormais à boucher.
    Quel dommage que cette "loi de programmation "militaire"" soit encore complètement hors sol.

    Malgré une augmentation de 40 % encore une fois ??? ! :
    On peut vraiment se poser la question de où peut bien partir ce "pognon de dingue" ? !!!! Quelle inefficacité, et quelle décorrélation avec les réalités actuelles encore une fois !
    PS : Et dire que certains arrivent encore à s'en réjouir !

    Autrement dit, il y a du boulot pour que nos armées, et en particulier notre armée de terre, retrouve leur crédibilité.
    [Au lieu d'amuser le public et les candides ignorants des questions de défense, comme on le fait depuis vingt ans ("La meilleur armée d'Europe", voire du monde (la deuxième derrière les Etats-Unis !), comme on l'a réellement entendu !!).]

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Triste et inquiétant constat. Voilà ce qui arrive quand un pays est gouverné par des gestionnaires animés par la seule logique comptable et pour qui la France n'est qu'une immense entreprise. Ce sont ces mêmes génies qui nous expliquaient que posséder 400 chars ne servait à rien puisque nous ne pouvions en maintenir en condition que la moitié...donc autant en réduire le nombre de moitié pour être à 100% de chars opérationnels! On connait la suite...

      Supprimer
    2. Ce n'est pas finit après Saint Cyr en version "orientation client" pour les stagiaires africains, bientôt la nouvelle version 2.0 de l'école de guerre (ouh, le vilain mot pour des managers) : les officiers française ne sont pas assez “Europe de la défense”, vite un camp de rééducation en anglais.
      https://www.lefigaro.fr/vox/monde/la-creation-d-une-ecole-de-guerre-europeenne-permettrait-de-developper-une-strategie-militaire-indispensable-en-europe-20210413

      Plutôt que de se sortir de notre désindustrialisation et du désarmement, plutôt étudier la courbure de la banane et des valises de billets de lobbies, alors que sans les États-Unis, nous ne faisons plus rien même sur notre propre continent.

      Supprimer
    3. Nos futurs chefs, qui parleront bien mieux anglais que leurs aînés...
      https://mobile.twitter.com/UKFightClub1/status/1430620562393600001

      Supprimer
  8. Les moyens techniques, les effecteurs et les porteurs existent en catalogue. Il s'agit de mettre cet ensemble en musique en fonction des menaces et de nos moyens, y compris humains.

    La doctrine de la maîtrise de l'air par l'AAE devrait être posée, y compris avec ses moyens sol (détection et effecteurs).
    La "force aérienne" peut-elle tout faire, surtout avec un déni d'accès adverse...?
    Les moyens sol (défense de zone avec Mamba et Mica VL) sont ils efficients face au drones/missiles de croisière discrets. L'hypersonique et la menace balistique de théâtre sont-ils pris en compte et pour quelle efficacité ?

    Les moyens dédiés de l'AT prévus pour 2030 répondent à un besoin "très basse couche" ponctuel en national ou plus large en expéditionnaire.
    La répartition de l'usage des moyens répond à une doctrine sur le contrôle et la répartition des feux dans les trois composantes TAM. La connectivité et la coopération interarmées est indispensable.

    La protection des zones d'intérêts ou tactiques terrestres ainsi que les forces de l'avant reposent sur le Mistral et les canons à tir rapides en dotation (?).
    Le Mistral est un excellent missile qui répond à des menaces classiques. L'employer sur un porteur protégé, permet un usage plus large, sous protection pour le personnel. Mais pour un emploi de "front" il n'a pas la résilience nécessaire (détection ?) et ne recouvre pas toutes les menaces. Un ou des automoteurs mixtes canon-missile (voire laser, à terme ?) seraient plus adaptés avec une détection intégrée ou déportée.
    L'avènement des drones et munitions complexes demandent une détection spécifique et des effecteurs qui le sont tout autant. La guerre électronique ne doit pas être oubliée... ainsi que la piste de l'évolution du hard kill vers du drone kill (?), tout en ayant conscience qu'il est impossible de se protéger de tout...

    Ceci étant dit, il reste à trouver le bon "bouzin orchestre" multi-machin, son emploi, son coût/efficacité et les lignes budgétaires nécessaires. Les industriels sont "tout ouie"... comme pour un bon nombre de matériels à renouveler ou qui nous sont nécessaires.
    Là, il faudrait réviser la LPM, peut-être la Doctrine et le LBD en y associant les budgets supplémentaires nécessaires. Le sujet est éminemment politique, militaire et économique :)


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il manque déjà deux batteries de MAMBA pour couvrir le territoire hexagonal.

      Supprimer
    2. Les Mamba n'ont pas vocation de couvrir le territoire métropolitain mais seulement ses points "stratégiques" et éventuellement une "force" à l'extérieur. Effectivement, il est actuellement en sous-nombre et les Crotale NG couvrent les "trous" engendrés par les masques.
      La complémentarité des moyens aériens avec ceux du sol a aussi son importance.

      Le Mamba NG et le VL Mica apporteront un progrès qualitatif et espérons-le quantitatif...

      Supprimer
    3. Au sujet des 10 batteries nécessaires au lieu de 8 actuellement, ce n'est pas mon affirmation, mais celle d'un spécialiste de l'AA , dans un article ancien de DSI.

      Supprimer
    4. D'ailleurs les 10 batteries étaient bien prévues a l'origine du programme, mais comme d'habitude ce dernier a été amputé sans préoccupation de sa cohérence.

      Supprimer
    5. En fait, non, c'était 12 batterie ramené à 10 pour finir à 8. Sur les 12, 10 ont été produite de mémoire. Et sur ces 2 en stockage/cannibalisme, on va prendre des lanceurs aptes ou réparer pour la batterie prévue pour l'Ukraine.

      Supprimer
    6. Là aussi, remarquons : 1,5 milliards d'euros de R&D, pour seulement 8 batteries de 50 millions ("formidable", on a "économisé", 100 millions, sur 2 milliards (De bouts de chandelles encore, diraient certains, et de bêtise crasse, en fait.) ; et un budget de 30-40-50 milliards annuels (Aucune remontée capacitaire prévue non plus dans ce domaine ? !!!!) !!!!) ; et seulement 200 missiles, Aster30, commandés (Il faut vraiment une toute, toute petite armée de l'air, moins de 200 appareils, en face !) ; à 1,4 millions d'euros l'exemplaire (commandés en si faible quantité !!).


      PS : Entre les batteries stockées-cannibalisées et celle donnée (-prêtée ? !!) à l'Ukraine, il va en rester à peine cinq.
      Alors que l'on estimait au départ qu'il en fallait dix, à minima (plus 2 pour la projection.), rien que pour protéger normalement les bases aériennes françaises, et uniquement elles, en principe, et sur le seul territoire métropolitain...
      Peut être se dirige t-on, après avoir abandonné le terrestre (de haute intensité : C'est à dire le terrestre tout court.), vers une demi défense aérienne et navale (on a déjà un demi porte-avions, depuis vingt ans... !!) du territoire ???
      Ca va plaire à certains "on n'a pas de frontières communes", qu'est ce qu'on irait faire à honorer nos alliances et nos alliés, et défendre nos intérêts dans le monde partout où ils sont menacés, une demi défense aérienne et navale du territoire suffira. Recroquevillions nous, toujours plus donc !!
      Bon pour l'influence, le peu qui nous reste encore, faudra oublier, aussi...

      Supprimer
    7. Ce sont deux batteries qui sont stockés sur les 10 produites. Ce sont sur ces deux batteries qu'on va prendre des lanceurs pour l'Ukraine. On reste donc à 8 batteries de Mamba.

      Supprimer
  9. Pour s'informer et s'instruire:

    https://www.vie-publique.fr/rapport/289003-la-defense-sol-air-en-france-et-en-europe-mission-flash

    https://www.c-dec.terre.defense.gouv.fr/index.php/fr/presentation-fr/diff-doctrine-menu/32-doctrine/150-les-documents-fondateurs


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nota: prendre la version PDF pour avoir un document complet.

      Supprimer
  10. L'idée du VBCI pour un système de défense "lourd" comme le Gepard allemand est intéressante mais pour le Serval une tourelle MPCV (Canon + 4 Mistral) de MBDA qui existe déjà depuis des années me semble suffisant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'absence de développement du VBCI réputé excellent, reste un mystère pour moi. Souffrirait-il de défauts cachés ,qui expliqueraient également ses échecs systématiques à l'export ou a t'il été sacrifié pour promouvoir le Griffon, qui promettait ( mais les objectifs n'ont pas été tenus !) d'être beaucoup moins coûteux et donc supposé plus facile à exporter?

      Supprimer
    2. Le Griffon a "l'avantage" d'être aussi cher et aussi lourd (sans la mono tourelle...), que le VBCI, mais, en beaucoup, beaucoup moins performant (motorisation, mobilité, même le niveau de blindage semble avoir reculé, nos savoir-faire avec, ne parlons pas de l'armement, etc...). Un bien bel exploit en définitive encore.
      Quant à la vente export, avec une très nombreuse concurrence qui se vendent en moyenne deux fois moins cher, en étant plus performant (poids, blindage, mobilité), je crois qu'il vaut mieux faire d'or et déjà, une croix dessus, ça nous évitera d'être déçu (Bon à part à arriver à en refiler à la milice belge : Evidemment dés qu'on va dans l'extrême ;) ).

      Un VBCI alléger de sa tourelle (avec un lance-grenades automatique, et une mitrailleuse moyenne coaxiale, téléopéré, à la place.) aurait été un parfait VTT au lieu du raté Griffon, et bien moins cher (Avec globalement 1 milliards de R&D d'économisée (= 600 "VBCI"-VTT gratuits (en plus) et au même prix unitaire de fabrication globalement.)) ; mais mieux motorisé, mieux blindé, plus mobile (4 essieux), et beaucoup plus performant globalement encore. Mais ...
      Pour l'absence de développement du VBCI, contrairement à tous les autres encore, il faut peut être aussi voir du coté du "pas assez cher" : "Il faut mieux redévelopper une , ou plusieurs, familles de blindés similaires, c'est beaucoup plus juteux"."

      Supprimer
    3. Merci.
      Blablachars en avait parlé:
      https://blablachars.blogspot.com/2020/05/et-pourquoi-pas-le-vbci.html

      Supprimer
  11. Très bel article! Bravo BBC

    RépondreSupprimer
  12. Le modele de défense AA national repose sur le fonctionnement optimal d'un ensemble d'outils nationaux ou alliés, supposés articulés. Sauf quen cas de guerre rien ne se passe comme prévu. Or le dispositif français ne prévoit pas de plan B. Si la bulle est crevée, il n'y a pas grand chose en dessous.

    RépondreSupprimer
  13. Il semblerait que les Guépard allemands soient très efficaces en Ukraine.

    RépondreSupprimer
  14. Déjà il faudrait un plan "A"... et nous en sommes pas encore là.

    Monter une tourelle canon-missile demande un minimum d'évaluation pour vérifier les compatibilités et le VBCI n'est pas forcément le plus adapté (masse et hauteur). À voir...?
    Pour l'aspect commercial, nous avons perdu notre influence et nos marchés. Concepts et coûts y sont, aussi, pour quelque chose.

    Les 2K22 Toungouska et SA-22 Greyhound, malgré cette formule intéressante, ont connu des failles et des destructions.

    Le Guépard est une valeur sûre pour contrer les Shahed 136 et les SU-25 en TBA, quand il a ses munitions. Il ne lui manque que des missiles... :)

    RépondreSupprimer
  15. L'association canon/missiles à longtemps été écartée en raison des effets sur les missiles du tir des canons ( chocs mécaniques, vibrations ...) Problèmes manifestement résolus compte tenu de la multiplication des systèmes a l'étranger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, et ils en sont passé par une intégration spécifique d'effecteurs différents. Cela ne s'improvise pas. La France a pour habitude de développer des systèmes quand cela est économiquement possible. Là, à priori, il n'y a pas de ligne budgétaire, ni propramme...

      La solution pour aller plus vite sans coût de développement ou d'intégration sur un porteur national est l'achat sur étagère, mais il y a aussi des inconvénients. C'est un choix.

      Supprimer
    2. Il me semble que la BITD nationale dispose de tous les éléments du puzzle pour réaliser en l'état de la technologie, et a coût maîtrisé, des solutions de défense AA basse couche.Entre Nexter, Safran, Thalès et MBDA, nous avons des champions mondiaux dans leur domaine.

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

      Supprimer
  16. Le plan A français suppose que la supériorité aérienne est acquise par l'action des forces aériennes alliées ou , quand il s'agit d'un conflit asymétrique, par l'action des forces aériennes nationales. La nécessité d'une défense AA depuis le sol devient en conséquence marginale. C'est un modèle ancien, qui néglige entre autre le rôle croissant des drones, munitions rodeuses et missiles sol sol longue portée .
    .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est bien ce que je dis, le plan A est déjà insuffisant, nous n'avons pas les moyens de mener un conflit de haute intensité classique avec des pays qui contesteraient notre couverture aérienne. De plus, entre les drones, les missiles discret, les hypersoniques et les balistiques: il y a plusieurs trous de plus dans la raquette...
      Des sous...!?

      Supprimer
    2. Je reviens sur la notion de cohérence qui me semble essentielle. Les hauts responsables de l'AA s'accommodent de la diminution du nombre de Rafale ( 135 versus 185), prévue par la nouvelle LPM parce qu'en contrepartie ils auront davantage de nacelles Talios et de radars ASEA. Donc une AA au format réduit, en raison des choix budgétaires, mais plus cohérente. C'est ici que l'AT ( comme la Marine) pêche. On dispose de 630 VBCI et 220 Leclerc ( dont une partie seulement rénovée) mais d'aucune défense AA basse couche digne de ce nom ou de défense AC hard kill...par exemple.


      Supprimer
  17. Ces perspectives extrêmement limitées concernant les moyens d'assurer la défense aérienne des forces terrestres, sont vraiment affligeantes et génèrent des risques inconsidérés et difficile à admettre . De plus, l'actuel contexte géostratégique préoccupant ne semble pas avoir généré la moindre amélioration en termes de prise de conscience des besoins . Ces prévisions sont très insuffisantes tant en termes de quantité, que de délais de mise en unités et même de niveau qualitatif. On se demande vraiment qui sont ceux qui effectuent de tels choix. Et même qui ou quoi les influence par agir de la sorte. Je ne peux m'empêcher de penser à leurs "prédécesseurs intellectuels" qui sévirent dans les années 30', et qui avaient voulus des chars à tourelles monoplace et dépourvus de radio...Comment peut-on être si peu proactifs..? .Enfin bon. Faisons face en cherchant à générer des idées correctives. Oui, bien sûr , il faut rapidement disposer, pour commencer, d'une bonne quantité de véhicules blindés dotés d'une tourelle optimisée pour la défense aérienne pouvant traiter des petits drones, des hélicos et des avions d'attaque au sol .Si on veut aller vite, des modèles de telles tourelles, sont disponibles à l'étranger. Notamment en Corée du Sud ,en Allemagne, en Suède, en Italie... On pourrait envisager ces engins anti-aériens par binômes, chacun portant un équipement complémentaire de l'autre. L'un au moins porterait des radars de technologie AESA .L'autre pourrait comporter un détecteur IR passif surveillant l'espace sur 360°; Pour traiter les très petits drones, je verrais bien une GATLING M-134 de calibre 7.62x51mm . Ainsi qu'un LASER de puissance. Pour traiter un peu plus gros et plus loin, on pourrait recourir au calibre 25 x 137 mm (Standard OTAN) qui a l'avantage de déjà servir sur le VBCI. Cette arme à double alimentation, permet aussi de faire face, en cas d'urgence, à des blindés légers ennemis. Pour traiter des hélicoptères et des avions d'attaque au sol , il vaut mieux passer au missile. En effet, le 40 mm CTA n'est pas optimal pour ce rôle. Il ne tire pas à plus de 200 coups/Minutes. C'est peu. Un Oerlinkon de 35 mm, par exemple, tire 550 c/min. Le 30 mm MAUSER MK au calibre 30 x173 peut sortir 800 c/Min. De plus, je ne sais pas si NEXTER est enfin parvenu à concevoir son obus antiaérien programmable; Pour ce rôle et en 40mm, je préfèrerais perso le 40 mm BOFORS; Mais il faut surtout doter la tourelle de minimum 4 missiles anti-aériens prêts au tir. Avec une portée d'au moins 7 et si possible 10 km. Et pouvant, c'est important, intervenir jusqu'à 4000 ou 5000 m d'altitude. Le MISTRAL ne sait intervenir ( à ma connaissance) que jusqu'à maximum 3000 mètres d'altitude. Ce qui est inférieur à plusieurs concurrents. Il est également loin d'atteindre les 10 km de portée. Les armements mitrailleuses/ canons doivent pouvoir traiter des menaces quasi verticalement, pour faire face aux petits drones en vol azimuthal. Tous ces équipements seraient regroupés dans des modules optimisés pouvant se voir adaptés aisément à divers vecteurs , dont ils pourraient se voir découpler au besoin. Ainsi, on pourrait utiliser des plates-formes blindées à roues ou sur chenilles, ou sur camion (à cabine blindée ?), voir sur navire (Sachant que les navires de la marine nationales ne sont pas, eux non plus, réputés pour grande puissance de feu défensive courte portée par rapport, en particulier, aux missiles anti-navires.
    Le missile AA dont je propose "entre les lignes" la mise au point rapide ( sans doute en partant du Mistral) pourrait ainsi voir déclinés en une version de défense navale rapprochée anti-missiles. Jouant donc dans la même catégorie que le RIM-116, qui équipe les navires d'une grand nombre de nations alliées. Se pourrait-il que tout ce qui précède ne demeure pas un simple rêve ? Choisissons d'y croire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malheureusement pour "leurs "prédécesseurs intellectuels" qui sévirent dans les années 30', et qui avaient voulus des chars à tourelles monoplace", le VBCI est précisément équipé d'une tourelle monoplace (De 25 mm, alors que le 30 mm s'imposait déjà à l'époque !), mais ils ont quand même pensé à y mettre la radio, cette fois ci (Ils ont par contre néanmoins oublié la mitrailleuse de série et un armement minimum d'autodéfense sur le très mal né Griffon !!! Les années 30 en pire !!).

      Le 30 mm semble en effet définitivement s'imposer aujourd'hui. Non seulement par sa capacité suffisante à percer tous les VTT à roue, et les VCI chenillés de moins d'une trentaine de tonnes (au delà, les VCI de 40 tonnes nécessitent un 50 mm, et ceux de 50 tonnes un 75 mm, à minima.) et emportant un nombre de munitions conséquent (autonomie.) ; mais aussi par ce fait en tant qu'antiaérien d'autodéfense de proximité (Y compris anti drones à bas coût notamment) :
      De ce type (exemple) :
      http://www.military-today.com/artillery/lvkv_90.htm

      Pour la très courte portée, je serais plutôt sur ce type de blindé :
      https://www.globalsecurity.org/military/world/europe/draco.htm
      Car à plus grande portée, jusqu'à une dizaine de kilomètres, plus puissant (aire de destruction plus importante), et plus spécialisé, et diversifié.
      Ce qui offrirait dans ce dernier cas à l'armée de terre une vraie couverture antiaérienne adaptée, mobile, et moins couteuse que l'option missile.
      Le 75 mm s'imposant également, en tant que calibre commun (économie.) pour de futurs véhicules spécialisés d'appui et d'accompagnement des chars et des VCI (armés de 30 mm), contre les VCI de 50 tonnes notamment.

      Les missiles semblant plus être à réserver (En plus des systèmes interarmées basses couches.) à l'armée de l'air, et à la marine, au delà de ces portées.
      Le MICA-VL pour la courte portée (jusqu'à une vingtaine de km;) remplaçant, complétant, avantageusement (en moins couteux.) l'Aster-15.
      L'Aster-30 assurant une protection aérienne à moyenne portée (jusqu'à une cinquantaine de km (100 km pour les plus grosses cibles, avions Awacs, gros porteurs.) et jusqu'à une vingtaine de Km d'altitude.).
      Au delà, on attend (désespérément de puis plus de dix ans là aussi), le développement de l'Aster-2, capable de vraie intervention antimissile (l'Aster 30 n'est capable capable d'intercepter que des Scud, de première génération, vieux de plus de 60 ans.), et une vraie prise en considération de la nécessité d'une vraie défense antimissile de théâtre (Radars, interception à longue et très longue portée (y compris nuc intermédiaire et missiles véloces jusqu'à Mach 5 et plus.), etc.).
      https://www.senat.fr/rap/r10-733/r10-733_mono.html
      Que ce soit terre, air, mer (Y compris antimissile antinavire en particulier en effet...), et en tant que complément indispensable à la dissuasion !!! !


      PS : Malheureusement nous sommes toujours en plein rêve, il faudrait déjà que certains se réveillent avant.
      Pour l'instant même l'Ukraine ne semble pas les avoir perturbé le moins du monde (Ils sont même au contraire revenu sur certaines certaines évolutions de discours, sur la haute intensité notamment.) !!!
      Où est ce que l'on va comme cela ?

      Supprimer
    2. >Le 30 mm semble en effet définitivement s'imposer aujourd'hui.
      Non, la majorité des VCI OTAN (les Bradley) sont au 25mm.

      >(au delà, les VCI de 40 tonnes nécessitent un 50 mm, et ceux de 50 tonnes un 75 mm, à minima.)
      Non, un 30mm vous ruine allègrement un T72. C'est une question de portée des armements respectifs pas de masse.

      >Le 75 mm s'imposant également, en tant que calibre commun (économie.) pour de futurs véhicules spécialisés d'appui et d'accompagnement des chars et des VCI (armés de 30 mm), contre les VCI de 50 tonnes notamment.
      Pas un seul (1) UN SEUL véhicule blindé des 50 dernières année n'est équipé de 75mm. Il n'y a pas non plus un seul (1) UN SEUL projet en cours.

      >L'Aster-30 assurant une protection aérienne à moyenne portée (jusqu'à une cinquantaine de km (100 km pour les plus grosses cibles, avions Awacs, gros porteurs.) et jusqu'à une vingtaine de Km d'altitude.).Au delà, on attend (désespérément de puis plus de dix ans là aussi), le développement de l'Aster-2, capable de vraie intervention antimissile
      Ignorance complète du rôle des Aster 30 et de la distinction anti-ballistique/anti-missile, affligeant.

      Supprimer
    3. Les Bradley ont été conçus il y a plus de 40 ans. suivez un peu !!!

      Et en voila un qui veut détruire et stopper des T72 à coups de 30 mm : On aura décidemment tout lu.

      Le 76 mm est un calibre, antiaérien, polyvalent, en plein développement au niveau naval.
      Il faut être encore capable de se projeter, ou à minima de suivre l'actualité des grandes tendances actuelles. En 50 mm non plus (encore moins, il faut remonter au début de la seconde guerre mondiale, le finaud !!), et pourtant...

      Avez vous au moins jeter un œil au lieu de nous sortir vos âneries encore et vos attaques gratuite et complètement surréalistes.
      Je vous le remets (pour que vous n'ayez pas à chercher !!) :
      https://www.senat.fr/rap/r10-733/r10-733_mono.html
      Mais c'est vrai que c'est assez long à lire ; mais c'est très complet (et bien illustré, pour vous. Ca vous évitera, peut être (j'en doute très fortement;) d'écrire d'énormissimes connerie).

      Supprimer
    4. Non, le Bradley a été conçu il y a plus de 60 ans. Et le 25mm est donc toujours le calibre le plus utilisé par l'OTAN (Bradley, LAV III, LAV 25), et le sera encore pendant au moins 10 ans, voire 20 ans.

      Il y a des vidéos de T72 détruits par des 30mm, pas de T72 détruits par des "75mm" (référence à la première guerre mondiale?). En Irak les Bradley (30mm + TOW) ont détruit plus de chars que les Abrams.

      Ah donc maintenant c'est le 76mm, calibre naval donc, datant des années 60 également, qui a effectivement équipé... un (1) blindé, le Rooikat, le futur effectivement! L'avenir! Les vraies réalités actuelles!

      L'Aster 15/30 a été conçu pour abattre les missiles anti-navire supersoniques rasants. "L'Aster 2" n'existe que dans vos rêves, l'option anti-ballistique moyenne portée arrive avec le Block 1NT et Block 2 BMD, puis TWISTER, bref, ignorance crasse.

      Supprimer
    5. Eh oui, le 25 mm est le standard actuel de l"OTAN, et non le 30 mm (!!!).
      Eh oui, les T72 sont détruits par ... Des 30 mm ! A quoi bon des 120, et demain 130-140 mm...
      Pas plus de 40 ans, mais plus de 60 (???), na na na !
      Quel niveau !!!!!

      Cependant, vous soulevez quand même, malgré tout, une intéressante remarque :
      ll s'agirait, évidemment (je ne l'ai pas mentionné pour rester concis (vous me l'auriez également reproché;)), de reprendre le calibre du 76 mm naval, ce qui éviterait la recherche et le développement pour une gamme de munitions, modernes, actuelles, déjà et toujours, produites.

      PS : Je vous parlais de missiles véloces hypersoniques. Vous n'avez manifestement même pas jeter un œil sur mon lien, ou sur l'actualité actuelle dans ce domaine !!
      "L'Aster-2", c'est l'Aster block-2. Décidemment, jusqu'au bout.

      Supprimer
    6. Vivre dans le déni est un confort que beaucoup doivent vous envier! Si vous aviez la moindre culture militaire vous sauriez que les Bradley ont détruit plus de blindés irakiens, y compris des T72 a courte distance, que les Abrams.

      Ah oui le calibre 76mm naval, donc celui avec des munitions plus longues que le 120mm OTAN, très utile pour gagner de la place et faciliter l'intégration dans des plateformes terrestres.

      Missile véloce hypersonique ne veut rien dire. Voilà, Aster 30 block 2, qui risque de coûter bonbon. Arrêtez de vous énerver, vous faites encore plus de fautes que d'habitude.

      Supprimer
  18. En évoquant le Léopard:

    https://www.france24.com/fr/europe/20230424-ukraine-les-chars-tueurs-de-drones-bient%C3%B4t-%C3%A0-court-de-munitions-%C3%A0-cause-de-la-suisse

    RépondreSupprimer
  19. Humeur :

    Assurer la défense aerienne du territoire nationale et au-delà en expéditionnaire demandent des moyens qui couvrent les menaces du mini-drone du commerce (chinois) au missile balistique et autre hypersononique ou missile furtif... (je n'évoque pas les moyens aériens et réseaux de détection/décision par souci de simplification). Pas simple !

    Nous disposons de certains moyens, ainsi que d'autres en prévision et en développement. Ils sont et seront insuffisants en nombre pour assurer une couverture complète et multicouche face à une menace de notre niveau ou supérieure, voire même inférieure avec les tactiques et moyens asymétriques. C'est factuel !

    Sans rentrer dans le détail d'une liste d'acquisition à la Prévert, ni les caractéristiques présumés ou fantasmés de ces systèmes complexes (je suis tenté, ça donnerait de furieux débats... :) ), il demeurera la question de l'accès à ces moyens en terme de ressources humaines et financières. En effet une Défense va, aujourdhui, du satellite à la ration de combat, en passant par les champs immatérielles... Tout un programme !
    De plus, il s'agit de bien appréhender la menace (quoi) et son origine (qui) pour établir le bon niveau des systèmes d'une manière qualitative et quantitative. C'est un tout autre programme, surtout en y associant des moyens économiques réalistes. Quand on est ruiné, il est inutile d'en rajouter...

    Là aussi (qui de la poule ou de l'oeuf...?), des priorités doivent être dégagées en cohérence avec l'ensemble des autres moyens des Armes et Armées. Ils sont nombreux, interdépendants et transverses. Là c'est un programme politique et militaire, comme la LPM.

    Bien entendu, il est toujours possible de refaire l'histoire (il y a des spécialistes) pour trouver les responsables de la déchéance ou gabegie politique, conceptuelle et technique qui méritent d'être fustigés, à posteriori. C'est, parfois, utile et facile pour mieux envisager l'avenir qui est perceptible sur les bases du présent. Néanmoins, le prisme de l'actuel a souvent déformé ou obscurci les visions du futur. Là c'est prévoir concrètement en investissant dans le présumé nécessaire et surtout utile. Pas simple non plus !

    Ceci dit, les "polymates" peuvent quandidater aux responsabilités, dès fois sur un malentendu...?



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous allez finir par nous noyer avec vos généralités, ou vos enfonçage de portes ouvertes ("des listes à la Prévert" : Décidemment vous ne pouvez pas vous empêcher !!
      (Eh oui et au contraire il faut bien être un minimum précis, sinon on ne parle de rien, ou du vent; Ici une simple distinction entre les différentes couches, nécessaires, de l'antiaérien !!!!)).

      Eh oui (encore !), il y a des gens qui ont une certaine expérience, et qui continuent à lire beaucoup, sur un sujet en particulier (je vous rassure pas sur tous les sujets ; contrairement à vous peut être qui cherchez toujours à nous emmener sur des considérations annexes, à noyer le poisson, de plus en plus presque sur tous les sujets d'ailleurs.).

      PS : PolymatHes : Attention à l'orthographe (vous qui vous en ventez, aussi !) 😎

      Humeur, humeur ...

      Supprimer
  20. - Polymathe - Ma candidature n'a pas été validée, on se demande pourquoi... LOL !

    RépondreSupprimer
  21. On y va "à minima" tout en consolidant l'existant avec ce qui nous reste de BITD terrestre.
    La guerre d'Ukraine et l'inflation vont peser sur les budgets comme la défense aérienne terrestre, avec en ligne de mire les Jeux Olympiques. :)
    Au-delà, des progrès restent à faire partout et des trous restent à boucher sans pour autant se complaire dans une fixation sur l'Ukraine. D'autres menaces existent déjà et vont s'amplifier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après les Jeux Olympiques de Paris de 2024, il y a 6 000 postes qui seront supprimés.
      Entre remplacement des vigiles introuvables et lutte anti-drones, d'ici là, les miloufs seront "déployés":
      https://www.lefigaro.fr/actualite-france/jo-2024-comment-l-armee-prepare-la-lutte-anti-drones-20230321

      Supprimer
    2. Ce serait bien aussi la fin de l'inutile opération SENTINELLE...
      https://www.lemonde.fr/international/article/2023/02/03/l-armee-de-terre-sauve-ses-effectifs-mais-est-poussee-a-marche-forcee-vers-le-cyber_6160390_3210.html

      Supprimer
  22. Pour doper la réponse à la menace drones, il vaut mieux attendre des développements dus à la protection des Jeux Olympiques de Paris de 2024, que pour le domaine militaire.
    https://www.senat.fr/rap/r20-711/r20-7115.html

    Il y a des conférences très intéressantes sur la menace "basse couche" disponibles sur Internet.

    RépondreSupprimer
  23. Face aux drones de toute taille et aux munitions rodeuses, la guerre de demain sera souterraine. Cf les réseaux souterrains viets qui ont donné tant de fil à retordre aux Américains, les souterrains nord-coréens sous la DMZ, la résistance du ghetto de Varsovie, les reseaux palestiniens sous Gaza, etc.

    RépondreSupprimer
  24. Pas faux. Les caches enterrées des Talibans ont également donné du fil à retordre aux US qui ont parfois employe leur gigantesque bombe conventionnelle larguée par B 52 pour en venir à bout. Les réseaux souterrains sont extrêmement difficiles à atteindre ( cf également les bases sous marines allemandes de la 2 GM sur la côte atlantique française ou les bases sous marines suédoises contemporaines) Encore un aspect négligé en France ou la plupart de nos bases sont open bar. Sans doute un effet collatéral du dogme monolithique de la dissuasion nucléaire. Le durcissement des infrastructures devrait pourtant trouver un regain d'intérêt face a la prolifération des missiles longue portée, balistiques, de croisière ou hypersoniques.

    RépondreSupprimer
  25. Nos régiments du Génie pratiquent le combat en milieu clos, y compris dans les égouts et sites humides. Des systèmes sont en développement: Navigation et drones spécifiques.
    La protection sous terre ou béton, voire sous cavité naturelle existent déjà pour les sites stratégiques et de stockage. Récupérer des infrastructures anciennes demanderait des rénovations complètes (?). Faire du neuf serait possiblement aussi coûteux et surtout plus adapté.
    Toutefois, le durcissement des sites est une problématique de plus, surtout pour les bases aériennes, la dispersion ayant ses limites.
    La technique du bastion wall est bien maîtrisé, ainsi que les éléments préfabriqués.

    RépondreSupprimer
  26. C'est une description flatteuse du niveau de protection de nos sites. Mais bien entendu je ne connais que ce qui est rendu publique ou visible.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils ne sont pas légion... et sont surtout réservés pour les grands centres PC.
      J'ai utilisé le terme cavité naturelle, il faut comprendre artificielle... :)

      Avant de prendre des coups sur le territoire métropolitain, il y aura eu du malheur ailleurs. Toutefois le tir depuis un sous-marin, un bombardier ou par un missile balistique "classique" est techniquement possible.
      En fonction de la cible et effets, l'analyse et la qualification de l'attaque sera "variable". Un tir sur l'Île Longue ou le CdG à quai aurait son interprétation...

      Supprimer
    2. J'ai bien dit sites stratégiques, dont un nouveau pour l'AAE.

      Pour le reste, les infrastructures sont très limités (les bases aériennes ont des abris) et sans commune mesure avec les pays nordiques et surtout la Suisse où le bunker est érigé en dogme, y compris pour la protection civile. Y séjournant de temps en temps, c'est étonnant !

      En complément un article intéressant: :)

      https://autonomie-survivalisme.fr/bunker-survivaliste-en-france-ou-acheter-et-a-quel-prix/

      Supprimer
    3. Il suffirait d'un tir de missile balistique de portée intermédiaire (ils sont largement proliférants et disponibles.), même classique, tiré de l'autre coté de la Méditerranée et sur une de nos grandes agglomérations pour faire autant de 11 septembre français (ou sur d'autres sites.) :
      Nous n'avons absolument rien pour contrer cette menace "d'aujourd'hui" actuellement.
      Une sorte de principe renversé de la dissuasion du pauvre.

      Cf https://www.senat.fr/rap/r10-733/r10-733_mono.html

      Supprimer
    4. Vous n'avez pas la moindre idée de ce dont vous parlez.

      Supprimer
    5. Ah le troll est revenu, avec ses polémiques absurdes de cours d'école, et son absence totale de conscience, bien plus grave.
      Quelle pitié !!!

      Supprimer
    6. @Anonyme28 avril 2023 à 10:49
      Faut un peu arrêter de fantasmer des attaques improbables.
      Ce n'est pas parce qu'en France on manque d'un ennemi sérieux pour justifier d'une course à l'armement, qu'il faut se l'imaginer et faire comme si notre pays serait "facile" à frapper.
      Voyez vous dans le monde, il y a un paquet de pays qui n'ont pas ou presque pas d'armées, qu'ils n'ont même pas le dixième de nos moyens, encore moins qu'ils disposent de l'arme atomique, pourtant ils ne sont pas attaqués en raison de cette "faiblesse" militaire.
      Comprenez qu'on ne fait pas la guerre par plaisir, par envie à n'importe qui juste en regardant les effectifs et les moyens de son armée sur Wikipédia.
      Faire la guerre implique des conséquence,s ce n'est pas juste être en capacité de balancer quelques missiles pour croire que le lendemain c'est terminé.
      Oui la France est une puissance nucléaire, se prendre à un tel pays implique forcément des limites dans la folie guerrière de l'attaquant et il le sait. Oui la France est un pays membre de l'Otan et s'en prendre à elle implique de s'en prendre à tout l'occident, là aussi n'importe quel pays hostile doit le prendre en compte, un élément à rappeler à tous les guignols qui vendent la sortie de l'Otan dans l'idée de "renforcer" notre puissance. L'Otan est une alliance défensive très intéressante qui participe grandement à éviter qu'on s'attaque à l'un de ses membres, même les plus faibles.

      Donc avant même de se demander si on a les moyens d'arrêter des missiles, il faut bien saisir le contexte global de notre pays, nous ne sommes pas dans un jeu vidéo et il n'y a pas un pays qui rêve aujourd'hui de conquérir la France ou de lui faire la guerre pour le plaisir ou parce qu'il s'est dit qu'il est en capacité de le toucher avec un missile.

      Concernant les missiles, ça aussi faut un peu redescendre sur terre. Un missile n'est pas plus puissant qu'une bombe aérienne, ce n'est pas parce que c'est plus impressionnant quand ça part depuis un navire ou un sous-marin que ça en fait une arme de destruction plus importante. Pourtant la guerre en Ukraine devrait ouvrir les yeux, un missile Kalibr par exemple, ça va au mieux détruire un bâtiment, (quand ça tombe dessus) et dans la plupart des cas il reste debout. On se souvient aussi au tout début de la guerre, la Russie qui balance un paquet de missiles pour pensait-elle détruire l'aviation ukrainienne ainsi que ses défenses sol-air. On se souvient de ces photos, de ces missiles qui ont semble t-il tapé un peu n'importe ou sur les pistes d'aviation. Donc déjà la haute précision "russe" n'est pas la nôtre et je pense que certains officiers russes sont un peu comme vous, qu'ils surévaluent les effets de leurs missiles. Vous c'est pareil, pas la première fois que vous donnez l'impression que si un tel missile tombe sur Marseille ou Toulon, on aurait des quartiers entiers qui seraient rasés avec des milliers de morts, mais vous fumez. Regardez là encore les images en Ukraine.

      On observe déjà en Ukraine les limites de ces missiles pour un pays comme la Russie qui en ont (avaient) un paquet, alors quand j'entends les suppositions sur le potentiel d'un pays comme l'Algérie qui va en avoir peut-être quelques dizaines avec très peu de lanceurs (c'est à dire qu'après avoir tiré il faudra revenir rechargé au port, donc vous êtes déjà dans une situation ou en face on va "répondre"), c'est du n'importe quoi.
      Vous cherchez à créer un scénario catastrophe fictif à défaut d'en avoir un sérieux, sauf que vous finissez par raconter n'importe quoi car rien ne se tient.

      Supprimer
    7. C'est fou comme Ronin arrête rapidement de débattre une fois ses quelques arguments captieux mis en pièces

      Supprimer
  27. - Griffon/Serval avec ARX30/Nerod/HELMA P/Mistral ?
    - CAESAr-RAPIDFire avec HEMISPACE et équipements CERBAIR (HYDRA, MEDUSA ...) ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et THEMIS (ou équivalent) avec dispositif ARLAD ou ARX30 pour la LAD en milieux "confinés" (combats urbains, en localités, en montagnes, en forêts ...).

      De même, une infanterie anti-drones pourrait être envisagée pour ces mêmes milieux confinés :
      ---> SUPERNOVA TACTICAL (Poule ! ... euh ... nan ... Pull !)
      ---> Nerod
      ---> Lance-grenades convertis en lance-filets en nylon (filets lestés au centre et sur les bords par des poids [plombs ?])
      ---> Dispositifs CERBAIR (MEDUSA, CHIMERA ...).

      Supprimer
  28. L'entreprise MBDA participerait à l'amélioration du système sol-air polonais PILICA:
    https://twitter.com/top_force/status/1651974446926778371

    RépondreSupprimer
  29. ou est passé le système mamba samp/t promis par la france et l'italie à l'ukraine ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En pièces détachées, à monter soi-même:
      https://www.forcesoperations.com/la-batterie-samp-t-franco-italiennee-partiellement-livree-a-lukraine/

      Supprimer
  30. Trouver un drone hostile en milieu urbain est une gageure :
    https://www.rfi.fr/fr/europe/20230505-ukraine-un-drone-d-une-valeur-de-100-euros-peut-d%C3%A9truire-un-char-%C3%A0-8-millions

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. THALES teste en Ukraine:
      https://www.intelligenceonline.fr/surveillance--interception/2023/06/06/le-systeme-parade-de-thales-pare-a-defendre-kiev-contre-les-drones-irano-russes,109980001-art

      Pour l'anti-drone, même avec l'aiguillon des Jeux Olympiques de Paris de 2024, il y a du retard:
      https://www.forcesoperations.com/parade-en-retard-de-plusieurs-mois/

      Supprimer
    2. Pour la protection des forces en manœuvre, on comptera sur ceci:
      https://www.google.com/amp/s/www.forcesoperations.com/amp/une-ebauche-de-serval-lad-sur-fond-dacceleration/

      Supprimer
  31. L'inefficace PARADE de THALES a été préféré à la solution BASSALT d'Aéroport de Paris: le résultat est mauvais.
    https://www.lejdd.fr/societe/jo-paris-2024-le-systeme-anti-drones-defaillant-pendant-une-demonstration-143498

    Du coup, l'armée de l'air et de l'espace loue du BASSALT en catastrophe pour les Jeux Olympiques de Paris de 2024!

    RépondreSupprimer
  32. Il faut aussi regarder l'entreprise CERBAIr:
    https://www.forcesoperations.com/cap-sur-lexport-et-la-massification-pour-cerbair-etoile-montante-de-la-lutte-anti-drones/

    RépondreSupprimer
  33. 12 VAB ARLAD bientôt...
    https://www.opex360.com/2024/04/14/lutte-antidrone-le-vehicule-de-lavant-blinde-arlad-fait-son-entree-dans-les-rangs-de-larmee-de-terre/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et 24 SERVAL ARLAD, un jour...
      Le retour en grâce du sol-air dans l'armée française, vraiment ?

      Supprimer
    2. On peut en parler...
      https://www.forcesoperations.com/comment-le-17e-ga-contribue-a-lacceleration-de-la-lutte-anti-drones/

      Supprimer
  34. CERBAIR à Eurosatory 2024:
    https://www.forcesoperations.com/eurosatory-2024-cerbair-lance-le-chimera-200-et-met-la-lutte-antidrones-en-mouvement/

    RépondreSupprimer